R. Martet: Grandes Divas du XX ième siécle (2015)

Biographies, livres historiques et autres bouquins relatifs à l'opéra.
Avatar du membre
JdeB
Administrateur ODB
Administrateur ODB
Messages : 19671
Enregistré le : 02 mars 2003, 00:00
Contact :

R. Martet: Grandes Divas du XX ième siécle (2015)

Message par JdeB » 05 déc. 2015, 10:25

MARTET, Richard, Les Grandes divas du XXième siècle, Paris, Buchet-Chastel, 2015, 447 pages + un CD de 7 heures, 23 euros.

Dans ce livre-disque fraichement paru qui fait pendant à son ouvrage sur les Divos (2012), Richard Martet évoque en expert, avec un sens aigu de la synthèse et un ton plein d’allant, la trajectoire étincelante d’une cinquantaine de divas, nées entre 1882 (G. Farrar) et 1946 (E. Gruberova), dont treize sont encore en vie.

A la fin de ses portraits de six ou sept pages environ, il donne des indications discographiques et vidéographiques, une de ses grandes spécialités, et présente brièvement les deux extraits qu’il a choisis pour illustrer la voix et l’art de l’artiste en question.

Outre les sept heures de musique du CD et la belle iconographie issue des archives du Met, le grand intérêt de l’ouvrage est qu’il suit ces chanteuses vraiment jusqu’à aujourd’hui, bien après leur retrait des scènes.

Le livre se veut très grand public puisque R. Martet précise systématiquement que le personnage de Micaela apparaît dans Carmen par exemple, mais peut intéresser aussi, à la marge, les passionnés plus pointus. J’ai moi-même découvert la passion de R. Crespin pour le Sénégal.

Il faut bien effectuer un choix, certes, mais on regrette tout de même l’absence de J. Baker, H. Behrens, M. Cebotari, C. Eda-Pierre, J. Novotna, L. Popp, E. Stignani, T. Troyanos ou de J. Varady, une liste non exhaustive. Espérons une réédition augmentée.

De même, on pourrait ajouter à la bibliographie, les livres de T. Berganza (Flor de soledad y silencio) ou de K. Te Kanawa (Opera for lovers), des ouvrages plus généraux et transversaux comme ceux de Candé & Blanchard, Segalini, Godefroid, Boyden, Tubeuf, etc ainsi que des dictionnaires spécialisés.

Pour autant, cet ouvrage probe, limpide et pétri d’une admiration non dénuée de recul (comme les pages sur « Grubie » le prouvent qui exposent aussi l’avis des détracteurs de la diva de Bratislava), constitue un cadeau agréable et enrichissant à offrir ou à s’offrir d’autant que le prix est fort raisonnable.

Jérôme Pesqué
"Si tu travailles avec un marteau-piqueur pendant un tremblement de terre, désynchronise-toi, sinon tu travailles pour rien." J-C Van Damme.
Odb-opéra

amelita
Ténor
Ténor
Messages : 770
Enregistré le : 28 févr. 2010, 00:00
Contact :

Re: R. Martet: Grandes Divas du XX ième siécle (2015)

Message par amelita » 05 déc. 2015, 17:58

Ah! bonne pioche en ces temps! mais quand même oublier Lucia Popp ... Merci du compte-rendu ! j'aime bien l'écouter, depuis des années, sur france Musique chez L .Esparza ( il est du Sud... !), le lire sur Opera Magazine peut se faire en médiathèque (car l'acheter tous les mois c'est pas vraiment une necessité, il y a toujours de belles illustrations, un peu cher quand même!) Je vais chercher son prix (et voir si votre 'raisonnable' correspond au mien... !!!)

amelita
Ténor
Ténor
Messages : 770
Enregistré le : 28 févr. 2010, 00:00
Contact :

Re: R. Martet: Grandes Divas du XX ième siécle (2015)

Message par amelita » 05 déc. 2015, 18:25

prix effecivement 'raisonnable' souvent un cd revient le prix du livre...on peut comparer ce prix à une séance d'opéra-cinéma? (un tout petit peu plus cher? je ne sais pas exacement combien cela fait car n'y suis pas encore allée, préfère le "Poulailler" pour 13€ et 11€, sans ascenseur à Marseille).

Avatar du membre
JdeB
Administrateur ODB
Administrateur ODB
Messages : 19671
Enregistré le : 02 mars 2003, 00:00
Contact :

Re: R. Martet: Grandes Divas du XX ième siécle (2015)

Message par JdeB » 06 déc. 2015, 09:37

oui, un peu plus cher qu'une séance d'opéra-cinéma mais pour 23 euros (j'avais indiqué le prix) on a un livre et un Cd de 7 heures (j'ignorais que c'était possible ce type de durée)

moi plus que L Popp, artiste sublime mais pas vraiment diva, c'est l'absence de Cebotari, idole de son époque grâce au cinéma, et dont le cortège funéraire a été suivi par 10 000 personnes ! qui me navre

oui, Richard est de Bordeaux.
"Si tu travailles avec un marteau-piqueur pendant un tremblement de terre, désynchronise-toi, sinon tu travailles pour rien." J-C Van Damme.
Odb-opéra

amelita
Ténor
Ténor
Messages : 770
Enregistré le : 28 févr. 2010, 00:00
Contact :

Re: R. Martet: Grandes Divas du XX ième siécle (2015)

Message par amelita » 06 déc. 2015, 10:23

Oui, maintenant je vois ... mille excuses c'est le fait de lire un peu en 'scanning' j'ai loupé l'entête. Mais j'ai pu voir le bouquin, broché, en faisant la recherche du prix! Pour moi Lucia Popp est une remarquable artiste partie trop tôt, si belle pour Mozart, R. Strauss ainsi que Fauré( le Requiem) l concept de "Diva" est toujours à creuser selon les époques, qui on est, si on suit la 'mode' lyrique si je peux dire. (Je ne connais pas beaucoup Maria Cebotari et ses liens avec le cinéma. Voici une nouvelle piste ! ) merci!

Avatar du membre
JdeB
Administrateur ODB
Administrateur ODB
Messages : 19671
Enregistré le : 02 mars 2003, 00:00
Contact :

Re: R. Martet: Grandes Divas du XX ième siécle (2015)

Message par JdeB » 06 déc. 2015, 15:24

Non, un concept ne dépend pas du tout de "qui on est" ni de la" mode", justement. Il doit au contraire absolument transcender tout cela.
Il ne s'agit pas de savoir ce qui me touche (/bouleverse/éblouit, etc) moi-même.
Une grande artiste n'est pas forcément une diva (ex aujourd'hui ta chère A. Harteros ou une Sophie Koch). Pour être une diva, il faut avoir une grande carrière, des qualités vocales rares, bien sûr, mais surtout être célèbre, flamboyante et adulée, très largement, si possible au delà de la sphère lyrique. Avoir une trajectoire qui marque les esprits, un destin.
En cela je suis parfaitement d'accord avec Richard.
Mais voilà que le concept correspond totalement à Cebotari, partie très tôt elle aussi (39 ans) mais beaucoup moins à Popp.

Hélas, les films avec Cebotari sont presque introuvables. La mort si jeune de la soprano moldave, sa dizaine de films (dont un sur la Malibran), son appartenance à une troupe théâtral ambulante, son physique de rêve, contribuent tout autant à en faire une diva que les créations mondiales de La Femme silencieuse ou du Vin Herbé.
d'où l'adulation des foules. On est une diva par acclamation "populaire"

Moi non plus je ne suis jamais allé voir une retransmission au cinéma
"Si tu travailles avec un marteau-piqueur pendant un tremblement de terre, désynchronise-toi, sinon tu travailles pour rien." J-C Van Damme.
Odb-opéra

amelita
Ténor
Ténor
Messages : 770
Enregistré le : 28 févr. 2010, 00:00
Contact :

Re: R. Martet: Grandes Divas du XX ième siécle (2015)

Message par amelita » 06 déc. 2015, 18:07

Une vision de l'esprit est un concept né dans l'esprit de quelqu'un donc forcément personnel, d'une personne spécifique à un moment spécifique...
Que la diva de l'Empire transcende tous les publics qui l'écoutent, du gentleman au dandy qui l'admirent et qu'elle subjugue par ses charmes, j'adhère! Tu cites La Malibran (incarnée par Maria Cebotari ) alors là j'adhère encore plus à la 'Diva' (ce que j''en pense pour moi) car elle fut immortalisée par Musset dans ses 27 Stances à la Malibran. Callas a-t-elle été chantée par un poète? l'adulation dans nos espaces du XXIè siècle n'est plus ce qu'elle était du temps de la Malibran, ni même de La callas. Je ne sais pas ce que pense Richard Martet et de quelle définition de Diva il part, je n'ai vu son livre que sur le net! Merci pour ta controverse ! (et ces détails sur Maria Ceborati à nouveau)

Avatar du membre
JdeB
Administrateur ODB
Administrateur ODB
Messages : 19671
Enregistré le : 02 mars 2003, 00:00
Contact :

Re: R. Martet: Grandes Divas du XX ième siécle (2015)

Message par JdeB » 07 déc. 2015, 09:43

Richard part de la définition que j'ai exposée plus haut et qui est la plus pertinente pour sa période car son livre ne traite que des Divas du XXième siècle comme le titre le précise bien clairement. Donc tout ce qui ce rapporte au XIX siècle n'a ici pas court. Son livre est à 99% un galerie de portraits et ne cherche pas à approfondir le concept. Il s'en tient à une conception bien connue et qui fait consensus.
je reprends donc, avec mes mots, mais dans le même esprit que lui: Pour être une diva, il faut avoir une grande carrière, des qualités vocales rares, bien sûr, mais surtout être célèbre, flamboyante et adulée, très largement, si possible au delà de la sphère lyrique. Avoir une trajectoire qui marque les esprits, un destin.

D'autre part, je t'ai donné la définition exacte de ce qu'est un concept mais en réalité, je vois que tu utilises ce terme dans un sens équivalant à "l'opinion d'un auteur" versus l'idée que tu te fais, toi, d'une diva.

Une diva de ce siècle et qui figure dans le livre a inspiré un grand poète (vivant) : K. Ferrier par Yves Bonnefoy.
Pour Callas, à part un poème de ..Yves Saint-Laurent, je ne sais pas. Peut-être chez Pasolini

Je ne vois pas trop pourquoi seul le poète pourrait conférer le titre de diva. Car si on suit ce raisonnement, et si on ne trouve pas de poème important sur Callas, il faudrait considérer qu’elle n'en serait pas une ? Qui pourrait le soutenir ?!
"Si tu travailles avec un marteau-piqueur pendant un tremblement de terre, désynchronise-toi, sinon tu travailles pour rien." J-C Van Damme.
Odb-opéra

amelita
Ténor
Ténor
Messages : 770
Enregistré le : 28 févr. 2010, 00:00
Contact :

Re: R. Martet: Grandes Divas du XX ième siécle (2015)

Message par amelita » 07 déc. 2015, 10:39

Je ne vois pas trop pourquoi seul le poète pourrait conférer le titre de diva. Car si on suit ce raisonnement, et si on ne trouve pas de poème important sur Callas, il faudrait considérer qu’elle n'en serait pas une ? Qui pourrait le soutenir ?!
Vu ainsi c'est grotesque, mais cela s'inscrivait en opposition (dans ce que je pensais) à ta conclusion:
'On est une diva par acclamation "populaire", et je me suis dit,' 'pas seulement'...
La référence K.Ferrier-Yves Bonnefoy m'est inconnue, merci! Pour Yves-saint Laurent l'exposition au Petit Palais dans cette salle où sa voix emplissait l'espace de ses créations, où s'éclairaient ses robes de bals avec les flahs de ses idoles, Rimbaud, Cocteau, Marilyn, Coco Chanel.. est un souvenir fort pour moi. On peut dire que Maria Callas était son icône. Donc poètes, grands couturiers écrivains ne font souvent qu'un avec la sphère de la Diva... Je pense aussi à June Anderson, muse du grand couturier italien Maurizio Galante. Enfin ... ce sujet est inépuisable je crois! Merci pour toutes ces pistes avant achat et lecture.

Avatar du membre
JdeB
Administrateur ODB
Administrateur ODB
Messages : 19671
Enregistré le : 02 mars 2003, 00:00
Contact :

Re: R. Martet: Grandes Divas du XX ième siécle (2015)

Message par JdeB » 07 déc. 2015, 10:46

oui, d'ailleurs RM aurait du étoffer sa bibliographie avec des ouvrages plus généraux comme le très beau catalogue de l'expo du Musée du costume Vestiaires de divas.

j'ai mis "populaire" entre guillemets et en me référant à la seule période envisagée par ce livre, à savoir le XXième.

La photo a beaucoup fait aussi pour le mythe Callas, de même que la presse people. Ce qui frappe lorsqu'on se plonge dans la presse "populaire" de l’époque c'est de voir à quel point une Boué ou une Crespin y étaient fort présentes (presse féminine comme rubriques mondaines)

Pour moi June Anderson est la dernière diva (même si, semble-t-il, elle ne chante plus) de la grande lignée "romantique"
"Si tu travailles avec un marteau-piqueur pendant un tremblement de terre, désynchronise-toi, sinon tu travailles pour rien." J-C Van Damme.
Odb-opéra

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité