Les carabistouilles des critiques (et des autres)

Actualité, potins, débats.
Avatar du membre
micaela
Basse
Basse
Messages : 2455
Enregistré le : 16 juil. 2015, 17:24
Localisation : paris

Re: Les carabistouilles des critiques (et des autres)

Message par micaela » 21 nov. 2017, 10:59

Il prezzo a écrit :
21 nov. 2017, 09:38
Je ne sais pas si ça rentre dans la catégorie "carabistouilles", mais ça m'a amusé d'entendre prononcée à l'instant sur France Inter, de la bouche d'un cultureux patenté, Sébastien Trappenard, la louange de la reprise de l'opéra De la Maison des mort, de Jeanne-à-sec :lol:
La très mauvaise prononciation des noms étrangers (ou plutôt le je m'en foutisme à ce propos) est une habitude chez les journalistes français. Du temps que Reagan était président (oui, je sais, ça ne date pas d'hier) , on pouvait entendre son nom prononcé de deux façons différentes parle même journaliste dans son commentaire. Et je passe sur les noms brésiliens ou portugais comportant un j , prononcé comme la jota espagnole (et Mario Soares devenu Suarez chez certains). Je reconnais que ce n'est pas toujours évident , mais un effort pourrait être fait. Les fois où j'ai entendu des commentaires en anglais, j'ai bien sûr vu des déformations dues à l'accent , mais au moins un effort était fait.
S'il n'y a pas de solutions, c'est qu'il n'y a pas de problème Proverbe shadok

Avatar du membre
Loïs
Basse
Basse
Messages : 2790
Enregistré le : 06 févr. 2013, 11:04
Localisation : sans opera fixe

Re: Les carabistouilles des critiques (et des autres)

Message par Loïs » 21 nov. 2017, 11:03

micaela a écrit :
21 nov. 2017, 10:59
Il prezzo a écrit :
21 nov. 2017, 09:38
Je ne sais pas si ça rentre dans la catégorie "carabistouilles", mais ça m'a amusé d'entendre prononcée à l'instant sur France Inter, de la bouche d'un cultureux patenté, Sébastien Trappenard, la louange de la reprise de l'opéra De la Maison des mort, de Jeanne-à-sec :lol:
La très mauvaise prononciation des noms étrangers (ou plutôt le je m'en foutisme à ce propos) est une habitude chez les journalistes français. Du temps que Reagan était président (oui, je sais, ça ne date pas d'hier) , on pouvait entendre son nom prononcé de deux façons différentes parle même journaliste dans son commentaire. Et je passe sur les noms brésiliens ou portugais comportant un j , prononcé comme la jota espagnole (et Mario Soares devenu Suarez chez certains). Je reconnais que ce n'est pas toujours évident , mais un effort pourrait être fait. Les fois où j'ai entendu des commentaires en anglais, j'ai bien sûr vu des déformations dues à l'accent , mais au moins un effort était fait.
Tu veux dire Gerard Depardiou ou Mirelle Matheux ? :lol:

Avatar du membre
cosimus
Ténor
Ténor
Messages : 657
Enregistré le : 14 mai 2015, 13:39

Re: Les carabistouilles des critiques (et des autres)

Message par cosimus » 21 nov. 2017, 18:17

C'est sans doute plus une coquille qu'une erreur mais en vérifiant le programme musical du club des critiques consacré à Pavarotti le 10 novembre, je lis sur le site de France-Musique:

Strauss: Elektra
Karl Böhm (contre-ténor et direction)
EMI 4453292

https://www.francemusique.fr/emissions/ ... mbre-37848
"Est modus in rebus", Horace

"La vérité luit de sa propre lumière;& on n'éclaire pas les esprits avec la flamme des bûchers." Marmontel, Bélisaire,

Avatar du membre
micaela
Basse
Basse
Messages : 2455
Enregistré le : 16 juil. 2015, 17:24
Localisation : paris

Re: Les carabistouilles des critiques (et des autres)

Message par micaela » 21 nov. 2017, 19:17

Il s'agit peut-être d'un bug ou d'une mauvaise saisie qui a fait se mélanger les lignes du texte.
Quoique je ne vois pas comment la mention d'un contre-ténor (à la fois soliste et chef) peut arriver dans la discographie de Pavarotti...
Ou alors il y a mélange avec le texte d'un autre programme.
S'il n'y a pas de solutions, c'est qu'il n'y a pas de problème Proverbe shadok

Avatar du membre
cosimus
Ténor
Ténor
Messages : 657
Enregistré le : 14 mai 2015, 13:39

Re: Les carabistouilles des critiques (et des autres)

Message par cosimus » 22 nov. 2017, 10:58

Un extrait de l'Elektra de R. Strauss , dirigée par Karl Böhm , a bien été diffusé en fin d'émission, dans le cadre d'un compte rendu sans rapport avec Pavarotti, mais ce qui m'a paru incongru et fait sourire c'était de présenter le vénérable Karl Böhm en contre-ténor :)
"Est modus in rebus", Horace

"La vérité luit de sa propre lumière;& on n'éclaire pas les esprits avec la flamme des bûchers." Marmontel, Bélisaire,

Avatar du membre
PlacidoCarrerotti
Hall of Fame
Hall of Fame
Messages : 12404
Enregistré le : 04 mars 2003, 00:00
Contact :

Re: Les carabistouilles des critiques (et des autres)

Message par PlacidoCarrerotti » 08 déc. 2017, 09:43

Cherchez l'erreur...

Image
“Plus on ira, moins il y aura de centenaires qui auront connu Napoléon 1er.” Alphonse Allais.

Avatar du membre
JdeB
Administrateur ODB
Administrateur ODB
Messages : 20761
Enregistré le : 02 mars 2003, 00:00
Contact :

Re: Les carabistouilles des critiques (et des autres)

Message par JdeB » 08 déc. 2017, 09:51

L'abus d'alcool est interdit dans les stations spatiales !
"Si tu travailles avec un marteau-piqueur pendant un tremblement de terre, désynchronise-toi, sinon tu travailles pour rien." J-C Van Damme.
Odb-opéra

Avatar du membre
micaela
Basse
Basse
Messages : 2455
Enregistré le : 16 juil. 2015, 17:24
Localisation : paris

Re: Les carabistouilles des critiques (et des autres)

Message par micaela » 10 déc. 2017, 12:00

Il y a une carabistouille dans le dossier Calleja en France : pour sa première apparition chez nous (juin/juillet 2003), il est indiqué : "Puccini- la Traviata (Alfredo)"
S'il n'y a pas de solutions, c'est qu'il n'y a pas de problème Proverbe shadok

Avatar du membre
JdeB
Administrateur ODB
Administrateur ODB
Messages : 20761
Enregistré le : 02 mars 2003, 00:00
Contact :

Re: Les carabistouilles des critiques (et des autres)

Message par JdeB » 10 déc. 2017, 12:02

:ablow:

on va rectifier le tir

Si vous repérez des carabistouilles dans les Dossiers merci d'avertir Oylandoy pour qu'il puisse les corriger
"Si tu travailles avec un marteau-piqueur pendant un tremblement de terre, désynchronise-toi, sinon tu travailles pour rien." J-C Van Damme.
Odb-opéra

Avatar du membre
EdeB
Dossiers ODB
Messages : 3138
Enregistré le : 08 mars 2003, 00:00
Localisation : Ubi est JdeB ...

Re: Les carabistouilles des critiques (et des autres)

Message par EdeB » 12 déc. 2017, 16:43

Eve Ruggieri ou, De la perpétuation des idées (mozartiennes) reçues…

Eve Ruggieri qui fit tant pour populariser l’opéra avec son émission Musiques au cœur diffusée entre 1982 et 2009, vient de publier un Dictionnaire amoureux de Mozart chez Plon (octobre 2017). [Quelques pages en sont lisibles sur Google Livres]

Plutôt que de passer en revue tout son ouvrage, je vais rendre compte de sa notice sur Nancy Storace (dont l’entrée se trouve étrangement à « N » et non à « S » !), entachée d’erreurs multiples, qui vont perpétuer les idées reçues, fantasmes divers et approximations qui font florès sur la cantatrice, sa vie et ses relations avec le compositeur…

Tâchons d’en corriger certaines :

Journal de Karl von Zinzenforf und Pottendorf (1739-1813) :

Les appréciations du comte de Zizendorf sur Storace citées par E. Ruggieri sont un compressé de plusieurs entrées de son journal : 22 avril, 9 mai 1783, 1er juillet 1783. (Voir pages 69 et 70 de Nancy Storace, Muse de Mozart et de Haydn)

Profitons-en pour rappeler que la musicologue Dorothea Link a réalisé une très précieuse transcription de ce journal écrit en français, pour les entrées relatives à la vie musicale et théâtrale viennoise entre 1783 et 1792 : ce document absolument passionnant, copieusement annoté, est accompagné du calendrier des représentations des théâtres et de la transcription des livres de comptes des théâtres impériaux. Il est proprement ahurissant qu’aucune maison d’édition française n’ait publié une traduction de cet ouvrage fondamental, The National court Theatre in Mozart’s Vienna : Sources and Documents 1783-1792 (Clarendon Press, 1998). Il présente des sources essentielles à la compréhension de la vie lyrique et théâtrale viennoise durant cette période.


Leçons de Nancy Storace avec Rauzzini :

« On peut toujours imaginer poétiquement leur rencontre [en Italie] lorsque Nancy prenait des leçons avec Venanzio Rauzzini […] »

Ces leçons furent données en Angleterre, Rauzzini y demeurant depuis 1774 !


Les amours de Nancy Storace… et Mozart (évidemment !) :

« Ce qui est sûr, c’est qu’elle l’était [amoureuse] de lui et lui d’elle lorsqu’elle créa le 1er mai 1786 [….] Suzanne dans Les Noces de Figaro. »

Cette phrase a tout d’un héritage du musicologue Alfred Einstein, qui lui non plus, ne donne aucune source à ce qu’il avance.
A ce sujet, l’aimable lecteur lira avec intérêt – du moins, l’auteure l’espère ! – les pages 132-135 de la biographie ci-dessus mentionnée.


« Que s’était-il passé qui justifierait le départ précipité de Nancy alors en plein succès [...] ? Fut-il dû à sa liaison avec le duc de Cleveland ? A ce sujet, nous ne savons rien. »

Le « départ précipité » supposé n’est qu’une fin de contrat non renouvelé pour la saison suivante, par la volonté de la cantatrice. Il n’avait donc rien de précipité et la rumeur en faisait état des mois auparavant comme le prouvent les écrits des contemporains.

La liaison de Storace avec « Harry » Vane n’était pas si scandaleuse. Tout le monde connaissait sa situation privée : elle était alors séparée de son mari, très violent, qui avait été « banni » sur ordre impérial, et les contemporains ne s’attendaient pas à voir une actrice aussi jeune rester chaste !

Notons par ailleurs que William Harry Vane, (1766-1842), alors vicomte Barnard, fut comte de Darlington en 1792, marquis (1827) puis premier duc de Cleveland en… 1833 !


« Nancy ne reverra jamais Mozart qui continuera de lui écrire. Des lettres qu’elle détruira… »

Il ne pouvait y avoir une notice sur Nancy Storace sans une mention des fameuses lettres… Mais ont-elles vraiment existé, en dépit de toutes ces mentions publiées depuis les années 50 ?
Pour une analyse de cette assertion, je renvoie l’aimable lecteur aux pages 9-10 et 134-135 de la biographie susmentionnée.
Une monstrueuse aberration fait croire aux hommes que le langage est né pour faciliter leurs relations mutuelles. - M. Leiris
Mon blog, CMSDT-Spectacles Ch'io mi scordi di te : http://cmsdt-spectacles.blogspot.fr/
Mon blog consacré à Nancy Storace : http://annselinanancystorace.blogspot.fr/

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 26 invités