Vos plus grandes soirées

Quiz's, sondages & Co.
Répondre
Avatar du membre
Alidoro
Messages : 30
Enregistré le : 13 mai 2003, 23:00

Message par Alidoro » 06 mai 2004, 15:40

Mes 3 plus belles soirées (enfin, celles qui me viennent aujourd'hui à l'esprit...) :

Lucia à Bastille en 2001 pendant les greves et en version concert donc...

Contes d'Hoffmann à Bastille, mais plutot pour ma part la première distribution en 2000 avec Ramey.

Barbiere au TCE en 2001, avec notamment un fantastique Pietro Spagnoli.

Avatar du membre
nina
Ténor
Ténor
Messages : 567
Enregistré le : 24 avr. 2004, 23:00
Localisation : PARIS
Contact :

Message par nina » 06 mai 2004, 15:58

c'est vrai pour le Lucia en VC.
Comme la salle était à moitié vide je me suis mise au premier rang pour pleurer...

Jef
Mezzo Soprano
Mezzo Soprano
Messages : 236
Enregistré le : 03 mars 2003, 00:00
Localisation : Normandie
Contact :

Message par Jef » 06 mai 2004, 16:14

1- Tristan à Garnier avec Kollo en 1985.
2- Robert à Berlin avec Meschia... en 2000.
3- Die Walküre au Châtelet avec James King en 1986.
4- Les contes d'Hoffmann à Bastille avec Schicoff en 200?.
5- Traviata à Garnier 1986 avec Aragall.
6- Nabucco en 1996 à Bastille avec Gulé, Laffont , Ramey et Cura

tuano
Administrateur ODB
Administrateur ODB
Messages : 10670
Enregistré le : 30 mars 2003, 23:00
Localisation : Paris
Contact :

Message par tuano » 06 mai 2004, 16:29

nina a écrit :c'est vrai pour le Lucia en VC.
Comme la salle était à moitié vide je me suis mise au premier rang pour pleurer...
Quoi ?? Comment ça se fait que c'était à moitié vide ? Les gens y allaient pour Serban, pas pour Anderson ? Ils n'étaient pas remboursés du tout s'ils assistaient à la représentation ?

Je suis allé à la première parce que la grève ne commençait que le lendemain, j'ai donc vu la représentation en version scénique.

Avatar du membre
PlacidoCarrerotti
Hall of Fame
Hall of Fame
Messages : 12048
Enregistré le : 04 mars 2003, 00:00
Contact :

Message par PlacidoCarrerotti » 06 mai 2004, 17:26

tuano a écrit :
nina a écrit :c'est vrai pour le Lucia en VC.
Comme la salle était à moitié vide je me suis mise au premier rang pour pleurer...
Quoi ?? Comment ça se fait que c'était à moitié vide ? Les gens y allaient pour Serban, pas pour Anderson ? Ils n'étaient pas remboursés du tout s'ils assistaient à la représentation ?

Je suis allé à la première parce que la grève ne commençait que le lendemain, j'ai donc vu la représentation en version scénique.
Les premières années de grêves surprises il était possible d'assister au spectacle gratuitement (j'ai du voir des Capuleti comme ça).
Mais rapidement, Harpagall a eu une idée géniale : perdu pour perdu, que ceux qui veulent voir le spectacle quand même payent, et tant qu'à faire, le prix fort.

De fait, quand tu as réservé la nounou (je dis "tu" for the sake of the argument :-) of course) et que tu t'es déjà embourbé 1 heure de transport en commun, voire quand tu as du négocier avec ton patron le fait de partir plus tôt que d'habitude, tu serais bien bête de rentrer chez toi.

Le spectateur moyen, qui n'était jusque là pris en otage que par les syndicats, l'est maintenant par la direction de l'Opéra également !

doudou
Baryton
Baryton
Messages : 1073
Enregistré le : 20 avr. 2004, 23:00
Localisation : Paris
Contact :

Message par doudou » 06 mai 2004, 17:35

PlacidoCarrerotti a écrit :
tuano a écrit :
nina a écrit :c'est vrai pour le Lucia en VC.
Comme la salle était à moitié vide je me suis mise au premier rang pour pleurer...
Quoi ?? Comment ça se fait que c'était à moitié vide ? Les gens y allaient pour Serban, pas pour Anderson ? Ils n'étaient pas remboursés du tout s'ils assistaient à la représentation ?

Je suis allé à la première parce que la grève ne commençait que le lendemain, j'ai donc vu la représentation en version scénique.
Les premières années de grêves surprises il était possible d'assister au spectacle gratuitement (j'ai du voir des Capuleti comme ça).
Mais rapidement, Harpagall a eu une idée géniale : perdu pour perdu, que ceux qui veulent voir le spectacle quand même payent, et tant qu'à faire, le prix fort.

De fait, quand tu as réservé la nounou (je dis "tu" for the sake of the argument :-) of course) et que tu t'es déjà embourbé 1 heure de transport en commun, voire quand tu as du négocier avec ton patron le fait de partir plus tôt que d'habitude, tu serais bien bête de rentrer chez toi.

Le spectateur moyen, qui n'était jusque là pris en otage que par les syndicats, l'est maintenant par la direction de l'Opéra également !
A l'époque des grêves du dimanche (début 90) lors des versions concert je venais avec la partition me replaçais au premier rang et lançais des regards mauvais aux choeurs ou à l'orchestre quand çà n'allait pas
(petite vengeance)

:ranting:

Avatar du membre
Xavier
Rainbow Maker
Messages : 1181
Enregistré le : 03 mars 2003, 00:00
Localisation : Somewhere over the rainbow
Contact :

Message par Xavier » 06 mai 2004, 17:44

Jef a écrit :1- Tristan à Garnier avec Kollo en 1985.
2- Robert à Berlin avec Meschia... en 2000.
3- Die Walküre au Châtelet avec James King en 1986.
4- Les contes d'Hoffmann à Bastille avec Schicoff en 200?.
5- Traviata à Garnier 1986 avec Aragall.
6- Nabucco en 1996 à Bastille avec Gulé, Laffont , Ramey et Cura
Dis Jef, c'est l'air de Cabourg ou l'odeur des frites qui te fais ça ? J'avais demandé de raconter les plus belles soirées, pas de faire juste une liste ! :evil:

X

Avatar du membre
Xavier
Rainbow Maker
Messages : 1181
Enregistré le : 03 mars 2003, 00:00
Localisation : Somewhere over the rainbow
Contact :

Message par Xavier » 06 mai 2004, 17:49

doudou a écrit : A l'époque des grêves du dimanche (début 90) lors des versions concert je venais avec la partition me replaçais au premier rang et lançais des regards mauvais aux choeurs ou à l'orchestre quand çà n'allait pas
(petite vengeance)

:ranting:
Si tu regardais le chef méchemment à chaque coupure effectuée dans la partition, tu n'as pas dû regarder les chanteurs bien souvent :twisted:

J'ai assisté il y a peu à une très bonne Lucia à Nice et ne croyais pas mes oreilles d'entendre toute cette musique : c'était possible de donner tout Lucia !*

X

* Enfin, presque tout, il manquait juste la petite scène qui suit Spargi d'amaro pianto mais pour le coup ça n'est pas trop grave.

Avatar du membre
Rameau
Basse
Basse
Messages : 2208
Enregistré le : 12 oct. 2003, 23:00
Contact :

Message par Rameau » 06 mai 2004, 21:56

Il faut bien citer le célèbre Wozzek du Châtelet... 1 h 30 de spectacle, et en sortant l'impression de redébarquer sur terre après avoir passé 3 ans sur Mars. Chéreau, le génie de l'opéra: à peine quelques praticables comme décor, mais des lieux magiquement suggéré... et Waltraud Meier toute seule dans sa robe rouge au début du IIIe acte... à pleurer...
Je suis aussi surpris que personne ne cite, parmi les spectacles phares de ces dernières années, la célébrissime Agrippina du TCE/Monnaie/Innsbruck, avec sa distribution parfaite et le rendez-vous entre un chef-d'oeuvre et un chef unique, et une mise en scène à la fois inventive et entièrement placée au service de l'oeuvre!
J'ajouterai pour ma part encore une chose que, hélas, peu de spectateurs ont eu la chance de voir: Le Couronnement de Poppée au CNSM, mis en scène par J.-C. Berrutti et dirigé par Emmanuelle Haïm en 2001 environ (par contre, la Flûte de l'année suivante est une expérience plutôt pénible à cause de la mise en scène de M. Lukas Hemleb... comme si celle de Wilson et bientôt celle de La Fura dels Baus ne suffisaient pas en matière de catastrophes).
Et très récemment, même si la mise en scène était bonne mais pas géniale et les chanteurs pas parfaits du tout (il faut quand même citer Kathrin Koch, meilleure chanteuse de la troupe -car tous les chanteurs viennent de la troupe-, qui n'a peut-être pas la carrure pour le rôle au Met ou à l'ONP, mais mériterait, si tant est qu'elle le souhaite, de faire une carrière moins discrète), j'ai pris un pied pas croyable à une représentation de la Cenerentola (chef-d'oeuvre absolu aussi pour moi) à... Augsbourg. Apparemment j'avais très envie de voir cette oeuvre, et je devais être de bonne humeur... Comme quoi il n'y a pas que la qualité objective qui compte! Ah, ce quintette...

Jef
Mezzo Soprano
Mezzo Soprano
Messages : 236
Enregistré le : 03 mars 2003, 00:00
Localisation : Normandie
Contact :

Message par Jef » 07 mai 2004, 07:58

Jef a écrit:
1- Tristan à Garnier avec Kollo en 1985.
2- Robert à Berlin avec Meschia... en 2000.
3- Die Walküre au Châtelet avec James King en 1986.
4- Les contes d'Hoffmann à Bastille avec Schicoff en 200?.
5- Traviata à Garnier 1986 avec Aragall.
6- Nabucco en 1996 à Bastille avec Gulé, Laffont , Ramey et Cura


Dis Jef, c'est l'air de Cabourg ou l'odeur des frites qui te fais ça ? J'avais demandé de raconter les plus belles soirées, pas de faire juste une liste !

X

Bon, Tristan, parce que c'était la première fois que j'allais à Garnier et que je voyais René Kollo. Il y avait aussi Kurt Moll, un vrai régal.
Robert à Berlin, Minko était géant et le reste de la distribution aussi (sauf peut-être Mme N.M.). J'avais beaucoup aimé la mise en scène qui rendait le livret un peu moins invraissemblable.
Die Walküre au Châtelet. C'était en version concert, j'étais sur les marches de l'amphi, mais alors quel concert, James King, Térésa Zilis-Gara, Donald McIntyre et hélas Ute Vinzing (bof, une hurleuse). Gwynnie manquait.
Les contes d'Hoffmann dans la superbe mise en scène de Carsen mais avec Schicoff, Rancatore et Terfel. L'acte d'Antonia m'avait beaucoup impressionné.
La Travaita, pour la mise en scène de Zefirelli, certe traditionnelle, kitch ont dit certains, mais moi j'avais trouvé cela très grand spectacle, très grand Châtelet, surtout le ballet du 2e acte.
Nabucco, pour Guleghina qui m'avait renversé de mon siège, Cura, Ramey et Lafont et toujours la très belle mise en scène de Carsen.
Voila, sinon, en ce moment, trop de monde à Cabourg sur la plage, et puis j'ai mangé tous les chichis et je ne peux plus rentrer dans mon maillot de bain.

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Bing [Bot] et 26 invités