Le meilleur "mild und leise"

Quiz's, sondages & Co.
veniziano
Alto
Alto
Messages : 471
Enregistré le : 29 août 2007, 23:00

Re: Le meilleur "mild und leise"

Message par veniziano » 01 déc. 2017, 00:51

1 FLAGSTAD , 2 FLAGSTAD , 3 FLAGSTAD, Incomparable, noblesse de la voix, il existe des dizaines d'enregistrement mais même si en fin de carrière en 52 l'aigu est un peu rétréci dans l'integrale avec FURTWAENGLER , elle est géniale.

Avatar du membre
zigfrid
Baryton
Baryton
Messages : 1185
Enregistré le : 14 janv. 2009, 00:00
Contact :

Re: Le meilleur "mild und leise"

Message par zigfrid » 01 déc. 2017, 09:35

chaque époque a ses wagnériennes et straussiennes de référence. dans les années 80 c'était Jones, Behrens et Rysanek. lorsque Jones a embrassé le rôle d'Elektra ca a été un retentissement planétaire. Aujourd'hui la, référence ACTUELLE c'est Stemme (et comme il n'y a guère de concurrentes, ca n'est pas bien difficile); mais ce n'est certainement pas la référence définitive. et je ne ferai pas des milliards de km pour entendre Stemme dans quelque rôle que ce soit.

Avatar du membre
Bernard C
Basse
Basse
Messages : 8840
Enregistré le : 04 mai 2011, 23:00
Localisation : Grand-Ouest

Re: Le meilleur "mild und leise"

Message par Bernard C » 01 déc. 2017, 10:48

On ne parle pas d'Elektra, c'est une toute autre histoire.
On parle d'Isolde.

Bernard
"L'amour infini, sans autre aliment qu'un objet à peine entrevu dont mon âme était remplie , je le trouvais exprimé par ce long ruban d'eau qui ruisselle au soleil entre deux rives vertes, par ces lignes de peupliers qui parent de leurs dentelles mobiles ce val d'amour..."

Avatar du membre
Adalbéron
Baryton
Baryton
Messages : 1973
Enregistré le : 01 mars 2015, 20:51

Re: Le meilleur "mild und leise"

Message par Adalbéron » 01 déc. 2017, 10:51

Mais c'est justement dans Elektra qu'on pourra bientôt l'entendre à Paris. Je crois que ses apparitions en France sont assez rares...
« Life’s but a walking shadow, a poor player / That struts and frets his hour upon the stage / And then is heard no more. It is a tale / Told by an idiot, full of sound and fury, / Signifying nothing. »
— Shakespeare, Macbeth

Avatar du membre
zigfrid
Baryton
Baryton
Messages : 1185
Enregistré le : 14 janv. 2009, 00:00
Contact :

Re: Le meilleur "mild und leise"

Message par zigfrid » 01 déc. 2017, 11:11

Je citais Elektra pour illustrer mon propos. J'aurais tout aussi pu citer Isolde.

Avatar du membre
Bernard C
Basse
Basse
Messages : 8840
Enregistré le : 04 mai 2011, 23:00
Localisation : Grand-Ouest

Re: Le meilleur "mild und leise"

Message par Bernard C » 01 déc. 2017, 12:09

zigfrid a écrit :
01 déc. 2017, 11:11
Je citais Elektra pour illustrer mon propos. J'aurais tout aussi pu citer Isolde.
Je ne mets pas sur le même plan les deux rôles ni les deux références.
Si Stemme dans la lignée des sopranos modernes est une des premières Isoldes possibles , une " référence" incontournable , elle est une très grande Elektra mais pas dans le même degré de référence même si actuellement il n'y a pas plus importante qu'elle sur les scènes mondiales.
Comme Isolde , si on est fan d'Isolde elle est la seule qui vaille actuellement le voyage.

Si on n'est pas spécialement fan d'Isolde, on peut attendre qu'elle passe dans le voisinage ou qu'une collègue fasse l'affaire.

Bernard
"L'amour infini, sans autre aliment qu'un objet à peine entrevu dont mon âme était remplie , je le trouvais exprimé par ce long ruban d'eau qui ruisselle au soleil entre deux rives vertes, par ces lignes de peupliers qui parent de leurs dentelles mobiles ce val d'amour..."

Avatar du membre
zigfrid
Baryton
Baryton
Messages : 1185
Enregistré le : 14 janv. 2009, 00:00
Contact :

Re: Le meilleur "mild und leise"

Message par zigfrid » 01 déc. 2017, 12:12

C'est ce que je disais: c'est la référence actuelle soit, mais pas définitive.

Avatar du membre
Bernard C
Basse
Basse
Messages : 8840
Enregistré le : 04 mai 2011, 23:00
Localisation : Grand-Ouest

Re: Le meilleur "mild und leise"

Message par Bernard C » 01 déc. 2017, 12:25

zigfrid a écrit :
01 déc. 2017, 12:12
C'est ce que je disais: c'est la référence actuelle soit, mais pas définitive.
Je ne peux qu'être d'accord avec toi, rien n'est définitif en ces matières.
Mais quand l'occasion se présente ne faisons pas toujours les fines bouches en attendant je ne sais quoi.

Bernard
"L'amour infini, sans autre aliment qu'un objet à peine entrevu dont mon âme était remplie , je le trouvais exprimé par ce long ruban d'eau qui ruisselle au soleil entre deux rives vertes, par ces lignes de peupliers qui parent de leurs dentelles mobiles ce val d'amour..."

Avatar du membre
Franz Muzzano
Ténor
Ténor
Messages : 916
Enregistré le : 30 oct. 2014, 02:19

Re: Le meilleur "mild und leise"

Message par Franz Muzzano » 01 déc. 2017, 12:38

zigfrid a écrit :
01 déc. 2017, 12:12
C'est ce que je disais: c'est la référence actuelle soit, mais pas définitive.
De toute façon, la comparaison se faisait sur le seul "Mild un leise", pas sur Isolde dans sa totalité.
Nous n'avons pas besoin d'artistes, nous avons besoin de gens qui ont besoin d'artistes...

sopranolove
Ténor
Ténor
Messages : 543
Enregistré le : 16 avr. 2014, 14:17

Re: Le meilleur "mild und leise"

Message par sopranolove » 01 déc. 2017, 13:37

Il y a d'ailleurs quelque chose d'étrange dans le parcours de Nina Stemme... Quand elle débute, elle est Cherubin, Micaela, Pamina... des rôles à mille lieues de ce qu'elle fait maintenant. Puis elle est Butterfly, la Comtesse, Marguerite, Arabella, Elsa..... Et puis tout à coup : Glyndebourne et Isolde. Le début de ses rôles wagnériens : petit à petit, mais sur une brève durée, voilà un soprano lyrique qui devient bientôt une hochdramatische.... Et personne ne s'étonne ? Quand une soprano d'une autre tradition (francophone ou italienne) fait un tel parcours, on crie casse-cou, Jérôme le premier, en mettant en avant la fragilité de ses moyens d'origine ! Mais pour une wagnérienne, cela passe comme une lettre à la poste... Dans le temps, Schwarzkopf n'aurait pas été plus loin que Elsa ou Agathe... Et je ne parle pas que de Nina ; Anja Kampe a suivi le même parcours ; à ses débuts Gretel, Fiorilla et les soubrettes mozartiennes (une merveilleuse Suzanne, que j'ai vu à Metz où elle était en troupe à l'époque de Danielle Ory...). Maintenant elle est Isolde, Kundry... Pareil pour Lisbeth Balslev, une danoise qui a débuté en Fiordiligi, et qui, depuis sa Senta de Bayreuth est devenue une belle Isolde.
Alors y a-t'il un secret que les nordiques partagent entre elles et qui ne peut pas s'appliquer aux représentantes des autres traditions vocales, Netrebko mis à part ?

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 19 invités