Vos lectures

Vous souhaitez parler d'art mais pas forcément d'opéra, ce forum est fait pour vous !
Avatar du membre
aurele
Basse
Basse
Messages : 2281
Enregistré le : 30 août 2006, 23:00
Contact :

Re: Vos lectures

Message par aurele » 11 févr. 2016, 12:45

Je suis passé en librairie hier et j'ai acheté pas moins de quatre romans alors que je suis sur plein de lectures en ce moment ainsi que le 1er numéro de la revue Apulée publiée par les éditions Zulma. Pour en savoir plus, je peux vous renvoyer à des interviews de Hubert Haddad qui est l'écrivain à l'initiative de ce projet ou au site de la maison d'édition. Je n'ai lu pour le moment qu'une trentaine de pages et j'ai feuilleté le reste mais dans le monde actuel dans lequel on vit, c'est une parution essentielle qui mêle poésie, nouvelles, bonne feuilles de livres à paraître, entretiens avec des intellectuels. Le premier numéro questionne l'identité et c'est une revue ouverte sur le monde, plus particulièrement tout le bassin Méditerranéen, notamment tous les pays où l'on parle arabe. On retrouve des collaborateurs ou des écrivains publiés par cette maison d'édition mais aussi d'autres écrivains publiés dans de plus grandes maisons d'édition, comme Boualem Sansal, J.M.G. Le Clézio (un extrait de son livre L'Africain qui va être bientôt traduit en wolof, autre initiative d'un auteur dont un livre a été publié par Zulma) ou Alain Mabanckou pour ne citer que trois noms. Oui, elle coûte 28 euros mais cela les vaut. Elle fait 400 pages, le format est très grand. C'est comme un grand livre et la mise en page est de grande qualité et va de pair avec la qualité du contenu.

Vous allez me dire que je fais encore de la promotion pour les éditions Zulma mais je ne fais que mon travail de libraire. Ce n'est parce que je suis en recherche d'emploi, que je ne continue pas à défendre les publications des maisons d'édition que j'apprécie tout particulièrement. J'écris cela pour éviter tout commentaire désobligeant.

Avatar du membre
aurele
Basse
Basse
Messages : 2281
Enregistré le : 30 août 2006, 23:00
Contact :

Re: Vos lectures

Message par aurele » 04 avr. 2016, 17:21

Image

Illettré est le huitième roman de Cécile Ladjali, enseignante en littérature et écrivain qui s'est notamment toujours sentie concernée par la question du handicap.

Le sujet de l’illettrisme, des difficultés que cela engendre dans la vie de tous les jours est remarquablement traité par l'écrivain. Le personnage de Léo m'a énormément touché, ainsi que la relation qu'il entretient avec sa grand-mère notamment. Cette dernière est un des personnages qui me marquera le plus, avec celui de Madame Ancelme, la concierge. On trouve beaucoup de poésie dans l'écriture, ce qui m'a particulièrement plu.

Cette lecture me marquera et donne envie de découvrir les autres textes de cette auteure.

Avatar du membre
aurele
Basse
Basse
Messages : 2281
Enregistré le : 30 août 2006, 23:00
Contact :

Re: Vos lectures

Message par aurele » 03 déc. 2017, 23:57

Image

L'homme de miel est un livre publié à la rentrée littéraire 2017 par un éditeur extrêmement passionné et d'une grande sensibilité, Christophe Lucquin, qui a fondé sa maison d'édition indépendante en 2011. Les livres de cet éditeur se singularisent à la fois par le choix des sujets des publications, souvent très puissants mais également la qualité de l'objet livre, avec un papier très blanc, une identité visuelle très marquée par des touches de bleues, notamment sur la couverture, la quatrième de couverture et sur la page de garde. Le dessin qui orne la couverture de ce livre est extrêmement bien pensé.

Olivier Martinelli publie avec ce livre un recueil de chroniques autour de la découverte de sa maladie, un cancer appelé myélome. Il utilise lui même le terme que j'emploie pour évoquer ce livre dans la postface. Il est l'auteur de plusieurs nouvelles parues dans divers recueils et de cinq romans dont certains parus uniquement sous forme numérique.

En dépit de son sujet, c'est un livre qui se veut positif, grâce à de nombreuses touches d'humour, d'autodérision dont le narrateur fait preuve lorsqu'il nous relate l'ensemble de l'année liée à son cancer, les séjours à l'hôpital, les suites de l'opération qu'ils a subi. Les titres de chapitre sont extrêmement percutants. Ce qui m'a le plus touché dans ce livre, c'est assurément la relation de notre narrateur / auteur avec ses deux enfants, Dan et Liz. Ce n'est pas un livre qui se veut larmoyant, plein de pathos, c'est tout simplement un ouvrage que j'ai trouvé d'une grande finesse. L'écriture en est limpide, simple au sens noble du terme, belle tout simplement. On a bien évidemment une attention très forte au corps, aux sensations. On est avec cet Homme de miel et son entourage, notamment sa famille, tout du long de ce récit. Il est intéressant d'apprendre également que l'écrivain a fait la rencontre d'un artiste peintre qui semble être un sacré personnage et c'est bien évidemment un livre qui nous parle également de création, notamment lorsque l'on est atteint d'une maladie mais pas seulement, avec cette autre figure d'artiste présente dans le livre. On aimerait voir les tableaux de Eddie, notamment lorsqu'on lit le chapitre XLVII "L'arbre de vie" qui fait partie des nombreux chapitres magnifiques de ce livre, qui nous évoque notamment ce qu'évoque le tableau pour notre narrateur, c'est-à-dire l'image qu'il a dans sa tête de son fils dans les bras de sa grand-mère, la mère d'Olivier. L'auteur évoque également son métier d'enseignant et comment il l'a quelque part sauvé.

Je compte pour terminer cette chronique citer la fin du livre, un des passages que je trouve parmi les plus beaux de ce dernier. C'est une scène du narrateur avec ses enfants.

"J'allais lui montrer ces drôles de nuages quand je me suis aperçu qu'ils avaient disparu. Il n'en restait rien. Rien qu'une inquiétude diffuse striant le bleu profond du ciel. Le froid m'a fait frissonner. Instinctivement, mes enfants se sont blottis davantage contre moi. Ils ont enfoncé leur chaleur et leur futur immense tout près de mon âme. De leurs petites mains, ils ont attrapé mon coeur. Ma peur a volé en éclats."

C'est un livre magnifique et j'ai eu un coup de cœur absolu pour ce livre qu'il faut absolument se procurer en librairie ou sur le site de l'éditeur. Il faut le lire pour se rendre compte de la force de certaines personnes et surtout du recul qu'elles sont capables d'avoir lorsqu'elles traversent une épreuve.

Lien vers le site de la maison d'édition : http://www.christoph...quinediteur.fr/

Avatar du membre
JdeB
Administrateur ODB
Administrateur ODB
Messages : 20718
Enregistré le : 02 mars 2003, 00:00
Contact :

Re: Vos lectures

Message par JdeB » 04 déc. 2017, 09:44

Je viens de lire une biographie de la romancière anglaise écrivant en français Violet Trefusis, fille de la favorite d'Edouard VII et modèle d'un des principaux personnages d'Orlando (pas celui de Haendel ni de Vivaldi...), grande wagnérienne, grande francophile, grande lesbienne, grande mondaine, grande excentrique.

J'ai trouvé dans une case à livres à Reims, La Place d'Annie Ernaux

Je vais me lancer dans Les 3 grosses dames d'Antibes de Sommerset Maugham
"Si tu travailles avec un marteau-piqueur pendant un tremblement de terre, désynchronise-toi, sinon tu travailles pour rien." J-C Van Damme.
Odb-opéra

Avatar du membre
raph13
Modérateur ODB
Modérateur ODB
Messages : 2787
Enregistré le : 03 déc. 2005, 00:00
Localisation : Paris

Re: Vos lectures

Message par raph13 » 04 déc. 2017, 12:29

JdeB a écrit :
04 déc. 2017, 09:44
Je vais me lancer dans Les 3 grosses dames d'Antibes de Sommerset Maugham
Un régal !!
Je viens de dévorer "Le tour du monde du roi zibeline" de J-C.Ruffin, roman brillant et extrêmement bien ficelé, très prenant.
« L’opéra est comme l’amour : on s’y ennuie mais on y retourne » (Flaubert)

Avatar du membre
lionrougeetblanc
Alto
Alto
Messages : 400
Enregistré le : 05 janv. 2017, 12:18
Localisation : Paris - Savoie

Re: Vos lectures

Message par lionrougeetblanc » 06 déc. 2017, 13:55

Image

Ce livre est un de mes plus belles lectures de l'année. L'histoire d'un horloger anglais, créateur d'automates extraordinaires, qui se rend à la Cité interdite au XVIIIème siècle pour travailler sur des horloges traduisant un rapport intime au temps qui passe. La description, par touches subtiles, de la Cour impériale, où la puissance réelle et symbolique de l'empereur rythme chaque seconde de la vie, est d'une justesse absolue ; la narration est à la fois plaisante et puissante, touchant des thèmes aussi essentiels que la mort, l'attente, le désir, le pouvoir ; la beauté des images qui naissent sous la plume de Christoph Ransmayr est remarquable de subtilité, de poésie et j'ai souvent pensé au film Hero (Zhang Yimou) en lisant.
A lire certains commentaires on voit que les premières pages peuvent dérouter certains lecteurs par l'usage d'une ponctuation surprenante. Rien de tel pour ce qui me concerne, j'ai immédiatement été captivée par la beauté, la force, l'étrangeté aussi, du monde convoqué par l'auteur.

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 9 invités