Page 5 sur 5

Re: Le répertoire de l'Opéra de Paris sous la Restauration et le Second Empire

Posté : 15 juil. 2018, 09:42
par David-Opera
JdeB a écrit :
15 juil. 2018, 09:24
Grétry n'est pas un compositeur parisien...Il est né à Liège.

Pour Armide de Gluck et ses reprises sous la Restauration tu aurais pu citer mon travail tout de même. :mrgreen:

Rossini n'est pas le précurseur de l'opéra historique mais plutôt Grétry avec Richard Coeur de Lion par exemple

Don Giovanni de Mozart n'est pas un opéra romantique

Il faudrait préciser aussi que lorsque Berlioz créée sa Damnation de Faust il loue la salle Favart (et c'est la ruine) et qu'il ne s'agit pas du tout d'une commande de cet Opéra ou de sa programmation au sens où on l'entend aujourd'hui.
J'ai retiré le terme parisien pour Guétry, bien que c'était dans le sens qu'il y vivait depuis 1767.

Excuse moi Jérôme mais je n'ai pas la vision d'ensemble de tout ce qu'il y a sur ODB, je veux bien le lien sur Armide.

Pour Rossini, je vais écrire 'était un précurseur', mais Richard Coeur de Lion reste quand même dans la veine de l' Opéra Comique.

Don Giovanni n'est pas un opéra romantique à proprement parler, mais il y a du romantisme dans cette œuvre classique. Je vais essayé de tourner la phrase différemment.

OK pour La Damnation.

Re: Le répertoire de l'Opéra de Paris sous la Restauration et le Second Empire

Posté : 15 juil. 2018, 09:47
par JdeB
Pour Armide sous la Restauration, c'était dans un colloque. Je vais t'envoyer tous les détails

" La carrière de six ouvrages lyriques tirés de la Jérusalem délivrée à l'Opéra de Paris (1686-1913) : Lully, Campra, Desmarets, Gluck, Sacchini et Persuis », Le Répertoire de l’Opéra de Paris (1671-2009). Analyse & interprétation. Actes du colloque de l’Opéra Bastille, Paris, Honoré Champion, 2011

Re: Le répertoire de l'Opéra de Paris sous la Restauration et le Second Empire

Posté : 15 juil. 2018, 10:00
par David-Opera
JdeB a écrit :
15 juil. 2018, 09:47
Pour Armide sous la Restauration, c'était dans un colloque. Je vais t'envoyer tous les détails

" La carrière de six ouvrages lyriques tirés de la Jérusalem délivrée à l'Opéra de Paris (1686-1913) : Lully, Campra, Desmarets, Gluck, Sacchini et Persuis », Le Répertoire de l’Opéra de Paris (1671-2009). Analyse & interprétation. Actes du colloque de l’Opéra Bastille, Paris, Honoré Champion, 2011
Tu vas rire Jérôme, je me suis notamment appuyé sur ce livre pour l'étude de la programmation Le Peletier, mais je n'ai pas encore lu cet article car je comptais l'aborder au moment de l’étude du répertoire du XVIII siècle (que je commence à peine). Mais je vois qu'il déborde sur le XIXe et qu'il annonce un nombre de représentations totales légèrement supérieure à celles des Huguenots.

Re: Le répertoire de l'Opéra de Paris sous la Restauration et le Second Empire

Posté : 15 juil. 2018, 10:08
par JdeB
oui, c'est amusant ! :D :lol:

En effet, je travaille toujours sur le temps long (ici 227 ans)...

Bonne lecture !

je ne suis pas sûr d’avoir publié tous les détails chronologiques et celui des parties tronquées au fil des reprises dans cet article-là

oui, le total des représentations de ces 6 ouvrages tirés de la Jérusalem est considérable. C'était vraiment un sujet majeur à Paris

Re: Le répertoire de l'Opéra de Paris sous la Restauration et le Second Empire

Posté : 15 juil. 2018, 11:06
par David-Opera
Pour ton information, il y a un trou de 7 ans dans Chronopéra, de 1817 à 1823.

Le répertoire lyrique qu'il omet ressemble donc à ceci en nombre de représentations.

Image

Re: Le répertoire de l'Opéra de Paris sous la Restauration et le Second Empire

Posté : 15 juil. 2018, 12:28
par houppelande
Je ne sais pas si c'est utile, mais on peut probablement recouper des informations avec ce lien :
http://bluemountain.princeton.edu/bluem ... xIN-------

Re: Le répertoire de l'Opéra de Paris sous la Restauration et le Second Empire

Posté : 15 juil. 2018, 15:03
par David-Opera
On peut recouper certains éléments qui concordent, d'autres divergent assez fortement (428 représentations d'Iphigénie en Tauride, alors que Chronopera en comptabilise moins de 300).