Votre premier opéra en salle ?

Quiz's, sondages & Co.
Répondre
Avatar du membre
EdeB
Dossiers ODB
Messages : 3121
Enregistré le : 08 mars 2003, 00:00
Localisation : Ubi est JdeB ...

Re: Votre premier opéra en salle ?

Message par EdeB » 22 sept. 2017, 12:32

Bon, je vais me dater (au carbone 14 !), mais mon premier "vrai" opéra, cela a été la reprise (après Versailles) des fameuses Noces de Figaro (Strehler) à Garnier, pour l'ère Liebermann, lors des premières représentations. Je n'étais pas bien vieille, et mes parents n'achetaient pas les programmes de salle, donc je ne sais pas la date. J'avais bénéficié du désistement d'un de leurs amis !! :D

Etant donné qu'en cette lointaine époque, il n'y avait pas de surtitres, j'avais lu 10 000 fois le livret traduit, on m'avait bien tout expliqué, pour bien suivre ce qui se passait...

Mes pauvres parents ne se doutaient pas que cela déclencherait chez moi une passion pour Mozart et pour cette oeuvre en particulier ! (Cela m'a même menée à l'écriture d'une biographie sur la Susanna de la création, Nancy Storace !!) Comme nous n'avions pas de TV (quand nous en avons eu une, je n'y regardais d'ailleurs que le théâtre, l'opéra et les documentaires historiques...) nous étions branchés sur France Musique en permanence ou presque, et j'étais déjà dingue de musique classique et d'opéra.
Mes parents se sont d'ailleurs abonnés en souscription à l'Avant Scène Opéra avant la parution du 1er numéro... (Dès qu'un numéro paraissait, j'allais emprunter plusieurs versions (quand il y en avait) à la discothèque (c'est comme cela qu'on appelait alors les médiathèques !) municipale.
Une monstrueuse aberration fait croire aux hommes que le langage est né pour faciliter leurs relations mutuelles. - M. Leiris
Mon blog, CMSDT-Spectacles Ch'io mi scordi di te : http://cmsdt-spectacles.blogspot.fr/
Mon blog consacré à Nancy Storace : http://annselinanancystorace.blogspot.fr/

paco
Basse
Basse
Messages : 7619
Enregistré le : 23 mars 2006, 00:00

Re: Votre premier opéra en salle ?

Message par paco » 22 sept. 2017, 13:56

Mon premier opéra en salle remonte à 1973 il me semble (j'étais un tout petit boudchou dont le lait sortait encore du nez...) et il est au nombre de 3 en dates rapprochées, ce furent :

- Carmen au ROH, avec Verrett, Domingo, Van Dam et Dame Kiri il me semble, + God save the Queen et tout le tralala qui m'avait fortement impressionné. J'avais trouvé l'oeuvre assez chiante (j'ai beaucoup changé d'avis depuis), mais l'ambiance, le cadre, l'hystérie collective du public m'avaient fasciné et c'est cela qui m'a mordu pour la suite. J'avais également été très impressionné par Placido Domingo, au sujet de qui je me souviens que j'avais posé plein de questions à mes parents sur le trajet du retour. Après j'étais devenu une vraie teigne : dès que je lisais dans "Opera" (une revue britannique à laquelle mon père était abonné) que Domingo allait chanter prochainement à Paris ou à Londres, je devenais hystérique à réclamer que l'on prenne des billets... Cela devenait une monnaie d'échange : si tu fais bien tes devoirs à l'école, tu iras voir Domingo à l'Opéra...

- Quelques mois après, Orphée et Eurydice à Garnier, avec Gedda, Pilou, Eda-Pierre. Là encore je n'avais prêté aucun intérêt à l'oeuvre, en revanche la production m'avait fasciné, ainsi que la salle, le plafond de Chagall, les foyers, l'hystérie du public (je me souviens que quelqu'un s'était fait violemment huer mais je ne me souviens plus qui, peut-être le chef ? Pour moi c'était top, on se croyait dans un stade de foot...). Une image forte m'est restée, c'était la beauté sculpturale de Christiane Eda-Pierre dans le rôle de l'Amour, juchée sur un piédestal éclairée d'un blanc de marbre

- Quelques mois après, le Nozze de Strehler à Garnier. Comme j'en ai vu plusieurs reprises dans les années qui suivirent, je me mélange un peu les pinceaux côté distribution mais il me semble qu'il y avait Berganza. En tous cas là j'avais (enfin !) eu le coup de foudre pour l'oeuvre (contrairement à Orphée et Carmen), la production, l'émotion qui émanait de ce spectacle.

J'étais vraiment très petit enfant, ce qui me fait dire qu'il n'est pas nécessaire d'attendre un certain âge pour emmener ses enfants à l'opéra : contrairement aux clichés, on peut être mordu par le virus bien avant l'âge de 8 ans, et sans avoir besoin pour cela d'une version abrégée d'une Flûte enchantée en français par une troupe amateur... Au contraire, être tout de suite confronté à un spectacle 4 étoiles dans de vraies conditions d'un opéra avec son vrai public, c'est à mon sens très efficace pour distiller le virus !

Avatar du membre
PlacidoCarrerotti
Hall of Fame
Hall of Fame
Messages : 12024
Enregistré le : 04 mars 2003, 00:00
Contact :

Re: Votre premier opéra en salle ?

Message par PlacidoCarrerotti » 22 sept. 2017, 14:25

N’étant pas né dans une famille musicale, j’ai vu mon premier opéra scénique assez tard, en février 1982 (je ne compte pas une Vie Parisienne décevante). Mon frère, de 11 ans plus âgé, n’en avait jamais vu non plus. Il travaillait en URSS sur un chantier (l’hôtel Cosmos, pour les jeux olympiques). Il est revenu un weekend et il lui a pris le coup d’aller à la billetterie car l'ONP affichait Lohengrin. Il restait quelques places d’orchestre (j’ai eu le strapontin). J’ai le souvenir d’un mal au fesse épouvantable, d’un truc très long mais impressionnant (de Wagner, je ne connaissais, par le disque, que les extraits symphoniques, comme mon frère du reste). Ce fut aussi mon premier changement de distribution. Mais le virus est surtout venu avec le Macbeth mis en scène par Pizzi au Châtelet un mois plus tard. C’était franchement génial (existe-t-il un enregistrement ?). Premier déplacement en quasi province un an après pour le Don Giovanni mis en scène par Toscan du Plantier à Monte-Carlo, avec Raimondi (les 2 très bien), puis premier déplacement à l’étranger en avril 83 (Don Carlos, pour la même VF que celle qui sera donnée à Bastille). Entre temps, j’avais commencé à voir plusieurs fois le même spectacle avec la même distribution. J'étais cuit. Parallèlement, je fréquentais Le Phonographe et Papageno pour leur live rarissimes.
“Plus on ira, moins il y aura de centenaires qui auront connu Napoléon 1er.” Alphonse Allais.

Avatar du membre
Oylandoy
Modérateur ODB
Modérateur ODB
Messages : 663
Enregistré le : 15 sept. 2012, 23:00
Localisation : Angers
Contact :

Re: Votre premier opéra en salle ?

Message par Oylandoy » 22 sept. 2017, 14:46

J'ai attrapé le virus vers 12 ans, avec les disques de mon père (Carmen, le Barbier de Séville, les Contes d'Hoffmann, Faust, Manon...) qu'il écoutait très peu, préférant vivre avec ses souvenirs, et j'ai cassé les oreilles de la famille pendant des années en chantant à tue-tête l'air de la calomnie et l'air du veau d'or.
Mais dans le Sud-Ouest, pas d'opéra, ni à Pau ni à Bayonne. Et donc la première live fut La Bohème à Rouen, à 25 ans. Je me suis rattrapé, depuis. Première à l'étranger : I Capuleti e I Montecchi à Venise en 1993 avec Katia Ricciarelli (qui a été huée).
La première de ma petite fille a été la Flûte enchantée à Angers à 7 ans, mais elle a pris le virus l'année suivante, quand je l'ai emmenée voir Adrienne Lecouvreur à Bastille. Depuis, elle a vu Aïda (elle a adoré Radvanovsky), Carmen, la Cenerentola...
la mélodie est immorale
Nietzsche

Avatar du membre
JdeB
Administrateur ODB
Administrateur ODB
Messages : 20315
Enregistré le : 02 mars 2003, 00:00
Contact :

Re: Votre premier opéra en salle ?

Message par JdeB » 23 sept. 2017, 09:51

paco a écrit :
22 sept. 2017, 13:56
- Quelques mois après, Orphée et Eurydice à Garnier, avec Gedda, Pilou, Eda-Pierre. Là encore je n'avais prêté aucun intérêt à l'oeuvre, en revanche la production m'avait fasciné, ainsi que la salle, le plafond de Chagall, les foyers, l'hystérie du public (je me souviens que quelqu'un s'était fait violemment huer mais je ne me souviens plus qui, peut-être le chef ? Pour moi c'était top, on se croyait dans un stade de foot...). Une image forte m'est restée, c'était la beauté sculpturale de Christiane Eda-Pierre dans le rôle de l'Amour, juchée sur un piédestal éclairée d'un blanc de marbre

- Quelques mois après, le Nozze de Strehler à Garnier. Comme j'en ai vu plusieurs reprises dans les années qui suivirent, je me mélange un peu les pinceaux côté distribution mais il me semble qu'il y avait Berganza. En tous cas là j'avais (enfin !) eu le coup de foudre pour l'oeuvre (contrairement à Orphée et Carmen), la production, l'émotion qui émanait de ce spectacle.
4, 8, 11, 14, 17, 22, 26 avril 1973
Orphée et Eurydice
M. Rosenthal / R. Clair
N. Gedda, J. Pilou, C. Eda-Pierre

7, 13 avril, 11, 14, 16, 19, 31 mai, 2 juin 1973
Le Nozze di Figaro
G. Solti (7) / C. Mackerras / J. Rudel (31 mai, 2 juin )
T. Krause, G. Janowitz / M. Price (11, 14, 16, 19, 31 mai, 2 juin) J. Van Dam, M. Freni, F. Von Stade / T. Berganza (11, 14, 16, 19), J. Berbié, K. Moll, M. Sénéchal, J. Loreau
"Si tu travailles avec un marteau-piqueur pendant un tremblement de terre, désynchronise-toi, sinon tu travailles pour rien." J-C Van Damme.
Odb-opéra

Avatar du membre
JdeB
Administrateur ODB
Administrateur ODB
Messages : 20315
Enregistré le : 02 mars 2003, 00:00
Contact :

Re: Votre premier opéra en salle ?

Message par JdeB » 23 sept. 2017, 09:52

JdeB a écrit :
15 août 2017, 16:31
Aïda dans les Arènes de Nîmes, le 12 juillet 1984 avec Seta del Grande, Bruna Baglioni, Jesus Pinto, Giuseppe Scandola, Carlo Zardo, Laszlo Polgar dir Michel Plasson (proudction de V. Rossi venue de Bercy)

Je venais d'avoir 12 ans


Et vous ?
Mon premier grand festival :
15 juillet 1988, Armida de Rossini à Aix
G. Masini / J. C. Fall , J. Anderson, R. Blake, R. Gimenez, Y. Yamaji, C. Bladin, G. Surian


Mon premier opéra à Paris :
22 ou 25 avril 1991, Châtelet*, Ariane et BB* E. Inbal / R. Berghaus, F. Pollet, N. Denize, G. Bacquier

24 avril 1991, Bastille*, Manon Lescaut, M. Barbacini / R. Carsen, Barbara Daniels, Antonio Ordonez, Patrick Raftery, Jules Bastin, Ian Caley, Doris Lamprecht


mon premier opéra à l'étranger :
10 février 1991, Monte-Carlo*, The Rake’s progress* John Mauceri / John Cox / D. Hockney

17 ou 19 août 1991, Londres, Don Giovanni à l’ENO (en anglais !)Jerzy Maksymiuk/James Holmes // Jonathan Miller avec Jane Eaglen, Cathryn Pope, Margaret Preece, Kim Begley, Steven Page, Arwel Huw Morgan, Clive Bayley, John Tranter
"Si tu travailles avec un marteau-piqueur pendant un tremblement de terre, désynchronise-toi, sinon tu travailles pour rien." J-C Van Damme.
Odb-opéra

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 21 invités