A quoi sert l'AROP ?

Actualité, potins, débats.

L'Association pour le Rayonnement de l'Opéra de Paris est-elle utile ?

oui
18
72%
non
7
28%
 
Nombre total de votes : 25

philipppe
Baryton
Baryton
Messages : 1313
Enregistré le : 17 févr. 2005, 00:00

A quoi sert l'AROP ?

Message par philipppe » 07 juil. 2008, 22:56

Je n'avais pas fait attention aux nouveaux tarifs de Bastille ...196 euros en 1° catégorie pour la reprise de Tristan, je trouve cela exorbitant ! par rapport à la première série de représentation, +46 euros c'est dingue ! 'en plus avec Forbis à la place d'Hepner !

Avatar du membre
Rameau
Baryton
Baryton
Messages : 1810
Enregistré le : 12 oct. 2003, 23:00
Contact :

Message par Rameau » 08 juil. 2008, 11:31

Bienvenue dans le monde moderne... Il y a de plus en plus de gens pour qui 150 € par place, ce n'est pas assez cher, ils voudraient payer plus pour se sentir plus importants, plus privilégiés (cf. l'AROP et un membre de ce forum...). La société étant ce qu'elle est, je n'ai rien contre le fait qu'on prenne l'argent de ces gens-là pour maintenir les basses catégories à un tarif plus ou moins raisonnable... C'est partout pareil!
Et quand on parle de démocratisation de la culture, on nous répond tarifs jeune, places debout, basses catégories... Bienvenue dans le monde moderne!

bwv582
Soprano
Soprano
Messages : 69
Enregistré le : 04 mai 2006, 23:00

Message par bwv582 » 08 juil. 2008, 17:13

Rameau, je ne comprends pas bien votre mise en cause de l'AROP. La mission première de cette association est le mécénat, c'est-à-dire la recherche de fonds privés. Cette mission, me semble-t-il, est remplie. Effectivement, il est des personnes - dont je suis - qui acceptent de payer une cotisation, font un don et paient plus cher une place (en ce qui me concerne, c'est plus de 55 places par an) dans un but de mécénat ; c'est une forme de "redistribution culturelle" ne vous en déplaise, qui, contrairement aux impôts, est libre et orientée. Pourquoi donc toujours nous accuser de quelques maux ?

Je lis régulièrement des remarques concernant la "froideur" de la salle lors des soirées AROP. Je me permettrais de rappeller qu'il y a deux grandes catégories d'adhésion : privée et entreprise. Je ne connais pas la seconde, ni même les personnes qui la compose ; le volume de don est beaucoup plus important que pour la première, mais, il recouvre d'une part une "défiscalisation" et d'autre part des "avantages" pour les entreprises en terme de communication. Pour ce qui est des membres privés, il s'agit d'amateurs, pas toujours fortunés, souvent passionnés et exprimant ses impressions lors des spectacles. Tous ne sont pas des vieux croulants sortis de la naphtaline pour l'occasion comme vous semblez parfois l'insinuer.

Quant aux prix des places, la discussion est pour le moins difficile. Il faut trouver un équilibre entre le prix des production, la vente des places et la subvention d'Etat. Sans discuter le "niveau" des productions, il faut se souvenir que la part de la subvention est de l'ordre de 35-40 % (contre 50 % avant l'ère Gall). L'Etat doit-il financer intégralement l'Opéra ? L'idée de faire de l'Opéra un théâtre populaire n'a pas vraiment de sens, l'opéra n'est pas populaire en France comme il peut l'être en Italie ou en Allemagne. Ce n'est plus le prix de la place qui intervient, c'est la volonté individuelle d'aller ou non écouter un opéra. Je ne cherche pas à "justifier" le prix des places, mais les coûts augmentent, donc l'équilibre (plus que relatif) ne peut être obtenu qu'en augmentant le prix des places ou en diminuant les coûts de production. Ce dernier point est toujours très sensible car le coût le plus élevé reste la masse salariale, et réduire les coûts signifie tôt ou tard réduire les effectifs, ce que tous les syndicats refusent. Comment s'en sortir alors ? Le mécénat, et l'AROP en particulier, est une maigre contribution à cet espoir, ne vous en déplaise.

Je ne veux pas aborder l'utilisation de l'argent publique et privé par M. MORTIER dans sa gestion économique et artistique de l'établissement, le terrain étant glissant.

Avatar du membre
Rameau
Baryton
Baryton
Messages : 1810
Enregistré le : 12 oct. 2003, 23:00
Contact :

Message par Rameau » 09 juil. 2008, 13:51

bwv582 a écrit :Rameau, je ne comprends pas bien votre mise en cause de l'AROP.
Pourquoi je n'aime pas l'AROP?
1. Parce que je suis CONTRE le rayonnement de l'Opéra de Paris. Que chacun s'occupe de son public, et chacun y gagnera.
2. En bon athée de gauche, je me targue de connaître la Bible mieux que bien des catholiques, je vais donc répondre par une célèbre petite histoire:
"Jésus, s'étant assis vis-à-vis du tronc, regardait comment la foule y mettait de l'argent. Plusieurs riches mettaient beaucoup. Il vint aussi une pauvre veuve, elle y mit deux petites pièces, faisant un quart de sou. Alors Jésus, ayant appelé ses disciples, leur dit: Je vous le dis en vérité, cette pauvre veuve a donné plus qu'aucun de ceux qui ont mis dans le tronc; car tous ont mis de leur superflu, mais elle a mis de son nécessaire, tout ce qu'elle possédait, tout ce qu'elle avait pour vivre."
Qu'il est doux de se regarder en ce miroir généreux et cultivé...
3. Parce qu'en effet le public de l'AROP, en plus d'avoir des goûts très conservateurs, est non seulement froid, mais également extrêmement mal élevé : téléphone portable, bruissements divers, retard, appareils photos...
4. Parce qu'au-delà de ses grands mots l'AROP n'apporte qu'une contribution très modeste au budget de l'Opéra, 2,5 Mio. € à peu près je crois (contribution nette hors valeur faciale des billets revendus), face à environ 100 Mio. € pour la subvention publique; en réalité, compte tenu des dégrèvements d'impôt apportés par le mécénat aux mécènes (autrement dit, l'argent public finance une partie importante du mécénat, sans compter que pour les entreprises cela s'apparente à une opération de communication qui vaut elle-même de l'argent). En échange, on doit subir la monopolisation de certaines représentations par cette association et la présence de contingents réservés. Sans cet argent, l'Opéra devrait modifier une partie de ses activités, mais cela n'entamerait pas le coeur de ses activités.


Si vous attendez la moindre reconnaissance de votre "générosité", vous vous trompez lourdement; ce serait plutôt le contraire!

Pour l'anecdote, j'ai profité de l'AROP à l'époque où l'abonnement étudiant était vraiment très intéressant financièrement - j'en ai donc été membre et ai pu observer la faune (flore?) locale de près...
jeanch a écrit : Tant qu'on ne chasse pas les moins fortunés, je ne vois pas le problème. Je rappelle que l'ONP propose grosso modo pour chaque représentation : 100 places à 20€, 100 places à 10€ et 62 places debout à 5€.
Bien sûr; mais quel pourcentage de telles places sont prises par des gens comme toi et moi, qui connaissent à fond le système ? Je suis assez pessimiste quant au réel impact social de ces mesures. A Garnier, il y a évidemment pas mal de places correctes à très bas prix, mais il faut les connaître: le mécanisme de la compétence, ici, me paraît aussi puissant pour exclure que le mécanisme de l'argent... Le premier frein à la diversification du public de l'Opéra est là, dans le chemin d'embûches que constitue (à Paris plus qu'ailleurs) l'achat des places...

Avatar du membre
PlacidoCarrerotti
Hall of Fame
Hall of Fame
Messages : 14025
Enregistré le : 04 mars 2003, 00:00
Contact :

Message par PlacidoCarrerotti » 09 juil. 2008, 17:45

Rameau a écrit :
2. En bon athée de gauche, je me targue de connaître la Bible mieux que bien des catholiques, je vais donc répondre par une célèbre petite histoire:
"Jésus, s'étant assis vis-à-vis du tronc, regardait comment la foule y mettait de l'argent. Plusieurs riches mettaient beaucoup. Il vint aussi une pauvre veuve, elle y mit deux petites pièces, faisant un quart de sou. Alors Jésus, ayant appelé ses disciples, leur dit: Je vous le dis en vérité, cette pauvre veuve a donné plus qu'aucun de ceux qui ont mis dans le tronc; car tous ont mis de leur superflu, mais elle a mis de son nécessaire, tout ce qu'elle possédait, tout ce qu'elle avait pour vivre."
Qu'il est doux de se regarder en ce miroir généreux et cultivé...
Jésus lâcha son Pariscope :

En vérité je vous le dis
Y a trop d’argent dans ce pays
Voyez par exemple les prix
Qu’on pratique au concert, ici
Pour Polnareff à Bercy
Au Grand Stade pour Johnny.
Le pouvoir d’achat, un souci
Pour aller à l’Opéra de Paris ?
Vraiment je m’esbaudis !
Si les gens n’ont pas envie
De payer autant pour Bartoli
Ou de faire la queue la nuit
C’est qu’ils s’en fichent, pardi !

Avatar du membre
JdeB
Administrateur ODB
Administrateur ODB
Messages : 20882
Enregistré le : 02 mars 2003, 00:00
Contact :

Message par JdeB » 09 juil. 2008, 17:47

:lol:

bravo Placido !
"Si tu travailles avec un marteau-piqueur pendant un tremblement de terre, désynchronise-toi, sinon tu travailles pour rien." J-C Van Damme.
Odb-opéra

Avatar du membre
David-Opera
Basse
Basse
Messages : 5294
Enregistré le : 06 févr. 2004, 00:00
Localisation : Boulogne Billancourt
Contact :

Message par David-Opera » 09 juil. 2008, 19:47

Rameau a écrit : Pourquoi je n'aime pas l'AROP?
1. Parce que je suis CONTRE le rayonnement de l'Opéra de Paris. Que chacun s'occupe de son public, et chacun y gagnera.
2. En bon athée de gauche, je me targue de connaître la Bible mieux que bien des catholiques, je vais donc répondre par une célèbre petite histoire:
"Jésus, s'étant assis vis-à-vis du tronc, regardait comment la foule y mettait de l'argent. Plusieurs riches mettaient beaucoup. Il vint aussi une pauvre veuve, elle y mit deux petites pièces, faisant un quart de sou. Alors Jésus, ayant appelé ses disciples, leur dit: Je vous le dis en vérité, cette pauvre veuve a donné plus qu'aucun de ceux qui ont mis dans le tronc; car tous ont mis de leur superflu, mais elle a mis de son nécessaire, tout ce qu'elle possédait, tout ce qu'elle avait pour vivre."
Qu'il est doux de se regarder en ce miroir généreux et cultivé...
3. Parce qu'en effet le public de l'AROP, en plus d'avoir des goûts très conservateurs, est non seulement froid, mais également extrêmement mal élevé : téléphone portable, bruissements divers, retard, appareils photos...
4. Parce qu'au-delà de ses grands mots l'AROP n'apporte qu'une contribution très modeste au budget de l'Opéra, 2,5 Mio. € à peu près je crois (contribution nette hors valeur faciale des billets revendus), face à environ 100 Mio. € pour la subvention publique; en réalité, compte tenu des dégrèvements d'impôt apportés par le mécénat aux mécènes (autrement dit, l'argent public finance une partie importante du mécénat, sans compter que pour les entreprises cela s'apparente à une opération de communication qui vaut elle-même de l'argent). En échange, on doit subir la monopolisation de certaines représentations par cette association et la présence de contingents réservés. Sans cet argent, l'Opéra devrait modifier une partie de ses activités, mais cela n'entamerait pas le coeur de ses activités.
Je suis désolé mais je tu as tort.
Je passe sur la contribution de l'Arop qui atteint 7 Meuros et non pas 2,5 comme tu le dis mais surtout tu te montres capables de préjugés absolument navrants.
Si tu regardes quelqu'un comme Mortier qui ménage autant cette association, ce n'est certainement pas parce que cela lui permet de programmer des spectacles conventionnels.
Et il a lui même déclaré que sa relation à l'AROP n'est pas qu'une question de d'argent.

Enfin je ne pense pas que tu puisses porter un jugement crédible sur les membres de l'Arop et leurs motivations puisque qu'une partie est anonyme.

Te rends tu compte à quel point tu es prévisible dans tes réactions et que surtout tu ne proposes aucune alternative intéressante ?

Avatar du membre
Rameau
Baryton
Baryton
Messages : 1810
Enregistré le : 12 oct. 2003, 23:00
Contact :

Message par Rameau » 10 juil. 2008, 09:02

David-Opera a écrit :Te rends tu compte à quel point tu es prévisible dans tes réactions et que surtout tu ne proposes aucune alternative intéressante ?
Je ne suis pas sûr que m'attaquer personnellement de cette façon fasse beaucoup avancer le débat. Quant aux alternatives intéressantes que tu demandes, tu te trompes d'adresse, je n'ai pas prétendu avoir des solutions toutes prêtes (à quel problème, au fait?) mais répondre à un message en apportant uniquement mon opinion. Tu n'apportes au reste, comme toujours, aucun argument propre.
Quant au fait que je sois prévisible, c'est sans doute que tu me connais mieux que je ne me connais moi-même. Je serais très heureux si tu pouvais me fournir la liste des spectacles que je n'aimerai pas l'an prochain, ça m'évitera de m'y rendre... (et je vois suffisamment de spectacles qui me plaisent pour pouvoir me dispenser de ceux-là!)
Pour le chiffre que tu avances, je demande à voir. Je reconnais que mon chiffre est un peu ancien, mais il s'agissait bien de contribution nette, à ne pas confondre, par exemple, avec le montant global du mécénat reçu par l'AROP, ni avec l'ensemble des versements réalisés par l'AROP à l'Opéra.

Enfin, réponse à Placido: bravo pour ton poème! Simplement, je précise que ce n'était certainement pas l'argent en tant que tel que je critiquais (en tout état de cause, ce n'est l'AROP qui est responsable de la manière dont se répartit l'argent dans notre société...), mais l'ostentation: "les membres bienfaiteurs auront leurs noms dans les programmes"...

bwv582
Soprano
Soprano
Messages : 69
Enregistré le : 04 mai 2006, 23:00

Message par bwv582 » 10 juil. 2008, 09:15

Les termes de "faune" ou de "flore" pour désigner les membres de l'AROP, ici stigmatisés, sont quelque peu déplacés et irrespectueux. Je le répète, il y a à l'AROP un certain nombre de membres privés, qui ne sont là que par passion de l'art lyrique et chorégraphique et qui essaient de contribuer - maigrement au regard des dons effectués par les entreprises - au mécennat. Lors des entactes, les discussions ne portent pas sur les cours de la bourse, mais sur les productions, comparent les versions vues ici ou là. Les-dits membres privés ne se "mélangent" pas, ou peu, aux entreprises, et lors des cocktails, la sission est nette : les "privés" à droite de l'escalier menant à l'amphitéâtre, les "entreprises" à gauche (et il n'y a pas de sous-entendu politique). Membre depuis 1994 (j'étais jeune interne), je continue de voir des passionnés - comme moi - et il nous arrive d'aller voir des spectacles ensemble, en dehors du cadre de l'AROP dont les voyages tant en province qu'à l'étranger sont devenus exhorbitants, et clairement réservés aux entreprises. Cette "dérive", ce "schisme" est lié aux apports financiers relatifs des deux catégories. J'espère, et nous sommes quelques-uns à le souhaiter, qu'il y aura un "recentrage" des activités de l'AROP sur ses missions premières, et non pas uniquement pour l'apparat des grands groupes. Cependant, je continue à ne pas comprendre les attaques globales de certains, et il est certain que l'apport financier de l'AROP n'est pas négligeable.

Quant à la gauche athéee, bien pensante et cultivée, contrairement à la droite catholique, conservatrice et obtue, cela me rappelle un combat d'un autre temps, celui de la lutte des classes à la fin du XIXè. Arrêtons, ce type de position n'apporte rien. On ne peut pas opposer les cultures, elles sont inter-dépendantes. Les révolutions n'ont jamais été faites que par des notables en mal de reconnaissance, et jamais par - ni même réellement pour - le peuple ! Si l'AROP est perçue comme une réminiscence des "privilèges", je pense qu'il y a erreur sur toute la ligne.

Avatar du membre
David-Opera
Basse
Basse
Messages : 5294
Enregistré le : 06 févr. 2004, 00:00
Localisation : Boulogne Billancourt
Contact :

Message par David-Opera » 10 juil. 2008, 09:19

Rameau a écrit : Je ne suis pas sûr que m'attaquer personnellement de cette façon fasse beaucoup avancer le débat. Quant aux alternatives intéressantes que tu demandes, tu te trompes d'adresse, je n'ai pas prétendu avoir des solutions toutes prêtes (à quel problème, au fait?) mais répondre à un message en apportant uniquement mon opinion. Tu n'apportes au reste, comme toujours, aucun argument propre.
Bonjour, :bye1:

Oh que je suis d'accord sur le fait qu'attaquer personnellement ne fait rien avancer.
J'avais cependant cru lire que le public de l'AROP était visé mais j'ai du encore mal interpréter. :wink:


Quand à la solution du mécenat par le biais de l'AROP non seulement je ne la remet pas en cause mais je souhaite qu'elle soit renforcée car de toute façon l'argent public ne pourra plus contribuer à ce niveau au financement de l'ONP dans les années qui viennent.

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 62 invités