Page 55 sur 56

Re: Les carabistouilles des critiques (et des autres)

Posté : 31 oct. 2017, 15:44
par jerome
Présentateur de la Norma de Bellini à Liège: "Les Romains ont tellement envahi la Gaule que Norma a deux enfants du proconsul romain ..." :lol:

Re: Les carabistouilles des critiques (et des autres)

Posté : 31 oct. 2017, 16:15
par Franz Muzzano
MezzoPower a écrit :
30 oct. 2017, 12:43
JdeB a écrit :
30 oct. 2017, 09:46
C'est vrai que c'est assez old school (mais le old school est à la mode justement)
Il y a même des gens qui parlent de Monte-Carle mais ça devient de plus en plus rare...
Le monde amateur utilise presque exclusivement le mot soprane.
Je dirais qu'il disparaît avec la professionnalisation.
On trouve encore des partitions éditées avant-guerre proposant des madrigaux de "Monteverde".

Re: Les carabistouilles des critiques (et des autres)

Posté : 31 oct. 2017, 17:46
par DelBosco
jerome a écrit :
31 oct. 2017, 15:44
Présentateur de la Norma de Bellini à Liège: "Les Romains ont tellement envahi la Gaule que Norma a deux enfants du proconsul romain ..." :lol:
Tu crois que c'est du Second degré assumé ?

Re: Les carabistouilles des critiques (et des autres)

Posté : 31 oct. 2017, 18:50
par Franz Muzzano
DelBosco a écrit :
31 oct. 2017, 17:46
jerome a écrit :
31 oct. 2017, 15:44
Présentateur de la Norma de Bellini à Liège: "Les Romains ont tellement envahi la Gaule que Norma a deux enfants du proconsul romain ..." :lol:
Tu crois que c'est du Second degré assumé ?
Ou alors Norma était Viducasse...

Re: Les carabistouilles des critiques (et des autres)

Posté : 31 oct. 2017, 22:52
par PlacidoCarrerotti
Franz Muzzano a écrit :
31 oct. 2017, 18:50
DelBosco a écrit :
31 oct. 2017, 17:46
jerome a écrit :
31 oct. 2017, 15:44
Présentateur de la Norma de Bellini à Liège: "Les Romains ont tellement envahi la Gaule que Norma a deux enfants du proconsul romain ..." :lol:
Tu crois que c'est du Second degré assumé ?
Ou alors Norma était Viducasse...
Polione a la Gaule ?

Re: Les carabistouilles des critiques (et des autres)

Posté : 04 nov. 2017, 16:15
par JdeB
Je viens de tomber par hasard sur la toile sur la thèse de Fanny Eouzan : Le fou et la magicienne. Réécritures de l'Arioste à l'opéra (1625-1796) soutenue en 2013 à Aix.

On y lit p.30 qu'il existerait 110 opéras tirés de l"Arioste et 90 tirés du Tasse et un peu plus loin que les livrets dérivés de la Jérusalem délivrée se répartirait comme suit : 75 centrés sur le couple Renaud et Armide, 10 sur le couple Tancrède et Clorinde, autant pour l'histoire d'Herminie et un sur G; de Bouillon

Si elle avait lu mon article "Quatre siècles de livrets d'opéra en compagnie de Renaud et d'Armide" publié dans les Actes du colloque Quatre siècles de livret d'opéra par l'Université de Picardie en 2004, elle aurait pu fournir des chiffres doublés et donc beaucoup plus précis et proches de la réalité du phénomène.

Mais comme dans certaines disciplines, presque toutes d'ailleurs, on se soucie seulement de "problématiser" plutôt que d'apporter des faits exacts, ça passe comme une lettre à la poste...

il faut aussi préciser qu'il existe des opéras consacrés à Olinde et Sophronie, personnages moins célèbres de cette même épopée sur la première croisade, deux martyrs chrétiens...

Par ailleurs cette thèse est fort intéressante et j'en recommande la lecture.

Re: Les carabistouilles des critiques (et des autres)

Posté : 04 nov. 2017, 20:29
par Piem67
JdeB a écrit :
04 nov. 2017, 16:15
Je viens de tomber par hasard sur la toile sur la thèse de Fanny Eouzan : Le fou et la magicienne. Réécritures de l'Arioste à l'opéra (1625-1796) soutenue en 2013 à Aix.

On y lit p.30 qu'il existerait 110 opéras tirés de l"Arioste et 90 tirés du Tasse et un peu plus loin que les livrets dérivés de la Jérusalem délivrée se répartirait comme suit : 75 centrés sur le couple Renaud et Armide, 10 sur le couple Tancrède et Clorinde, autant pour l'histoire d'Herminie et un sur G; de Bouillon

Si elle avait lu mon article "Quatre siècles de livrets d'opéra en compagnie de Renaud et d'Armide" publié dans les Actes du colloque Quatre siècles de livret d'opéra par l'Université de Picardie en 2004, elle aurait pu fournir des chiffres doublés et donc beaucoup plus précis et proches de la réalité du phénomène.

Mais comme dans certaines disciplines, presque toutes d'ailleurs, on se soucie seulement de "problématiser" plutôt que d'apporter des faits exacts, ça passe comme une lettre à la poste...

il faut aussi préciser qu'il existe des opéras consacrés à Olinde et Sophronie, personnages moins célèbres de cette même épopée sur la première croisade, deux martyrs chrétiens...

Par ailleurs cette thèse est fort intéressante et j'en recommande la lecture.
Sans vouloir remettre en cause tes dires, la thèse porte sur la période 1625-1796, donc moins de 2 siècles, et ton article sur 4 siècles, ne serait-ce pas la ou une raison de la différence de compte ?....

Re: Les carabistouilles des critiques (et des autres)

Posté : 05 nov. 2017, 08:21
par JdeB
Non, elle évoque ici, page 30, une période beaucoup plus longue que celle de l'intitulé de son sujet (3 siècles) sachant que le nombre d'opéras tirés de l'Arioste et / ou du Tasse au XX ième siècle est très faible (mais pas nul)

"C’est justement ce qui frappe d’un point de vue plus panoramique sur les trois siècles de réécriture, le nombre d’opéras tirés des deux poèmes épiques est presque équivalent. Pour avoir une vision globale, nous renvoyons aux articles de Tim Carter « Ariosto » et « Tasso » du New Grove Dictionary of Opera2, qui présentent les opéras par groupes de personnages sur une même page pour chaque poète. Ils proposent environ 110 opéras tirés de l’Arioste et 90 tirés du Tasse."

Elle reproduit donc une carabistouille de fameux dictionnaire de référence !

Je suis désolé mais dès que les musicologues abordent des sujets sur le temps long, tentent une approche quantitative et / ou chronologique d'un phénomène large, c'est très rarement une réussite.

La mise en ligne de très nombreux catalogues de bibliothèque a tout changé dans ce domaine et tous les chiffres publiés avant les années 2000 doivent être sensiblement révisés.
Mais Tim Carter a fait ses recherches sur le sujet à la fin des années 1980, tout début des années 1990

CARTER, Tim, « Torquato Tasso set of music. », in Journal of the Royal Musical Association, 1990-1991, 115, pp. 258-261.

Je reçois rarement un colloque sans carabistouilles !
Cf les graves lacunes de la base de données sur les cinéastes metteurs en scène d'opéra, Actes réunis (donc censément relus ) par des sommités comme T. Picard...
http://odb-opera.com/viewtopic.php?f=14&t=19345

Re: Les carabistouilles des critiques (et des autres)

Posté : 14 nov. 2017, 17:37
par micaela
Petite erreur sur le site de mezzo, dans leur présentation du Vaisseau fantôme. Samuel Young est présenté comme interprétant "L'Hollandais"...

Re: Les carabistouilles des critiques (et des autres)

Posté : 16 nov. 2017, 09:22
par sopranolove
Même les chanteurs peuvent faire des carabistouilles ! Dans l'intervieew de l'Echo Républicain, Lafont dit qu'il est le troisième chanteur français à avoir été à Bayreuth ! Il est le sixième. Eh oui, Jean Philippe, tu en oublié...
Il y a eu dans les années 30 Germaine Lubin, mais aussi Marcelle Bunlet, une grande soprano dramatique qui fit une très belle carrière à son époque. Puis, bien sûr Régine Crespin et Ernest Blanc. Mais aussi, pour la première année du Ring de Chéreau, Rachel Yakar en Freia. Car Yakar, dans ces années là, n'était pas seulement une baroqueuse ! Elle avait chanté de grands rôles verdiens, les grandes héroïnes françaises comme Marguerite, Micaela, Mireille, Mozart.... et la première Jenufa de l'Opéra de Paris....
Et si on y ajoute encore Rita Gorr qui a souvent été annexée par la France, il y en a six déjà....
Il était question de Frédéric Vassar, mais la maladie l'a empêché.
Et qui sait, peut-être Catherine Hunold un jour proche....