Les moments d'opéras dans les films

Quiz's, sondages & Co.
muriel
Basse
Basse
Messages : 2875
Enregistré le : 17 nov. 2003, 00:00
Localisation : Arles

Re: Les moments d'opéras dans les films

Message par muriel » 20 août 2019, 19:47

bon résumé dans le blow up d'Arte consacré à l'opéra
taper Opéras et cinéma sur le tube

Efemere
Basse
Basse
Messages : 2487
Enregistré le : 11 mars 2014, 14:04
Localisation : Paris

Re: Les moments d'opéras dans les films

Message par Efemere » 21 août 2019, 17:54

Dans Mr. Bean's Holiday (2007) de Steve Bendelack, il y a une scène sur la place d'un marché du sud de la France où Mr. Bean chante en playback et mime un numéro sur l'air « O mio babbino caro » (interprété par Rita Streich).

Avatar du membre
Loïs
Basse
Basse
Messages : 4603
Enregistré le : 06 févr. 2013, 11:04
Localisation : sans opera fixe

Re: Les moments d'opéras dans les films

Message par Loïs » 03 sept. 2019, 11:04

sinon mes préférés car on peu y retrouver certaines allusions:
https://www.youtube.com/watch?v=BX1ljYx3g3k
https://www.youtube.com/watch?v=EvtDAUZjjwY

Il ne faudrait surtout pas y voir une allusion aux physiques de certains chanteurs comme discuté plus haut :wink:
https://www.youtube.com/watch?v=5ASRysBzf3I

Avatar du membre
micaela
Basse
Basse
Messages : 5000
Enregistré le : 16 juil. 2015, 17:24
Localisation : paris

Re: Les moments d'opéras dans les films

Message par micaela » 03 sept. 2019, 11:34

Je ne sais pas si c'est vraiment un moment d'opéra, mais tant pis. Dans Vautrin (1943) Rubempré et Esther assistent (pas ensemble) à une représentation de Sémiramis (c'est donné en français) de Rossini. L'affiche annonce "opéra en deux actes et ballet oriental" (sans qu'on précise si la musique de ce ballet fait partie de l'opéra ou un ajout au programme (sans doute la deuxième solution). En tout cas, ce n'est pas un extrait de l'opéra qu'on voit, mais de ce ballet.
Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ? Pensée shadok

Efemere
Basse
Basse
Messages : 2487
Enregistré le : 11 mars 2014, 14:04
Localisation : Paris

Re: Les moments d'opéras dans les films

Message par Efemere » 05 sept. 2019, 16:48

Le film britannique Topsy-Turvy (1999) de Mike Leigh : à propos de la paire W.S. Gilbert et Arthur Sullivan, qui, après l'échec de Princess Ida, crée The Mikado.

Des films américains :

Interrupted Melody (1955) de Curtis Bernhardt, sur la vie et la carrière de la soprano australienne Marjorie Lawrence, interprétée par Eleanor Parker, doublée par la soprano américaine Eileen Farrell ;

– sur un scénario de Nunnally Johnson (d'après Two Can Sing de James M. Cain [*], publié ultérieurement sous le titre Career in C Major),
Wife, Husband and Friend (1939) de Gregory Ratoff
Everybody does it (1949) d'Edmund Goulding.

Même histoire dans ces deux comédies : une New-Yorkaise mondaine, Doris Borland, croyant être faite pour chanter, commence une carrière lyrique qui va battre de l'aile. Une cantatrice professionnelle, Cecil Carver, découvre que le mari de Doris, Leonard Borland, un entrepreneur en démolition, a des talents de baryton. Doris et Leonard se séparent. En proie à des problèmes financiers, ce dernier accepte un poste de chanteur et part en tournée avec Cecil. De retour à New York, il est distribué en vedette lors d'une représentation, mais pris de trac, se ridiculise. Doris et Leonard se réconcilient et Leonard reprend son métier initial.

Dans la première version, Loretta Young (Doris) était doublée par l'actrice Tamara Shavrova ; Warner Baxter (Leonard) par le ténor américain Emery D'Arcy ; Binnie Barnes (Cecil) par Nina Koshetz, chanteuse et actrice américaine d'origine russo-ukrainienne.
Dans le remake de 1949, Celeste Holm (Doris) chantait elle-même ; Paul Douglas (Leonard) était doublé par le baryton Stephen Kemalyan ; Linda Darnell (Cecil) par la soprano Helen Spann.

[*] James M. Cain (1892-1977) avait été dissuadé de devenir baryton par sa mère qui avait échoué dans une carrière de soprano. Sa quatrième et dernière épouse, Florence Macbeth (1889-1966), avait été soprano. Il a fait allusion au monde de l'Opéra dans certains de ses ouvrages – parmi lesquels, outre Two can sing (1938), Serenade (1936), ayant inspiré le film éponyme (1956) réalisé par Anthony Mann, avec Mario Lanza déjà cité dans ce fil.

Avatar du membre
JdeB
Administrateur ODB
Administrateur ODB
Messages : 20976
Enregistré le : 02 mars 2003, 00:00
Contact :

Re: Les moments d'opéras dans les films

Message par JdeB » 11 sept. 2019, 08:43

Un article fouillé sur le plus lyricomane des enquêteurs

http://cmsdt-spectacles.blogspot.com/20 ... serie.html
"Si tu travailles avec un marteau-piqueur pendant un tremblement de terre, désynchronise-toi, sinon tu travailles pour rien." J-C Van Damme.
Odb-opéra

Avatar du membre
HELENE ADAM
Hall of Fame
Hall of Fame
Messages : 12893
Enregistré le : 26 sept. 2014, 18:27
Localisation : Paris
Contact :

Re: Les moments d'opéras dans les films

Message par HELENE ADAM » 27 sept. 2019, 17:06

The Man Between (l'homme de Berlin en français) de Carol Reed : film tourné à Berlin en 1953 où l'on voit la fin d'une représentation de Salomé au Staatsoper, alors situé dans le quartier soviétique de Berlin. Plusieurs personnages se sont donnés RDV à la sortie.
Impressionnant de voir, filmé à l'époque, l'état de la ville de Berlin, encore très largement en ruines, secteur "est" et secteur "ouest", 8 ans après la fin de la guerre...
Lui : Que sous mes pieds se déchire la terre ! que sur mon front éclate le tonnerre, je t'aime, Élisabeth ! Le monde est oublié !
Elle : Eh bien ! donc, frappez votre père ! venez, de son meurtre souillé, traîner à l'autel votre mère

Mon blog :
https://passionoperaheleneadam.blogspot.fr

Avatar du membre
micaela
Basse
Basse
Messages : 5000
Enregistré le : 16 juil. 2015, 17:24
Localisation : paris

Re: Les moments d'opéras dans les films

Message par micaela » 03 nov. 2019, 19:32

J'en avais parlé au début du fil. On voit un extrait de la scène finale. Salomé est interprétée par Ljuba Wellitsch (c'est indiqué sur le générique de début).
Vu aujourd'hui : pas vraiment des moments d'opéra, juste de l'illustration musicale (parfois brève) mais ça m'a un peu surprise. Dans le Traître de Bellochio (un film sur le mafioso Tommaso Buscetta), il y a deux moments illustrés par du Verdi : le début du Va Pensiero pour la lecture du verdict du mai-procès de 1987, et l'ouverture de Macbeth pour le moment autour de l'attentat contre le juge Falcone .
Les réalisateurs italiens doivent aimer Macbeth, puisque cet opéra tenait une place importante dans Prima della rivoluzione (Bertolucci) et Opera (Argento. Dans les deux cas autour de représentations au Teatro Regio de Parme...
Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ? Pensée shadok

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 15 invités