Petit nouveau

D'ou tu viens, pourquoi t'es là et autres civilités.
Avatar du membre
Piero1809
Ténor
Ténor
Messages : 684
Enregistré le : 14 avr. 2009, 23:00
Localisation : Strasbourg
Contact :

Re: Petit nouveau

Message par Piero1809 » 22 janv. 2016, 14:43

PlacidoCarrerotti a écrit :
Mais bien sûr qu'on connait Fierrabras puisque ça s'est donné au Châtelet avec Jonas Kaufmann :lol: (raide chiant AMHA).
Comme quoi la présence de Jonas Kaufmann ne suffit pas! Le Fierrabras de Salzburg 2014 était passionnant et rendait justice à la divine musique de Schubert!

PS J'aime beaucoup Robert Shekley

Avatar du membre
HELENE ADAM
Basse
Basse
Messages : 8194
Enregistré le : 26 sept. 2014, 18:27
Localisation : Paris

Re: Petit nouveau

Message par HELENE ADAM » 22 janv. 2016, 16:11

Piero1809 a écrit : Comme quoi la présence de Jonas Kaufmann ne suffit pas! Le Fierrabras de Salzburg 2014 était passionnant et rendait justice à la divine musique de Schubert!

PS J'aime beaucoup Robert Shekley
+1 Je ne sais pas comment on est parti sur le Fierrabras de Salzburg en 2014 mais il était effectivement très réussi de tous les points de vue, mise en scène et distribuion !

D'ailleurs, nous en avions déjà parlé :wink:
http://www.odb-opera.com/viewtopic.php? ... as#p238281

et tu renvoyais aussi au Fierrabras de 2006 au Châtelet

http://www.odb-opera.com/viewtopic.php? ... Fierrabras
Regarde spectateur, remontée à bloc, de telle sorte que le ressort se déroule avec lenteur tout le long d’une vie humaine, une des plus parfaites machines construites par les dieux infernaux pour l’anéantissement mathématique d’un mortel.

Avatar du membre
Adalbéron
Ténor
Ténor
Messages : 951
Enregistré le : 01 mars 2015, 20:51
Localisation : Paris

Re: Petit nouveau

Message par Adalbéron » 27 janv. 2016, 13:00

Merci ! Je suis vos conseils et écoute ce que vous avez évoqué ! :D
« L'opéra est à la musique ce qu'un lupanar est à l'amour. » — Berlioz

Avatar du membre
cosimus
Ténor
Ténor
Messages : 582
Enregistré le : 14 mai 2015, 13:39

Re: Petit nouveau

Message par cosimus » 27 janv. 2016, 14:16

HELENE ADAM a écrit : +1 Je ne sais pas comment on est parti sur le Fierrabras de Salzburg en 2014 mais il était effectivement très réussi de tous les points de vue, mise en scène et distribution !

D'ailleurs, nous en avions déjà parlé :wink:
http://www.odb-opera.com/viewtopic.php? ... as#p238281

et tu renvoyais aussi au Fierrabras de 2006 au Châtelet

http://www.odb-opera.com/viewtopic.php? ... Fierrabras
Ces deux productions existent en DVD et je ne comparerai pas les deux distributions mais si tu veux avoir une idée de ce qu'est Fierrabras il vaut mieux te procurer la version de Salzbourg car la mise en scène de 2006, de C. Guth, est peut-être ingénieuse mais passe-partout (tout en connaissant le livret, je me souviens d'avoir eu beaucoup de mal à différencier les personnages lorsque je l'ai vue au Châtelet!) Peter Stein à Salzbourg en fait certes un livre d'images un peu suranné, mais au moins on peut aisément suivre l'intrigue et je partage le point de vue d'Hélène ci-dessus sur l'ensemble. J'ajouterai, en la citant encore, ci-dessous, qu'on y voit/entend Benjamin Bernheim dont je suis "fan". :clapping:
HELENE ADAM a écrit :
Il faut y aller au moins pour Carsen, pour revoir cette géniale mise en scène mais ce n'est pas le seul atout de ce Capriccio. L'autre atout maître c'est Benjamin Bernheim. Certains d'entre nous l'avaient déjà remarqué en Eginhard dans le Fierrabras (Schubert) donné à Salzburg l'été 2014 (et en messager le même été dans le Don Carlo). Il sera probablement le meilleur atout dans l'Otello donné au Festival de Pâques de Salzburg, en Cassio, il risque de faire de l'ombre à l'Otello de José Cura. Le ténor (Franco-Suisse) a une voix claire, très bien projetée (il domine tous les ensemble), dont il sait étonnamment modifier le timbre en fonction des parties du rôle de Flamand qu'il a à chanter : air lyrique amoureux, "discussion" avec Olivier, protestations devant les trahisons de son texte etc. Ses aigus sont ouverts, non forcés, naturels et très beaux. Il "marque" la soirée et l'ensemble de la distribution avec éclat, comme il joue très bien par ailleurs, il a été certainement la belle révélation de la soirée et très applaudi à ce titre.
"Est modus in rebus", Horace

"La vérité luit de sa propre lumière;& on n'éclaire pas les esprits avec la flamme des bûchers." Marmontel, Bélisaire,

Avatar du membre
Adalbéron
Ténor
Ténor
Messages : 951
Enregistré le : 01 mars 2015, 20:51
Localisation : Paris

Re: Petit nouveau

Message par Adalbéron » 03 juil. 2016, 15:31

Je crois que je m'amollis un peu ces temps-ci (je me mets à apprécier certains peintres dont je ne pouvais pas supporter la production il y a quelque temps haha) mais j'ai regardé I Capuleti e i Montecchi de Bellini dans la version mise en ligne sur Arte Concert avec Joyce DiDonato à Zurich et je suis plutôt emballé !

C'est très charmant, il y a des passages d'une grande beauté, notamment les airs de Juliette (très belle interprétation de Olga Kulchynska que je découvrais !) et c'est mieux conduit dramatiquement AMHA que La somnambule et Le pirate, les deux opéras de Bellini que je connaissais jusque là et qui m'avaient passablement ennuyés. J'ai trouvé ça vraiment très beau, il faut le dire !

J'imagine qu'on a beaucoup glosé sur le choix de Bellini de confier le rôle de Roméo à une femme (le metteur en scène de cette production, Christof Loy, en rajoute puisqu'il fait circuler sur la scène un personnage tantôt homme, tantôt femme, et fait se travestir les hommes du choeur). Je trouve ça très intrigant pour ma part, et suppose que ce n'est pas qu'un choix esthétique comme pourra le faire Strauss. Bellini a pu vouloir mettre en scène un couple de jeunes tout juste sortis de l'adolescence et ne pas donner à Roméo les attributs d'une virilité offensive, mais délicate et sensible. Que savez-vous là-dessus ? :)
« L'opéra est à la musique ce qu'un lupanar est à l'amour. » — Berlioz

Avatar du membre
micaela
Baryton
Baryton
Messages : 1945
Enregistré le : 16 juil. 2015, 17:24
Localisation : paris

Re: Petit nouveau

Message par micaela » 03 juil. 2016, 16:05

Je ne peux pas répondre précisément pour Bellini, mais ce n'était pas rare, au XVIIIème et au XIXème siècle, de faire jouer les rôles de très jeunes gens par des femmes, au théâtre (Chérubin, l'Aiglon de Rostand...) comme à l'opéra (le prince charmant du Cendrillon de Massenet, Siebel dans Faust de Gounod...). Strauss a repris cette tradition (son Octavian, c'est un peu Chérubin avec quelques années de plus). Je pense que l'idée était effectivement de renforcer l'impression de personnage tout juste sorti de l'adolescence (et aussi, un peu, de permettre aux actrices ou chanteuses de paraître en habits masculins et/ou de montrer leurs jambes).
S'il n'y a pas de solutions, c'est qu'il n'y a pas de problème Proverbe shadok

Avatar du membre
Hiero von Stierkopf
Baryton
Baryton
Messages : 1019
Enregistré le : 10 avr. 2016, 16:47
Localisation : Parīze

Re: Petit nouveau

Message par Hiero von Stierkopf » 03 juil. 2016, 17:47

Les rôles de mezzo travestis ont remplacé les castrats.
Rossini en a beaucoup usé, de Tancredi jusqu'a Arsace dans Semiramide, en passant par Malcolm.

Quand j'étais jeune novice, je trouvais ça bizarre... mais j'ai rapidement compris que les voix de mezzo et de soprano s'entremêlent merveilleusement bien, surtout chez Rossini, donnant lieu à des duos magnifiques.

On retrouve également l'usage du rôle travesti dans le Grand opéra : Guillaume Tell, Don Carlos, les Huguenots et même Oscar dans le ballo, sorte de réminiscence du Grand opéra. Ce sont dans ces cas-là généralement des rôles de jeunes hommes/garçons.

Je ne connais pas les raisons - outre la caractérisation de la jeunesse - de cette tradition du role travesti dans le Grand opéra mais il doit y avoir sur le forum des intervenants calés sur ce sujet.
Comment ça, merde alors ?! But alors you are French ?

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 10 invités