Peintres et poètes dans les livrets d’opéra.

Quiz's, sondages & Co.
Avatar du membre
JdeB
Administrateur ODB
Administrateur ODB
Messages : 19578
Enregistré le : 02 mars 2003, 00:00
Contact :

Peintres et poètes dans les livrets d’opéra.

Message par JdeB » 21 nov. 2014, 14:08

Quelques figures de peintres et de poètes dans les livrets d’opéra.


Les philosophes de l’Antiquité sont présents dans les livrets d’opéra dès le début du genre, qu’on songe au récit de la mort de Sénèque dans Le Couronnement de Poppée de Monteverdi (1642). La figure de Socrate a connu une grande fortune artistique à partir de 1680 avec La patience de Socrate d'Antonio Draghi d'après la légende de sa bigamie. Le même livret du Vénitien Nicolo Minato est repris par Telemann à Hambourg en 1721 ; c’est un triomphe. Autre succès retentissant, celui de l’opéra-bouffe de Giovanni Paisiello, Socrate imaginaire (1775). Les compositeurs contemporains ont repris le flambeau: en 1955, Ernst Krenek se sert du philosophe dans sa charge contre le nazisme et le maccarthysme (Pallas Athene Weint). Le dernier avatar semble être l’ouvrage de Graciane Finzi créé en 1998 à l’Opéra-Comique. N’oublions pas la poétesse Sapho dont Gounod a mis en musique le destin tragique dans un opéra éponyme de 1851.

Ottaviano Castelli (Spolète ? 1602 - Rome 1642) a écrit une Primavera urbana col trionfo d’Amor pudico qui est remarquable pour ses effets spéciaux, notamment l’apparition des fantômes d’illustres poètes disparus : Pétrarque, l’Arioste, Marino, Le Tasse. La vie de l’auteur de La Jérusalem délivrée (1581), source inépuisable de livrets autour de Renaud et Armide et/ ou de Tancrède et de Clorinde, a inspiré Manuel Garcia, le père de la Malibran, en 1821, Donizetti douze ans plus tard mais aussi Eugène d’Harcourt (1903) et Dussaut (Altanima, 1969). C’est Dante qui déteint le record puisqu’il est au centre de six opéras, ceux de Carrer (1852), Philpot (1889), Godard (1890), Gastaldon (1909), Foulds (1904) et Nouguès (1931). Shakespeare apparaît chez Lillo (1851), Benvenuti (1861), Serpette sans oublier Le Songe d’une nuit d’été d’Ambroise Thomas qui a composé aussi un Hamlet tandis que la vie si romanesque de Lord Byron a été mise en musique par Giarda (1910) et Thomson (1972).

Les écrivains français sont peu présents sur les scènes d’opéra si on excepte le poète troubadour et prince de Blaye Jaufré Rudel dans L’Amour de loin de Kaija Saariaho sur un livret d’Amin Maalouf (2000), Villon de Bruni-Tedeschi (1941), l’André Chénier de Giordano (1896) tandis que Rimbaud est le sujet de L’Espace dernier de Matthias Pintscher (né en 1971), une commande de l’ONP en 2004.

Quelques opéras évoquent des peintres. On peut citer à la fin du XVIII ième siècle, deux artistes imaginaires, Alberti dans Le Peintre amoureux de son modèle de Duni (1769) et Vertigo dans Les Pèlerins de la Mecque de Gluck (1764). Plus près de nous, on voit sur les scènes d’opéra un Peintre dans Lulu de Berg, le Fragonard de Pierné et Mathis le Peintre (alias Matthias Grünewald et son retable d'Issenheim) d’Hindemith qui datent tous les deux de 1934, le Frans Hals de Jan Koetsier (1951), l’Andrea del Sarto de Daniel-Lesur (1970), Sunday in the Park with George (Seurat) de Sondheim (1983) d’après le célèbre tableau Un dimanche après-midi à l’île de la Grande Jatte. Très récemment, le Van Gogh de Rautavaara (1990) où figure aussi Gauguin, Melancholia de Haas (né en 1953), créé à l'ONP en juin 2008, Dali de Xavier Benguerel, Caravaggio de Suzanne Giraud (2012) enrichissent le répertoire. Goya, quant à lui, apparaît dans deux opéras de Tony Aubin (1969 et 1974) et dans ceux de Menotti (1986), Prodromidès (1996) ou Nyman (2000) et il faut le relier aux Goyescas de Granados même s’il n’y est pas incarné. Andy Warhol est l’un des personnages principaux de l’opéra de Michael Daugherty, Jackie O (1997) où il croise de nombreuses stars (Maria Callas, Grace Kelly, Liz Taylor) ainsi que le couple Kennedy.

Jérôme Pesqué (extrait du programme de La Bohème, juin 2014, Paris, Salle Pleyel)
"Si tu travailles avec un marteau-piqueur pendant un tremblement de terre, désynchronise-toi, sinon tu travailles pour rien." J-C Van Damme.
Odb-opéra

Avatar du membre
PlacidoCarrerotti
Hall of Fame
Hall of Fame
Messages : 12634
Enregistré le : 04 mars 2003, 00:00
Contact :

Re: Peintres et de poètes dans les livrets d’opéra.

Message par PlacidoCarrerotti » 21 nov. 2014, 14:23

Très intéressant.

On pourrait aussi citer les compositeurs : Gesualdo (dans l'opéra de Schnittke) ou Palestrina (Pfitzner).
« L’essentiel est d’être bien avec soi-même et de regarder le public comme des chiens qui tantôt nous mordent et tantôt nous lèchent » Voltaire, lettre au duc de Richelieu.

Schwannhilde
Basse
Basse
Messages : 2168
Enregistré le : 09 août 2013, 20:36

Re: Peintres et de poètes dans les livrets d’opéra.

Message par Schwannhilde » 21 nov. 2014, 15:50

Musicien, peintre et poète parisien : Alexandre Schanne (1823-1887), qui est devenu Schaunard dans Scènes de la vie de bohème de Henry Murger et dans La bohème de Puccini.
A. Schanne, adepte de la synesthésie et/ou de la synopsie, avait pris l’habitude de peindre tout en bleu. Il a composé la symphonie intitulée De l’influence du bleu dans les arts.
Cette symphonie est liée dans le livre de Murger au tableau de Schaunard Le passage de la mer rouge.
" Vaut mieux en rire que s'en foutre " (Didier Super)

faustin
Basse
Basse
Messages : 2875
Enregistré le : 21 déc. 2003, 00:00
Localisation : Paris

Re: Peintres et de poètes dans les livrets d’opéra.

Message par faustin » 21 nov. 2014, 16:11

JdeB a écrit :
Les écrivains français sont peu présents sur les scènes d’opéra si on excepte le poète troubadour et prince de Blaye Jaufré Rudel dans L’Amour de loin de Kaija Saariaho sur un livret d’Amin Maalouf (2000), Villon de Bruni-Tedeschi (1941), l’André Chénier de Giordano (1896) tandis que Rimbaud est le sujet de L’Espace dernier de Matthias Pintscher (né en 1971), une commande de l’ONP en 2004.
Les écrivains français sont peu présents, mais les poètes allemands viennent en renfort: Werther qui traduit les vers d'Ossian et Hoffmann, dont la muse célèbre, à la fin des Contes d'Hoffmann <<la mort de l'amant et la naissance du poète>>.

Faustin

Schwannhilde
Basse
Basse
Messages : 2168
Enregistré le : 09 août 2013, 20:36

Re: Peintres et de poètes dans les livrets d’opéra.

Message par Schwannhilde » 21 nov. 2014, 16:21

Wolfram von Eschenbach, poète allemand du Moyen Âge, auteur de Parzifal et personnage de Tannhäuser.
" Vaut mieux en rire que s'en foutre " (Didier Super)

Avatar du membre
JdeB
Administrateur ODB
Administrateur ODB
Messages : 19578
Enregistré le : 02 mars 2003, 00:00
Contact :

Re: Peintres et de poètes dans les livrets d’opéra.

Message par JdeB » 21 nov. 2014, 16:24

Oui, en effet, mais je me suis limité aux poètes ayant vraiment existé et devenus personnage d'opéra. Sans inclure les poètes de fiction ni les évocation de poètes/poèmes

On peut élargir ce fil, bien sûr
"Si tu travailles avec un marteau-piqueur pendant un tremblement de terre, désynchronise-toi, sinon tu travailles pour rien." J-C Van Damme.
Odb-opéra

Avatar du membre
JdeB
Administrateur ODB
Administrateur ODB
Messages : 19578
Enregistré le : 02 mars 2003, 00:00
Contact :

Re: Peintres et de poètes dans les livrets d’opéra.

Message par JdeB » 21 nov. 2014, 16:24

Schwannhilde a écrit :Wolfram von Eschenbach, poète allemand du Moyen Âge, auteur de Parzifal et personnage de Tannhäuser.
il a vraiment existé ou c'est comme Ossian ?
"Si tu travailles avec un marteau-piqueur pendant un tremblement de terre, désynchronise-toi, sinon tu travailles pour rien." J-C Van Damme.
Odb-opéra

Schwannhilde
Basse
Basse
Messages : 2168
Enregistré le : 09 août 2013, 20:36

Re: Peintres et de poètes dans les livrets d’opéra.

Message par Schwannhilde » 21 nov. 2014, 16:26

Tannhäuser, Minnesänger et poète allemand du XIIIe siècle.
" Vaut mieux en rire que s'en foutre " (Didier Super)

Schwannhilde
Basse
Basse
Messages : 2168
Enregistré le : 09 août 2013, 20:36

Re: Peintres et de poètes dans les livrets d’opéra.

Message par Schwannhilde » 21 nov. 2014, 16:28

JdeB a écrit :
Schwannhilde a écrit :Wolfram von Eschenbach, poète allemand du Moyen Âge, auteur de Parzifal et personnage de Tannhäuser.
il a vraiment existé ou c'est comme Ossian ?
Apparemment oui, plus sûrement que Tannhäuser d'après les sources.
" Vaut mieux en rire que s'en foutre " (Didier Super)

faustin
Basse
Basse
Messages : 2875
Enregistré le : 21 déc. 2003, 00:00
Localisation : Paris

Re: Peintres et de poètes dans les livrets d’opéra.

Message par faustin » 21 nov. 2014, 18:44

Schwannhilde a écrit :
Wolfram von Eschenbach, poète allemand du Moyen Âge, auteur de Parzifal et personnage de Tannhäuser.
Tannhäuser (1205-1270) lui aussi est un Minnesänger, qui aurait vécu à la cour du duc d'Autriche Frédéric II le batailleur puis à celle du duc de Bavière Othon II avant de mener à travers l'Allemagne la vie de chanteur errant. La légende s'empara de lui, cette légende est à la base de l'opéra bien connu. Il a été transformé, tout à fait arbitrairement en peintre dans la mise en scène de Robert Carsen, qui trouve la rédemption sous le forme d'un gros chèque remis par un galeriste. Tannhäuser Jeff Koons, même combat!

Faustin

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 38 invités