R. Martet: Grandes Divas du XX ième siécle (2015)

Biographies, livres historiques et autres bouquins relatifs à l'opéra.
amelita
Ténor
Ténor
Messages : 770
Enregistré le : 28 févr. 2010, 00:00
Contact :

Re: R. Martet: Grandes Divas du XX ième siécle (2015)

Message par amelita » 07 déc. 2015, 11:08

"Ce qui frappe lorsqu'on se plonge dans la presse de l’époque c'est de voir à quel point une Boué ou une Crespin y étaient fort présentes, de même que dans la presse féminine"
On parle des sannées 50 à 60 là, avant le boum télévisuel? C'est vrai que la presse de l'époque faisait plus de place au tout culturel, car il n'y avait pas encore de spécialisation.
Et le rôle de la radio quand c'était l'ORTF? il y a eu de belles retransmissions de Garnier. Je pense qu'à Pâques 54 j'ai découvert à la radio les symphonies de Malher et certainement la voix de K.Ferrier. Ma mère était toujours au courant de tout dans la sphère lyrique par la radio ainsi que la presse.

Avatar du membre
JdeB
Administrateur ODB
Administrateur ODB
Messages : 20609
Enregistré le : 02 mars 2003, 00:00
Contact :

Re: R. Martet: Grandes Divas du XX ième siécle (2015)

Message par JdeB » 07 déc. 2015, 11:15

amelita a écrit :"Ce qui frappe lorsqu'on se plonge dans la presse de l’époque c'est de voir à quel point une Boué ou une Crespin y étaient fort présentes, de même que dans la presse féminine"
On parle des sannées 50 à 60 là, avant le boum télévisuel? C'est vrai que la presse de l'époque faisait plus de place au tout culturel, car il n'y avait pas encore de spécialisation.
non, pas seulement les années 50 et 60, pour Crespin cela va jusqu'au début des années 1980 ! Je ne parle pas du tout des pages culturelles là, mais bien au contraire d'une approche plus féminine '"Crespin et les hommes : "je n'aime pas les minets" ou people "Crespin à Saint-Tropez", "Crespin gagne une partie de bridge chez les Rothschild, G. Boué et son nouveau cheval, M. Dior au pied de l'avion de GB pour lui apporter sa nouvelle robe de soirée, etc...

Cà c'est très diva, non ?
"Si tu travailles avec un marteau-piqueur pendant un tremblement de terre, désynchronise-toi, sinon tu travailles pour rien." J-C Van Damme.
Odb-opéra

amelita
Ténor
Ténor
Messages : 770
Enregistré le : 28 févr. 2010, 00:00
Contact :

Re: R. Martet: Grandes Divas du XX ième siécle (2015)

Message par amelita » 07 déc. 2015, 11:27

"Pour moi June Anderson est la dernière diva (même si, semble-t-il, elle ne chante plus) de la grande lignée "romantique"
Pour moi aussi. Son récital Coline en ré' à Toulon fut un délice ,mieux encore que le souvenir de Nixon in China au châtelet.
Pour Cresoin et GB,J'ignorai aussi cet aspect déjà très people XXIè !
"non, pas seulement les années 50 et 60, pour Crespin cela va jusqu'au début des années 1980 ! Je ne parle pas du tout des pages culturelles là, mais bien au contraire d'une approche plus féminine '"Crespin et les hommes : "je n'aime pas les minets" ou people "Crespin à Saint-Tropez", "Crespin gagne une partie de bridge chez les Rothschild, G. Boué et son nouveau cheval, M. Dior au pied de l'avion de GB pour lui apporter sa nouvelle robe de soirée.
Le livre de Régine montre combien elle était 'bonne vivante' et aussi si sensible, c'est un livre que j'ai beaucoup parcouru. Ses réflexions sur la mort de Maria Callas est tellement vrai, quand elle se reproche de ne pas lui avoir tél pour une sortie ensemble, dit avec tant de simplicité. (je devaris retourner au texte, pour mieux cerner son sentiment,c'est un livre que tu as certainement lu! A la scène A la ville ). Je n'aime pas les minets!!!! on dirait quoi maintenant!!! l'exposition à Garnier était belle aussi. Surtout pour les quelques photos assez rares de ses débuts dans le Sud!.

Avatar du membre
JdeB
Administrateur ODB
Administrateur ODB
Messages : 20609
Enregistré le : 02 mars 2003, 00:00
Contact :

Re: R. Martet: Grandes Divas du XX ième siécle (2015)

Message par JdeB » 07 déc. 2015, 12:08

oui, j'ai lu énormément de choses sur R. Crespin puisque j'écris sa biographie. Nos deux familles sont liées depuis la plus tendre enfance de RC à Nîmes , mes grands-parents étaient ses voisins place du Château et la gardait régulièrement.

Moi j'ai trouvé l'expo Crespin à Garnier un peu décevante mais bon, je n'ai pas les mêmes attentes que la moyenne dans ce domaine.
"Si tu travailles avec un marteau-piqueur pendant un tremblement de terre, désynchronise-toi, sinon tu travailles pour rien." J-C Van Damme.
Odb-opéra

amelita
Ténor
Ténor
Messages : 770
Enregistré le : 28 févr. 2010, 00:00
Contact :

Re: R. Martet: Grandes Divas du XX ième siécle (2015)

Message par amelita » 07 déc. 2015, 14:17

'oui, j'ai lu énormément de choses sur R. Crespin puisque j'écris sa biographie. Nos deux familles sont liées depuis la plus tendre enfance de RC à Nîmes , mes grands-parents étaient ses voisins place du Château et la gardait régulièrement.'
C'est une bien belle nouvelle!
Je comprends cette recherche sur les dates maintenant. Régine Crespin, pour beaucoup d'entres nous, est à part dans nos coeurs et nos collections CDS sur les étagères...C'est la conclusion du chapitre 'L'Amitié' (p 201-222 Acte Sud A la scène A la ville,ed 1997) où elle parle de ses regrets pour Maria Callas
(...)Combien il est vrai qu'il faut faire les choses comme et quand on les sent, sans timidité et sans trop augurer des réactions de l'autre, puisque
'seuls les élans du coeur au coeur arrivent'. Et comme j'aurais dû lui téléphoner, quand je la savais triste, pour lui offrir une séance de cinéma qu'elle aimait, ou un jeu de cartes, ou toute autre rencontre amicale, hors de notre métier. Elle aurait peut-être refusé, mais peut-être pas; au moins aurais-je fait un geste vers elle, la femme blessée et -qui sait?- pu lui apporter quelque distraction, quelque réconfort, quelque douceur.
Et ce geste inaccompli, je le regretterai toujours.( p211)
Là je méloigne du sujet mais c'est pour la bonne cause de l'évocation de Régine Crespin, Lionne au grand coeur!
Je pense que je vais maintenant attendre de vous lire car vous avez une position privilégiée pour écrire ce livre sur Régine!

amelita
Ténor
Ténor
Messages : 770
Enregistré le : 28 févr. 2010, 00:00
Contact :

Re: R. Martet: Grandes Divas du XX ième siécle (2015)

Message par amelita » 29 déc. 2015, 15:30

Ayant reçu le livre, je suis vraiment surprise par ce cd de 7h39m46s, commançant par" N°1 gérardilne Farrar in Puccini, Madame Butterfly, Air de Cio-Cio San, se terminant sur:N° 85: Grace Bumbry in Bizet, Carmen , air des cartes. Par quel tour de magie a-t-on pu mettre plus de 7h de musique sur un cd?
A mon grand regret, Mariella Devia pour R. Martet ne remplit pas les critères de 'Diva' et pourtant pour moi elle est bien au sommet. Ma mère aurait bondi de joie d'y trouver Mado Robin dans cette cohorte magnifique !

Avatar du membre
Stefano P
Basse
Basse
Messages : 3454
Enregistré le : 08 déc. 2013, 09:31
Contact :

Re: R. Martet: Grandes Divas du XX ième siécle (2015)

Message par Stefano P » 30 déc. 2015, 09:04

JdeB a écrit :Une diva de ce siècle et qui figure dans le livre a inspiré un grand poète (vivant) : K. Ferrier par Yves Bonnefoy.
Pour Callas, à part un poème de ..Yves Saint-Laurent, je ne sais pas. Peut-être chez Pasolini

Je ne vois pas trop pourquoi seul le poète pourrait conférer le titre de diva. Car si on suit ce raisonnement, et si on ne trouve pas de poème important sur Callas, il faudrait considérer qu’elle n'en serait pas une ? Qui pourrait le soutenir ?!
Il y a plusieurs poèmes de Pasolini dédiés à Maria Callas, écrits en 1969 et 1970, sur le tournage de Medea et dans l'année suivante où ils ont été très liés et ont beaucoup voyagé ensemble. On retrouve ces poèmes dans le recueil intitulé Trasumanar et organizzar, publié en Italie en 1971. René de Ceccatty en a traduit quelques uns en français dans le volume intitulé La Persécution (éditions Points, 2014).

On peut lire ici deux poèmes : Timor di me ? et La Baia di Kingstown

Il existe aussi une belle correspondance entre Pasolini et Callas ; je cite par exemple cette lettre de Callas, écrite en 1971 dans un avion pour New York sur un papier à lettres à en-tête de l'Olympic Airways :

"Mio caro, ti scrivo dalle nuvole che mi sembrano un bel tappeto, così dolce che ci si potrebbe camminare sopra. Ma per dove, mah ! ? Noi siamo molto legati spiritualmente, come raramente è concesso di esserlo."

"Je t'écris depuis les nuages qui ressemblent à un beau tapis, si doux qu'on pourrait presque marcher dessus. Mais pour aller où ? Qui le sait ? Nous sommes très liés spirituellement, comme rarement deux êtres ont pu l'être."

Image
Un portrait de Callas par Pasolini
"Bald, bald, Jüngling, oder nie !"

marcelin duclos
Alto
Alto
Messages : 307
Enregistré le : 15 oct. 2013, 17:27

Re: R. Martet: Grandes Divas du XX ième siécle (2015)

Message par marcelin duclos » 31 déc. 2015, 09:31

amelita a écrit :Ayant reçu le livre, je suis vraiment surprise par ce cd de 7h39m46s, commançant par" N°1 gérardilne Farrar in Puccini, Madame Butterfly, Air de Cio-Cio San, se terminant sur:N° 85: Grace Bumbry in Bizet, Carmen , air des cartes. Par quel tour de magie a-t-on pu mettre plus de 7h de musique sur un cd?
A mon grand regret, Mariella Devia pour R. Martet ne remplit pas les critères de 'Diva' et pourtant pour moi elle est bien au sommet. Ma mère aurait bondi de joie d'y trouver Mado Robin dans cette cohorte magnifique !
Chere Amelita , pour ce genre de CD , c'est " tres simple".Les airs sont " comprimés" au format MP
.J'ai ainsi des cd qui contiennent jusqu'a 30 Heures de musique,auquel on peut ajouter des photos , programmes , articles de presse...Ces cd sont écoutables sur ordinateur , a moins d'avoir un appareil de salon ,qui lit ce format MP3.

amelita
Ténor
Ténor
Messages : 770
Enregistré le : 28 févr. 2010, 00:00
Contact :

Re: R. Martet: Grandes Divas du XX ième siécle (2015)

Message par amelita » 04 janv. 2016, 12:28

marcelin duclos a écrit :
amelita a écrit :Ayant reçu le livre, je suis vraiment surprise par ce cd de 7h39m46s, commançant par" N°1 gérardilne Farrar in Puccini, Madame Butterfly, Air de Cio-Cio San, se terminant sur:N° 85: Grace Bumbry in Bizet, Carmen , air des cartes. Par quel tour de magie a-t-on pu mettre plus de 7h de musique sur un cd?
A mon grand regret, Mariella Devia pour R. Martet ne remplit pas les critères de 'Diva' et pourtant pour moi elle est bien au sommet. Ma mère aurait bondi de joie d'y trouver Mado Robin dans cette cohorte magnifique !
Chere Amelita , pour ce genre de CD , c'est " tres simple".Les airs sont " comprimés" au format MP
.J'ai ainsi des cd qui contiennent jusqu'a 30 Heures de musique,auquel on peut ajouter des photos , programmes , articles de presse...Ces cd sont écoutables sur ordinateur , a moins d'avoir un appareil de salon ,qui lit ce format MP3.
Oui, merci de ces expilcations! j'ai vite constaté que je ne pouvais pas écouter ce cd sur mon lecteur et que seul l'ordinateur me permettait son écoute ! c'est une sacrée compilation quand même ! mes bons voeux ! merci!

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 4 invités