Le suicide à l'opéra

Quiz's, sondages & Co.
Avatar du membre
micaela
Basse
Basse
Messages : 3387
Enregistré le : 16 juil. 2015, 17:24
Localisation : paris

Le suicide à l'opéra

Message par micaela » 30 oct. 2017, 17:48

Vu que dans le fil Don Carlos on a beaucoup parlé du tempérament suicidaire du personnage, et du suicide (non prévu au livret) d'Elisabeth, j'ai eu envie d'aborder le thème d'une façon générale.
Il me semble que le suicide est très présent tout particulièrement dans l'opéra du XIXème (pour le baroque, je ne sais pas), peut-être sous influence d'une certaine tendance du romantisme (le côté sombre du "romantisme noir"), qu'il s'agisse de suicide à proprement parler (Werther par exemple) ou de personnages allant volontairement à la mort (Norma, Maddalena de Coigny), ou de personnages ayant un comportement dont ils savent bien qu'il peut mener à la mort (Carmen-c'est encore plus net dans la nouvelle de Mérimée). Et ceci y compris dans des adaptations d'œuvres bien antérieures au XIXème siècle (Otello ou Roméo et Juliette, par exemple).
S'il n'y a pas de solutions, c'est qu'il n'y a pas de problème Proverbe shadok

PDdLB
Messages : 48
Enregistré le : 14 oct. 2016, 13:51

Re: Le suicide à l'opéra

Message par PDdLB » 30 oct. 2017, 17:54

micaela a écrit :
30 oct. 2017, 17:48
Vu que dans le fil Don Carlos on a beaucoup parlé du tempérament suicidaire du personnage, et du suicide (non prévu au livret) d'Elisabeth, j'ai eu envie d'aborder le thème d'une façon générale.
Il me semble que le suicide est très présent tout particulièrement dans l'opéra du XIXème (pour le baroque, je ne sais pas), peut-être sous influence d'une certaine tendance du romantisme (le côté sombre du "romantisme noir"), qu'il s'agisse de suicide à proprement parler (Werther par exemple) ou de personnages allant volontairement à la mort (Norma, Maddalena de Coigny), ou de personnages ayant un comportement dont ils savent bien qu'il peut mener à la mort (Carmen-c'est encore plus net dans la nouvelle de Mérimée). Et ceci y compris dans des adaptations d'œuvres bien antérieures au XIXème siècle (Otello ou Roméo et Juliette, par exemple).
Pour le baroque ce serait bien surprenant, quand Goethe publie les souffrances du jeune Werther à la fin du XVIIIe (en 1774, merci Wikipedia), le suicide est encore un sujet "tabou", en tout cas très peu représentable et représenté.

Avatar du membre
micaela
Basse
Basse
Messages : 3387
Enregistré le : 16 juil. 2015, 17:24
Localisation : paris

Re: Le suicide à l'opéra

Message par micaela » 30 oct. 2017, 18:02

Effectivement. Mais le baroque a beaucoup puisé son inspiration dans les textes antiques et le suicide 'y est pas absent. Ca m'étonnerait qu'on n'y trouve aucun personnage ayant un comportement suicidaire (même si ça se passait hors champ). Ca devait pouvoir mieux passer avec des personnages antiques. Mais on doit davantage trouver de personnages se sacrifiant (mais sans se tuer ). C'est surtout que je n'y connais rien en opéra baroque.
Je n'en sais d'ailleurs pas plus à propos de l'opéra du XXème siècle.
S'il n'y a pas de solutions, c'est qu'il n'y a pas de problème Proverbe shadok

PDdLB
Messages : 48
Enregistré le : 14 oct. 2016, 13:51

Re: Le suicide à l'opéra

Message par PDdLB » 30 oct. 2017, 18:05

micaela a écrit :
30 oct. 2017, 18:02
Effectivement. Mais le baroque a beaucoup puisé son inspiration dans les textes antiques et le suicide 'y est pas absent. Ca m'étonnerait qu'on n'y trouve aucun personnage ayant un comportement suicidaire (même si ça se passait hors champ). Ca devait pouvoir mieux passer avec des personnages antiques. Mais on doit davantage trouver de personnages se sacrifiant (mais sans se tuer ). C'est surtout que je n'y connais rien en opéra baroque.
Je n'en sais d'ailleurs pas plus à propos de l'opéra du XXème siècle.
Tiens c'est vrai je n'y avais pas pensé, mais dans Didon et Enee de Purcell il me semble bien qu'elle se suicide, donc les sources antiques doivent constituer un bon prétexte pour contourner la bienséance!

Avatar du membre
micaela
Basse
Basse
Messages : 3387
Enregistré le : 16 juil. 2015, 17:24
Localisation : paris

Re: Le suicide à l'opéra

Message par micaela » 30 oct. 2017, 18:28

Oui, elle avale du poison, si je me rappelle bien. C'est d'ailleurs mourante qu'elle chante son When i'm laid in earth. Les règles de bienséance ne sont sans doute pas les mêmes suivant les pays et les périodes (dans le théâtre classique français, les morts étaient toujours hors champ, alors qu'on meurt beaucoup sur scène chez Shakespeare, y compris par suicide, à une époque où les femmes -en Angleterre- étaient bannies des scènes).
Par contre, au XIXème (et début du XXème, c'est après que je ne sais pas), les suicides sur scène abondent : en plus de ceux déjà cités, Tosca, évidemment, Leonora (du Trouvère) qui avale du poison, par exemple...
S'il n'y a pas de solutions, c'est qu'il n'y a pas de problème Proverbe shadok

Avatar du membre
David-Opera
Basse
Basse
Messages : 4123
Enregistré le : 06 févr. 2004, 00:00
Localisation : Boulogne Billancourt
Contact :

Re: Le suicide à l'opéra

Message par David-Opera » 30 oct. 2017, 18:33

micaela a écrit :
30 oct. 2017, 17:48
Vu que dans le fil Don Carlos on a beaucoup parlé du tempérament suicidaire du personnage, et du suicide (non prévu au livret) d'Elisabeth.
A l'acte V, Elisabeth dit pourtant :"Qu'il suive mon chemin glorieux et béni!, Pour moi, ma tâche est faite, et mon jour est fini!", puis "Mon coeur n'a qu'un seul voeu, c'est la paix dans la mort!." - c'est à ce moment là que le metteur en scène fait apparaître le filtre et son poison. L'humeur suicidaire d'Elisabeth est très claire et permet une interprétation finale.

PDdLB
Messages : 48
Enregistré le : 14 oct. 2016, 13:51

Re: Le suicide à l'opéra

Message par PDdLB » 30 oct. 2017, 18:37

David-Opera a écrit :
30 oct. 2017, 18:33
micaela a écrit :
30 oct. 2017, 17:48
Vu que dans le fil Don Carlos on a beaucoup parlé du tempérament suicidaire du personnage, et du suicide (non prévu au livret) d'Elisabeth.
A l'acte V, Elisabeth dit pourtant :"Qu'il suive mon chemin glorieux et béni!, Pour moi, ma tâche est faite, et mon jour est fini!", puis "Mon coeur n'a qu'un seul voeu, c'est la paix dans la mort!." - c'est à ce moment là que le metteur en scène fait apparaître le filtre et son poison. L'humeur suicidaire d'Elisabeth est très claire et permet une interprétation finale.
Ah je ne sais pas... qu'elle soit d'humeur suicidaire pourquoi pas, qu'elle passe à l'acte c'est une autre paire de manches! Elle semble si raisonnable cette reine, si forte (finalement dans le couple Carlos/Elisabeth, c'est elle qui est "virile"!), certes brisée par un destin contraire, mais pas tellement du genre à fuir son devoir, si?

Avatar du membre
Peleo
Ténor
Ténor
Messages : 844
Enregistré le : 06 févr. 2007, 00:00

Re: Le suicide à l'opéra

Message par Peleo » 30 oct. 2017, 18:51

A l'époque baroque, l'antiquité devait faire passer la pilule puisque les personnages n'étaient pas chrétiens comme dans Catone in Utica ou L'incoronazione di Poppea.
Bien plus tard, Tosca se suicide mais elle a déjà une profession qui la prédispose au péché. Liù n'est pas chrétienne, Abigaïlle non plus. Mais Leonora du Trovatore file un mauvais coton, Roméo et Juliette aussi.

Avatar du membre
micaela
Basse
Basse
Messages : 3387
Enregistré le : 16 juil. 2015, 17:24
Localisation : paris

Re: Le suicide à l'opéra

Message par micaela » 30 oct. 2017, 19:15

Tosca et Abigaille, ainsi que Leonora, datent d'une époque où le sujet n'était plus aussi tabou. Du moins sur scène : en Grande Bretagne, jusqu'à une époque pas très ancienne -que je ne date pas exactement, rater sa tentative de suicide pouvait vous mener devant la justice, ou du moins donner lieu à une enquête-si je me fie à la littérature et au cinéma.
Les œuvres de fiction qui nous occupent ne se préoccupent d'ailleurs pas du sort post-mortem des suicidés. Ils se tuent, point barre. Il y a quand même au moins une œuvre '(je ne sais plus laquelle), où dans les dialogues, le personnage reconnaît faire là un acte qui mène en enfer...Les tabous scéniques ne sont pas forcément ceux de la société ...
S'il n'y a pas de solutions, c'est qu'il n'y a pas de problème Proverbe shadok

Avatar du membre
Bernard C
Basse
Basse
Messages : 9107
Enregistré le : 04 mai 2011, 23:00

Re: Le suicide à l'opéra

Message par Bernard C » 30 oct. 2017, 19:44

Oui il n'y a guère qu'à l'opéra que le suicide soit si simple comme dénouement.
Et même quand ce n'est pas prévu combien de fois on trouve le moyen d'en inventer !
Combien de Tristan et de Siegmund se sont suicidés ces dernières années !
Maintenant on suiciderait les Don Carlos et les Elisabeth !

Bernard
"L'amour infini, sans autre aliment qu'un objet à peine entrevu dont mon âme était remplie , je le trouvais exprimé par ce long ruban d'eau qui ruisselle au soleil entre deux rives vertes, par ces lignes de peupliers qui parent de leurs dentelles mobiles ce val d'amour..." Le Lys

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 14 invités