Les (très) anciennes saisons de l'opéra de Paris 1850-1900

Quiz's, sondages & Co.
Répondre
Avatar du membre
MariaStuarda
Basse
Basse
Messages : 6010
Enregistré le : 13 févr. 2013, 14:33
Localisation : Paris

Les (très) anciennes saisons de l'opéra de Paris 1850-1900

Message par MariaStuarda » 05 mars 2017, 11:25

J'ouvre ce fil après vu la re-création du Tannhauser de Paris à MC, et avant la reprise du Don Carlos à Bastille l'an prochain.
Nous sommes naturellement excités par chaque annonce de nouvelle saison parisienne.
On peut penser que nos ancêtres ne l'étaient pas moins à une époque, de surcroit, ou les les compositeurs contemporains s'appelaient Meyerbeer, Bizet, Verdi ou ... Wagner.
Je me demandais donc s'il est possible de retrouver les programmes des saisons (ainsi que certaines impressions qualitatives, des compte-rendus, etc.).
De même, alors que nous allons, nous parisiens, au TCE ou à la Philharmonie, quelles étaient les maisons concurrentes (et qu'y jouait on ?) car on sait que les spectateurs ne sont pas cloisonnés et ne se cantonnent pas à une salle dans une même ville (l'étaient ils plus par le passé ?).
Il y a surement des chercheurs qui se sont penchés là-desus.
Peut être même existe il un ouvrage ...
En ce qui me concerne, ce qui me fascine particulièrement est la période de la deuxième partie du 19e siècle.
Voilou voili, si quelqu'un a des informations ... (David qui a beaucoup travaillé sur les statistiques doit avoir des choses je suppose)

Avatar du membre
MariaStuarda
Basse
Basse
Messages : 6010
Enregistré le : 13 févr. 2013, 14:33
Localisation : Paris

Re: Les (très) anciennes saisons de l'opéra de Paris

Message par MariaStuarda » 05 mars 2017, 11:30

J'ai déjà trouvé ces quelques repères sur le site de l'opéra :

1847
Giuseppe Verdi compose son premier opéra pour l’Académie royale de Musique et pour Paris en s’essayant au genre du Grand opéra. Le demi-succès de Jérusalem, attribué à la médiocrité des interprètes, ne l’empêchera pas de composer Les Vêpres siciliennes (1855) puis Don Carlos (1867). Verdi a toujours eu avec l’Opéra de Paris une relation ambiguë : ne refusant jamais l’honneur qu’on lui faisait en lui commandant un ouvrage, pestant sans cesse contre les exigences de ce qu’il appelait la grande Boutique.

1851
Sapho, premier opéra de Charles Gounod, est créé pour l’Opéra, alors Académie impériale de Musique. Suivront notamment Polyeucte (1878) et Le Tribut de Zamora (1881).

14 janvier 1858
Alors que Napoléon III se rend en carrosse à l’Opéra, des anarchistes italiens à la solde de Felice Orsini lancent des bombes sur la foule. L’Empereur et son épouse réchappent miraculeusement de cet attentat qui fait huit morts et près de cent-cinquante blessés. Le lendemain même du drame, l’Empereur décide la construction d’une nouvelle salle.

1860
Organisation du concours international pour l’édification de l’Académie impériale de musique et de danse. 171 architectes y participent. Parmi les candidats, le méconnu Charles Garnier, alors âgé de 35 ans. Son projet tente de répondre à ce qu’il pense être le problème crucial de l’art de son temps : l’impossibilité de diffuser la création artistique pour le plus grand nombre. Il est proclamé vainqueur le 30 mai 1861.

1861
Richard Wagner fait son entrée à l’Opéra de Paris avec perte et fracas. La première de Tannhaüser déclenche dans la salle une nouvelle bataille d’Hernani. L’administration cède en annulant les représentations et le compositeur quitte Paris précipitamment. Qu’importe, dira Baudelaire qui prend la défense du génie : l’idée est lancée, la trouée est faite, c’est l’important.

1862
Peintre, critique d’art, Emile Perrin devient directeur de l’Opéra de Paris qu’il dirigera jusqu’en 1871.

Nuit du 28 au 29 octobre 1873
La salle Le Peletier est anéantie dans un incendie de plus de vingt-quatre heures et dont les causes demeurent indéterminées. En attendant l’ouverture du Palais Garnier, l’Opéra s’installe provisoirement salle Ventadour.

5 janvier 1875
Inauguration du nouvel Opéra. Le Palais de Charles Garnier devient la pièce maîtresse du nouveau Paris haussmannien. Napoléon III, mort deux ans auparavant, ne verra jamais l’Opéra qu’il avait commandé. Sur l’avenue qui mène à l’entrée principale, aucun arbre n’a été planté : les passants peuvent admirer sans entrave cette façade qui aurait dû devenir le symbole éclatant du pouvoir impérial. Les airs de La Juive sont les premiers à retentir dans l’enceinte de ce nouveau temple de l’art lyrique.

Avatar du membre
David-Opera
Basse
Basse
Messages : 3371
Enregistré le : 06 févr. 2004, 00:00
Localisation : Boulogne Billancourt
Contact :

Re: Les (très) anciennes saisons de l'opéra de Paris 1850-1900

Message par David-Opera » 05 mars 2017, 13:00

Le site chronopera répertorie tous les spectacles de l'Académie Royale de Musique de 1749 à 1989.
Il faut prendre un user name et filtrer les informations.

http://chronopera.free.fr/index.php?men ... on_roeuvre

Sapho, créé le 16 avril 1851 et joué 48 fois jusqu'au 29 décembre 1884.

9139 spectacles entre 1850 et 1900, bon courage...

Il y a aussi cet article qui étudie le répertoire mais qu'à partir de 1875, à l'ouverture de Garnier.
Cela donne une petite idée.

http://www.odb-opera.com/viewtopic.php? ... rnier+1875

Image

Avatar du membre
MariaStuarda
Basse
Basse
Messages : 6010
Enregistré le : 13 févr. 2013, 14:33
Localisation : Paris

Re: Les (très) anciennes saisons de l'opéra de Paris 1850-1900

Message par MariaStuarda » 05 mars 2017, 13:23

Voici quelques enseignements de mi-parcours du petit travail que nous avons réalisé (avec l'aide précieuse de Hélène et Micaela) :

- Tout d'abord, la physionomie de la saison de l'Opéra de Paris change considérablement entre 1830 et 1850 puis entre 1850 et 1900
- Dans la première période, le théâtre s’appuie très majoritairement sur des oeuvres courtes qui vont ensuite disparaitre progressivement du répertoire; le grand opéra français (et notamment Meyerbeer) fait ensuite une entrée en force et le programme reste à 90% français. En 1900, le programme s'est nettement internationalisé notamment sous l'impulsion des grands compositeurs que sont Verdi et Wagner.
- Auber disparaît en 1900. Meyerbeer subsiste jusqu’en 1936 puis réapparait en 1985 (Robert le diable) pour re disparaître.
- Verdi apparait en 1855 (les vêpres) et Puccini en 1912 (la fille du Far-west)
- Tchaïkovski apparaît en 1915 avec Eugène Oneguine
- La saison en 1900 commence à ressembler à ce que nous connaissons aujourd’hui avec, néanmoins, des différences importantes :
- Le baroque est totalement absent. Handel apparait en 1959, Purcell en 1984.
- Mozart n’est représenté dans les années 1830-1900 que par Don Juan ; apparaitront ensuite l’enlèvement au sérail (1903), la flute enchantée (1922), les noces de Figaro (1928).
- Bellini est présent (La somnambule) dés 1827 mais « Roméo et Juliette » n’apparait qu’en 1859, et Norma, sauf erreur, seulement en 1935 puis en 1964 (Callas ?).
- Donizetti est présent en 1840 et 1843 grâce à des opéras français (La Favorite, les martyrs, Dom Sebastien) et grâce à Lucie de Lammermoor (version française) dés 1846. Maria de Rohan est donné en 1917 (ou peut être n’est ce qu’un extrait ?). Lucia di L. apparait en 1935 et la fille du régiment en … 1979, l’élixir d’amour en 1987. La trilogie des reines et Lucrezia Borgia semblent n’avoir jamais été donnés à l’Opéra de Paris.

Avatar du membre
MariaStuarda
Basse
Basse
Messages : 6010
Enregistré le : 13 févr. 2013, 14:33
Localisation : Paris

Re: Les (très) anciennes saisons de l'opéra de Paris 1850-1900

Message par MariaStuarda » 05 mars 2017, 15:10

J'ai rajouté en début de liste l'année 1830 pour comparaison avec ce qui sera dans l'après-1850 :

1830 :
On sent que l’Opéra de Paris se cherche. Rossini a quelques œuvres à l’affiche. La grande majorité des soirées sont consacrées à des combinés de plusieurs petites œuvres :

Fernand Cortez ou la conquête du Mexique (Spontini, création en 1809),
les pages du duc de Vendôme (Ballet-pantomime en un acte de Jean-Pierre Aumer, musique d'Adalbert Gyrowetz, créé à l'Opéra de Paris le 18 octobre 1820),
Concert à la cour ou la débutante (Opéra Comique en acte de Aubert, création en 1825 ?),
Il Matrimonio segreto (Dramma Giocoso de Domenico Cimarosa, création le 7 février 1792 au Burgtheater de Vienne)
Nina ou la folle par amour (drame lyrique de Nicolas Dalayrac en un acte et en prose mêlé d’ariettes du livret de Marsollier, créé le 15 mai 1786 à l’Opéra-Comique (salle Favart)),
le Carnaval de Venise ou la constance à l’épreuve ( ballet-pantomime en deux actes de Louis-Charles Milon, musique de Louis-Luc Loiseau de Persuis et de Rodolphe Kreutzer ),
le Rossignol,(opéra en un acte de Louis-Sébastien Lebrun, créé à Paris, Académie royale de musique, 23 avril 1816)
la Belle au bois-dormant (ballet-pantomime-féerie en 4 actes de même titre. Musique de Ferdinand Hérold. Créé à l'Académie royale de musique le 27 avril 1829 ),
Orphée et Eurydice (Opéra de CW Gluck. créé à Vienne le 5 octobre 1762 au Burgtheater),
Clari ou la promesse du mariage (ballet-pantomime en deux actes de Louis-Charles Milon, créé au Théâtre National de l'Opéra de Paris-Favart le 19 juin1820),
François 1er à Chambord ("Théâtre musical" : musique de Prosper de Ginestet; Chorégraphe : Auguste Vestris; créé au théâtre de l'Opéra-Le Peletier le 15 mars 1830),
Mars et Vénus ou les filets de Vulcain (ballet-pantomime en trois actes; chorégraphie et argument de Blache père ; musique de Jean-Madeleine Schneitzhoeffer; créé au Théâtre de l'Opéra-Le Peletier le 29 mai 1826 ),
Manon Lescaut (ballet-pantomime en 3 actes de Jean-Pierre Aumer, musique de Jacques-Fromental Halévy, livret d'Eugène Scribe d'après le roman de l'abbé Prévost Histoire du chevalier Des Grieux et de Manon Lescaut (1731) La première représentation a eu lieu à l'Opéra de Paris le 3 mai 1830),
Œdipe à Colonne (Opéra en trois actes d'Antonio Sacchini sur un livret de Nicolas-François Guillard. Il est représenté pour la première fois le 4 janvier 1786 à la cour de Versailles, en présence du roi et de la reine Marie-Antoinette. Le 1er février 1787, peu après la mort du compositeur, l'œuvre est reprise à l'Opéra de Paris avec grand succès. L'opéra connut 583 représentations et resta pendant plus d'un demi-siècle au répertoire),
Aristippe (Comédie lyrique en 2 actes, musique de Rodolphe Kreutzer, livret de Pierre-François-Félix-Joseph Giraud et Michel-Théodore Leclerc. 1ere représentation : Paris, Académie impériale de musique, 24 mai 1808),
La Parisienne ( ?),
Dieu et la bayadère ou la courtisane amoureuse (opéra-ballet en 2 actes; musique : DFE Auber; livret : E. Scribe; 1ere représentation : Paris, Opéra (salle de la rue Le Peletier), 13 octobre 1830),
la jeune femme colère (opéra-comique en 1 acte de FA Boïeldieu; Opéra-comique. 1ere représentation : Saint-Pétersbourg, Théâtre de l'Ermitage, 18 avril 1805. 1ere représentation à Paris : Opéra-Comique (salle Feydeau), 12 octobre 1812),
L’ours et le Pacha (Folie-vaudeville en 1 acte, par MM. Eugène Scribe et Xavier Saintine; créé au théatre des Variétés le 10 février 1820),
Astolphe et Joconde ou les coureurs d’aventure (Ballet; musique : Ferdinand Hérold; 1ere représentation : Paris, Académie royale de musique, 29 janvier 1827),
le Comte Ory (avant-dernier opéra de Rossini; créé à l'Opéra Le Peletier à Paris, le 20 août 1828),
La fille mal gardée (? - il y a plusieurs références),
le siège de Corinthe – Rossini (extraits ?)

• La journée du 4 janvier 1830 affiche la Vestale (Spontini), la Somnambule ou l’arrivée d’un nouveau seigneur ( ?)

Les seules soirées où une seule œuvre est affichée sont pour :
Guillaume Tell - Rossini (créé le 3 août 1829 à l'Opéra de Paris (salle Le Peletier))
La Muette de Portici – Auber (Opéra créé le 29 février 1828, à l'Opéra de Paris (salle Le Peletier))
Moïse (Moïse et Pharaon ou le Passage de la mer Rouge ?, opéra en 4 actes de Gioachino Rossini, livret d’Étienne de Jouy, créé le 26 mars 1827 à l'Opéra de Paris)
Le bal masqué (opéra-comique de François-Joseph Darcis; 1ere représentation : Versailles, 31 mars 1772)
Aladin ou la lampe merveilleuse (Opéra- féerie en 5 actes de Nicolo Isouard et Angelo Maria Benincori; 1re représentation : Paris, Académie impériale de musique, 6 février 1822 )

le 15 février 1830 a visiblement lieu un bal à l’Opéra

1831 :
Anna Bolena est donné à Paris en septembre 1831 (création le 26 décembre 1830 à la Scala), probablement au Théâtre-Italien.


1834 :
Bellini compose "I Puritani" à Puteaux pour répondre à une commande du Théâtre-Italien. L’œuvre y est créée en décembre 1834.


1835 :
Norma est donné la première fois à Paris au Théâtre-Italien le 8 décembre 1835.
Marino Faliero de Donizetti est également créé aux Italiens.


1836 :
Le postillon de Longjumeau (Adam) est créé à l'opéra comique.

1837 :
Lucia di Lammermoor, créé à Naples le 26 septembre 1835 est repris au Théâtre-Italien en 1837. En aout 1839, le Théâtre de la Renaissance produit une version française écrite par Alphonse Royer et Gustave Vaëz (futurs librettistes de La Favorite et de Jérusalem) qui rentrera au répertoire de l'Opéra de Paris en 1846 (avec Maria Nau et Duprez).
Le postillon de Longjumeau est créé à l'opéra comique.

1840 :
les martyrs de Donizetti, adaptation de Poliuto, est créé à l'Opéra de Paris.
La Fille du régiment est créée à l'opéra comique.
La Favorite est créé le 2 décembre 1840 à l'Opéra de Paris.
Lucrezia Borgia est donné à Paris (Théâtre-Italien ?)
Le postillon de Longjumeau est créé à l'opéra comique.

1843 :
Don Pasquale de Donizetti est créé au Théâtre-Italien.
Don Sebastien est créé le 13 novembre 1843 à l'Opéra de Paris.

1846 :
Lucie de Lammermoor (version française) rentre au répertoire de l'Opéra de Paris.

1850 :
La saison se déroule du 1er janvier au 31 décembre. Sauf erreur, il n’y a qu’une création cette année : l’enfant prodigue (Auber). La totalité des œuvres données sont en français et datent de moins de 29 ans. Meyerbeer se taille la part du lion (3 œuvres) suivi de … Auber et Donizetti.

Le Prophète - Meyerbeer (Créé en français à l’Opéra de Paris, salle Le Peletier le 16 avril 1849)
Robert le diable – Meyerbeer (Créé à l’Opéra de Paris, salle Le Peletier, le 21 novembre 1831)
Lucie de Lammermoor – Donizetti (créé le 6 août 1839 au théâtre de la Renaissance, à Paris)
La Favorite – Donizetti (créé à l'Opéra de Paris le 2 décembre 1840)
Le Freischütz – Weber (donné dans la même représentation avec « Stella ou les contrebandiers ») (créé le 18 juin 1821 au Königliches Schauspielhaus de Berlin)
Les Huguenots – Meyerbeer (créé le 29 février 1836 à l’Opéra de Paris, salle Le Peletier)
• La muette de Portici – Auber
Charles VI – Halevy (crée le 15 mars 1843 à l'Opéra de Paris, salle Le Peletier)
L’enfant prodigue – Auber (créé le 6 décembre 1850 à l'Opéra de Paris, salle Le Peletier)
Guillaume Tell – Rossini
• Une série d’œuvres courtes, ballets pour la plupart qui sont données en duo : Fanal (Opéra de Adam, création 1849), Stella ou les contrebandiers (ballet pantomime de Pugni, créé en Avril 1850), le violon du diable (ballet-pantomime de Cesare Pugni créé le 19 janvier 1949 à l'opéra de Paris), la Vivandière (ballet de Cesare Pugni créé en 1844 à Londres), le Rossignol , l’âme en peine (opéra "fantastique" en deux actes de Friedrich von Flotow, créé le 29 juin 1846 à Opéra de Paris), Xacarilla (opéra de Marco Aurelio Marlani, créé le 28 octobre 1839 à l'Opéra de Paris)

Egalement en 1850 : Lohengrin, opéra de Richard Wagner, est créé le 28 août 1850 à Weimar

1851 :
Rigoletto
, opéra italien en trois actes et quatre tableaux de Giuseppe Verdi, est créé le 11 mars 1851 au théâtre de la Fenice à Venise


1853 :
La Traviata
, opéra italien en trois actes et quatre tableaux de Giuseppe Verdi, est créé le 6 mars 1853 au théâtre de la Fenice à Venise


1854 :
l'étoile du Nord(Meyerbeer) est créé à l'opéra comique.

1855 :
On retrouve la plupart des œuvres données en 1850 et qui semblent constituer le répertoire de la maison. C’est l’année de création des Vêpres Siciliennes de Verdi et d’un opéra aujourd’hui inconnu (Sainte-Claire).

La muette de Portici – Auber
La Favorite – Donizetti
Les Huguenots – Meyerbeer
Robert le diable – Meyerbeer
Lucie de Lammermoor – Donizetti
La Juive – Halevy (créé le 23 février 1835 à l'Opéra de Paris (salle Le Peletier))
Le Prophète – Meyerbeer
Les Vêpres Siciliennes – Verdi (créé le 13 juin 1855 à l'Opéra de Paris - salle Le Peletier)
Sainte-Claire - ? (opéra en trois actes, musique de SAR Ernst, duc de Saxe-Cobourg Gotha, livret de Mme Birch-Pfeffer (adaptation française de Gustave Oppelt) créé à l'opéra de Paris - Le Peletier en 1855)
• A nouveau, une série d’œuvres courtes, ballets pour la plupart qui sont données en duo : Le Philtre (opéra en deux actes de Daniel-François-Esprit Auber, création à l'académie royale de musique en 1831), La Fonti (opéra de Théodore Labarre, création en 1855 à l'opéra de Paris), la Vivandière, Xacarilla, Le Diable à quatre (opéra de François-André Danican Philidor et Jean-Louis Laruette, créé en 1756 à l'opéra de Paris), Jovita ou les Bouchaniers (ballet-pantomime de Théodore Labarre, créé au Théâtre de l'Opéra-Le Peletier - le 11 novembre 1853), Le Concert à la Cour ou la débutante (opéra en un acte de Daniel-François-Esprit Auber, créé en ?), l’Union Chorale ( ?), Pantagruel (opéra-bouffe en deux actes de Théodore Labarre, créé à l'opéra de Paris le 24 décembre 1855)

1856 :
Manon Lescaut (Auber) est créé à l'opéra comique.

1858 :
Orphée aux enfers (Offenbach) est créé au théâtre des bouffes parisiens.

1859 :
Faust – Gounod, opéra en cinq actes de Charles Gounod, livret de Jules Barbier et Michel Carré, fondé sur la légende du même nom et la pièce de Goethe, est créé au théâtre Lyrique le 19 mars 1859.
Le pardon de Ploërmel (Meyerbeer) est créé à l'opéra comique.

1860 :
Rita ou le mari battu de Donizetti est créé à l'Opéra comique.


1861 :
Année de création de Tannhäuser. Une œuvre du 18eme siècle (Alceste) fait son apparition.

Le Comte Ory – Rossini
La Juive – Halevy
Semiramis – Rossini (créé au Théâtre de la Fenice à Venise en Italie, le 3 février 1823)
Lucie de Lammermoor – Donizetti
Pierre de Médicis – Poniatowski ( ?)(créé à l'Opéra Le Peletier à Paris, le 9 mars 1860)
Guillaume Tell – Rossini
Le Trouvère – Verdi (créé au Teatro Apollo de Rome le 19 janvier 1853, puis représenté à Paris, au Théâtre-Italien, dans sa version originale, le 23 décembre 1854) ; En 1856, Verdi remania l'œuvre pour l'adapter à la forme du « grand opéra » exigée par l'Opéra de Paris, où elle fut représentée, le 12 janvier 1857, sous le titre Le Trouvère. Le livret avait été traduit en français par Émilien Pacini).
La Favorite – Donizetti
La Juive – Halevy
Tannhäuser – Wagner (L'opéra fut créé le 19 octobre 1845 à Dresde sous la direction de Wagner, alors âgé de 32 ans. Ensuite, Wagner révisa le livret et la partition à plusieurs reprises. Une version remaniée dite « de Paris » fut montée à l’opéra Le Peletier en mars 1861 grâce au soutien de la princesse Pauline de Metternich ; malgré l’ajout d’un ballet après l’ouverture destiné à se concilier le goût des Parisiens, un chahut organisé par les habitués de l’opéra traditionnel provoqua un échec retentissant, qui conduisit Wagner à arrêter les représentations après la troisième.)
Robert le diable – Meyerbeer
Les Huguenots – Meyerbeer
Herculanum – Felicien David (?)(Grand opéra en 4 actes, créé à l'Opéra Le Peletier à Paris, le 4 mars 1859)
• Le 25 mai 1861 affiche une série étonnante : Les Huguenots – Le Prophète – Castor et Pollux (Rameau) La Somnambule – Les projets de ma tante – Horace- Guillaume Tell (probablement des extraits)
Le Prophète – Meyerbeer
Otello – Rossini (créé à Naples le 4 décembre 1816 au Teatro del Fondo)
Alceste – Gluck (Créé le 26 décembre 1767 au Burgtheater de Vienne)
• A nouveau, une série d’œuvres courtes, principalement des ballets, qui sont données en duo : Le Papillon (ballet de Jacques Offenbach créé à Paris 26 novembre 1860), le Philtre, la Vivandière, Graziosa (ballet pantomime de Théodore Labarre créé en 1861), les Elfes (ballet de Nicolò Gabrielli, créé au théâtre de l'opéra de Paris le 11 aout 1856), le Marché des innocents (ballet fantastique de Cesare Pugni crée au Théâtre de l'Opéra-Le Peletier le 29 mai 1861), l’Etoile de Messine (ballet-pantomime de Nicolò Gabrielli créé à l'opéra de Paris le 24 décembre 1855), le Plat du jour (revue de l'année 1861, en 3 actes et 20 tableaux ?), la Voix humaine (opéra en deux actes de Giulio Alary créé à l'opéra de Paris le 30 décembre 1861)

1862 :
Béatrice et Bendict (Berlioz) est créé à Baden-Baden.

1863 :
Les Pêcheurs de perles, opéra en trois actes de Georges Bizet sur un livret d'Eugène Cormon et Michel Carré, est créé le 30 septembre 1863 au Théâtre-Lyrique (18 représentations). Il sera repris dans une nouvelle version après la mort du compositeur en 1893 à l’Opéra-Comique

Les Troyens, opéra d’Hector Berlioz est donné pour la première fois, mutilé de nombreuses manières — les deux premiers actes supprimés, divers morceaux également coupés, le tout étant présenté sous le titre Les Troyens à Carthage — le 4 novembre 1863 au Théâtre Lyrique à Paris. La première partie, La Prise de Troie, ne sera créée que le 6 décembre 1890 à Karlsruhe, dans une version allemande à l'occasion de la première représentation intégrale des Troyens en deux soirées.

1864 :
La Belle Hélène, opéra bouffe en trois actes de Jacques Offenbach, livret de Henri Meilhac et Ludovic Halévy, est créé à Paris au théâtre des Variétés le 17 décembre.


1866 :
La vie parisienne (Offenbach) est créé au théâtre du Palais-Royal.[/i]
Mignon (Thomas) est créé à l'opéra comique.

1867 :
Année de création de Don Carlos. On voit apparaître une œuvre de Mozart (Don Giovanni). Le répertoire (Meyerbeer, Halevy, Donizetti) ne bouge guère.

Robert le diable – Meyerbeer
L’Africaine – Meyerbeer (créé le 28 avril 1865 à l'Opéra de Paris)
Roland – Piccini (tragédie lyrique de Niccolò Piccinni. Créé le 27 janvier 1778 à l’opéra de Paris - Théâtre du Palais-Royal)
La Juive – Halevy
Le Prophète – Meyerbeer
Le Trouvère – Verdi
Alceste – Gluck
La Muette de Portici – Auber
Don Juan – Mozart (créé à Prague le 29 octobre 1787)
La Favorite – Donizetti
Les Huguenots – Meyerbeer
Don Carlos – Verdi (créé le 11 mars 1867 à l'Opéra de Paris. Remanié en 1884, il devient Don Carlo pour la scène italienne. C'est dans la traduction italienne qu'il conquiert les scènes mondiales, donnant lieu au mythe d'une version italienne, alors que les deux versions (1866-67 et 1884) furent composées sur un texte français).
Giselle ou les Willis – Adam (Ballet, Créé à Paris le 28 juin 1841 à l'Opéra de Paris)
La Source – Minkus / Delibes (ballet en 3 actes et 4 tableaux d'Arthur Saint-Léon, sur un livret de Saint-Léon et Charles Nuitter, une musique de Léon Minkus et Léo Delibes, représenté pour la première fois le 12 novembre 1866 à l'Opéra de Paris)
Guillaume Tell – Rossini
• Toujours, une série d’œuvres courtes, principalement des ballets, qui sont données en duo : La Fiancée de Corinthe (opéra de Jules Duprato, créé à l'opéra de Paris, le 22 Octobre 1867), Le Corsaire (ballet de Adolphe Adam, créé à l'opéra de Paris en 1856), Néméa ou l’amour vengé ( ballet-pantomime en deux actes de Léon Minkus, créé le 11 juillet 1864 au théâtre de l'opéra), La Source (ballet, musique de Léon Minkus et Léo Delibes, créé le 12 novembre 1866 à l'opéra de Paris), le Marché des innocents (ballet pantomime en un acte, chorégraphie de Marius Petipa, créé le 29 mai 1861 à l'opéra de Paris)

Également en 1867 : Roméo et Juliette, opéra en cinq actes de Charles Gounod, livret de Jules Barbier et Michel Carré1 d'après le drame-homonyme de Shakespeare, est créé à Paris au Théâtre-Lyrique le 27 avril 1867.
Robinson Crusoë (Offenbach) est créé à l'opéra comique.

1868 :
Les Maitres-Chanteurs de Nuremberg, opéra de Richard Wagner, est créé en le 21 juin 1868 à Munich

La Périchole (Offenbach) est créé au Théâtre des Variétés.

1869 :
La forza del destino
, opéra en quatre actes de Giuseppe Verdi est créé le 10 novembre 1862 au théâtre impérial de Saint-Pétersbourg, puis, dans une version révisée, à la Scala de Milan le 27 février 1869


1870 :
Die Walküre, opéra de Richard Wagner, est créé au théâtre national de la cour à Munich, à la demande de Louis II de Bavière (et contre la volonté de Wagner) le 26 juin 1870


1875 :
Le 5 janvier, le Palais Garnier est inauguré. Le premier opéra donné est la Juive

C'est l'année de création de Carmen (opéra-comique en quatre actes de Georges Bizet, sur un livret d'Henri Meilhac et Ludovic Halévy, d'après la nouvelle Carmen, de Prosper Mérimée. Créé le 3 mars 1875 à l'Opéra-Comique sous la direction d'Adolphe Deloffre, l'œuvre ne rencontra pas le succès escompté, ce qui affecta beaucoup le compositeur, lequel a pris une revanche posthume éclatante, puisque aujourd'hui Carmen est un des opéras les plus joués dans le monde). On a peu de renouvellement du répertoire. Faust créé en 1859 est entré au répertoire en 1869. Les petits ballets et opéras qui fleurissaient auparavant semblent avoir disparu.

• L’ouverture de saison affiche 4 œuvres : La Muette de Portici - Guillaume Tell - La Juive - Les Huguenots – La Source (probablement des extraits)
La Muette de Portici – Auber
La Juive – Halevy
Les Huguenots – Meyerbeer
La Favorite – Donizetti
Guillaume Tell – Rossini
Hamlet – Thomas (opéra en 5 actes, livret de Michel Carré et Jules Barbier, créé à l'Opéra de Paris - Le Peletier le 9 mars 1868)
Les Hannetons ( Offenbach ou Stoumon ?)
La Favorite – Donizetti
La Source – Minkus / Delibes
Coppélia ou la fille aux yeux d’émail (ballet en deux actes et trois tableaux d'Arthur Saint-Léon, sur un livret de Charles Nuitter, musique de Léo Delibes, d'après le conte d'Hoffmann L'Homme au sable, représenté pour la première fois à l'Opéra de Paris le 25 mai 1870)
Faust – Gounod. Il fait son apparition sur la scène de l’Opéra de Paris en 1869 (salles Le Peletier et Ventadour)
Don Juan – Mozart

1877 :
Samson et Dalila, opéra composé par Camille Saint-Saëns sur un livret de Ferdinand Lemaire. La première (en allemand et sur l'initiative de Liszt) a eu lieu au Théâtre de la Cour grand-ducale de Weimar, le 2 décembre 1877
l'étoile (Chabrier) est créé aux Bouffes-Parisiens.

1881 :
Année de création des Contes d’Hoffmann (opéra fantastique de Jacques Offenbach, livret de Jules Barbier d'après sa pièce écrite en 1851 avec Michel Carré, créé à l'Opéra-Comique de Paris, le 10 février 1881).

Le répertoire bouge peu mais on voit apparaître progressivement des oeuvres de Verdi (Aïda, Un Bal masqué). Meyerbeer continue à être célébré dans la maison avec pas moins de 4 opéras à l’affiche. Aucune création, sauf erreur, à l'Opéra de Paris.

Faust – Gounod
Les Huguenots – Meyerbeer
Guillaume Tell – Rossini
La Favorite – Donizetti
La Juive – Halevy
Aïda – Verdi (créé le 24 décembre 1871 à l'Opéra khédival du Caire)
Le Comte Ory – Rossini
Le Prophète – Meyerbeer
Un Bal masqué (créé au Teatro Apollo de Rome le 17 février 1859)
L’Africaine – Meyerbeer
Hamlet – Thomas
Robert le diable – Meyerbeer
La Korrigane (ballet fantastique en deux actes et trois tableaux, de Coppée et Mérante, créé en 1181)
Yedda (ballet en trois actes, chorégraphie de Mérante, musique d'Olivier Métra (créé en 1879 ?)
Le Tribut de Zamora (opéra en quatre actes de Gounod, livret de d'Ennery, créé le 1er avril1881 à l'Opéra' de Paris 1881)
Le Freischütz – Weber
Sylvia (Mérante)(ballet, musique de Leo Delibes)
Don Juan – Mozart
• Le 27 septembre 1881 affiche le diner de Pierrot (Opéra comique en un acte de Charles-Léon Hess, 1844), Les Précieuses ridicules ( Molière ??), Les Huguenots et la Korrigane (probablement des extraits)

1883 :
Lakmé de Leo Delibes est créé le 14 avril 1883 à l'Opéra-Comique de Paris.

1884 :
Manon de Jules Massenet est créé à l'Opéra-Comique de Paris le 19 janvier 1884.

1887 :
Otello
, opéra en quatre actes de Giuseppe Verdi, est créé au Teatro alla Scala de Milan, le 5 février 1887.


1856 :
Esclarmonde (Massenet) est créé à l'opéra comique.

1892 :
Werther
de Jules Massenet est créé à Vienne le 16 février 1892 dans une traduction allemande de Max Kalbeck, puis dans sa langue originale à Genève le 27 décembre 18922, il est représenté pour la première fois en France à l'Opéra-Comique le 16 janvier 1893.

1894 :
Thaïs (Massenet) est créé à l'Opéra de Paris.

1899 :
Cendrillon (Massenet) est créé à l'opéra comique.

1900 :
La première saison du siècle n’a plus rien à voir celle des années 80. La composition de la saison s’est considérablement diversifiée, renouvelée et internationalisée : Verdi, Wagner sont très présents ainsi que des œuvres créées post 1880. Berlioz fait son apparition. La part de Meyerbeer s’est réduit (les Huguenots et le Prophète). Le nombre d’œuvres joué est important (est-ce l’effet « première saison du siècle » ?). On notera aussi que les compositeurs pré-19e siecle sont totalement absents. Sauf erreur, la seule création de l'année est Lancelot de Victorin de Joncières.

Les Troyens (La prise de Troie) - Berlioz
Faust – Gounod
Sigurd – Reyer (Sigurd est un opéra en quatre actes, neuf tableaux et deux ballets d'Ernest Reyer. Initialement esquissée en 1862 (et terminée, au brouillon, en 1867), l'œuvre a attendu de nombreuses années avant de pouvoir être jouée en intégralité. L'orchestration des différents fragments progressait très lentement, et une fois terminés ils étaient parfois joués lors de concerts différents. Le projet original de monter l'œuvre à l'Opéra de Paris ayant échoué, Sigurd fut créé au Théâtre de la Monnaie à Bruxelles le 7 janvier 1884. Dans l'année qui suivit, il fut joué avec beaucoup de succès à Covent Garden, Lyon, Monte-Carlo et, finalement, à l'Opéra de Paris le 12 juin 1885)
Lohengrin – Wagner
Les Maitres-Chanteurs de Nuremberg – Wagner
Aïda – Verdi
Guillaume Tell – Rossini
Lancelot (opéra de Victorin Joncières, créé à l'opéra de Paris le 7 février 1900)
Un Bal Masqué – Verdi
Roméo et Juliette – Gounod
Tannhäuser – Wagner
Patrie ! (Opéra d’Émile Paladilhe, créé en 1886 à l'Opéra de Paris)
Salammbô (opéra en cinq actes et neuf tableaux d'Ernest Reyer, créé le 10 février 1890 au Théâtre National de la Monnaie à Bruxelles)
Samson et Dalila – Saint-Saens
Coppélia ou la fille d’émail - Delibes
Les Huguenots – Meyerbeer
Le Cid – Massenet (opéra français en quatre actes et dix tableaux de Jules Massenet, créé le 30 novembre 1885 à l'Opéra de Paris)
Le Cid (ballet ; est-ce un ballet complet ou le ballet de l’opéra éponyme ?)
La Maladettal - Vidal
La Valkyrie - Wagner
Joseph (Opéra de Étienne-Nicolas Méhul (1807))
Le Prophète – Meyerbeer
La Tour d’Auvergne
L’Arlésienne (prélude) – Bizet (L'Arlésienne est une musique de scène composée par Georges Bizet pour le drame en trois actes éponyme d'Alphonse Daudet, et créée à Paris au Théâtre du Vaudeville, le 1er octobre 1872)
Hellé (opéra en quatre actes, musique de Duvernoy, livret de Camille Du Locle et Charles Nuitter, représenté (pas de date de création) à l'opéra de Paris en 1896)
Hamlet – Thomas
L’Etoile (ballet ; est-ce un ballet complet ou le ballet de l’opéra éponyme ?) (L'Étoile est un opéra bouffe en trois actes d'Emmanuel Chabrier, créé aux Théâtre des Bouffes-Parisiens le 28 novembre 1877)
• La journée du 29 septembre 1900 affiche La Muette de Portici, Le Cid (ballet), Samson et Dalila, Faust et la Maladetta (probablement des extraits)
Rigoletto – Verdi
• La journée du 29 septembre 1900 affiche Alceste (Gluck), Carmen ( ?), Danses de jadis et de naguère (probablement des extraits)
Également en 1900 :
Louise (Charpentier) est créé à l'opéra comique.

Ce qui est créé hors les murs de l'opéra de Paris figure en italique.
sources : wikipedia, data.bnf.fr

Avatar du membre
HELENE ADAM
Basse
Basse
Messages : 8373
Enregistré le : 26 sept. 2014, 18:27
Localisation : Paris
Contact :

Re: Les (très) anciennes saisons de l'opéra de Paris 1850-1900

Message par HELENE ADAM » 05 mars 2017, 15:16

MariaStuarda a écrit :
05 mars 2017, 15:10
1850 :

• Une série d’œuvres courtes qui sont données en duo : Fanal ( ?)
Le fanal je connais : c'est un court opéra en deux actes d'Adolphe Adam, créé fin 1849

Image
Regarde spectateur, remontée à bloc, de telle sorte que le ressort se déroule avec lenteur tout le long d’une vie humaine, une des plus parfaites machines construites par les dieux infernaux pour l’anéantissement mathématique d’un mortel.
https://passionoperaheleneadam.blogspot.fr

Avatar du membre
MariaStuarda
Basse
Basse
Messages : 6010
Enregistré le : 13 févr. 2013, 14:33
Localisation : Paris

Re: Les (très) anciennes saisons de l'opéra de Paris 1850-1900

Message par MariaStuarda » 05 mars 2017, 15:19

Merci, je rajoute l'information :D

Avatar du membre
HELENE ADAM
Basse
Basse
Messages : 8373
Enregistré le : 26 sept. 2014, 18:27
Localisation : Paris
Contact :

Re: Les (très) anciennes saisons de l'opéra de Paris 1850-1900

Message par HELENE ADAM » 05 mars 2017, 15:26

MariaStuarda a écrit :
05 mars 2017, 15:19
Merci, je rajoute l'information :D
1849 pas 1949 :wink:
Regarde spectateur, remontée à bloc, de telle sorte que le ressort se déroule avec lenteur tout le long d’une vie humaine, une des plus parfaites machines construites par les dieux infernaux pour l’anéantissement mathématique d’un mortel.
https://passionoperaheleneadam.blogspot.fr

Avatar du membre
MariaStuarda
Basse
Basse
Messages : 6010
Enregistré le : 13 févr. 2013, 14:33
Localisation : Paris

Re: Les (très) anciennes saisons de l'opéra de Paris 1850-1900

Message par MariaStuarda » 05 mars 2017, 15:28

Oups

Avatar du membre
HELENE ADAM
Basse
Basse
Messages : 8373
Enregistré le : 26 sept. 2014, 18:27
Localisation : Paris
Contact :

Re: Les (très) anciennes saisons de l'opéra de Paris 1850-1900

Message par HELENE ADAM » 05 mars 2017, 15:32

Stella et les Contrebandiers est un "ballet" (dit "ballet pantomime") de Cesare Pugni, créé en Avril 1850. Pareil pour le "Violon du diable", ballet-pantomime de Cesare Pugni mais créé le 19 janvier 1949 à l'opéra de Paris.
Le Rossignol est un opéra en un acte de Louis-Sébastien Lebrun, créé Paris, Académie royale de musique, 23 avril 1816
La Xacarilla est un opéra de Marco Aurelio Marlani, créé le 28 octobre 1839 à l'Opéra de Paris.
L"’âme en peine" est un opéra "fantastique" en deux actes de Friedrich von Flotow, créé le 29 juin 1846 à Opéra de Paris

Par contre j'ai une interrogation sur la Vivandière ? Il y a eu beaucoup plus tard (1895?) un opéra de Godard qui portait ce nom mais là il s'agit forcément d'autre chose...

J'ai trouvé ! :wink: C'est encore un ballet de Cesare Pugni... créé en 1844 à Londres.
Regarde spectateur, remontée à bloc, de telle sorte que le ressort se déroule avec lenteur tout le long d’une vie humaine, une des plus parfaites machines construites par les dieux infernaux pour l’anéantissement mathématique d’un mortel.
https://passionoperaheleneadam.blogspot.fr

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 16 invités