De l'apparence dans le monde de l'opéra

Quiz's, sondages & Co.
Répondre
romance
Ténor
Ténor
Messages : 646
Enregistré le : 25 mars 2010, 00:00
Contact :

De l'apparence dans le monde de l'opéra

Message par romance » 29 sept. 2017, 16:59

Bernard C a écrit :
29 sept. 2017, 15:46
MariaStuarda a écrit :
29 sept. 2017, 14:53
jeantoulouse a écrit :
29 sept. 2017, 13:30
Après cette puissante évocation, l'article se conclut ainsi : "Sans doute Philippe Jordan mettra-t-il dans ses bagages ses deux chats parisiens, Liam et Léon, lesquels devront parfaire leur éducation musicale et surmonter leur aversion pour Haydn, père du classicisme viennois,dont ils ont déchiqueté une partition imprudemment restée sur le piano du salon".
Est ce que sont 2 des 3 chats de yannick Nezet-Seguin ?
Y a anguille sous roche ou matou sous le piano !!!

ce qui est sûr et ça rejoint effectivement d'autres discussions , (qu'ils soient à voile ou à vapeur , peu importe ) les musiciens et les artistes particulièrement dans le monde lyrique sont regardés plus que jamais pour leur apparence .
Nous sommes dans un monde de l'image qui influence dramatiquement le jugement .


Ce monde de l'image sévit depuis près de trois générations, il me semble ; il touchait plus le monde du cinéma et des magazines, mais, (amha), pas vraiment le monde de l'opéra (où, presque a contrario, la cantatrice forte faisait image). Si, de toute évidence (!), le jugement peut être influencé par l' image, je crois, en effet, qu'aujourd'hui, cette approche prend du terrain.

Kaufmann doit aujourd'hui autant son succès à sa plastique avantageuse et à son joli minois qu'à sa voix et aujourd'hui Grigolo est une coqueluche pour la même raison .

C'est le même délire chez les barytons .

Ce matin, j'observais une photo de JK, sur une pochette de CD, non pas mince (comme à une certaine époque) mais aminci photoshop. C'est d'un nul ! Que son physique le rende sympathique, charmant plus que charmeur, je veux bien, mais que pour en faire le nouveau Rudolph Valentino de l'opéra, on en vienne à de telles pratiques, c'est tout bêtement ridicule.

Je pense que ça fonctionne surtout pour les images masculines (de la part des femmes et des hommes ) .
Je pense que la séduction de l'image est moins prégnante pour les chanteuses , mais peut être je me trompe ...

Oui, mais peut-être aussi, parce que nous sommes entrés dans une époque où certaines femmes ont décidé d'apparaître comme elles étaient, petites ou pas, fortes ou non, en parfaite opposition avec les stéréotypes de plus en plus fréquents des vedettes de cinéma ou des magazines (bouche gonflée, traits figés etc...)

La question est :
est-ce pour comme Callas en a montré la voie être au plus près de l'incarnation du personnage théâtral , ou est-ce aujourd'hui pour répondre à l'attractivité , à la séduction érotique de l'image ?

Séduction érotique de l'image ? Y aurait-il des directeurs engageant des interprètes femmes uniquement pour leur plastique ? Je ne le pense pas. Sur scène, le public, il me semble, va se moquer éperdument de la taille et du poids des interprètes, mais est sensible à son investissement scénique, tant pour l'incarnation que pour l'interprétation vocale.

Quand on lit cette "critique'" et d'autres sur le corps de l'artiste (aujourd'hui du chef d'orchestre , avec Karajan , il y avait déjà quelque chose de ça ...mais on le reliait non à l'image séductrice elle-même du corps , mais à une représentation du Chef , dans sa gestuelle , dans ses interjections - on publiait nombre d'extraits de répétitions pour entendre le chef hurler ses Kommandements ) on se dit qu'il s'agit bien d'une séduction travaillée .
Oui, la représentation du chef, (une autre image du reste) qui se devait de créer la distance qui va du "Chef" à l'autre. (maintenant, ce sont les Chefs de cuisine qu'on entend hurler sur les marmitons). Et, manifestement, cette histoire de chats est destinée à casser le stéréotype du Chef en majuscules, pour le rendre "sympa". Une autre manière de phagocyter l'autre ou, sinon le phagocyter, le ramener à nous.


non ?

Bernard
J'ai pris l'initiative d'ouvrir ce fil, faisant un copié-collé du post de Bernard, intégrant mes réponses-interrogations, à la suite. Les interventions de Bernard sont en italiques et en gras.

Avatar du membre
MariaStuarda
Basse
Basse
Messages : 6458
Enregistré le : 13 févr. 2013, 14:33
Localisation : Paris

Re: De l'apparence dans le monde de l'opéra

Message par MariaStuarda » 29 sept. 2017, 17:56

Merci Mira

Avatar du membre
Bernard C
Basse
Basse
Messages : 8294
Enregistré le : 04 mai 2011, 23:00
Localisation : Grand-Ouest

Re: De l'apparence dans le monde de l'opéra

Message par Bernard C » 29 sept. 2017, 18:31

Intéressant Romance ce que tu dis de l'image du Chef et de la représentation.
Je suis d'une époque où à la radio on avait fréquemment les répets de Celibidache et autre Karajan après Toscanini.
Qui sait comment Ph.Jordan ou YNS conduit son orchestre ?

C'est bien vrai qu'aujourd'hui le Chef de cuisine se fait entendre sur toutes les télés du monde.
Il fait le spectacle !

Bernard
«Or les traits de ma peinture ne fourvoient point, quoi qu’ils se changent et diversifient. Le monde n’est qu’une branloire pérenne : toutes choses y branlent sans cesse (), et du branle public, et du leur. La constance même n’est autre chose qu’un branle plus languissant.»
Montaigne Essais III,2

Avatar du membre
jerome
Basse
Basse
Messages : 7976
Enregistré le : 03 mars 2003, 00:00
Localisation : NANCY

Re: De l'apparence dans le monde de l'opéra

Message par jerome » 30 sept. 2017, 12:13

"Sur scène, le public, il me semble, va se moquer éperdument de la taille et du poids des interprètes, mais est sensible à son investissement scénique, tant pour l'incarnation que pour l'interprétation vocale."
ça c'est devenu faux! Depuis 2 décennies, le public est devenu très sensible à la plastique des chanteurs bien davantage qu'à leur voix et même qu'à leur jeu! et d'ailleurs c'est comme dans la vraie vie malheureusement! Et un(e) chanteur(euse) qui a très bien chanté mais qui est doté(e) d'un physique pas spécialement sexy se prend une volée de commentaires désagréables aux entractes et au sortir du théâtre:
" - pas crédible, trop grosse, moche, pataud, pas assez jeune, ...
- Peut-être mais quelle voix! quel chant!
- Ah oui mais non mais quand ça pique l'oeil, le reste a beau être bien, ça reste pas crédible ..."

Donc les mêmes critères d'élimination physique que dans la vraie vie!

DieFeen
Alto
Alto
Messages : 449
Enregistré le : 21 mai 2005, 23:00

Re: De l'apparence dans le monde de l'opéra

Message par DieFeen » 30 sept. 2017, 12:41

jerome a écrit :
30 sept. 2017, 12:13
et d'ailleurs c'est comme dans la vraie vie malheureusement!
Ou pas ?... Qui est masochiste au point -dans la vraie vie- de prendre plaisir à mater les thons et les tonneaux, à part les bonites ? :lol:

Avatar du membre
JdeB
Administrateur ODB
Administrateur ODB
Messages : 20351
Enregistré le : 02 mars 2003, 00:00
Contact :

Re: De l'apparence dans le monde de l'opéra

Message par JdeB » 30 sept. 2017, 12:52

jerome a écrit :
30 sept. 2017, 12:13
"Sur scène, le public, il me semble, va se moquer éperdument de la taille et du poids des interprètes, mais est sensible à son investissement scénique, tant pour l'incarnation que pour l'interprétation vocale."
ça c'est devenu faux! Depuis 2 décennies, le public est devenu très sensible à la plastique des chanteurs bien davantage qu'à leur voix et même qu'à leur jeu! et d'ailleurs c'est comme dans la vraie vie malheureusement! Et un(e) chanteur(euse) qui a très bien chanté mais qui est doté(e) d'un physique pas spécialement sexy se prend une volée de commentaires désagréables aux entractes et au sortir du théâtre:
" - pas crédible, trop grosse, moche, pataud, pas assez jeune, ...
- Peut-être mais quelle voix! quel chant!
- Ah oui mais non mais quand ça pique l'oeil, le reste a beau être bien, ça reste pas crédible ..."

Donc les mêmes critères d'élimination physique que dans la vraie vie!
globalement, tu as tout à fait raison Jérôme. Mais peut-être que les aficionaods de l'opéra sont moins focalisés sur le physique que le grand public du lyrique...
"Si tu travailles avec un marteau-piqueur pendant un tremblement de terre, désynchronise-toi, sinon tu travailles pour rien." J-C Van Damme.
Odb-opéra

Avatar du membre
jerome
Basse
Basse
Messages : 7976
Enregistré le : 03 mars 2003, 00:00
Localisation : NANCY

Re: De l'apparence dans le monde de l'opéra

Message par jerome » 30 sept. 2017, 13:19

DieFeen a écrit :
30 sept. 2017, 12:41
jerome a écrit :
30 sept. 2017, 12:13
et d'ailleurs c'est comme dans la vraie vie malheureusement!
Ou pas ?... Qui est masochiste au point -dans la vraie vie- de prendre plaisir à mater les thons et les tonneaux, à part les bonites ? :lol:
tu es en train de dire qu'après tout c'est normal que ceux qui ont un physique qui ne correspond pas au formatage de notre époque soient éliminés sur ces seuls critères et donc malheureux et que peu importe leurs autres qualités ?

romance
Ténor
Ténor
Messages : 646
Enregistré le : 25 mars 2010, 00:00
Contact :

Re: De l'apparence dans le monde de l'opéra

Message par romance » 30 sept. 2017, 13:25

jerome a écrit :
30 sept. 2017, 12:13
"Sur scène, le public, il me semble, va se moquer éperdument de la taille et du poids des interprètes, mais est sensible à son investissement scénique, tant pour l'incarnation que pour l'interprétation vocale."
ça c'est devenu faux! Depuis 2 décennies, le public est devenu très sensible à la plastique des chanteurs bien davantage qu'à leur voix et même qu'à leur jeu! et d'ailleurs c'est comme dans la vraie vie malheureusement! Et un(e) chanteur(euse) qui a très bien chanté mais qui est doté(e) d'un physique pas spécialement sexy se prend une volée de commentaires désagréables aux entractes et au sortir du théâtre:
" - pas crédible, trop grosse, moche, pataud, pas assez jeune, ...
- Peut-être mais quelle voix! quel chant!
- Ah oui mais non mais quand ça pique l'oeil, le reste a beau être bien, ça reste pas crédible ..."

Donc les mêmes critères d'élimination physique que dans la vraie vie!
Tu écris "depuis deux décennies". Le changement se serait opéré il y une vingtaine d'année, à la fin des années 90. La génération qui a transformé cette approche serait née ds les années 1970/80. Et là, je te rejoins. L'évolution, la transformation des media date, en effet, de cette époque, avec un audio visuel fortement accentuée. La "mono-voix" qui donnait les info a laissé place à des échanges et surtout à des images, au départ stéréotypées, puis cassant les codes. Un genou aperçu sur un écran TV faisait scandale quand aujourd'hui, ce serait la femme BC-BG (perles et sac Hermès) qui serait raillée.
L'image s'est transformée. Aux "belles gueules" style Hollywood, avec leur pendant (la moche, la gamine etc...) sont venues se superposer de nouveaux modèles. Cela a touché la mode, le cinéma, mais l'opéra semblait (reprends-moi si je me trompe) ne pas être concerné (La Castafiore).
Mais depuis, de jolies femmes, de beaux mecs sont arrivés sur les scènes d'opéra, à l'instar du monde extérieur.
Et cela a contaminé ce microcosme qui peut préférer aujourd'hui une jolie silhouette ds un rôle, à une voix.
L'apparence, l'image ont pris le dessus.
Pourtant.... nous avons tous entendu des interprètes fortes jouer les faibles femmes (et d'ailleurs...comme si on ne peut être forte et sensible !), il me semble que le public qui aime l'opéra ne peut pas se laisser prendre à ce leurre. En tous cas, je l'espère.
Par ce que, si l'image en soi va au-delà du langage, ( Bernard, tu me corriges) ; si l'image signifie plus que le langage, arrive le moment où l'interprète (homme ou femme) en combinant ce qu'il est avec son message, s'adresse à autrui et là, l'image n'est plus une simple référence à qq chose de pré-établi, mais prend une autre dimension.
Bon... je suis désolée de me mêler de ce qui ne me regarde pas... et laisse les spécialistes débattre entre eux sur l'image de l'interprète, aujourd'hui à l'opéra.

Avatar du membre
jerome
Basse
Basse
Messages : 7976
Enregistré le : 03 mars 2003, 00:00
Localisation : NANCY

Re: De l'apparence dans le monde de l'opéra

Message par jerome » 30 sept. 2017, 13:32

ce que tu dis est très intéressant mais je pense que le monde de l'opéra est tout autant impacté malheureusement!
Et je le répète: malheureusement comme dans la vraie vie!
Ce qui est sidérant d'ailleurs, c'est de voir à quel point celles et ceux qui ont des jugements physiques radicaux sur les autres ne sont vraiment pas les mieux placés eux-mêmes en la matière!!!

DieFeen
Alto
Alto
Messages : 449
Enregistré le : 21 mai 2005, 23:00

Re: De l'apparence dans le monde de l'opéra

Message par DieFeen » 30 sept. 2017, 14:18

jerome a écrit :
30 sept. 2017, 13:19
DieFeen a écrit :
30 sept. 2017, 12:41
jerome a écrit :
30 sept. 2017, 12:13
et d'ailleurs c'est comme dans la vraie vie malheureusement!
Ou pas ?... Qui est masochiste au point -dans la vraie vie- de prendre plaisir à mater les thons et les tonneaux, à part les bonites ? :lol:
tu es en train de dire qu'après tout c'est normal que ceux qui ont un physique qui ne correspond pas au formatage de notre époque soient éliminés sur ces seuls critères et donc malheureux et que peu importe leurs autres qualités ?
D'abord, j'écris et ne parle point :wink: Ainsi, laisse ton surmoi de côté un instant s'il te plaît et arrête de penser pour les autres, pour moi :lol:
Ensuite, c'est toi qui établis ce parallèle entre le monde du spectacle et la supposée vraie vie (la tienne ?)... Alors à moins d'être hypocrite, je ne suppose pas ton regard attiré prioritairement par ce que TON formatage nomme le laid des apparences visibles au/du quotidien... Il en est de même pour les voix, vois-tu ce que je veux écrire ?

Après pour ton histoire de formatage, laisse-moi rire devant mon écran : il suffit de penser à une certaine Anna, russe de son état-civil, grande tronqueuse devant l'Eternel, pour savoir que ce n'est pas seulement pour ses qualités vocales et ses libertés prises face aux œuvres que la dame traine derrière elle un fardeau d’aficionados déraisonnés :lol: Je suis certain qu'il en est de même pour le lyriquement beaucoup plus intéressant et natif de München dont il est si souvent question.

Nous vivons une ère de la médiatisation à outrance de sorte que les laideurs et les beautés de chacun apparaissent au devant d'une scène lyrique mondialisée ; et là, les physiques prennent tout leur sens, le veuillent ou non les bonnes âmes charitables plus ou moins chagrines : l'opéra n'est plus réservé à quelques pépères de province ou aux supposées élites de la capitale qui pouvaient se gausser entre eux des rondeurs, des fadeurs, des ingratitudes, des charmes et des éclats physiques des unes et des autres avant de ne commencer à disserter des justesses vocales et des fidélités musicales écrites... Désormais, la beauté extérieure d'un.e artiste apparaît à l'échelle monde autant que ses qualités et défauts vocaux, que cela t'agrée ou non.

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 28 invités