Stéphane Lissner : « Pourquoi l'opéra aujourd'hui ? » Conférence au Collège de France le 14 juin 2018

Actualité, potins, débats.
Avatar du membre
jerome
Basse
Basse
Messages : 8389
Enregistré le : 03 mars 2003, 00:00
Localisation : NANCY

Re: Stéphane Lissner : « Pourquoi l'opéra aujourd'hui ? » Conférence au Collège de France le 14 juin 2018

Message par jerome » 17 juin 2018, 11:23

HELENE ADAM a écrit :
17 juin 2018, 10:34
un minimum de connaissances artistiques et musicales et de défense de ces oeuvres, dont son prédécesseur manquait singulièrement ...
Ah non! Là dessus je ne suis pas d'accord du tout! Je veux bien qu'on reproche un certain nombre de choses à Joël mais certainement pas ça! Entre les 2, celui qui a le plus de connaissances en termes d'art lyrique, c'est Joël. Night and Day!

Avatar du membre
David-Opera
Basse
Basse
Messages : 4359
Enregistré le : 06 févr. 2004, 00:00
Localisation : Boulogne Billancourt
Contact :

Re: Stéphane Lissner : « Pourquoi l'opéra aujourd'hui ? » Conférence au Collège de France le 14 juin 2018

Message par David-Opera » 17 juin 2018, 11:30

HELENE ADAM a écrit :
17 juin 2018, 10:34
Il n'empêche que redonner à Garnier les opéras qui n'auraient jamais du être proposés à Bastille (les Mozart et la Traviata), prouve pour le moins, un minimum de connaissances artistiques et musicales et de défense de ces oeuvres, dont son prédécesseur manquait singulièrement ...
Attention, cela ne vient pas forcément de son prédécesseur. Je me souviens que Mortier regrettait qu'ont ait, sous sa direction, reprogrammé à Bastille Don Giovanni, créé à Garnier dans la mise en scène de Michael Haneke, ce qui laisse penser que le directeur doit aussi composer avec d'autres forces, probablement le Conseil d'administration qui, je le suppose, lui a mis la pression pour rentabiliser Mozart en le transposant à Bastille.

Avatar du membre
JdeB
Administrateur ODB
Administrateur ODB
Messages : 22011
Enregistré le : 02 mars 2003, 00:00
Contact :

Re: Stéphane Lissner : « Pourquoi l'opéra aujourd'hui ? » Conférence au Collège de France le 14 juin 2018

Message par JdeB » 17 juin 2018, 11:37

Non, le CA est juste une chambre d'enregistrement et de validation. Il ne faut pas surestimer son pouvoir
"Si tu travailles avec un marteau-piqueur pendant un tremblement de terre, désynchronise-toi, sinon tu travailles pour rien." J-C Van Damme.
Odb-opéra

Avatar du membre
jerome
Basse
Basse
Messages : 8389
Enregistré le : 03 mars 2003, 00:00
Localisation : NANCY

Re: Stéphane Lissner : « Pourquoi l'opéra aujourd'hui ? » Conférence au Collège de France le 14 juin 2018

Message par jerome » 17 juin 2018, 11:49

Sans le surestimer (moi aussi je pense que le directeur a souvent le dernier mot), il ne faut peut-être pas le sous-estimer non plus (je pense qu'ils ont tout de même une vision beaucoup plus comptable qu'artistique ...).

RV
Alto
Alto
Messages : 312
Enregistré le : 28 mars 2005, 23:00

Re: Stéphane Lissner : « Pourquoi l'opéra aujourd'hui ? » Conférence au Collège de France le 14 juin 2018

Message par RV » 17 juin 2018, 11:53

JdeB a écrit :
11 juin 2018, 12:49
David-Opera a écrit :
28 mai 2018, 19:58
muriel a écrit :
28 mai 2018, 19:47
il faudra lui passer un extrait de Carmen ou de Traviata pour savoir s'il reconnaît...
Mais il s'agit ici d'une connaissance superficielle, volage et badine, qui n'aide en aucun cas à diriger une structure aussi complexe qu'une maison d'opéra. 8)
Tu crois que son flop mémorable au blind test musical l'a aidé à diriger cet Opéra en montrant qu'il n'était ni superficiel, ni badin, ni volage ou que finalement, comme le discrédit des élites a atteint des sommets, personne dans la maison n'imaginait vraiment qu'il saurait répondre à des questions aussi simples (sauf celui qui lui a calé ce rdv et qui a été ensuite viré oeuf corse) ?

Moi je pense que SL n'est pas du tout crédible pour parler d'art lyrique. De management, de réseautage, de levers de fonds auprès de mécènes, de mondanités, de mise en valeur de soi-même, de rapport avec une tutelle étatique, de la presse économique, etc oui mais d'art lyrique, non...

Un Opéra très subventionné est moins difficile à diriger qu'une entreprise qui ne l'est pas non ? Bien sûr on y gagne sensiblement moins bien sa vie même si ça reste beaucoup plus que décent et beaucoup plus durable et sûr.
Va voir "Les parisiens" d'Olivier Py, tu sauras comment sont nommés les directeurs de l'Opéra de Paris!

Avatar du membre
David-Opera
Basse
Basse
Messages : 4359
Enregistré le : 06 févr. 2004, 00:00
Localisation : Boulogne Billancourt
Contact :

Re: Stéphane Lissner : « Pourquoi l'opéra aujourd'hui ? » Conférence au Collège de France le 14 juin 2018

Message par David-Opera » 17 juin 2018, 12:23

RV a écrit :
17 juin 2018, 11:53
Va voir "Les parisiens" d'Olivier Py, tu sauras comment sont nommés les directeurs de l'Opéra de Paris!
Olivier Py n'a pas digéré son éviction du théâtre de l'Odéon en 2011, lorsque Frédéric Mitterrand était au ministère de la culture.
Les parisiens est un exutoire issu de cette période. J'ai eu quand même un peu de mal à aller jusqu'au bout du roman.

Avatar du membre
JdeB
Administrateur ODB
Administrateur ODB
Messages : 22011
Enregistré le : 02 mars 2003, 00:00
Contact :

Re: Stéphane Lissner : « Pourquoi l'opéra aujourd'hui ? » Conférence au Collège de France le 14 juin 2018

Message par JdeB » 17 juin 2018, 12:25

RV a écrit :
17 juin 2018, 11:53
JdeB a écrit :
11 juin 2018, 12:49
David-Opera a écrit :
28 mai 2018, 19:58
muriel a écrit :
28 mai 2018, 19:47
il faudra lui passer un extrait de Carmen ou de Traviata pour savoir s'il reconnaît...
Mais il s'agit ici d'une connaissance superficielle, volage et badine, qui n'aide en aucun cas à diriger une structure aussi complexe qu'une maison d'opéra. 8)
Tu crois que son flop mémorable au blind test musical l'a aidé à diriger cet Opéra en montrant qu'il n'était ni superficiel, ni badin, ni volage ou que finalement, comme le discrédit des élites a atteint des sommets, personne dans la maison n'imaginait vraiment qu'il saurait répondre à des questions aussi simples (sauf celui qui lui a calé ce rdv et qui a été ensuite viré oeuf corse) ?

Moi je pense que SL n'est pas du tout crédible pour parler d'art lyrique. De management, de réseautage, de levers de fonds auprès de mécènes, de mondanités, de mise en valeur de soi-même, de rapport avec une tutelle étatique, de la presse économique, etc oui mais d'art lyrique, non...

Un Opéra très subventionné est moins difficile à diriger qu'une entreprise qui ne l'est pas non ? Bien sûr on y gagne sensiblement moins bien sa vie même si ça reste beaucoup plus que décent et beaucoup plus durable et sûr.
Va voir "Les parisiens" d'Olivier Py, tu sauras comment sont nommés les directeurs de l'Opéra de Paris!
Franchement, je ne crois pas du tout que cela soit à prendre pour argent comptant :Jumpy: :mrgreen: :lol:

Mais j'ai rencontré un jeune ODbien qui en a fait son bréviaire et qui croit vraiment qu'un Parisien hype doit se comporter comme chez Py :ablow:
"Si tu travailles avec un marteau-piqueur pendant un tremblement de terre, désynchronise-toi, sinon tu travailles pour rien." J-C Van Damme.
Odb-opéra

Avatar du membre
JdeB
Administrateur ODB
Administrateur ODB
Messages : 22011
Enregistré le : 02 mars 2003, 00:00
Contact :

Re: Stéphane Lissner : « Pourquoi l'opéra aujourd'hui ? » Conférence au Collège de France le 14 juin 2018

Message par JdeB » 17 juin 2018, 12:30

David-Opera a écrit :
17 juin 2018, 12:23
RV a écrit :
17 juin 2018, 11:53
Va voir "Les parisiens" d'Olivier Py, tu sauras comment sont nommés les directeurs de l'Opéra de Paris!
Olivier Py n'a pas digéré son éviction du théâtre de l'Odéon en 2011, lorsque Frédéric Mitterrand était au ministère de la culture.
Les parisiens est un exutoire issu de cette période. J'ai eu quand même un peu de mal a aller jusqu'au bout du roman.
il y a tant de choses qu'il n'a pas digérées...Quand on veut être à la fois Claudel, Fassbinder, Foucault et Chéreau, cela laisse beaucoup de frustrations, malgré tout
Enfin, le Timothée nouveau est consacré à Py, on va sans doute avoir un autre éclairage
"Si tu travailles avec un marteau-piqueur pendant un tremblement de terre, désynchronise-toi, sinon tu travailles pour rien." J-C Van Damme.
Odb-opéra

Bernard C
Basse
Basse
Messages : 9369
Enregistré le : 04 mai 2011, 23:00

Re: Stéphane Lissner : « Pourquoi l'opéra aujourd'hui ? » Conférence au Collège de France le 14 juin 2018

Message par Bernard C » 17 juin 2018, 13:20

Je suis consterné d' entendre proférer que l'Opéra est
"un service public" !

Je trouve ça catastrophique , une mentalité , une idéologie monstrueuse dans notre époque.

Je ne me sentirai jamais et mes enfants et petits enfants non plus , des usagers quand nous irons bientôt voir le Trouvère à l'Opéra Bastille , même si je suis un gros contribuable qui a le sens aigu que ses impôts vont notamment dans ce gouffre qu'est l'Opéra de Paris.

C'est consternant cette représentation d'une culture d'Etat qui circule encore dans le discours du gestionnaire de l'ONP (probablement parce que l'Institution doit encore servir largement les privilèges des hauts fonctionnaires et des cercles du pouvoir ... parce que le spectateur de base n'en voit pas vraiment la couleur de sa position d' "usager" de service public.)

Il est plus intéressant de s'abonner à l'Opéra de San Francisco en libre parcours avec une réduction de 40% à partir de 5 spectacles ou de 25 % à partir de 3 spectacles en étant un client qu'en étant abonné à l'Opéra de Paris en étant un usager.....


Quand je pense que tout ce discours sans consistance est supposé être une conférence au Collège de France !
Là aussi...le Collège de France tombe intellectuellement bien bas pour une contribution qui n'est qu'une chronique de magazine .

Bernard
"L'amour infini, sans autre aliment qu'un objet à peine entrevu dont mon âme était remplie , je le trouvais exprimé par ce long ruban d'eau qui ruisselle au soleil entre deux rives vertes, par ces lignes de peupliers qui parent de leurs dentelles mobiles ce val d'amour..." Le Lys

Avatar du membre
David-Opera
Basse
Basse
Messages : 4359
Enregistré le : 06 févr. 2004, 00:00
Localisation : Boulogne Billancourt
Contact :

Re: Stéphane Lissner : « Pourquoi l'opéra aujourd'hui ? » Conférence au Collège de France le 14 juin 2018

Message par David-Opera » 17 juin 2018, 13:37

Bernard C a écrit :
17 juin 2018, 13:20
Je ne me sentirai jamais et mes enfants et petits enfants non plus , des usagers quand nous irons bientôt voir le Trouvère à l'Opéra Bastille , même si je suis un gros contribuable qui a le sens aigu que ses impôts vont notamment dans ce gouffre qu'est l'Opéra de Paris.
D'ailleurs j'ai beaucoup apprécié la façon dont il parle de la subvention de l'ONP, et il distingue la notion de subvention directe, de la notion de subvention indirecte (réduction fiscale en compensation d'une donation).

Et d'un seul coup, tu réalises qu'une institution peut énormément couter à l'état, même si elle n'est pas directement subventionnée.

Et lorsque tu regardes comment est subventionné le MET, à New-York, il coûte quasiment rien en subvention directe, mais il coute énormément puisqu'il reçut, en 2011 par exemple, 182 million de $ de dons, qui ont engendré au moins la moitié de déductions fiscales, soit 90 millions de $.

https://www.nytimes.com/2011/10/11/arts ... llion.html

Par ailleurs, dans le rapport des comptes du MET, tu peux constater qu'il est exempté de taxes fédérales.

The Met and the Trust are exempt from federal income taxes under Section 501(c)(3) of the Internal Revenue Code. Impresario, LLC is considered a disregarded entity for tax purposes. Management believes that the Met will continue to be exempt from taxes and that the Met has taken no significant uncertain tax positions

https://www.metopera.org/metoperafiles/ ... ements.pdf

Pourrais-tu, Bernard, et je sais que tu en as les compétences, nous dire combien coûte en impôts non payés à la puissance publique fédérale (en sommant les déductions des dons, les taxes non payées), le MET, avec son unique salle?

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 63 invités