Votre premier opéra en salle ?

Quiz's, sondages & Co.
Avatar du membre
Epsilon
Soprano
Soprano
Messages : 96
Enregistré le : 05 avr. 2017, 11:56
Localisation : Lyon/Marseille

Re: Votre premier opéra en salle ?

Message par Epsilon » 15 août 2017, 21:47

En 1973 au TCE: traînée par un copain de promo pour le Vaisseau Fantôme du Deutsche Staatoper de Berlin, avec Théo Adam dans le rôle-titre. J'ai beaucoup aimé les chœurs, trouvé les airs auxquels je ne comprenais goutte très très très longs et ennuyeux, d'autant que, perchée dans une des petites loges tout en haut du théâtre, je ne voyais qu'un misérable bout de scène. Pas vraiment le déclic!
Vickers dans Otello à Orange a bouleversé la donne. Beaucoup d'opéras italiens avant le deuxième grand choc, le Werther de Shicoff à Aix: J'étais tombée dans la marmite et je n'en suis plus jamais ressortie!

Avatar du membre
cosimus
Ténor
Ténor
Messages : 641
Enregistré le : 14 mai 2015, 13:39

Re: Votre premier opéra en salle ?

Message par cosimus » 15 août 2017, 21:54

houppelande a écrit :
15 août 2017, 17:36
Pour moi, Samson & Dalila, au Palais Garnier, au début des années 70, mais je n'arrive plus à retrouver la date exacte. Je crois que c'était un de derniers spectacles de la saison.
Samson et Dalila moi aussi, par hasard, en 76 je crois. Un copain figurant m'avait pris une place à Garnier. Je ne me souviens de rien si ce n'est qu'à l'entracte il m'a proposé d'aller voir le Foyer de la danse. Je l'ai suivi naïvement: il m'a fait traverser le plateau où l'on installait les fameuses colonnes :eyes: avant de me mener au Foyer!

Le gros déclic a été peu après: une Bohème avec Kiri te Kanawa et Placido Domingo qui ont été mes premières idoles. Spectacle irremplaçable pour moi.
(En réalité mon premier spectacle lyrique (?) a été Aïda dans les Thermes de Caracalla à Rome. Le spectacle était surtout dans l'assistance! Pas très recueillie! Impression que cela n'en finissait pas (retard au départ?) Nous ne sommes pas restés longtemps (sortis juste après les trompettes :oops: )
"Est modus in rebus", Horace

"La vérité luit de sa propre lumière;& on n'éclaire pas les esprits avec la flamme des bûchers." Marmontel, Bélisaire,

Avatar du membre
dge
Basse
Basse
Messages : 2459
Enregistré le : 20 sept. 2004, 23:00
Localisation : lyon
Contact :

Re: Votre premier opéra en salle ?

Message par dge » 15 août 2017, 22:16

Pour moi, quelques représentations en matinées scolaires à l'Opéra de Lyon d'opérettes mais aussi d'un Barbier de Séville avec Mado Robin dirigé par Roberto Benzi ( heureuse époque) n'ont pas joué le rôle de déclic.
Il est venu un peu plus tard avec une Tosca de routine un dimanche soir avec Paul Finel, René Bianco ET Suzanne Sarocca. Pour moi qui aimais la musique et le théâtre mais pas l'opéra ce fut un choc. Le chant et la présence scénique de cette grande dame ( comment oublier son entrée dans le bureau de Scarpia au deuxième acte dans sa grande robe rouge) m'ont ouvert un monde nouveau. Je venais d'être contaminé.

Avatar du membre
Loïs
Basse
Basse
Messages : 2733
Enregistré le : 06 févr. 2013, 11:04
Localisation : sans opera fixe

Re: Votre premier opéra en salle ?

Message par Loïs » 15 août 2017, 22:16

Es tu sur pour toutes les distributions, tu avais pris des notes car cela va boucher des trous de mémoire?
JdeB a écrit :
15 août 2017, 17:03
12 juillet 1985, Nîmes, Arènes, Turandot,* M. Plasson / V. Rossi avec Gwyneth Jones, Giorgio Lamberti, Clamma Dale, Luigi Roni, Michel Trempont, Rémy Corazza, André Mallabréra.
Pour moi Seta del Grande faisait Liu
JdeB a écrit :
15 août 2017, 17:03
14 juin 1987, Montpellier*, Un ballo in maschera *, JC Casadeus / JC Auvray, avec T. Ichihara, Josella Ligi, R. Musoleno, C. Ciurca, R. Massis, JP Courtis
Je suis quasi sur que Rita Lantieri chantait Amelia
JdeB a écrit :
15 août 2017, 17:03
2 avril 1989, Montpellier, La Traviata, M. Arena / J. C Auvray ; J. Drivala, R. Alagna, E. Tumagnian
Je l'ai vu avec le malheureux trop court phénomène Ottavia Liani
JdeB a écrit :
15 août 2017, 17:03
5 août 1989, Orange, Nabucco, T. Fulton / N. Joel, G. Dimitrova, A. Fondary, L. Budaï, R. Tesarowicz, T. Ichihara.
J'avais oublié que Joel avait fait la mise en scène. Fondary considère que ce fut la plus belle soirée de sa carrière
JdeB a écrit :
15 août 2017, 17:03
1990, Montpellier, Manon*, R. Bradshaw/ JM Simon, L. Vaduva, G. Kunde, P. Thau, R. Corazza
J'avais complètement oublié qui chantait mais ne garde le souvenir de mon coup de foudre pour cet opéra qui est devenu fétiche pour moi. Maintenant je comprends pour moi

Avatar du membre
Franz Muzzano
Ténor
Ténor
Messages : 835
Enregistré le : 30 oct. 2014, 02:19

Re: Votre premier opéra en salle ?

Message par Franz Muzzano » 15 août 2017, 23:02

Bon, donnons dans l'atypique !

1er opéra en salle : Werther à Favart en 1978 (Vanzo/Arrauzau)
Puis rien avant...la première de Lulu à Garnier en 79. Là eut lieu le déclic.

Avant 78, à partir de 73, j'avais pu voir à peu près toutes les soirées des saisons lyriques de la Radio, mon prof de flûte étant soliste à l'orchestre lyrique et généreux en invitations :D
Nous n'avons pas besoin d'artistes, nous avons besoin de gens qui ont besoin d'artistes...

marcelin duclos
Alto
Alto
Messages : 307
Enregistré le : 15 oct. 2013, 17:27

Re: Votre premier opéra en salle ?

Message par marcelin duclos » 15 août 2017, 23:27

Moi c'etait Don Carlo, à l'opera de Marseille le 1 novembre 75 ??( j'hesite toujours sur l'année)AZu depart il etait prévu de donner la version française en 5 actes.On en parlait dans les revues musicales comme d'un événement. J'ai donc suggerer à ma mere que , pendant le pont ( ou les vacances scolaires de Toussaints???) nous pourrions rendre visite à sa soeur qui habitait Marseille (j'avais 17 ans et dejà un coté Macchiavel...).Arrivés à Marseille je fonce à l'opera, mais entre temps Bonisolli ayant annulé, et ne trouvant personne connaissant la version française, l'affiche annonçait la version italienne...Bon !!! Bonisolli etait remplacé par une ténor affreux ( physiquement et vocalement : Renato Francesconi), mais le reste...: Helene Dose , Michelle Vilma ( apres Don Fatale , j'ai cru que le theatre allait s'écrouler car là haut ça tapait du pied...), Peter Meven , et l'immense Gerard SERKOYAN en inquisiteur.... don Carlos est resté mon opera préféré , plus de 40 ans apres.....

Avatar du membre
David-Opera
Basse
Basse
Messages : 3654
Enregistré le : 06 févr. 2004, 00:00
Localisation : Boulogne Billancourt
Contact :

Re: Votre premier opéra en salle ?

Message par David-Opera » 16 août 2017, 05:55

JdeB a écrit :
15 août 2017, 17:18
et donc tu as eu le vrai déclic à quelle occasion ?
Les représentations les plus anciennes et les plus mémorables datent de 1998, je crois, avec Les Noces de Figaro au Shaftesbury Théâtre de Londres et le Pelléas et Mélisande de Pierre Médecin à l'Opéra Comique.
C'est également l'année où j'ai commencé à fréquenter l'Opéra de Paris.

Avatar du membre
HELENE ADAM
Basse
Basse
Messages : 8871
Enregistré le : 26 sept. 2014, 18:27
Localisation : Paris
Contact :

Re: Votre premier opéra en salle ?

Message par HELENE ADAM » 16 août 2017, 07:14

Asvo a écrit :
15 août 2017, 17:48
(sinon ça faisait longtemps que je n'étais pas allé sur ODB, encore plus longtemps que je n'ai pas écrit, ça fait plaisir de vous retrouver :D)
Nous aussi :D


Mon premier opéra c'était Tosca. Garnier 1965.
Distribution très luxueuse... :wink:
Pas de surtitre à l'époque, beaucoup d'ovations délirantes dans la salle et les regards tournés vers le tout nouveau plafond de Chagall à l'entrée dans cette superbe salle. Tout le monde en tenue de soirée.
Lui : Que sous mes pieds se déchire la terre ! que sur mon front éclate le tonnerre,je t'aime, Élisabeth ! Le monde est oublié !
Elle : Eh bien ! donc, frappez votre père ! venez, de son meurtre souillé, traîner à l'autel votre mère

Mon blog :
https://passionoperaheleneadam.blogspot.fr

Avatar du membre
lionrougeetblanc
Alto
Alto
Messages : 354
Enregistré le : 05 janv. 2017, 12:18
Localisation : Paris - Savoie

Re: Votre premier opéra en salle ?

Message par lionrougeetblanc » 16 août 2017, 07:24

Pour moi, Der fliegende Holländer aux Chorégies 1980 ; je suis encore étudiante. Souvenir imprécis, je n'ai rien noté. Mise en scène très traditionnelle (une carcasse de bateau sur la scène, des chanteurs qui miment plus qu'ils ne jouent), direction d'orchestre qui me semble alors plutôt bonne, le choc de l'acoustique - que je trouve merveilleuse - du théâtre antique. Pour la première fois, alors que je n'avais qu'une expérience en disque ou en radio, je me sens complètement emportée dans et par la musique et les voix. Mon souvenir le plus précis porte sur les huées marquées aux saluts pour la chanteuse (mais je ne sais plus qui): bienvenue dans le monde à la fois magnifique et féroce de l'opéra. J'arrivais avec une représentation très naïve du monde des chanteurs, pensant que la difficulté de leur art les mettait d'office sur un Olympe qui ne pouvait que les préserver de démonstrations de rejet aussi basiques que des huées ou des apostrophes injurieuses ; je me souviendrai toujours de l'expression de détresse de la chanteuse au moment des saluts ... Je n'avais pas compris qu'il y a quelque chose d'un amour déçu quand l'amateur d'art lyrique, qui flirte toujours plus ou moins avec un idéal, est confrontée à ce qu'il considère comme une faiblesse (distribution, direction d'orchestre, m-e-s, etc.) et qu'il n'y a pas plus plus cruel qu'un(e) amoureux(se) déçu(e). :roll:

Avatar du membre
Franz Muzzano
Ténor
Ténor
Messages : 835
Enregistré le : 30 oct. 2014, 02:19

Re: Votre premier opéra en salle ?

Message par Franz Muzzano » 16 août 2017, 07:40

lionrougeetblanc a écrit :
16 août 2017, 07:24
Mon souvenir le plus précis porte sur les huées marquées aux saluts pour la chanteuse (mais je ne sais plus qui): bienvenue dans le monde à la fois magnifique et féroce de l'opéra. J'arrivais avec une représentation très naïve du monde des chanteurs, pensant que la difficulté de leur art les mettait d'office sur un Olympe qui ne pouvait que les préserver de démonstrations de rejet aussi basiques que des huées ou des apostrophes injurieuses ; je me souviendrai toujours de l'expression de détresse de la chanteuse au moment des saluts ... Je n'avais pas compris qu'il y a quelque chose d'un amour déçu quand l'amateur d'art lyrique, qui flirte toujours plus ou moins avec un idéal, est confrontée à ce qu'il considère comme une faiblesse (distribution, direction d'orchestre, m-e-s, etc.) et qu'il n'y a pas plus plus cruel qu'un(e) amoureux(se) déçu(e). :roll:
Il s'agissait d'Astrid Schrimer, qui avait remplacé Eva Marton au dernier moment, et qui en plus était enceinte jusqu'aux dents.
Nous n'avons pas besoin d'artistes, nous avons besoin de gens qui ont besoin d'artistes...

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 19 invités