Les carabistouilles des critiques (et des autres)

Actualité, potins, débats.

Avatar du membre
micaela
Basse
Basse
Messages : 2446
Enregistré le : 16 juil. 2015, 17:24
Localisation : paris

Re: Les carabistouilles des critiques (et des autres)

Message par micaela » 29 sept. 2017, 17:26

MariaStuarda a écrit :
29 sept. 2017, 16:39
micaela a écrit :
29 sept. 2017, 16:23
Cet article est surtout ridicule, il n'y a pas là matière à amorcer un débat . Si le physique de Jordan était, disons quelconque, la rédactrice aurait trouvé autre chose (ses goûts vestimentaires, son plat préféré ou Dieu sait quoi) pour meubler.
L'anecdote sur les chats destructeurs de partitions est amusante, mais il n'y a pas de quoi en faire un plat. C'est juste un détail qui peut "pimenter" une interview...
Je trouve ça tout de même révélateur que le très auto-proclamé journal si sérieux "Le monde" verse également dans ce genre d'article.
Alors là oui. On ne demande pas à chaque fois des articles hyper-philosophiques, mais là on touche le fond. Et c'est un problème qui dépasse largement celui de l'importance du physique (ou pas) à l'opéra (ou ailleurs).
D'autre part, si faire des réflexions sur le physique avantageux de certaints artistes, c'est parfois idiot, voire ridicule, c'est toujours plus supportable que les commentaires déplacés sur le physique imposant de certaines chanteuses (mais pas des chanteurs).
S'il n'y a pas de solutions, c'est qu'il n'y a pas de problème Proverbe shadok

Avatar du membre
Bernard C
Basse
Basse
Messages : 8704
Enregistré le : 04 mai 2011, 23:00
Localisation : Grand-Ouest

[HS] Des chats Re: Les carabistouilles des critiques (et des autres)

Message par Bernard C » 29 sept. 2017, 19:33

MariaStuarda a écrit :
29 sept. 2017, 14:53
jeantoulouse a écrit :
29 sept. 2017, 13:30
Après cette puissante évocation, l'article se conclut ainsi : "Sans doute Philippe Jordan mettra-t-il dans ses bagages ses deux chats parisiens, Liam et Léon, lesquels devront parfaire leur éducation musicale et surmonter leur aversion pour Haydn, père du classicisme viennois,dont ils ont déchiqueté une partition imprudemment restée sur le piano du salon".
Est ce que sont 2 des 3 chats de yannick Nezet-Seguin ?
Y a anguille sous roche ou matou sous le piano !!!
Je suis tombé sur le nom des chats de YNS :
-Rodolfo
-Melisande
-Rafa (de Nadal)

" Ils m'apprennent la résilience, l'affection, la compréhension, l'indépendance" YNS in Yannick's Essentials Metopera 2017.

B
"L'amour infini, sans autre aliment qu'un objet à peine entrevu dont mon âme était remplie , je le trouvais exprimé par ce long ruban d'eau qui ruisselle au soleil entre deux rives vertes, par ces lignes de peupliers qui parent de leurs dentelles mobiles ce val d'amour..."

Avatar du membre
Piem67
Baryton
Baryton
Messages : 1950
Enregistré le : 28 févr. 2005, 00:00
Localisation : Strasbourg

Re: Les carabistouilles des critiques (et des autres)

Message par Piem67 » 29 sept. 2017, 22:58

Bernard C a écrit :
29 sept. 2017, 15:46
avec Karajan , il y avait déjà quelque chose de ça ...mais on le reliait non à l'image séductrice elle-même du corps , mais à une représentation du Chef , dans sa gestuelle , dans ses interjections - on publiait nombre d'extraits de répétitions pour entendre le chef hurler ses Kommandements[/i][/size] ) on se dit qu'il s'agit bien d'une séduction travaillée .
Karajan hurler ??... Ca me paraît incompatible... Tu as des exemples ?...

Sinon, cet article du Monde est en effet très consternant et je suis d'accord avec Maria Stuarda pour dire que si Le Monde commence à verser dans le people, c'est la fin des haricots (m'enfin, d'autres sites internet dont un "de référence" fait - ou faisait ? - un peu la même chose par moments...).

Avatar du membre
Bernard C
Basse
Basse
Messages : 8704
Enregistré le : 04 mai 2011, 23:00
Localisation : Grand-Ouest

Re: Les carabistouilles des critiques (et des autres)

Message par Bernard C » 30 sept. 2017, 00:09

[HS]

Oui "hurler" en tout cas dans le poste, ce qui ne signifie pas pour Karajan se mettre en colère ou faire des "Achtung !" terribles comme Solti, mais une voix très portante, assez aiguë avec un accent tonique puissant , d'infinies interruptions pour marquer le rythme avec des onomatopées... Alternant avec des interventions "moelleuses".
Bon tout ça c'est loin mais c'était d'autant plus marquant que Karajan est celui que personnellement j'ai le plus entendu en retransmission compte tenu des circonstances et de l'époque et que les images qu'on diffusait étaient spectaculaires.

C'est un bien vieux souvenir pour moi, mais il faut dire que j'étais fasciné par ce que j'entendais, et d'ailleurs ça me donnait l'impression de mieux comprendre la musique.
Un peu comme les répétitions du troisième acte de Traviata par Toscanini, ça m'a marqué à vie.

Je n'ai plus du tout vécu ce genre de choses depuis des décennies.

B.
"L'amour infini, sans autre aliment qu'un objet à peine entrevu dont mon âme était remplie , je le trouvais exprimé par ce long ruban d'eau qui ruisselle au soleil entre deux rives vertes, par ces lignes de peupliers qui parent de leurs dentelles mobiles ce val d'amour..."

Avatar du membre
PlacidoCarrerotti
Hall of Fame
Hall of Fame
Messages : 12376
Enregistré le : 04 mars 2003, 00:00
Contact :

Re: Les carabistouilles des critiques (et des autres)

Message par PlacidoCarrerotti » 13 oct. 2017, 08:38

Bernard C a écrit :
30 sept. 2017, 00:09
[HS]

Un peu comme les répétitions du troisième acte de Traviata par Toscanini, ça m'a marqué à vie.
Toi aussi ?
Je ne peux plus entendre le finale sans attendre la nuance staccato lungo staccato malencontreusement omise par le clarinettiste sur « Rimorso no ! ».
Et cette voix brisée qui accompagne l’orchestre. J’en ai les larmes aux yeux rien qu’en y repensant !
“Plus on ira, moins il y aura de centenaires qui auront connu Napoléon 1er.” Alphonse Allais.

Avatar du membre
Piem67
Baryton
Baryton
Messages : 1950
Enregistré le : 28 févr. 2005, 00:00
Localisation : Strasbourg

Re: Les carabistouilles des critiques (et des autres)

Message par Piem67 » 14 oct. 2017, 11:13

Bernard C a écrit :
30 sept. 2017, 00:09
[HS]

Oui "hurler" en tout cas dans le poste, ce qui ne signifie pas pour Karajan se mettre en colère ou faire des "Achtung !" terribles comme Solti, mais une voix très portante, assez aiguë avec un accent tonique puissant , d'infinies interruptions pour marquer le rythme avec des onomatopées... Alternant avec des interventions "moelleuses".
Bon tout ça c'est loin mais c'était d'autant plus marquant que Karajan est celui que personnellement j'ai le plus entendu en retransmission compte tenu des circonstances et de l'époque et que les images qu'on diffusait étaient spectaculaires.

C'est un bien vieux souvenir pour moi, mais il faut dire que j'étais fasciné par ce que j'entendais, et d'ailleurs ça me donnait l'impression de mieux comprendre la musique.
Un peu comme les répétitions du troisième acte de Traviata par Toscanini, ça m'a marqué à vie.

Je n'ai plus du tout vécu ce genre de choses depuis des décennies.

B.
C'est bien ce qu'il me semblait, parce que Karajan et hurler, c'est assez incompatible... Par contre, comme tu le dis justement, des petites phrases assassines dîtes sur un ton énervé et ensuite des phrases moelleuses comme autour du thé, c'est tout à fait lui ! (assez machiavélique ce personnage) (mais que je trouve fascinant).
Lombard a été un chef-dictateur en son temps, désagréable en répétitions et criant parfois à ses musiciens pendant le concert (j'ai le souvenir d'un "allez !!!!" jeté aux violoncelles juste avant une attaque dans une symphonie de Brahms... classe...). Je lui reconnais cependant un talent de monter quelque chose d'étonnant en peu de temps (il sait ce qu'il veut) mais au prix d'un clinquant assez déplaisant AMHA.

fin du HS ^^

elisav
Baryton
Baryton
Messages : 1550
Enregistré le : 18 juin 2012, 23:00

Re: Les carabistouilles des critiques (et des autres)

Message par elisav » 15 oct. 2017, 16:06

La critique du Don Carlos de l’ONP dans le Financial Times réussit une exploit remarquable: elle néglige de mentionner, même en passant, le nom de Ludovic Tézier! Le chef, le metteur-en-scène et tous les autres protagonistes principaux sont mentionnés et discutés. On se demande si ce n’est pas fait exprès...

https://www.ft.com/content/d58bc94e-ae7 ... 4bdda92ca2

P.S. Si le lien ne marche pas (il faut être abonné pour lire le FT), chercher sur Google:
FT Don Carlos in Paris - An opera that lives up to the hype.

Avatar du membre
Franz Muzzano
Ténor
Ténor
Messages : 858
Enregistré le : 30 oct. 2014, 02:19

Re: Les carabistouilles des critiques (et des autres)

Message par Franz Muzzano » 15 oct. 2017, 16:30

elisav a écrit :
15 oct. 2017, 16:06
La critique du Don Carlos de l’ONP dans le Financial Times réussit une exploit remarquable: elle néglige de mentionner, même en passant, le nom de Ludovic Tézier! Le chef, le metteur-en-scène et tous les autres protagonistes principaux sont mentionnés et discutés. On se demande si ce n’est pas fait exprès...

https://www.ft.com/content/d58bc94e-ae7 ... 4bdda92ca2

P.S. Si le lien ne marche pas (il faut être abonné pour lire le FT), chercher sur Google:
FT Don Carlos in Paris - An opera that lives up to the hype.
Ils lui feraient payer ses propos concernant la décision du ROH de ne pas lui accorder deux jours pour un check up à un mois de la première d'Otello ? Pour une fois qu'il y en a un qui l'ouvre...
Nous n'avons pas besoin d'artistes, nous avons besoin de gens qui ont besoin d'artistes...

Avatar du membre
Efemere
Baryton
Baryton
Messages : 1766
Enregistré le : 11 mars 2014, 14:04
Localisation : Paris

Re: Les carabistouilles des critiques (et des autres)

Message par Efemere » 17 oct. 2017, 06:42

Une coquille sur le site de l'OnP (ici) :

OnP 17-18_A. Schager_Screenshot.jpg
OnP 17-18_A. Schager_Screenshot.jpg (7.17 Kio) Vu 319 fois

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 30 invités