De l'apparence dans le monde de l'opéra

Quiz's, sondages & Co.
Avatar du membre
JdeB
Administrateur ODB
Administrateur ODB
Messages : 20368
Enregistré le : 02 mars 2003, 00:00
Contact :

Re: De l'apparence dans le monde de l'opéra

Message par JdeB » 02 oct. 2017, 08:34

PlacidoCarrerotti a écrit :
02 oct. 2017, 08:21
JdeB a écrit :
02 oct. 2017, 07:43
jerome a écrit :
01 oct. 2017, 13:35
Tout cela n'est pas faux mais il y a tout de même une vraie différence de mentalité entre le public d'aujourd'hui et le public d'hier et ça n'est pas à l'avantage du public d'aujourd'hui!.
oui, la mentalité du grand public du lyrique a changé suivant en cela une évolution globale de la société.
Qu'est-ce qui a changé a demandé Romance ?
Le public d'hier (mais il y a plusieurs publics bien sûr) avait une vraie culture musicale et de la tradition lyrique.
Le public d’aujourd’hui a une culture du visuel (cinéma, peinture, télé, photographie, ...). Dans le colloque Opéra et cinéma que je viens de chroniquer il y a même une communication sur la culture cinéphile des critiques d'opéra qui montre à quel point les références aux films pour analyser des mises en scène se sont sensiblement multipliées.
On pourrait noter la même évolution dans le cinéma d’ailleurs ; Fred Astaire ne ferait plus carrière comme séducteur.
Et je recycle mon exemple de Cabiria (1914) projeté dans les années 90 à Chaillot devant une salle pleine de cinéphiles, a priori éduqués et cultivés : éclat de rire général en voyant le héros qui avait un p’tit bedon.
Aujourd’hui, on ne conçoit pas un premier plan dans un film hollywoodien qui ne soit bodybuildé (d’ailleurs même Jordan s’y met).
Exactement. Le bedonnant apparaît aujourd'hui comme ridicule (et moi je fais partie de cette catégorie)

Toutefois, il ne faut pas utiliser le terme bodybuildé à tort à travers. Il y a des gens musclés, des gens fitness et des bodybulders ce qui n'est pas la même chose.
Un fitness ressemble à une statue grecque d'Adonis, un bodybulder à une statue grecque d'Hercule. "Musclé" c'est très subjectif et très vague.
En Occident, pour les classes non supérieures, la beauté masculine c'est jeunesse, vigueur, taille élevée, bronzage, muscles assez fins, taux de graisse bas, épilation et dents très blanches
Il y a 5 ou 6 chanteurs dans ces normes
"Si tu travailles avec un marteau-piqueur pendant un tremblement de terre, désynchronise-toi, sinon tu travailles pour rien." J-C Van Damme.
Odb-opéra

Avatar du membre
dge
Basse
Basse
Messages : 2441
Enregistré le : 20 sept. 2004, 23:00
Localisation : lyon
Contact :

Re: De l'apparence dans le monde de l'opéra

Message par dge » 02 oct. 2017, 10:01

Personne n'a semble t-il évoqué "l'affaire" Tara Erraught:

https://www.diapasonmag.fr/actualite/a- ... oids-19110

Avatar du membre
MariaStuarda
Basse
Basse
Messages : 6459
Enregistré le : 13 févr. 2013, 14:33
Localisation : Paris

Re: De l'apparence dans le monde de l'opéra

Message par MariaStuarda » 02 oct. 2017, 10:14

dge a écrit :
02 oct. 2017, 10:01
Personne n'a semble t-il évoqué "l'affaire" Tara Erraught:

https://www.diapasonmag.fr/actualite/a- ... oids-19110
qui fut précédée par "l'affaire" Deborah Voigt :
http://www.epidermiq.com/forums/viewtopic.php?f=8&t=194

En tous cas, pour Erraught, Emmanuel Dupuy est très ambigu dans son article ...
(Mais sachant que celui-ci est passé maître en matière de micro-provocations gratuites,il n'y a là rien de surprenant.)
Et emploie des termes hors de propos dans on article : traiter Malibran, Patti ou Ponselle de Bimbo n'a strictement aucun sens.

Avatar du membre
dge
Basse
Basse
Messages : 2441
Enregistré le : 20 sept. 2004, 23:00
Localisation : lyon
Contact :

Re: De l'apparence dans le monde de l'opéra

Message par dge » 02 oct. 2017, 10:17

MariaStuarda a écrit :
02 oct. 2017, 10:14
dge a écrit :
02 oct. 2017, 10:01
Personne n'a semble t-il évoqué "l'affaire" Tara Erraught:

https://www.diapasonmag.fr/actualite/a- ... oids-19110
qui fut précédée par "l'affaire" Deborah Voigt :
http://www.epidermiq.com/forums/viewtopic.php?f=8&t=194
Exact. Je n'arrivais pas à me souvenir du nom de la cantatrice victime de ce licenciement.

Avatar du membre
PlacidoCarrerotti
Hall of Fame
Hall of Fame
Messages : 12061
Enregistré le : 04 mars 2003, 00:00
Contact :

Re: De l'apparence dans le monde de l'opéra

Message par PlacidoCarrerotti » 02 oct. 2017, 10:31

dge a écrit :
02 oct. 2017, 10:01
Personne n'a semble t-il évoqué "l'affaire" Tara Erraught:

https://www.diapasonmag.fr/actualite/a- ... oids-19110
Consternant. Il est plus facile d'être spécialiste en physique qu'en voix, apparemment.
“Plus on ira, moins il y aura de centenaires qui auront connu Napoléon 1er.” Alphonse Allais.

Avatar du membre
dge
Basse
Basse
Messages : 2441
Enregistré le : 20 sept. 2004, 23:00
Localisation : lyon
Contact :

Re: De l'apparence dans le monde de l'opéra

Message par dge » 02 oct. 2017, 10:36

MariaStuarda a écrit :
02 oct. 2017, 10:14
dge a écrit :
02 oct. 2017, 10:01
Personne n'a semble t-il évoqué "l'affaire" Tara Erraught:

https://www.diapasonmag.fr/actualite/a- ... oids-19110
qui fut précédée par "l'affaire" Deborah Voigt :
http://www.epidermiq.com/forums/viewtopic.php?f=8&t=194

En tous cas, pour Erraught, Emmanuel Dupuy est très ambigu dans son article ...
(Mais sachant que celui-ci est passé maître en matière de micro-provocations gratuites,il n'y a là rien de surprenant.)
Et emploie des termes hors de propos dans on article : traiter Malibran, Patti ou Ponselle de Bimbo n'a strictement aucun sens.
Je crois qu'il faut le prendre au second degré. La chute de son article montre la dérision.

Ce problème de surpoids handicapera je pense une cantatrice comme Angela Meade, au moins en Europe, où beaucoup de metteurs en scène veulent des artistes capables de faire n'importe quoi sur un plateau.

Avatar du membre
cosimus
Ténor
Ténor
Messages : 627
Enregistré le : 14 mai 2015, 13:39

Re: De l'apparence dans le monde de l'opéra

Message par cosimus » 02 oct. 2017, 11:05

dge a écrit :
02 oct. 2017, 10:01
Personne n'a semble t-il évoqué "l'affaire" Tara Erraught:

https://www.diapasonmag.fr/actualite/a- ... oids-19110
Je rappelle ce qu'a dit Kiri Te Kanawa, en soulignant ce qui me semble le plus important (et que j'ai déjà dénoncé plus haut)

L'habit, c'est lui le problème, pointe Dame Kiri Te Kanawa par voie de presse, dénonçant le « costum disaster » qui désavantage sa « gorgeous » collègue ; à qui elle conseille de brûler les torchons commis par quelques gratte-papier sans cœur

On avait déjà évoqué ce problème à propos de son personnage de Siebel à Salzbourg à l'été 2016
"Est modus in rebus", Horace

"La vérité luit de sa propre lumière;& on n'éclaire pas les esprits avec la flamme des bûchers." Marmontel, Bélisaire,

Avatar du membre
MariaStuarda
Basse
Basse
Messages : 6459
Enregistré le : 13 févr. 2013, 14:33
Localisation : Paris

Re: De l'apparence dans le monde de l'opéra

Message par MariaStuarda » 02 oct. 2017, 11:14

dge a écrit :
02 oct. 2017, 10:36
Je crois qu'il faut le prendre au second degré. La chute de son article montre la dérision.

Ce problème de surpoids handicapera je pense une cantatrice comme Angela Meade, au moins en Europe, où beaucoup de metteurs en scène veulent des artistes capables de faire n'importe quoi sur un plateau.
J'ose espérer que tu as raison sur le second degré (diversement détectable cependant) car le paragraphe du dessus est plus que bizarre. Bref, là n'est pas le débat.

Pour les metteurs en scène européens, attention à ne pas tomber dans la caricature. la plupart des m e s (qu'ils soient traditionnel, moderniste voire "regie" (le mot vaudou qui déclenche immédiatement des débats enflammés :wink: )) n'obligent tout de même les sopranos à faire le cochon pendu à tout va.
Et puisqu'on est dans l’anecdote, je me souviens bien, moi par contre, de Deborah Voigt (encore elle) dévalant la pente du décor de Robert Lepage pour le Ring, finissant sur les fesses et faisant signe à son confrère d'un geste qu'elle resterait désormais sur la terre ferme; ça n'était pas ni à Paris, ni à Munich mais bien à NY ...
Ensuite, j'imagine que tous les chanteurs ont la marge de manœuvre nécessaire pour refuser de faire des choses que leur forme physique leur interdit ou déconseille; le meilleur exemple que je trouve est la diversité des attitudes relevées pour les sopranos et ténors pour la m e s de Lucia par Serban à Paris.

Avatar du membre
Bernard C
Basse
Basse
Messages : 8308
Enregistré le : 04 mai 2011, 23:00
Localisation : Grand-Ouest

Re: De l'apparence dans le monde de l'opéra

Message par Bernard C » 02 oct. 2017, 11:56

Quand Debbie a chanté Brünnhilde au MET elle avait déjà perdu ses 45 kg et elle avait chanté la Fanciulla sur un cheval à San Francisco l'année précédente.
Ce qui lui aurait été impossible au milieu des années 2 000.

Bernard
«Or les traits de ma peinture ne fourvoient point, quoi qu’ils se changent et diversifient. Le monde n’est qu’une branloire pérenne : toutes choses y branlent sans cesse (), et du branle public, et du leur. La constance même n’est autre chose qu’un branle plus languissant.»
Montaigne Essais III,2

Avatar du membre
Bernard C
Basse
Basse
Messages : 8308
Enregistré le : 04 mai 2011, 23:00
Localisation : Grand-Ouest

Re: De l'apparence dans le monde de l'opéra

Message par Bernard C » 02 oct. 2017, 12:00

Même en Amérique.
Aujourd'hui les chanteuses obèses ont des rôles et des personnages limités et chantent beaucoup en version concert.

Le jeu théâtral et la formation théâtrale des chanteurs américains sont exceptionnellement développés dans les Opéras.

Ces chanteuses ne trouvent d'emploi que dans des mises en scènes suffisamment statiques.
Voigt a été obligée de maigrir.
Beaucoup d'autres dans les 20 dernières années ont disparu des scènes.

Bernard
«Or les traits de ma peinture ne fourvoient point, quoi qu’ils se changent et diversifient. Le monde n’est qu’une branloire pérenne : toutes choses y branlent sans cesse (), et du branle public, et du leur. La constance même n’est autre chose qu’un branle plus languissant.»
Montaigne Essais III,2

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 19 invités