Le projet de l'Opéra-Bastille de Carlos Ott

tuano
Administrateur ODB
Administrateur ODB
Messages : 9323
Enregistré le : 30 mars 2003, 23:00
Localisation : Paris
Contact :

Message par tuano » 18 déc. 2004, 19:33

J'ai du mal à choisir parmi la liste des 7 réponses proposés par Wagneriano. On dit tellement de mal de Bastille que j'ai l'impression qu'on ne peut pas dire que c'est une réussite, surtout depuis qu'ils ont mis des filets protégeant les passants de la chute des pierres de l'édifice.

Cependant, j'ai l'impression d'être chez moi à Bastille, c'est là que j'ai appris l'opéra et non au Palais Garnier ou au Théâtre des Champs-Élysées. Adolescent, j'étais très impressionné par l'édifice, qui représentait vraiment l'OPÉRA pour moi.

J'adore ce bâtiment, j'aime assez la salle, je n'aime pas trop les espaces publics. Ce n'est sans doute pas une réussite d'un point de vue strictement architectural mais aurais-je pu vivre mon amour pour l'opéra sans l'Opéra Bastille ? Je ne crois pas.

Ariadne
Mezzo Soprano
Mezzo Soprano
Messages : 188
Enregistré le : 30 oct. 2004, 23:00
Localisation : Paris
Contact :

Message par Ariadne » 06 janv. 2005, 23:54

Extérieur jour: relire ce qui a été écrit lors de la construction de la Maison de la Radio et se dire qu'on finit par s'habituer...
Extérieur nuit: plutôt joli les soirs de représentation...

Intérieur
Une prof qui disait s'y connaître en opéra m'a dit un jour "c'est atroce on se croirait à la Sécurité sociale"...
Je lui conseille d'aller voir le centre de Sécu de la rue du Poteau.

La salle est plutôt agréable, on y voit de partout, et l'accoustique, même sous le balcon, y est meilleure que sous le "parapluie" du Chatelet.
L'Opéra d'Amsterdam est magnifiquement situé, mais les espaces publics y sont très étriqués , et la salle ressemble à un cinéma des années soixante.
On y utilise aussi un filet, au dessus de la fosse d'orchestre...

Avatar du membre
Masetto
Mezzo Soprano
Mezzo Soprano
Messages : 109
Enregistré le : 13 févr. 2004, 00:00
Localisation : Paris

Architectures

Message par Masetto » 08 mars 2005, 08:29

On croirait à lire tous ces textes avoir affaire à des spécialistes de l'architecture et c'est une spécificité bien française que d'avoir une opinion péremptoire sur n'importe quel sujet. L'opéra Bastille n'est pas si laid et mal fichu que certains le prétendent. Tout cela fait partie d'une rumeur sans doute propagée par une vieille garde de mélomanes hostiles à toute innovation. L'apparition d'un "opéra populaire" ne pouvait de contrarier leur conservatisme bien établi, tout comme la création des congés payés a profondément choqué les habitués des bains de mer à Deauville. Et de répandre l'idée d'une acoustique épouvantable et d'une inoccupation partielle des sièges (j'ai souvent entendu dire que les représentations se tenaient devant des salles presques vides !) Quant à dénigrer l'architecture, c'était du gâteau pour les tenants du pseudo-néo-classique. Une salle prestigieuse ressemble beaucoup à l'oeuvre de Carlos Ott et je n'ai guère entendu de critiques à son égard. Il faut dire que c'est un des temples les plus prestigieux où les places ne sont pas données (dans les 300 ?), donc un opéra qui n'a rien de populaire. Il s'agit bien sûr du Grosses Festpielhaus de Salzburg. Mais on oublie l'aspect assez quelconque du lieu dès que la scène (la plus grande du monde) s'ouvre et que le chef ouvre le bal... PS Quant à l'opéra Garnier, magnifique, avec son foyer enfin ouvert au quidam ordinaire, il offre quand même quelques désagréments à l'orchestre où l'on a souvent l'impression d'être un hareng en caque et pourtant je suis un individu tout à fait moyen dans les 1m70, alors pour les presque géants, quelle épreuve...

Avatar du membre
PlacidoCarrerotti
Hall of Fame
Hall of Fame
Messages : 12365
Enregistré le : 04 mars 2003, 00:00
Contact :

Re: Architectures

Message par PlacidoCarrerotti » 08 mars 2005, 09:48

L'Opéra -Bastille est-il mal fichu ?
Voyons les espaces publics :
Ils sont trop exigus , on se marche sur les pieds aux entractes.
Les ascenseurs sont trop petits, ils enregistrent les étages de manière aléatoire et quand on est dedans et que c'est plein on ne sait pas à quel étage on est.
Il n'y a pas assez de chiottes pour les dames et chez les hommes, on pisse sur les godasses du voisin. Les sèche-mains n'ont jamais marché.
Il n'y a pas de boutique digne de ce nom contrairement à tous les grands théâtres du monde.
Les vitrines d'exposition ont mis 10 ans avant de recevoir quelque chose : de la pub (au Met, on peut admirer les préservatifs de Caruso, le stérilet créé par Cartier pour Rosa Ponselle) et la braguette (ou la baguette, je ne sais plus) de Toscanini).
Le sol est du pur granito de HLM (des années 50-60) : sauf que les joints ne sont pas alignés.
Les petits escaliers sur les côtés ne permettent pas de quitter le bâtiment car ils sont interrompus tous les deux paliers.
Il n'y a pas de vestiaire à chaque étage.
Le couloir qui donne accès au parking public (fermé aujourd'hui voir plus loin) ne permettait pas l'accès direct dans le hall, mais vers les ascenseurs de la salle : il fallait donc mettre en permanence quelqu'un pour controler les billets et on y a vite renoncé.
Glissons sur les accès directs vers le Métro, le coin à pisse vers la FNAC...

En ce qui concerne la salle:
On y voit .... presque de partout : et pas beaucoup sous les retombées de balcon depuis lesquelles le surtitrage n'est pas visible, et n'a pas été remplacé par un autre système. Au rang 7 du second balcon, on est géné par la barre (à quoi sert la conception assisté par ordinateur).
Les marches des escaliers ont trop courtes (elles ont été rallongées au balcon avec des baguettes métalliques à la suite d'accidents).
L'éclairage est assez cahotique : l'immense plafonnier parait tâché et bagotte le plus souvent.
Pendant plusieurs années au second balcon, on était comdamné à entendre les commentaires des techniciens.
On est TRES loin de la scène au second balcon : à peu près équivalent au dernier rang de l'amphi de Garnier.



L'Opéra est-il mal réalisé ?

La pierre de façade se casse la gueule ... mais aussi des morceaux d'alu de la verrière.
Depuis quelques mois, les grands escaliers intérieurs sont également recouverts de filets : les extrémités de marche se cassent la gueule (c'est l'effondrement culturel !).
Les dalles de protection d'étanchéïté (à l'extérieur sous les coursives) sont bancales et souvent cassées (même chose pour les petites terrasses, souvent fermées malheureusement)
Les marches des escaliers n'ont pas la largeur réglementaire, pas plus que les garde-corps : d'une manière générale, la commission de sécurité a révélé que le bâtiment présentait des non-conformité en très grands nombre mais que , compte tenu du caractère politique du projet, il frallait ouvrir quand même.
Une autre raison pour laquelle l'accès au parking est fermé, c'est que ça fuit depuis la chaussée.
Pendant de longues années, l'ascenseur de scène ne marchait qu'épisodiquement.

L'acoustique ?
La salle est trop large pour sa longueur, bien loin de la forme elliptique idéale du théâtre à l'italienne : un défaut incontournable.
Par construction, les voix ne projettent vers la salle, ne sont pas "amplifiées" naturellement par le bâtiment (à la Scala, au Liceo, et même au Met, il y a des moments où on peut avoir l'impression d'avoir les chanteurs sur les genoux).
Pour des oeuvres à effectifs réduits (paradoxalement), ç passe encore : on entend peu les voix, mais peu l'orchestre, d'où un certain équilibre.
Dès que l'orchestre est plus présent, les voix sont généralement perdues.
Il y a eu une légère amélioration avec le renforcement en matériaux durs du proscenium.
Mortier a également déclaré que le plafond devait à l'origine être d'un verre plus épais mais qu'on en avait diminué la section pour faire des économies, avec des conséquences désatreuses sur l'acoustique des places d'orchestre ("les places les plus chères sont les pires" avait-il même dit devant l'AROP) : il avait dit qu'il espérait obtenir un budget pour changer ce plafond de verre.
D'après une étude américaine récente (dont je n'ai pas les références sous la main, mais si ça intéresse quelqu'un), l'Opéra Bastille est parmi les pires salles en terme d'acoustique (la pire étant le studio NHK à Tokyo) tant du niveau de la perception du chef d'orchestre que de celui du spectateur. L'étude compare 17 grandes salles à l'aide de critères objectifs (mesures) et subjectifs (une vingtaine de chef d'orchestre internationaux ont été appelés à s'exprimer en tant que chef et que spectateur).
Autre erreur de conception acoustique, la pierre qui tapisse les parois et qui favorisent les aigus : van Dam sonne comme Domingo.
A noter également, toujours devant l'AROP, que Mortier trouve l'acoustique tellement médiocre qu'il envisage d'installer une correction acoustique permanente "identique à celle mise en oeuvre à la Felsen-ras-le-schtroumf".
Une déclaration intéressante, qui signifie que le système CAREMEN ne serait pas en place à ce jour.
Ca ne veut pas dire qu'il n'y a jamais d'amplification, mais c'est plutôt du cas par cas.

L'Architecture ?

Il y aura toujours des gens pour trouver élégante cette espèce de vespasienne géante (c'est le drame de la subjectivité :-) ).
Toutefois, si on considère qu'un édifice public doit s'imposer à son environnement : c'est raté. Ce sont les bâtiments existants qui ont dicté l'architecture de ce cachalot et non l'inverse.

Plus objectivement, l'architecture se juge au résultat : une salle d'opéra avec une acoustique médiocre ne peut être qualifiée de réussite architecturale.

Enfin, cette salle a clairement été dessinée par des gens qui ni de près ni de loin ne connaissent et n'aiment l'opéra : pas une place aux balcons d'où on puisse jeter un bouquet de fleurs ... ou une tomate !

Avatar du membre
Masetto
Mezzo Soprano
Mezzo Soprano
Messages : 109
Enregistré le : 13 févr. 2004, 00:00
Localisation : Paris

Re: Architectures

Message par Masetto » 08 mars 2005, 14:13

PlacidoCarrerotti a écrit :L'Opéra -Bastille est-il mal fichu ?
Voyons les espaces publics :
Il n'y a pas assez de chiottes pour les dames et chez les hommes, on pisse sur les godasses du voisin. Les sèche-mains n'ont jamais marché.
------------
L'Opéra est-il mal réalisé ?
La pierre de façade se casse la gueule ... mais aussi des morceaux d'alu de la verrière.
-------------
L'acoustique ?
La salle est trop large pour sa longueur, bien loin de la forme elliptique idéale du théâtre à l'italienne : un défaut incontournable.
ont été appelés à s'exprimer en tant que chef et que spectateur)
-------------------
L'Architecture ?
Il y aura toujours des gens pour trouver élégante cette espèce de vespasienne géante (c'est le drame de la subjectivité :-) )--------
Enfin, cette salle a clairement été dessinée par des gens qui ni de près ni de loin ne connaissent et n'aiment l'opéra : pas une place aux balcons d'où on puisse jeter un bouquet de fleurs ... ou une tomate !
Diantre, voici une réponse argumentée, bien plus convaincante que les ragots d'arrière-coulisse habituels. Bien sûr que les pissoirs ont été conçus d'après le gabarit Pavarotti et ne favorisent pas une miction aisée (ça me rappelle une histoire ou De Gaulle et Pompidou vont voir Phèdre à La Comédie-Française ; durant l'entracte ces messieurs vont se soulager et Pompidou dit à De Gaulle : Quelle belle pièce, mon général ! et le général répond : Regardez-devant vous, Pompidou !). De toute façon, comme d'autres grands travaux, notre salle chérie a été victime de la précipitation, de l'incompétence et des coups de frein de la droite qui de retour aux affaires n'a pas manqué de mettre des batons dans les roues mitterrandiennes. Je connais assez un autre vaste établissement où l'architecture n'est pas à la hauteur des ambitions initiales. Et sans rapport avec les murs, à Bastille comme à Garnier, pourquoi les ouveuses et ouvreurs vous cassent-ils les oreilles en braillant à tue-tête : Programme !!! Programme !!! Des vocations lyriques bridées qui se vengent sur d'innocents mélomanes ?

Avatar du membre
PlacidoCarrerotti
Hall of Fame
Hall of Fame
Messages : 12365
Enregistré le : 04 mars 2003, 00:00
Contact :

Re: Architectures

Message par PlacidoCarrerotti » 08 mars 2005, 14:43

Masetto a écrit :Bien sûr que les pissoirs ont été conçus d'après le gabarit Pavarotti et ne favorisent pas une miction aisée
D'ailleurs, à l'origine il n'y avait pas de "sépare-bites" : on pouvait donc à plaisir apprécier les attributs de son voisin en toute liberté et dans la plus franche camaraderie : un hommage discret mais bien réel à Fassbaender (le réalisateur allemand spécialisé dans les pissottières, pas la mezzo teutonne spécialisée dans les lesbiennes dodécaphoniques :-) ) !

Avatar du membre
Stolzing
Soprano
Soprano
Messages : 57
Enregistré le : 16 févr. 2005, 00:00
Localisation : Paris
Contact :

Message par Stolzing » 08 mars 2005, 16:29

Je me souviens d'un concert de la philharmonie tchèque avec Neumann, dans les tous débuts (1990, je pense). J'étais à l'orchestre et dans la 38e symphonie de Mozart jouée en première partie, j'avais l'impression de ne rien entendre. Cela allait mieux dans la 2e de Brahms par la suite, l'orchestre étant plus fourni, mais vraiment, comme acoustique de merde...

Depuis, les choses vont mieux, mais j'ai eu à certains moments des impressions curieuses, comme pour la première série de représentations du chevalier à la rose (Fleming, etc.) où le plateau était sans cesse couvert par l'orchestre, alors que les moyens de ces dames n'étaient pas ridicules et que l'on avait pas l'impression que le chef (Schirmer ?) faisait hurler l'orchestre. Ou même tout récemment, du 2e balcon(3e rang au milieu, je n'entendais guère Degout, pourtant encensé par tout le monde.

Le seul point positif me semble être la bonne visibilité et un confort d'assise suffisant, mais pour le reste... Esthétique extérieure sans saveur, triste, une sorte de gros fromage blanc échoué, espaces de circulation très froids, qualité de la construction déplorable et surtout mauvaise acoustique qu'il a fallu corriger et bricoler sans cesse. Et bien sûr, le formidable parking qui oblige à sortirpar un accès minable, et pas si près que ça en plus, plutôt que de bénéficier d'un accès direct, une brillante conception...

Le projet était évidemment politique (un opéra populaire, pour le bicentenaire de la révolution, et à la Bastille, c'était vraiment trop symbolique, certains ont dû avoir un orgasme rien qu'en y pensant), voulu par un président qui ne se cachait pas de ne pas aimer la musique et l'aspect acoustique a sans doute été négligé dans le projet. La gesticulation politique a donc pris le pas sur le reste : le hasard aurait pu faire que le projet retenu ait été bon, mais voilà, pas de chance.

C'est d'ailleurs pour cela, soit dit en passant, que je reste bien sceptique sur la construction d'une nouvelle salle de concert à Paris: si elle était bien faite, d'accord, aucune des salles actuelles n'est bien formidable, mais si c'est pour faire un truc beau et bien sonnant comme la Bastille...

Avatar du membre
Masetto
Mezzo Soprano
Mezzo Soprano
Messages : 109
Enregistré le : 13 févr. 2004, 00:00
Localisation : Paris

Re: Architectures

Message par Masetto » 08 mars 2005, 16:52

PlacidoCarrerotti a écrit :
Masetto a écrit :Bien sûr que les pissoirs ont été conçus d'après le gabarit Pavarotti et ne favorisent pas une miction aisée
D'ailleurs, à l'origine il n'y avait pas de "sépare-bites" : on pouvait donc à plaisir apprécier les attributs de son voisin en toute liberté et dans la plus franche camaraderie : un hommage discret mais bien réel à Fassbaender (le réalisateur allemand spécialisé dans les pissottières, pas la mezzo teutonne spécialisée dans les lesbiennes dodécaphoniques :-) ) !
Il s'agit bien sur de Rainer Werner Fassbinder (1945-1982), cinéaste allemand trop tôt disparu et qui malheureusement n'a jamais oeuvré pour l'opéra, contrairement à ses compatriotes Werner Herzog et Werner Schroeter...

Avatar du membre
yves
Ténor
Ténor
Messages : 573
Enregistré le : 22 déc. 2004, 00:00
Localisation : catalunya nord

Message par yves » 08 mars 2005, 17:35

notre salle chérie a été victime de la précipitation, de l'incompétence et des coups de frein de la droite qui de retour aux affaires n'a pas manqué de mettre des batons dans les roues mitterrandiennes.
NON
Le projet était évidemment politique (un opéra populaire, pour le bicentenaire de la révolution, et à la Bastille, c'était vraiment trop symbolique, certains ont dû avoir un orgasme rien qu'en y pensant), voulu par un président qui ne se cachait pas de ne pas aimer la musique et l'aspect acoustique a sans doute été négligé dans le projet. La gesticulation politique a donc pris le pas sur le reste
OUI

Avatar du membre
yves
Ténor
Ténor
Messages : 573
Enregistré le : 22 déc. 2004, 00:00
Localisation : catalunya nord

Re: Architectures

Message par yves » 08 mars 2005, 18:00

PlacidoCarrerotti a écrit :Il n'y a pas assez de chiottes pour les dames et chez les hommes, on pisse sur les godasses du voisin!
a covent garden, ça c'est des chiottes: les pissottieres sont en marbre et disposées en cercle genre "coeur" de la basilique santa maria del angelo (?).

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 4 invités