Les moments d'opéras dans les films

Quiz's, sondages & Co.
Répondre
Avatar du membre
micaela
Basse
Basse
Messages : 2076
Enregistré le : 16 juil. 2015, 17:24
Localisation : paris

Re: Les moments d'opéras dans les films

Message par micaela » 14 sept. 2016, 19:08

Dans la maison des étrangers (Mankiewicz, 1949), film sur une famille de banquiers aux méthodes quasi mafieuses, Edward G. Robinson écoute régulièrement de l'opéra. Il fredonne même brièvement quelques airs en prenant son bain...(dont la donna è mobile, si je me souviens bien).
S'il n'y a pas de solutions, c'est qu'il n'y a pas de problème Proverbe shadok

Avatar du membre
quetzal
Basse
Basse
Messages : 8057
Enregistré le : 04 mai 2011, 23:00

Re: Les moments d'opéras dans les films

Message par quetzal » 14 sept. 2016, 19:13

Loïs a écrit :la romande l'étoile de Tannhauser chanté par un soldat aryenissime portant les cadavres de ses camarades de la nuit de San Lorenzo (frères Taviani)
Tu as raison , j'ai parlé plus haut de ce chef d’œuvre , vu il y a quelques décennies , c'est plus probablement Tannhauser et non Lohengrin comme je l'ai avancé ...
J'en ai un souvenir à la fois si lointain et si vif . ( Je n'ai pas le souvenir qu'il porte des cadavres allemands , j'ai le souvenir qu'il fait retraite sur un chemin ...mais je fais peut être erreur . Il me semblait que c'était Domingo qui chantait ...mais c'est peut être aussi un faux souvenir (?) -Stefano , tu peux venir nous préciser tout ça ? :wink: )

Je garde de ce film des émotions essentielles , la scène des blés évoquée par Stefano par exemple ...bref ce sont des choses que je ne reverrai probablement plus .

Bernard

Je revois en video avec mes petits enfants l'intégrale des Rhomer , ils adorent ça , il n'y a pas d'opéra là dedans
.
L'axe normal de la rêverie cosmique est celui le long duquel l'univers sensible est transformé en un univers de beauté.
Gaston Bachelard

Avatar du membre
Loïs
Basse
Basse
Messages : 2376
Enregistré le : 06 févr. 2013, 11:04
Localisation : sans opera fixe

Re: Les moments d'opéras dans les films

Message par Loïs » 14 sept. 2016, 20:02

quetzal a écrit :
Loïs a écrit :la romande l'étoile de Tannhauser chanté par un soldat aryenissime portant les cadavres de ses camarades de la nuit de San Lorenzo (frères Taviani)
Tu as raison , j'ai parlé plus haut de ce chef d’œuvre , vu il y a quelques décennies , c'est plus probablement Tannhauser et non Lohengrin comme je l'ai avancé ...
J'en ai un souvenir à la fois si lointain et si vif . ( Je n'ai pas le souvenir qu'il porte des cadavres allemands , j'ai le souvenir qu'il fait retraite sur un chemin ...mais je fais peut être erreur . Il me semblait que c'était Domingo qui chantait ...mais c'est peut être aussi un faux souvenir (?) -Stefano , tu peux venir nous préciser tout ça ? :wink: )

Je garde de ce film des émotions essentielles , la scène des blés évoquée par Stefano par exemple ...bref ce sont des choses que je ne reverrai probablement plus .

Bernard
.
je n'ai pas pu retrouver la scène mais je vois le jeune soldat allemand tirant une charette avec les cadavres empilés de ses camarades (après Monte Cassino?) dans la campagne et chantant la romance de Wolfram en pleurant. Je ne pense pas à Domingo car la voix me paraissait très légère, pas celle d'un chanteur d'opéra mais plutot celle d'un jeune homme

j'ai trouvé cela dans les archives ciné italiennes:
La dolce melodia del “Tannhauser” è lo struggente “a solo” al quale si abbandona sconvolto un giovane soldato tedesco che scorta una corriera rubata nella quale sono accatastate pile di cadaveri. La buia tragedia della guerra rivive, in tutta la sua assurda follia, negli occhi e nel canto di quel militare. E, in questa sequenza emozionante, la Wermacht appare agli sguardi trepidanti di Galvano e dei fuggiaschi, attraverso i pertugi di un nascondiglio precario, ormai come un lontano e singolare convoglio funebre che si dilegua sull’onda di un lamento spiegato al vento da una solista stravolto. L’inno all’amore di Wolfram si trasforma, così, in un accorato pianto sulla sventura di un popolo. Quanto lontani siano dai significati metaforici che Visconti ha inteso proporre in Ludwing, recuperando lo stesso brano wagneriano che accompagna la follia del re protagonista della sontuosa grotta di Venere del castello di Linderhof!

Je ne me souvenais par contre pas du des irae de Verdi

Avatar du membre
quetzal
Basse
Basse
Messages : 8057
Enregistré le : 04 mai 2011, 23:00

Re: Les moments d'opéras dans les films

Message par quetzal » 14 sept. 2016, 20:15

Oui Loïs il suit un vieux car comme un corbillard , mais il est seul sur le chemin et les italiens apeurés le regardent passer.
Voilà mon souvenir diffus.Tu avais écrit "il porte des cadavres" , ça ne me disait rien.

Amitiés
Bernard
L'axe normal de la rêverie cosmique est celui le long duquel l'univers sensible est transformé en un univers de beauté.
Gaston Bachelard

Avatar du membre
Stefano P
Basse
Basse
Messages : 3468
Enregistré le : 08 déc. 2013, 09:31
Contact :

Re: Les moments d'opéras dans les films

Message par Stefano P » 14 sept. 2016, 21:20

quetzal a écrit :Oui Loïs il suit un vieux car comme un corbillard , mais il est seul sur le chemin et les italiens apeurés le regardent passer.
Voilà mon souvenir diffus.Tu avais écrit "il porte des cadavres" , ça ne me disait rien.

Amitiés
Bernard
Oui, c'est bien ça, on voit le groupe de paysans qui fuient et ils se cachent quand ils aperçoivent sur la route ce convoi étrange : des soldats allemands qui escortent un vieux car qui fait office de corbillard, traîné par deux chevaux ; sur le côté, il y a un jeune (et très beau) soldat allemand qui marche en chantant la romance à l’Étoile ; il a les yeux pleins de larmes...
"Bald, bald, Jüngling, oder nie !"

Avatar du membre
Loïs
Basse
Basse
Messages : 2376
Enregistré le : 06 févr. 2013, 11:04
Localisation : sans opera fixe

Re: Les moments d'opéras dans les films

Message par Loïs » 14 sept. 2016, 21:25

quetzal a écrit :Oui Loïs il suit un vieux car comme un corbillard , mais il est seul sur le chemin et les italiens apeurés le regardent passer.
Voilà mon souvenir diffus.Tu avais écrit "il porte des cadavres" , ça ne me disait rien.

Amitiés
Bernard
RETROUVE A 00:50
http://www.rai.it/dl/RaiTV/programmi/me ... inema.html

Avatar du membre
quetzal
Basse
Basse
Messages : 8057
Enregistré le : 04 mai 2011, 23:00

Re: Les moments d'opéras dans les films

Message par quetzal » 14 sept. 2016, 21:40

Loïs a écrit :
quetzal a écrit :Oui Loïs il suit un vieux car comme un corbillard , mais il est seul sur le chemin et les italiens apeurés le regardent passer.
Voilà mon souvenir diffus.Tu avais écrit "il porte des cadavres" , ça ne me disait rien.

Amitiés
Bernard
RETROUVE A 00:50
http://www.rai.it/dl/RaiTV/programmi/me ... inema.html
tu es un amour , mais c'est terrible ce que tu fais , je ne veux plus regarder ça !

il y a des choses que je veux laisser derrière moi .

Merci !

Bernard
L'axe normal de la rêverie cosmique est celui le long duquel l'univers sensible est transformé en un univers de beauté.
Gaston Bachelard

Avatar du membre
Loïs
Basse
Basse
Messages : 2376
Enregistré le : 06 févr. 2013, 11:04
Localisation : sans opera fixe

Re: Les moments d'opéras dans les films

Message par Loïs » 14 sept. 2016, 21:50

quetzal a écrit :
Loïs a écrit :
quetzal a écrit :Oui Loïs il suit un vieux car comme un corbillard , mais il est seul sur le chemin et les italiens apeurés le regardent passer.
Voilà mon souvenir diffus.Tu avais écrit "il porte des cadavres" , ça ne me disait rien.

Amitiés
Bernard
RETROUVE A 00:50
http://www.rai.it/dl/RaiTV/programmi/me ... inema.html
tu es un amour , mais c'est terrible ce que tu fais , je ne veux plus regarder ça !

il y a des choses que je veux laisser derrière moi .

Merci !

Bernard
Même constat du coup j'hesite à revoir good morning babylonia!

Avatar du membre
quetzal
Basse
Basse
Messages : 8057
Enregistré le : 04 mai 2011, 23:00

Re: Les moments d'opéras dans les films

Message par quetzal » 14 sept. 2016, 22:02

Alors puisque tu nous y as emmenés et qu'ici de jeunes ou moins jeunes ODBiens n'ont peut être jamais vu ce que peut être l'opéra porté à l'incandescence au cœur d'un film , il faut aller voir à 1h 20' et simplement aller pendant deux minutes se faire emporter par l’indicible émotion de l'image .

Ce n'est rien d'autre que ce qui se passe entre frères , dans la guerre civile .

Verdi dans l'âme d'une enfant de Toscane

Bernard
L'axe normal de la rêverie cosmique est celui le long duquel l'univers sensible est transformé en un univers de beauté.
Gaston Bachelard

Avatar du membre
Stefano P
Basse
Basse
Messages : 3468
Enregistré le : 08 déc. 2013, 09:31
Contact :

Re: Les moments d'opéras dans les films

Message par Stefano P » 14 sept. 2016, 22:12

quetzal a écrit :Alors puisque tu nous y as emmené et qu'ici de jeunes ou moins jeunes ODBiens n'ont peut être jamais vu ce que peut être l'opéra porté à l'incandescence au cœur d'un film , il faut aller voir à 1h 20' et simplement aller pendant deux minutes se faire emporter par l’indicible émotion de l'image .

Ce n'est rien d'autre que ce qui se passe entre frères , dans la guerre civile .

Verdi dans l'âme d'une enfant de Toscane

Bernard
Verdi et la bataille de San Romano de Paolo Uccello ; enfin, tout le génie de l'Italie !
"Bald, bald, Jüngling, oder nie !"

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 19 invités