Giovanni Battista Rubini and the bel canto tenors - D. Marek

Biographies, livres historiques et autres bouquins relatifs à l'opéra.
Répondre
Avatar du membre
jean-didier
Modérateur ODB
Modérateur ODB
Messages : 3388
Enregistré le : 02 août 2006, 23:00
Localisation : Asnières

Giovanni Battista Rubini and the bel canto tenors - D. Marek

Message par jean-didier » 12 août 2015, 16:15

Comment passer à côté d'un tel ouvrage quand on est fan de Bellini, Donizetti, Rossini et de suraigus ? (à part en regardant le prix du livre : 47,25 euros prix minimum trouvé)
Ce gros pavé avec un beau portrait du roi des ténors comme il était appelé de son vivant attire l'attention : il n'y a d'ailleurs pas beaucoup de choix dans la littérature pour trouver un ouvrage qui lui est dédié (à part un livre de 900 pages cité dans la bibliographie).

Le livre resitue l'apparition de la vocalité rubinesque dans le panorama de l'évolution du ténor depuis la nuit des temps jusqu'au XIXe siècle en s'appuyant beaucoup sur les dires de Rodolfo Celletti et Philip Gossett (héritage direct des castrats du bel canto du XVIIIe).
La partie biographique est un peu frustrante puisqu'elle est en grande partie fondée sur des citations d'ouvrages existants.

Certains témoignages décrivant précisément la voix et la façon de chanter de Rubini sont très intéressants. Les critiques d'époque ne sont d'ailleurs pas toutes élogieuses notamment en termes de style. Il est accusé en gros d'appliquer toujours les mêmes formules, les mêmes ornements (parfois de manière excessive, à l'exception de l'air final d'Edgardo de Lucia qu'il chantait sans un seul ornement) et ce quel que soit le répertoire, ce qui dans Mozart était inapproprié. Des exemples assez édifiants d'ornements sont inclus, ça allait effectivement très loin (exemple du Matrimonio segreto).

Au niveau de la technique, le passage de registres entre poitrine et tête (à partir du la, mais du coup ça devait être mixte) était invisible, ainsi que les prises de respiration. Le registre suraigu (jusqu'au contre-sol dans Roberto Devereux : visiblement il s'est épaté lui-même en émettant cette note non prévue) était cependant puissant et vibrant.

Un anecdote (citée comme telle) autour du contre-fa des Puritains dit que Bellini n'avait pas écrit cette note, mais un ré bémol et qu'à la reprise Rubini s'est trompé et tapé une tierce au-dessus. Bellini a alors intégré la modification.

En annexe sont joints des exercices vocaux écrits par Rubini afin de travailler le répertoire de son époque (exercice pour le trille, pour le chant léger et gracieux, pour les coloratures, des idées de cadences, etc.). Témoins objectifs du style et du goût de l'époque.

On regrette une rédaction négligée avec énormément de coquilles (je me suis amusé à les annoter, il y a en moyenne deux fautes par page). ça va de la faute de typo Mosé pour Mosè, à l'erreur de nom et de dates : Giuseppe Mercadante (1795-1840) ou de nom de personnages : Rachel des Huguenots et Valentine dans la Juive. ça ne fait pas très sérieux du coup on espère que certaines informations ne sont pas elles-mêmes erronées.

C'est vers ce livre que Placido pointait l'autre jour à propos des histoires de tonalités originales sur Anna Bolena. Dernière "anecdote" pour la route : avant de mourir, Bellini était sur le point de retailler le rôle de Pollione pour Rubini avec rehaussements et ajout d'un air à l'acte 2. Regrets éternels !!

Avatar du membre
Leporello84
Basse
Basse
Messages : 2553
Enregistré le : 11 juil. 2010, 23:00
Contact :

Re: Giovanni Battista Rubini and the bel canto tenors - D. M

Message par Leporello84 » 12 août 2015, 18:43

Tout ce que tu racontes donne furieusement envie!

Du coup, pour l'histoire d'Anna Bolena, qu'est-ce qui s'est passé au juste (je ne me rappelle plus ce qu'en disait Placido, ni où ni quand).

Un contre-sol dans Devereux?! :lol:

Bref, merci jean-didier de nous en parler en tout cas :)

Avatar du membre
jean-didier
Modérateur ODB
Modérateur ODB
Messages : 3388
Enregistré le : 02 août 2006, 23:00
Localisation : Asnières

Re: Giovanni Battista Rubini and the bel canto tenors - D. M

Message par jean-didier » 12 août 2015, 19:16

Pour Anna Bolena, il est écrit que les tonalités originales étaient beaucoup plus élevées pour les airs de Percy. Le premier notamment était un ton et demi plus haut, du coup plusieurs contre-mi bémol sont écrits. Par contre les éditions (Ricordi compris) les ont ramenés à des hauteurs plus humaines. Ce sont ces tonalités qui ont perduré.
Pour Roberto D. il n'est pas précisé à quel moment de l'opéra cela est intervenu.

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 3 invités