Mise en scène,quelle place,quelles limites,encore,toujours

Actualité, potins, débats.
Avatar du membre
DavidLeMarrec
Ténor
Ténor
Messages : 630
Enregistré le : 02 nov. 2003, 00:00
Localisation : Bordeaux
Contact :

Message par DavidLeMarrec » 18 juil. 2005, 00:05

Friedmund a écrit :Si tu as aimé son Crépuscule,
Aimer est un bien grand mot. Pas gêné outre mesure.

je gage que son Lohengrin dans une salle d'école tyrolienne avec Eva Marton en mauvaise élève en culotte de cuir folklorique t'aurait aussi plu.
Je ne suis pas pour les transpositions, mais ce que tu me dis ne me suffit pas à me faire une idée sur les qualités du spectacle.

Des nouvelles de sa Clemenza à Hambourg dans Opera International du mois,
Toutefois, comme je ne lis pas ce torch :censored2: ce mensuel, je n'en saurai rien.

Personnellement, cela ne m'avait fait que moyennement rire, voire parfaitement ennuyé. Réduire une oeuvre aussi prodigieuse à ce tissu d'images idiotes... Et même si progressivement son Crépuscule bascule dans le tragique, ce n'est guère imaginatif. Une mise en scène médiocre laisse au moins la musique s'exprimer sans la polluer, ce qui ne peut pas être le cas devant tant de pollution visuelle.
Justement, je trouve ça plutôt insipide que gênant, mais passons, de toute façon, il n'y a manifestement pas d'admirateurs par ici (moi compris).

David - lepauvret

Avatar du membre
DavidLeMarrec
Ténor
Ténor
Messages : 630
Enregistré le : 02 nov. 2003, 00:00
Localisation : Bordeaux
Contact :

Message par DavidLeMarrec » 18 juil. 2005, 00:09

bajazet a écrit :Le public allemand est-il séduit par ces pitreries ? Je croyais avoir lu que plus d'un spectacle de K. avait essuyé des réactions très hostiles d'une partie des spectateurs, y compris pendant la représentation. Mais alors qu'est-ce qui engage les théâtres à le programmer aussi constamment ? Il a la cote auprès de la critique allemande ? C'est déjà une vache sacrée ?
Il fait parler de lui, tout bêtement : grâce à lui, les gens savent que le théâtre existe et connaissent sa programmation. (Après, il y a les goûts des directeurs de théâtre, goûts que j'ignore.)

David - marquetteur

Avatar du membre
Friedmund
Baryton
Baryton
Messages : 1124
Enregistré le : 20 nov. 2004, 00:00
Localisation : Paris
Contact :

Message par Friedmund » 18 juil. 2005, 00:10

bajazet a écrit :Le public allemand est-il séduit par ces pitreries ? Je croyais avoir lu que plus d'un spectacle de K. avait essuyé des réactions très hostiles d'une partie des spectateurs, y compris pendant la représentation. Mais alors qu'est-ce qui engage les théâtres à le programmer aussi constamment ? Il a la cote auprès de la critique allemande ? C'est déjà une vache sacrée ?
Cela renvoie à la question du masochisme que j'avais soulevée...

Le box-office doit vraisemblablement battre son plein, d'une foule attirée par le scandale ou la surprise, selon. La publicité faite par le tapage entraine le besoin de chacun à assister à l'événement dont on cause, ou dont on sait pertinemment que l'on causera.

Avatar du membre
Friedmund
Baryton
Baryton
Messages : 1124
Enregistré le : 20 nov. 2004, 00:00
Localisation : Paris
Contact :

Message par Friedmund » 18 juil. 2005, 00:15

DavidLeMarrec a écrit :
je gage que son Lohengrin dans une salle d'école tyrolienne avec Eva Marton en mauvaise élève en culotte de cuir folklorique t'aurait aussi plu.
Je ne suis pas pour les transpositions, mais ce que tu me dis ne me suffit pas à me faire une idée sur les qualités du spectacle.
Et bien en ce qui me concerne, la seule photo de la production que j'en ai vue, me suffit à me faire une idée de la qualité du spectacle. :( Certaines choses peuvent être fatales et redhibitoires, et le ridicule tue encore à l'opéra, surtout pour un ouvrage romantique.
DavidLeMarrec a écrit :
Personnellement, cela ne m'avait fait que moyennement rire, voire parfaitement ennuyé. Réduire une oeuvre aussi prodigieuse à ce tissu d'images idiotes... Et même si progressivement son Crépuscule bascule dans le tragique, ce n'est guère imaginatif. Une mise en scène médiocre laisse au moins la musique s'exprimer sans la polluer, ce qui ne peut pas être le cas devant tant de pollution visuelle.
Justement, je trouve ça plutôt insipide que gênant, mais passons, de toute façon, il n'y a manifestement pas d'admirateurs par ici (moi compris).
Un Götterdammerung insipide est pour moi une gêne; cela vaut aussi pour Elektra, et le travail d'Hartmann d'ailleurs. Arriver à rendre ces oeuvres insipides, il faut quand même le faire!

Avatar du membre
DavidLeMarrec
Ténor
Ténor
Messages : 630
Enregistré le : 02 nov. 2003, 00:00
Localisation : Bordeaux
Contact :

Message par DavidLeMarrec » 18 juil. 2005, 00:16

Friedmund a écrit :Il y a une différence entre recul, que peuvent illustrer un Chéreau, un Kupfer, voire un W. Wagner, et parodie comme Herr Konwitschny.
Mon propos était plus général sur "rire dans Götterdämmerung". Konwitschny ne m'a pas fait rire spécialement, comme je le disais plu haut. Un amusement passager pour son bricolage sans grand souffle.

Par ailleurs, si on ne supporte plus Wagner, son théatre, ses symboles ou ses valeurs, on peut toujours aller voir un opéra de Mozart à la place.
Il n'est pas question de supporter, mais de mettre en question les valeurs qu'il véhicule et leurs effets. C'est le sujet que j'avais abordé dans le fil sur Brand : http://tinyurl.com/bfl2b .
Je pense que c'est essentiel pour mieux saisir la portée de ces oeuvres.

Je n'ai pas dit que Konwitschny le faisait bien, ni même qu'il le faisait - encore une fois, je parlais du "rire dans Götterdämmerung".


David - etcereculestsalutairedansWagner

Avatar du membre
Friedmund
Baryton
Baryton
Messages : 1124
Enregistré le : 20 nov. 2004, 00:00
Localisation : Paris
Contact :

Message par Friedmund » 18 juil. 2005, 00:20

DavidLeMarrec a écrit :Il n'est pas question de supporter, mais de mettre en question les valeurs qu'il véhicule et leurs effets. C'est le sujet que j'avais abordé dans le fil sur Brand : http://tinyurl.com/bfl2b .
Je pense que c'est essentiel pour mieux saisir la portée de ces oeuvres.
Est-ce qu'il est essentiel pour saisir la portée de la Recherche du temps perdu, de la réécrire en la situant dans une favella de Rio de nos jours, avec Oriane de Guermantes en ménagère de moins de 50 ans obèse en slip devant son soap-opéra favori?

Je n'ai pas besoin de Konwitschny pour saisir la portée artistique et intellectuelle du Ring.

Avatar du membre
Friedmund
Baryton
Baryton
Messages : 1124
Enregistré le : 20 nov. 2004, 00:00
Localisation : Paris
Contact :

Message par Friedmund » 18 juil. 2005, 00:21

DavidLeMarrec a écrit :David - etcereculestsalutairedansWagner
Pourquoi plus pour Wagner que pour Shakespeare, Proust, Racine, Verdi, Puccini ou bien Strauss?

Avatar du membre
DavidLeMarrec
Ténor
Ténor
Messages : 630
Enregistré le : 02 nov. 2003, 00:00
Localisation : Bordeaux
Contact :

Message par DavidLeMarrec » 18 juil. 2005, 00:22

Friedmund a écrit :Un Götterdammerung insipide est pour moi une gêne; cela vaut aussi pour Elektra, et le travail d'Hartmann d'ailleurs. Arriver à rendre ces oeuvres insipides, il faut quand même le faire!
Je ne voudrais pas entrer dans le débat Götterdämmerung vs Elektra, mais quand même, le texte de Wagner ne fonctionne pas tout seul et n'est pas un monument de la littérature mondiale.

David - litotificateur


P.S. : Le problème était surtout pour moi que Zagrosek ne m'a pas paru follement à l'aise.

Avatar du membre
Friedmund
Baryton
Baryton
Messages : 1124
Enregistré le : 20 nov. 2004, 00:00
Localisation : Paris
Contact :

Message par Friedmund » 18 juil. 2005, 00:24

DavidLeMarrec a écrit :Je ne voudrais pas entrer dans le débat Götterdämmerung vs Elektra, mais quand même, le texte de Wagner ne fonctionne pas tout seul et n'est pas un monument de la littérature mondiale.
Raison de plus pour l'aider plutôt que pour le massacrer, non?
Par ailleurs si le texte n'est pas impérissable, l'histoire qui nous est contée, si.

Avatar du membre
DavidLeMarrec
Ténor
Ténor
Messages : 630
Enregistré le : 02 nov. 2003, 00:00
Localisation : Bordeaux
Contact :

Message par DavidLeMarrec » 18 juil. 2005, 00:31

Friedmund a écrit :
DavidLeMarrec a écrit :Il n'est pas question de supporter, mais de mettre en question les valeurs qu'il véhicule et leurs effets. C'est le sujet que j'avais abordé dans le fil sur Brand : http://tinyurl.com/bfl2b .
Je pense que c'est essentiel pour mieux saisir la portée de ces oeuvres.
Est-ce qu'il est essentiel pour saisir la portée de la Recherche du temps perdu, de la réécrire en la situant dans une favella de Rio de nos jours, avec Oriane de Guermantes en ménagère de moins de 50 ans obèse en slip devant son soap-opéra favori?
Tu prêches à un zélote, sur le sujet des transpositions et de l'inesthétisme gratuit. :)

Mon propos ne se circonscrit pas à Konwitschny (ni même à Wagner). Il me semble essentiel d'être conscient des valeurs mises en jeu pour apprécier pleinement une oeuvre de ce type.

David de Kerkoël

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 20 invités