Article Drillon Nouvel Obs : mort du classique

Actualité, potins, débats.
Répondre
Avatar du membre
EdeB
Dossiers ODB
Messages : 3008
Enregistré le : 08 mars 2003, 00:00
Localisation : Ubi est JdeB ...

Article Drillon Nouvel Obs : mort du classique

Message par EdeB » 16 févr. 2008, 14:19

Lu il y a deux jours sur le Nouvel Obs, et désormais en ligne, un article très pessimiste de Jacques Drillon, qui constate la désaffection du public pour la musique classique (au sens large) et sa prochaine disparition. Pour ma part, je suis assez d'accord avec cette analyse, qui a fait d'ailleurs l'objet d'un débat maison il y a 15 jours, et selon les mêmes axes de réflexion. Comme quoi...
A lire ici : http://artsetspectacles.nouvelobs.com/p ... 66549.html
Le Nouvel Observateur - 2258 - 14/02/2008
Disques, concerts, enseignement...
La musique classique se meurt
Malgré quelques miroirs aux alouettes comme la Fête de la Musique, l'audience de Radio-Classique, les émissions de Jean-François Zygel ou Frédéric Lodéon, le classique est à l'agonie en France. Jacques Drillon a mené l'enquête
Qu'en pensez-vous ?
Une monstrueuse aberration fait croire aux hommes que le langage est né pour faciliter leurs relations mutuelles. - M. Leiris
Mon blog, CMSDT-Spectacles Ch'io mi scordi di te : http://cmsdt-spectacles.blogspot.fr/
Mon blog consacré à Nancy Storace : http://annselinanancystorace.blogspot.fr/

Avatar du membre
Piem67
Basse
Basse
Messages : 2151
Enregistré le : 28 févr. 2005, 00:00
Localisation : Strasbourg

Message par Piem67 » 16 févr. 2008, 14:42

Mais qu'il est aigri !!!!!!! C'est consternant.
Dans le genre "c'était mieux avant", on fait pas mieux.

Je trouve tout cela un peu facile, et fatigant, facile de dénigrer l'école, les radios, les opéras (qu'il vienne à Strasbourg et il verra la moyenne d'âge)...

Il est évident que la société, les moyens de diffusion ont évolué considérablmenet ces dernières années, et que cela n'a plus rien à voir avec le temps de la jeunesse de M. Drillon, mais comment peut-on chiffrer la "pénétration" de l'art dans les âmes...
Qui dit que tel ou tel n'a pas été saisi par une musique entendue à la radio, à la télé, qu'il na pas emprunté un disque dans une médiathèque, chez un ami, qu'il a acheté d'occasion...
Et pourquoi ainsi dénigrer Nantes ? Il n'y a personne aux autres concerts de l'année ? C'est sans doute que les prix ne sont pas les mêmes et la publicité moindre, avec l'aspect festif en moins. Quel mal à ça ? C'est comme les festivals, on aime cet aspect festif, on ne le trouve qu'une fois l'an, et alors ?
Le mérite de Nantes est justement d'avoir fait découvrir la musique à des milliers de personnes qui n'avaient jamais mis les pieds au concert auparavant. De même le développement des services éducatifs dans les orchestres et les opéras ont permis d'amener des milliers d'enfants qui n'y auraient jamais mie les pieds seuls.

Ah, bien sûr, il ne faut pas rêver, ces enfants ne vont pas se précipiter pour ACHETER (le fameux indice fric) des CD, des places de concert, télécharger etc. mais au fond d'eux, ils se seront faits une idée de la musique et de l'art fort différente de celle qu'ils avaient avant : cela fera partie désormais de leur univers, ils ne riront sans doute plus en écoutant un chateur lyrique ou un orchestre, ils se diront : je connais. Evidemment, ça, ça n'est pas mesurable en chiffres, et je ne pense pas qu'autant d'enfants des années 50 / 60 aient été en contact avec l'art.

Laissons du temps au temps. Mais quand on vieillit, c'est sûr, on trouve toujours que c'était mieux avant.

Bon, je n'ai pas le temps de développer plus pour l'instant, sans doute relirai-je l'article plus attentivement, mais à première lecture, on a envie de lu dire de s'enfermer avec ses disques de Callas et Dieskau qu'il écoutera les larmes aux yeux et de ne plus rien dire.

Piem

Avatar du membre
candide
Soprano
Soprano
Messages : 52
Enregistré le : 23 janv. 2008, 00:00
Contact :

Message par candide » 16 févr. 2008, 15:54

Je crois qu'il faut lire l'article de Drillon calmement, et ne pas s'arrêter aux formulations polémiques qu'il contient (c'est la loi du genre).

Au terme de son enquête (car c'en est vraiment une), il n'est pas aigri, il est désespéré, et il y a franchement de quoi, notamment quand on connaît un peu la nullité de l'enseignement de l'art musical à l'école.

Demandez aux enfants auprès de vous ce qu'on leur apprend en classe de musique, et abandonnez tout espoir.

Avatar du membre
Piem67
Basse
Basse
Messages : 2151
Enregistré le : 28 févr. 2005, 00:00
Localisation : Strasbourg

Message par Piem67 » 16 févr. 2008, 16:07

candide a écrit :
Au terme de son enquête (car c'en est vraiment une), il n'est pas aigri, il est désespéré, et il y a franchement de quoi, notamment quand on connaît un peu la nullité de l'enseignement de l'art musical à l'école.

Demandez aux enfants auprès de vous ce qu'on leur apprend en classe de musique, et abandonnez tout espoir.

Noir c'est noir !!

Et vous croyez que dans les années 50 c'était mieux ??!!

Gorianchikov
Mezzo Soprano
Mezzo Soprano
Messages : 180
Enregistré le : 31 déc. 2007, 00:00
Localisation : Wallonie
Contact :

Message par Gorianchikov » 16 févr. 2008, 16:17

N'importe quel prof mélomane peut prendre sur lui d'emmener ses élèves au concert et à l'opéra. (C'est ce que je fais.) Ceux-ci sont généralement enchantés – et toujours prêts à renouveler l'expérience. Si tous ne vont pas fréquenter régulièrement les salles plus tard, ils auront au moins perdu leurs préjugés et certains d'entre eux retourneront d'eux-mêmes. En cela, les services pédagogiques des salles de concert et des maisons d'opéra sont autrement efficaces que les cours de musique obligatoires (avec flûte à bec obligée)… et moins onéreux.

Avatar du membre
candide
Soprano
Soprano
Messages : 52
Enregistré le : 23 janv. 2008, 00:00
Contact :

Message par candide » 16 févr. 2008, 16:20

Je n'en sais rien je n'étais pas né, mais je constate le délabrement de l'enseignement de la musique à l'école

Je me suis récemment aperçu, par exemple, que j'en sais plus sur la musique, après seulement deux années de solfège en conservatoire municipal à la fin des années 1970, que des jeunes que je rencontre et qui en ont fait quatre ou cinq aujourd'hui. J'en conclus que les standard d'éducation ont baissé.

Plus généralement, je crois que Drillon a raison de dire que l'idéologie du plaisir immédiat qui domine aujourd'hui est contraire à l'apprentissage de la musique classique, qui suppose un investissement initial. Même pour une audition purement passive (apprendre les codes, reconnaître les instruments, etc.), et plus encore pour une pratique active (solfèges, répétitions quotidiennes, etc.).

Pourquoi écarter d'un revers de la main, comme "réactionnaire", un constat préoccupant?

Avatar du membre
Piem67
Basse
Basse
Messages : 2151
Enregistré le : 28 févr. 2005, 00:00
Localisation : Strasbourg

Message par Piem67 » 16 févr. 2008, 16:23

Gorianchikov a écrit :N'importe quel prof mélomane peut prendre sur lui d'emmener ses élèves au concert et à l'opéra. (C'est ce que je fais.) Ceux-ci sont généralement enchantés – et toujours prêts à renouveler l'expérience. Si tous ne vont pas fréquenter régulièrement les salles plus tard, ils auront au moins perdu leurs préjugés et certains d'entre eux retourneront d'eux-mêmes. En cela, les services pédagogiques des salles de concert et des maisons d'opéra sont autrement efficaces que les cours de musique obligatoires (avec flûte à bec obligée)… et moins onéreux.
Merci Gorianchikov, ça fait plaisir d'entendre un autre son de cloche que des propos caricaturaux et bêtement pessimistes.

Il y a des facteurs non mesurables qui ne sont pas pris en compte, et pour cause, puisqu'on ne peut les mesurer, mais à notre époque avide de chirffres et de RESULTATS !!!...

Mais ne carricaturons pas trop les cours de musique en collège. L'usage de la flûte à bec est de plus en plus abandonné et n'est plus une obligation.
Il faut savoir que les profs de musique sont maintenant FORMES (ce qui n'était absolument pas le cas il y a encore 20 ou 30 ans ou c'était le prof de mathis ou de français qui faisait les cours de "musique" !) et que tout y est fait pour apprendre à sensibiliser les élèves.

Piem

Avatar du membre
Alain_B
Alto
Alto
Messages : 428
Enregistré le : 07 mars 2003, 00:00
Localisation : Paris
Contact :

Message par Alain_B » 16 févr. 2008, 16:30

Je ne garde pas spécialement de bons souvenirs de mes cours de musique au collège il y a plus de 30 ans de celà, je ne pense pas qu'il y puisse y avoir une dégradation de côté là.

Sur le viellissemnt du public, si c'est une évidence quand on est assis à l'orchestre de l'opéra et que l'on regarde autour de soi, ça l'est déjà beaucoup moins quand on grimpe dans les étages.

Gorianchikov
Mezzo Soprano
Mezzo Soprano
Messages : 180
Enregistré le : 31 déc. 2007, 00:00
Localisation : Wallonie
Contact :

Message par Gorianchikov » 16 févr. 2008, 16:31

Mais ne carricaturons pas trop les cours de musique en collège. L'usage de la flûte à bec est de plus en plus abandonné et n'est plus une obligation.
Il faut savoir que les profs de musique sont maintenant FORMES (ce qui n'était absolument pas le cas il y a encore 20 ou 30 ans ou c'était le prof de mathis ou de français qui faisait les cours de "musique" !) et que tout y est fait pour apprendre à sensibiliser les élèves.


Peut-être, mais ils arrivent – pour la plupart – en terminale sans avoir jamais rien entendu et, bien sûr, sans aucune référence. (Même ceux qui pratiquent un instrument semblent tout ignorer en dehors de ce qu'ils jouent.)

Avatar du membre
Martine
Basse
Basse
Messages : 4086
Enregistré le : 03 mars 2003, 00:00
Contact :

Message par Martine » 16 févr. 2008, 18:02

Piem67 a écrit :Mais qu'il est aigri !!!!!!! C'est consternant.
Dans le genre "c'était mieux avant", on fait pas mieux.
Bien résumé :clapping:
Ce type, je le mets dans le même sac que Machard !! :ghostface: Pour doucher les enthousiasmes, ils sont champions !! :evil:

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 110 invités