Transposer l'action du livret

Actualité, potins, débats.
Avatar du membre
Friedmund
Baryton
Baryton
Messages : 1124
Enregistré le : 20 nov. 2004, 00:00
Localisation : Paris
Contact :

Message par Friedmund » 04 juil. 2005, 01:29

DavidLeMarrec a écrit :
Friedmund a écrit :Encore faut-il se mettre d'accord sur ce qu'est une mise en scène 'parfaitement fidèle'.

Je ne trouve en rien ridicule les Ring en cours du Met et de Vienne, bien qu'ils soient difficilement accusables de profonde subversion scénique. Je trouve même que l'imagerie simple et fidèle du Ring du Met est très réussie, et parfaitement relaxante.
Ah bon... Moi j'ai du mal lorsque Wotan depuis "das ewige Werk" jusqu'à "Bau" fait pour toute action de lever sa lance. Je trouve ça non seulement ridicule, mais insupportable. Je préfère quelque chose de laid et d'efficace, même si c'est insatisfaisant pour une raison ou une autre.

David - amha
Le grand mérite des imageries simples, c'est qu'elles laissent la place à la suggestion et à son propre imaginaire. Lorsque Medea était seule devant son petit escalier au début du III tout à l'heure, mon esprit était beaucoup plus libre pour vivre le drame que si l'on m'avait montré tout un tas de choses.

La suggestion a des mérites que la démonstration n'a pas.

bajazet
Basse
Basse
Messages : 2413
Enregistré le : 12 juin 2004, 23:00
Contact :

Message par bajazet » 04 juil. 2005, 01:33

Friedmund a écrit :Autre détail étonnant, ne trouves tu pas que les tenues de soirée des Gibichungen, ou bien encore l'intérieur luxueux de Wotan au II de Walküre, participent justement à cet onirisme?
Oui, c'est étonnant dans le Crépuscule. Je me faisais la réflexion en voyant la mise en scène de Nicolas Joel il y a 2 ou 3 ans (il avait été assistant de Chéreau sur ce Ring). Que voyait-on ? Gutrune un peu vamp années 30, Gunther en smoking sniffant de la coke (= personnage veule, NdT), et puis c'est tout. Aucun mystère, aucun climat poétique. On avait si j'ose dire les signes extérieurs, superficiels, de ce qu'avait fait Chéreau, mais sans l'environnement d'ensemble (c'est-à-dire la pensée du metteur en scène), cette scénographie et ces éclairages qui donnaient en effet quelque chose de paradoxalement onirique à la transposition de Bayreuth.

Avatar du membre
DavidLeMarrec
Ténor
Ténor
Messages : 630
Enregistré le : 02 nov. 2003, 00:00
Localisation : Bordeaux
Contact :

Message par DavidLeMarrec » 04 juil. 2005, 01:48

Friedmund a écrit :Le grand mérite des imageries simples, c'est qu'elles laissent la place à la suggestion et à son propre imaginaire.
Sauf lorsqu'elles sont d'une littéralité navrante, dans mon cas. Tout est tellement gauche, dans ce Ring du Met...

David - échauffé

bajazet
Basse
Basse
Messages : 2413
Enregistré le : 12 juin 2004, 23:00
Contact :

Message par bajazet » 04 juil. 2005, 01:50

D'accord avec David, je ne trouve pas ça regardable.

Avatar du membre
Tom
Mezzo Soprano
Mezzo Soprano
Messages : 145
Enregistré le : 28 mai 2004, 23:00
Localisation : Paris

Message par Tom » 04 juil. 2005, 16:07

Une question que je me pose: qu'est-ce qui pousse les metteurs-en-scène à aller toujours plus loin dans les transpositions et les details plus ou moins choquants? et au-delà, qu'est-ce qui pousse les directeurs à encourager cette attitude?

Quel est le but d'un directeur? Remplir son théâtre, et développer la notoriété de la salle. Qu'est-ce qui fait la notoriété d'un théâtre? Sa couverture médiatique. Qu'est-ce qui fait courrir les journalistes? La perspective d'un papier vite écrit, avec suffisament d'éléments "brûlants" genre scandale, huées, ou photos chocs, ou une bonne indignation, ou dans le meilleur des cas, une révolution.

Ce que je veux dire, c'est qu'aujourd'hui, les journalistes préfèrent parler des mises en scène que de musique ou d'interprétation. Il est tellement plus facile de remplir un papier en décrivant ce qu'on a vu qu'en analysant ce qu'on a entendu! Alors les directeurs leur donnent de la mise en scène, et variées... Et c'est à celui qui en fera le plus! Le gagnant: Mortier, directeur dont il a le plus été question, y compris sur ce forum, et la plupart du temps pour ses choix de mises en scène. Le perdant, le public qui ne trouve pas les nombreuses productions plus traditionnelles, misant plus sur une belle qualité musicale que sur le coté visuel, dans la presse.

J'en veux pour preuve qu'on ne parle presque jamais des reprises, même quand le cast est entièrement différend - en tout cas, en dehors de l'ONP. Et pourtant, beaucoup de reprises, bénéficiant de retouches scèniques et musicale de la part des chefs, metteurs en scène et directeurs, et de la maturation d'un rôle pour les chanteurs, ont eu bien plus de succès que leurs créations.

Avatar du membre
Gioachino
Mezzo Soprano
Mezzo Soprano
Messages : 135
Enregistré le : 27 sept. 2004, 23:00
Contact :

Message par Gioachino » 04 juil. 2005, 16:56

Mais!! Tout le monde est d'accord, ici!!.....

Bon je suis d'accord avec vous, il y a probablement trop de transposition au point que j'ouvre des yeux ronds en voyant les photos des productions sages et grand luxe du Met (je généralise mais ils en ont plus que nous!)!
Mais contrairement à certains, je n'ai jamais vu à l'opéra ce que je peux voir "au coin de ma rue"!! (ça serait peu passionnant :roll: ).

Alors trop de transpositions tue la transposition et une transposition est bien difficile à réussir mais personne n'a rien dit en voyant des personnages du "Turco in Italia" dans une voituredernièrement au Covent Garden, du moment qu'ils se marraient bien.....

Alors est-ce-que le rejet des transpositions à l'époque contemporaine n'est pas lié au fait que beaucoup cherchent du REVE à l'opéra et sont gênés quand les mises en scènes les ramènent à la dure réalité... (conception de l'art en général à laquelle je m'oppose).

Avatar du membre
Abigaille
Alto
Alto
Messages : 431
Enregistré le : 10 sept. 2004, 23:00
Localisation : Dans un bourg où la vie est cher...
Contact :

Message par Abigaille » 04 juil. 2005, 17:09

C'est sûr, tout ne peut pas mettre en transposition jusqu'à maintenant et comme vous l'avez dit dans d'autres topics,surtout quand il y a des indications temporelles!
Le seul spectacle lyrique que j'ai vu c'était de l'Offenbach,et ces oeuvres sont très facilement transposables!
Donc en clair, je suis tout-à-fait d'accord avec vous, et franchement tout ce qu'il se passe avec l'ONP (guichets+MES) ça donne vraiment pas envie de se décarcasser pour aller voir une oeuvre!

Avatar du membre
richie3774
Ténor
Ténor
Messages : 515
Enregistré le : 06 avr. 2004, 23:00
Localisation : Quaregnon Belgique
Contact :

Message par richie3774 » 04 juil. 2005, 18:52

Je supprime toutes les moqueries de ce fil. Merci de ne pas jouer avec les limites de la politesse.

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 62 invités