La Venise de Vivaldi

Biographies, livres historiques et autres bouquins relatifs à l'opéra.
Répondre
Avatar du membre
cherubeer
Messages : 22
Enregistré le : 04 févr. 2004, 00:00
Localisation : Metz

La Venise de Vivaldi

Message par cherubeer » 11 sept. 2004, 15:41

"Musiques et fêtes baroques"
De Patrick Barbier
Ed. : Grasset
Prix ed. 19 euros

Un livre d'une lecture facile et d'une certaine richesse anecdotique mêlant des détails "sérieux" à d'autres plus légers.
On y parle en fait peu de Vivaldi mais surtout de la musique sous toutes ses formes à Venise à cette époque du chant des gondoliers, en passant par les orchestres et choeurs des Ospedali, ces orphelinats d'exellence musicale qui permettent à de très nombreux enfants de s'élever dans la société grâce à la musique.

Extrait :
"Mais un plus grand mystère plane sur les effectifs vocaux : la présence dans les partitions de quatre registres de voix (soprano, contralto, ténor et basse), alors qu'il n'y a que des femmes. Toutes les hypothèses ont été émises."

On y parle encore des fêtes religieuses : carnaval...

Extrait:
"Une bataille rangée oppose même un jour des religieuses cloîtrées qui réclame l'opéra, à d'autres qui ne veulent pas en entendre parler : plusieurs se retrouvent blessées dans la mêlée et l'une d'elles finit au fond d'un puits"
Quelle époque ! :lol:

On nous donne l'esquisse d'un portait de Vivaldi , compositeur assez secret même après avoir composé environ 500 concertos.

Et enfin on nous parle d'OPERA:

L'opéra non élitiste :
Extrait :"D'un genre musical réservé aux grandes familles de Florence [...]c.à.d. à une élite culturelle, Venise en fait un spectacle pour tout public :voilà son coup de maître ! Cette petite révolution a lieu en 1637 [...] Là est le double géni de Venise : celui d'avoir transformé un produit de luxe, élitiste par exellence, en produit commercial et populaire; mais également d'avoir osé imaginer que des classes sociales aussi opposées que les princes et les gens du peuple puissent cohabiter en un même lieu, pour ressentir les mêmes émotions devant un seul et même spectacle."


L'opéra et déjà ses STARS :

"L'augmentation des salaires octroyés aux chanteur devient galopante pendant la jeunesse de Vivaldi, c. à d. à partir des années 1680 qui consacrent le lancement du Théâtre S. Giovanni Grisostomo : il va donc falloir beaucoup d'astuces à l'imprésario pour offrir au public des voix de qualité tout en contrôlant son budget [Dilemme toujours actuel !] En plus de son cachet, le chanteur, castrat ou Prima Donna, va tendre à jouer les "stars" et à se faire inviter sur un pied royal, parfois avec une partie de sa famille, sans compter chiens, chats et perroquet. L'un renvoie une partition qui ne lui convient pas ou annule un contrat pas assez lucratif, l'autre demande qu'on transpose une partie jugée trop aiguë ou qu'on ajoute un air de bravoure pour son entrée en scène."


Un livre, donc, à lire masqué, à la lueur d'une bougie et accompagné d'un très léger air d'opéra italien.

cherubeer

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 2 invités