Décès de Sergio Segalini

Actualité, potins, débats.
Avatar du membre
philopera
Ténor
Ténor
Messages : 883
Enregistré le : 12 mars 2005, 00:00
Localisation : Paris
Contact :

Re: Décès de Sergio Segalini

Message par philopera » 09 juin 2018, 17:19

Des messages très touchants de jeunes chanteurs et de stars (P.Ciofi) sur sa page FB qu'il ne lisait plus depuis longtemps
Il semble avoir voulu transmettre son savoir et son expérience aux autres
N'est ce pas finalement le plus important ?
Alors mettons de coté nos rancoeurs parce qu'il égratigné (ou trucidé) telle ou telle diva ; je ne pense pas que ça a empêché ces dames de faire une belle carrière ; rions en plutôt

Avatar du membre
jerome
Basse
Basse
Messages : 8240
Enregistré le : 03 mars 2003, 00:00
Localisation : NANCY

Re: Décès de Sergio Segalini

Message par jerome » 09 juin 2018, 18:01

DelBosco a écrit :
09 juin 2018, 14:54
Je me souviens surtout que c'est pour l'intégrale Abbado du Ballo in maschera qu'il avait encensé Ricciarelli.
Or si cet enregistrement a effectivement des mérites (plus que l'Aida, à mon avis), ce n'est certes pas Ricciarelli son point fort ....
Oui, c'est sur cette version Abbado du Ballo que Segalini n'a pas tari d'éloges et notamment sur Ricciarelli qui chantait régulièrement et avec beaucoup de succès le rôle d'Amelia à la scène. Ceci dit, quand cette version a été rééditée en CD, il a nuancé davantage son opinion. Ricciarelli y fait de très belles choses mais on sent une vraie tension dans l'aigu.

Avatar du membre
Piem67
Baryton
Baryton
Messages : 1965
Enregistré le : 28 févr. 2005, 00:00
Localisation : Strasbourg

Re: Décès de Sergio Segalini

Message par Piem67 » 09 juin 2018, 18:18

Tu me donnes envie d'aller écouter cette Aïda d'Abbado du coup qui ne m'a jamais attiré à cause de Ricciarelli, mais je vais tâcher de me rattraper. Je n'ai jamais été grand fan du timbre de cette chanteuse mais le reste de la distrib m'intéresse, et Abbado surtout.

Avatar du membre
philopera
Ténor
Ténor
Messages : 883
Enregistré le : 12 mars 2005, 00:00
Localisation : Paris
Contact :

Re: Décès de Sergio Segalini

Message par philopera » 09 juin 2018, 18:22

Piem67 a écrit :
09 juin 2018, 18:18
Tu me donnes envie d'aller écouter cette Aïda d'Abbado du coup qui ne m'a jamais attiré à cause de Ricciarelli, mais je vais tâcher de me rattraper. Je n'ai jamais été grand fan du timbre de cette chanteuse mais le reste de la distrib m'intéresse, et Abbado surtout.
Moi aussi !
J'avoue avoir zappé assez systématiquement ses interprétations en dehors du jeune Verdi voire Rossini au debut de sa carrière
Mais évidemment je l'ai pas...

dessoles
Mezzo Soprano
Mezzo Soprano
Messages : 195
Enregistré le : 07 nov. 2004, 00:00

Re: Décès de Sergio Segalini

Message par dessoles » 09 juin 2018, 18:37

tuano a écrit :
09 juin 2018, 08:41
Je trouve que ce serait un bien mauvais hommage que de s'autocensurer et de ne pas oser le critiquer, même juste après sa disparition.

Personnellement, ce qui m'avait le plus choqué, c'était la couverture médiatique immense en faveur de Martina Franca, qui semblait être le meilleur festival du monde d'après Opéra Magazine. Je me demandais pourquoi il y avait autant de pages consacrés à ce festival dont je n'avais jamais entendu parler et comment les chanteurs qui s'y produisaient pouvaient être 1000 fois meilleurs que Caballé ou Gruberova.
Je n'ai pas su tout de suite que Sergio Segalini était et le directeur artistique du festival et le rédacteur en chef du magazine. C'était quand même très malhonnête de sa part.
Je vais a ce festival depuis 2000 précisément ,il est evident qu'il ne peut pas avoir l'envergure des festivals prestigieux européens, mais mr Segalini a réussi a créer au bout du fond de l'Italie ,dans cette somptueuse region des pouilles , un festival digne du plus grand intérêt ou j'ai pu entendre beaucoup d'oeuvres ignorées des autres ; et comme toutes découvertes,il y a eu de l'excitant et des deceptions...c'est quand meme la que mme ciofi ou mr fagioli se sont fait connaitre et d'autres....et je vous avoue que je suis beaucoup plus excité a ces découvertes (bonnes ou mauvaises) que ,o combien de fois, je me suis mortellement ennuyé a AIX,Orange et meme salzbourg!!!! je ne parlerais meme pas du prix des places (50 ou 25 € ) qui donne tout son sens a un veritable festival populaire....rien que pour cela...et malgré l'exubérance de son personnage(car c'était un veritable spectacle a lui tout seul) ....je ne peux que le remercier pour les bonheurs immenses qu'il m'a fait vivre (et me fait vivre, car j'y reviens cet été)....

lucien
Soprano
Soprano
Messages : 81
Enregistré le : 05 août 2004, 23:00

Re: Décès de Sergio Segalini

Message par lucien » 09 juin 2018, 22:34

Segalini créateur de Martina Franca ? C'est refaire l'histoire en oubliant que le fondateur était Rodolfo Celletti et que Segalini n'a fait que reprendre le flambeau qu'un autre avait allumé !

sopranolove
Ténor
Ténor
Messages : 552
Enregistré le : 16 avr. 2014, 14:17

Re: Décès de Sergio Segalini

Message par sopranolove » 12 juin 2018, 09:23

AH, Sergio Segalini... Que de fois je le maudissais en mon fort intérieur à la lecture de ses articles... Lol... Trêve de plaisanterie ; j'ai longtemps eu un "problème" avec lui ; je le connaissais avant qu'il débarque sur Opera International : il avait écrit des critiques sur Opéra (la version des années 70 80), puis sur Lyrica ; là je l'aimais beaucoup, j'ai beaucoup découvert d'œuvres en le lisant. Et puis un jour de 78, on a vu à Metz un très beau Don Giovanni, avec en tête d'affiche René Massis qui débutait dans le rôle, un passionnant Leporello campé par Alain Fondary, Evelyn Brunner en Donna Anna, Anne Marie Rodde (Zerline). Une belle distribution. Dans sa critique pour Lyrica, il a, contre toute attente (par rapport à son style habituel, dit énormément de bien de toute la distribution, privilégiant surtout dans son éloge Alain Fondary, qui était en effet particulièrement éclatantn tout le monde... sauf René Massis qui avait pourtant été plus que satisfaisant. Je me rappellerais toujours de son appréciation : voix terne, sans éclat, aucune dimension.
Et puis, un jour, de 1978, Jean Goury qui dirigeait Opera International dans ses premières années, décide de quitter son poste pour participer à l'aventure de l'Opera du Nord (Lille), confie le journal à Segalini. Et là, horreur pour moi, je me rappelle de cette critique et je me dis que il n'y en aura que pour Donizetti (entre autre) et que les chanteurs français vont déguster... Bref, j'étais plutôt sceptique.
Je n'ai pas oublié dans le premier numéro où il a parlé de mauvais chant pour Robert Massard et Yves Bisson (qu'il avait pourtant trouvé bien en Masetto dans le Don Giovanni de Metz...). Mais par la suite, je me suis prise à aimer tout ce qu'il proposait comme articles, (mais bien sûr j'ai eu du mal en lisant son appréciation de la plupart des chanteurs. Il tirait à vue sur pratiquement tous ceux qui chantaient ! Lol !
Je pourrais en citer pleins d'exemples 'Caballe, Gruberova et Dessay n'étaient que les plus éclatants. . Faire un florilège des appréciations les plus méchantes. Exemple ; Michel Dens, l'exemple du chanteur français qui privilégie la diction au détriment de la musique (et comme par hasard, ses attaques contre les chanteurs français et leur diction, ont été suivies par ce que l'on critique souvent ici et là chez nos artistes, une diction défectueuse : est ce que les chanteurs français ont vu cela comme une manière d'être admis par lui ? ) ou bien parlant des Pêcheurs de Perles ^: un enregistrement gâché par deux chanteurs très médiocres : René Bianco et Xavier Depraz. Nicolas Cavallier, quant à lui, s'est vu qualifié comme très sommaire en Figaro (pourtant une très belle interprêtation) et sa présence dans les Martyrs à Nancy était due uniquement à sa diction ! Enfin, au premier concours Franco Corelli, il parle de la gagnante, Bazrbara Haveman : "de mauvaises surprises à redouter" alors qu'elle n'avait encore rien fait, et qu'elle s'est révélée contre ses pronostics, une belle et intense interprête des rôles lyrico dramatiques. Elle n'a eu que le tort de ne pas chanter du bel canto ! Et pour finir, il n'arrêtait pas de démolir les chanteurs français actuels, qu'il traitait de tous les noms, sans essayer de séparer le bon grain de l'ivraie.
J'allais oublier pour finir Cheryl Studer, la néo diva , voix sans corps, sans âme. Et tous ceux qu'il démolissait parce que leur voix n'était pas belle (et pourtant, dans son inerview ODB, il dit que la beauté vocale n'a jamais été importante pour lui...)
Une autre chose que je n'appréciais pas trop chez lui, son hostilité parfois injuste envers le vérisme. Quand un artiste, à de rares exceptions près (Kabaivansaka ou Olivero) choisissait ce répertoire, c'était suspect.
Et j'ai failli détester Callas ou Schwarzkopf tant j'avais l'impression qu'elles étaient pour lui une manière d'écraser les autres de son dédain et de son mépris.
J'ai vraiment souffert sous Sergio Segalini ! A chaque numéro, je me demandais qui serait la prochaine vicitime. et parfois je l'appelais Sergio SS !

Par contre, on peut comprendre ses attaques contre certains chanteurs sans conscience professionnelle. Et il faut reconnaître que, malgré ses qualités inestimables, Caballe parfois était critiquable sur ce plan là... A Milan pour Anna Bolena, elle a profité de périodes libres entre deux répétitions pour courir le cachet.

Mais il faut reconnaître deux choses ; il a quand même donné la parole à de nombreux critiques qui défendais au contraire tous ceux qu'il démolissait ou qu'il ignorait. Je pense à Gheusi. Et il y a eu des séries documentaires très intéressantes, en particulier les chanteurs de l'Opéra Comique ou les opéras du lointain, où l'on évoquait des opéras lointains ; Tokyo, Tel Aviv, Pékin... Et enfin, il y a eu les livres ; on pouvait découvrir des livres italiens, allemands, anglais. Après lui, on n'a plus eu que les recensions des livres français. Et ça cela me manque. Que devient la maison Azzali par exemple ? Et puis, j'ai découvert plus tard, en lisant ODB qu'il répondait à toutes les lettres. Je regrette de ne pas lui avoir écrit. Enfin, on a pu à Metz l'écouter dans trois conférences, Les Contes d'Hoffmann, Capriccio et Macbeth. Où il s'est révélé passionnant et surtout très sympa, très charmant. Alors , Docteur Sergio et Mister Segalini ?

Et j'ai quand même découvert, passé tout ce passif que j'avais avec lui , pleins d'artistes..

Quant à Martina Franca ; j'aimerais bien y aller une fois (comme à Wexford) car voilà un des rares festivals abordables par tous, et surtout qui met à l'honneur tout un pan du répertoire italien (on y a même vu un peu de vérisme !)

Avatar du membre
jerome
Basse
Basse
Messages : 8240
Enregistré le : 03 mars 2003, 00:00
Localisation : NANCY

Re: Décès de Sergio Segalini

Message par jerome » 12 juin 2018, 21:48

Ce passif est très exagéré parce que, désolé de devoir le rappeler, en dehors de quelques cas avérés de sévérité excessive confinant parfois à la mauvaise foi, l'essentiel de ce qu'il disait sur les chanteurs était fondé notamment sur bon nombre de voix françaises que beaucoup surévaluaient et surévaluent toujours. Par exemple Massis et Bianco étaient loin d'avoir des voix exceptionnelles et en tout cas pas à la hauteur des grandes voix internationales de l'époque. Il y a toute une école de chant française à partir de l'après-guerre et jusqu'à la fin des années 60 qui était assez insupportable: couleur fade, émission vocale tremblotante, chant vieillot et suranné, surarticulation caricaturale d'un français systématiquement imposé sur tous les répertoires (et ça c'était vraiment ce qu'il y avait de pire!). Autre exemple: M. Depraz avait une voix sonore et grave à souhait mais on a eu des voix de basse internationales autrement dotées!
Je trouve qu'il a dit dans l'ensemble un sacré paquet de vérités et je rappelle quand même que non, tous les chanteurs ne sont pas formidables, tous n'ont pas des voix d'égale qualité, tous ne sont pas techniquement aboutis, tous ne sont pas stylistiquement adéquats. Il y a un tri à faire et il ne sert à rien de considérer béatement comme formidable ce qui n'est que correct.

Avatar du membre
zigfrid
Baryton
Baryton
Messages : 1256
Enregistré le : 14 janv. 2009, 00:00
Contact :

Re: Décès de Sergio Segalini

Message par zigfrid » 13 juin 2018, 09:12

j'ai toujours été intéressé par ce qu'il écrivait; il connaissait la musique, et il faut avouer que quand il dézinguait quelqu'un, il expliquait pourquoi. bien sûr je n'étais pas toujours d'accord avec lui (et puis il était parfois contradictoire: Dimitrova sublime pour le Nabucco du 7 décembre 86 à la scala, et ne sachant plus donner un aigu correct pour le dvd(!!!); parfois de l'irrespect (Caballé traitée de poissarde pour le viaggio a reims de londres en 92).
mais parfois il avait raison par exemple concernant Meier et sa voix laide, et Gruberova gazouillante pour sa première Elisabetta à Barcelone..
aujourdhui les critiques vont trop dans le politiquement correct; le politiquement correct sévit à tous les niveaux de toutes facons.

Avatar du membre
Piem67
Baryton
Baryton
Messages : 1965
Enregistré le : 28 févr. 2005, 00:00
Localisation : Strasbourg

Re: Décès de Sergio Segalini

Message par Piem67 » 13 juin 2018, 09:20

zigfrid a écrit :
13 juin 2018, 09:12
aujourdhui les critiques vont trop dans le politiquement correct; le politiquement correct sévit à tous les niveaux de toutes facons.
Oui, mais si ne pas être politiquement correct, c'est aller jusqu'à l'insulte ou au mépris, personnellement je dis non.
Comme je le disais plus haut, on a peut-être perdu en "couleur locale" avec la disparition des Bourgeois, Golléa et Segalini, mais on a peut-être aussi gagné en respect et correction envers les artistes.
On peut très bien être critique sans être méchant. Et la fin des ego surdimensionnés, perso, je dis oui !

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 3 invités