Bellini : I Puritani (édition critique)

Biographies, livres historiques et autres bouquins relatifs à l'opéra.
Avatar du membre
jean-didier
Modérateur ODB
Modérateur ODB
Messages : 3369
Enregistré le : 02 août 2006, 23:00
Localisation : Asnières

Bellini : I Puritani (édition critique)

Message par jean-didier » 26 janv. 2016, 20:45

Je viens de trouver à la Flûte de Pan le piano / chant de l'édition critique des Puritains enfin publiée !
Il y a deux volumes avec 800 pages au total (contre 263 pages pour l'édition courante de Ricordi qui faisait alors référence). La nouvelle édition propose la version de Paris et la version de Naples. On a enfin le droit au trio Enrichetta/Arturo/Riccardo "Se il destino a te" et à la version longue du duo Elvira/Arturo avec la section "Da quel di che ti mirai". Plus les transpositions. On se demande pourquoi l'air de Riccardo "Ah per sempre" avec la cabalette en version ténor (un quarte plus haut que la version baryton) n'est pas enregistrée par les ténors belcantistes, c'est une très belle scène de parade pour un ténor belcantiste avec possibilité de finir brillamment sur un beau contre-ut (ce que ne fait pas le ténor dans l'enregistrement Ricciarelli/Merritt d'ailleurs).
En annexe sont proposées - très instructif - les variations de Giulia Grisi pour la polonaise : ce sont de véritables acrobaties de doubles-croches avec aucun suraigu mais des sauts et des vocalises sans fin. Des variations de Mario sont également proposées (il chantait le contre-fa d'après ce qui est retranscrit).
Toute la genèse de l'opéra et de ses différents avatars sont décrits dans les commentaires critiques.
Indispensable ! (68 euros à la Flûte de Pan).

Schwannhilde
Basse
Basse
Messages : 2691
Enregistré le : 09 août 2013, 20:36

Re: Bellini : I Puritani (édition critique)

Message par Schwannhilde » 27 janv. 2016, 10:26

jean-didier a écrit :On se demande pourquoi l'air de Riccardo "Ah per sempre" avec la cabalette en version ténor (un quarte plus haut que la version baryton) n'est pas enregistrée par les ténors belcantistes, c'est une très belle scène de parade pour un ténor belcantiste avec possibilité de finir brillamment sur un beau contre-ut (ce que ne fait pas le ténor dans l'enregistrement Ricciarelli/Merritt d'ailleurs).
Oui, on se le demande.
Il n'y a aucun enregistrement avec ce contre-ut ?
Mais quand même, cet air est über-bellinissime chanté par un baryton.
" Vaut mieux en rire que s'en foutre " (Didier Super)

Avatar du membre
jean-didier
Modérateur ODB
Modérateur ODB
Messages : 3369
Enregistré le : 02 août 2006, 23:00
Localisation : Asnières

Re: Bellini : I Puritani (édition critique)

Message par jean-didier » 27 janv. 2016, 20:37

Oui mais aucun baryton n'arrive au bout des vocalises de la cabalette, sans ralentir ni savonner, ni couper, enfin il me semble dans les dizaines de versions que j'ai entendues.

Avatar du membre
PlacidoCarrerotti
Hall of Fame
Hall of Fame
Messages : 12028
Enregistré le : 04 mars 2003, 00:00
Contact :

Re: Bellini : I Puritani (édition critique)

Message par PlacidoCarrerotti » 27 janv. 2016, 21:48

jean-didier a écrit :Oui mais aucun baryton n'arrive au bout des vocalises de la cabalette, sans ralentir ni savonner, ni couper, enfin il me semble dans les dizaines de versions que j'ai entendues.
J'ai entendu Hampson là-dedans. Aucune italianita mais reprise avec variations et coda intégrale. Quand je l'ai complimenté il m'a répondu avec une certaine suffisance "c'est comme ça que ça se chante, non ?".
“Plus on ira, moins il y aura de centenaires qui auront connu Napoléon 1er.” Alphonse Allais.

Schwannhilde
Basse
Basse
Messages : 2691
Enregistré le : 09 août 2013, 20:36

Re: Bellini : I Puritani (édition critique)

Message par Schwannhilde » 28 janv. 2016, 09:54

PlacidoCarrerotti a écrit :reprise avec variations et coda intégrale
Y a-t-il des enregistrements avec ces variations et cette coda ?
" Vaut mieux en rire que s'en foutre " (Didier Super)

Avatar du membre
jean-didier
Modérateur ODB
Modérateur ODB
Messages : 3369
Enregistré le : 02 août 2006, 23:00
Localisation : Asnières

Re: Bellini : I Puritani (édition critique)

Message par jean-didier » 29 janv. 2016, 08:54

J'ai trouvé ça comme référence sur internet, j'imagine qu'il doit exister des enregistrements radio.

New-York, Met
13/01/1997

Elvira..................Ruth Ann Swenson
Arturo..................Stuart Neill
Riccardo................Thomas Hampson
Giorgio.................Alastair Miles
Enrichetta..............Diane Elias
Gualtiero...............Hao Jiang Tian
Bruno...................Charles Anthony

Conductor...............Edoardo Müller

Production..............Sandro Sequi
Stage Director..........David Kneuss
Set designer............Ming Cho Lee
Costume designer........Peter J. Hall
Lighting designer.......Gil Wechsler

Avatar du membre
PlacidoCarrerotti
Hall of Fame
Hall of Fame
Messages : 12028
Enregistré le : 04 mars 2003, 00:00
Contact :

Re: Bellini : I Puritani (édition critique)

Message par PlacidoCarrerotti » 29 janv. 2016, 09:55

jean-didier a écrit :J'ai trouvé ça comme référence sur internet, j'imagine qu'il doit exister des enregistrements radio.

New-York, Met
13/01/1997

Elvira..................Ruth Ann Swenson
Arturo..................Stuart Neill
Riccardo................Thomas Hampson
Giorgio.................Alastair Miles
Enrichetta..............Diane Elias
Gualtiero...............Hao Jiang Tian
Bruno...................Charles Anthony

Conductor...............Edoardo Müller

Production..............Sandro Sequi
Stage Director..........David Kneuss
Set designer............Ming Cho Lee
Costume designer........Peter J. Hall
Lighting designer.......Gil Wechsler
Oui c'est bien ça. J'y étais le 1er février ;-)
“Plus on ira, moins il y aura de centenaires qui auront connu Napoléon 1er.” Alphonse Allais.

Avatar du membre
jean-didier
Modérateur ODB
Modérateur ODB
Messages : 3369
Enregistré le : 02 août 2006, 23:00
Localisation : Asnières

Re: Bellini : I Puritani (édition critique)

Message par jean-didier » 31 janv. 2016, 11:34

Quelques précisions : la cabalette de Riccardo (en version baryton et ténor) est en fait plus longue que celle qu'on connaît. Il y a une coupure indiquée par Bellini concernant un passage de 12 mesures (plus la reprise). Ce passage est effectivement un peu lourdingue et tendu (avec des aigus) qui font que le pauvre Riccardo doit se retrouver exténué s'il chante cette version. Je n'ai jamais entendu d'enregistrement de cette version longue.

Sinon il est intéressant de voir que Bellini dans sa correspondance parle de la scène de la folie d'Elvira comme d'un trio (et non comme un morceau de parade comme ça l'est devenu). De même la polonaise du finale du premier acte est présentée comme un quatuor. Initialement Bellini avait écrit un "quartettino" (qu'il décrit lui-même comme "insignifiant" et dont la musique n'est pas connue) mais pour la Malibran il a écrit le morceau qu'on connaît (qu'il décrit comme si curieux et si brillant qu'elle en sera ravie) et que du coup il a introduit dans la version pour Paris et que Giulia Grisi a donc chanté.

Sinon au passage je suis en train de réécouter la version de Naples avec Chris Merritt et Katia Ricciarelli. Quel massacre de la part de Ricciarelli, n'y avait-il pas possibilité en 1986 de faire appel à une chanteuse compétente capable de chanter les notes ? Dommage avec un Arturo de la trempe de Christ Merritt (dont les moyens vocaux sont sous-employés dans cette version rabaissée) d'avoir une partenaire complètement dépassée par la situation. Dans la scène de la folie rabaissée en fa majeur, elle n'est même pas capable de finir sur un contre-ut brillant et se contente d'un si bémol piteux (non écrit, l'air tel qu'il est écrit finit dans le médium de la voix).

Avatar du membre
jean-didier
Modérateur ODB
Modérateur ODB
Messages : 3369
Enregistré le : 02 août 2006, 23:00
Localisation : Asnières

Re: Bellini : I Puritani (édition critique)

Message par jean-didier » 03 févr. 2016, 16:02

Je lis les notes critiques au compte-goûtes et j'en découvre tous les soirs. Je me dis que ça peut intéresser les fans de Bellini.
Les musicologues indiquent que Bellini a retravaillé sa partition jusqu'à septembre 1835 (je rappelle que les Puritains ont été créés à Paris en janvier 1835 et que Bellini est mort en septembre de la même année) et qu'ils estiment que s'il avait vécu, il aurait certainement continué de la retravailler. Aujourd'hui on ne peut pas dire qu'il existe une version définitive des Puritains. Bellini a lui-même opéré des coupes, soit pour la version de Naples Malibran / Duprez (qui n'a pas eu lieu d'ailleurs) soit après la générale parisienne et soit après. Plusieurs manuscrits (non autographes) de la partition d'orchestre ont été établis pour l'Italie, l'Allemagne avec des interventions personnelles de Bellini sur ces manuscrits.
Pour le largo du duo de l'acte 3 "Da quel di que ti mirai", ils indiquent que la version enregistrée par Bonynge (Pavarotti / Sutherland) est basée sur une reconstruction orchestrale à partir d'un piano/chant mais ne correspond pas à la véritable orchestration originale de Bellini.

Avatar du membre
PlacidoCarrerotti
Hall of Fame
Hall of Fame
Messages : 12028
Enregistré le : 04 mars 2003, 00:00
Contact :

Re: Bellini : I Puritani (édition critique)

Message par PlacidoCarrerotti » 03 févr. 2016, 16:29

jean-didier a écrit :Je lis les notes critiques au compte-goûtes et j'en découvre tous les soirs. Je me dis que ça peut intéresser les fans de Bellini.
Les musicologues indiquent que Bellini a retravaillé sa partition jusqu'à septembre 1835 (je rappelle que les Puritains ont été créés à Paris en janvier 1835 et que Bellini est mort en septembre de la même année) et qu'ils estiment que s'il avait vécu, il aurait certainement continué de la retravailler. Aujourd'hui on ne peut pas dire qu'il existe une version définitive des Puritains. Bellini a lui-même opéré des coupes, soit pour la version de Naples Malibran / Duprez (qui n'a pas eu lieu d'ailleurs) soit après la générale parisienne et soit après. Plusieurs manuscrits (non autographes) de la partition d'orchestre ont été établis pour l'Italie, l'Allemagne avec des interventions personnelles de Bellini sur ces manuscrits.
Pour le largo du duo de l'acte 3 "Da quel di que ti mirai", ils indiquent que la version enregistrée par Bonynge (Pavarotti / Sutherland) est basée sur une reconstruction orchestrale à partir d'un piano/chant mais ne correspond pas à la véritable orchestration originale de Bellini.

Bonynge est un excellent compositeur : on lui doit la cabalette de Valentine dans les Huguenots et c'est le seul qui l'a enregistré :D
“Plus on ira, moins il y aura de centenaires qui auront connu Napoléon 1er.” Alphonse Allais.

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 2 invités