Grand Théâtre de Genève 2018/2019

Actualité, potins, débats.
Répondre
Avatar du membre
JdeB
Administrateur ODB
Administrateur ODB
Messages : 21904
Enregistré le : 02 mars 2003, 00:00
Contact :

Grand Théâtre de Genève 2018/2019

Message par JdeB » 27 avr. 2018, 10:43

Voici le communiqué de presse :


Le Grand Théâtre de Genève présente l’ultime saison de son actuel Directeur général Tobias Richter, qui sera marquée par trois nouvelles productions, le retour au bâtiment de la place de Neuve, la reprise du Ring des Nibelungen signé Dieter Dorn et le départ de l’Opéra des Nations. De nouvelles œuvres vont entrer au répertoire de la scène lyrique genevoise : Viva la Mamma! (Donizetti), The Beggar’s Opera (la version originale de Johann Christoph Pepusch). Une saison de conclusion marquée par la nouveauté.


La saison 2018-2019 se déroulera à cheval entre l’Opéra des Nations, importante réalisation rendue possible par les mécènes, et le Grand Théâtre de Genève, l’occasion de redécouvrir les foyers transfigurés et d’apprécier les nouveaux espaces d’accueil. Plusieurs artistes fidèles, qui ont accompagné les saisons de Tobias Richter, reviendront pour l’occasion : Robert Carsen, Laurent Pelly, Teodor Currentzis, Patricia Petibon, Paolo Arrivabeni, David McVicar, Matthias Hartmann, John Fiore, Dieter Dorn, Jürgen Rose et tant d’autres.



Trois nouvelles productions sont à l’affiche de cette ultime saison : Carmen de Bizet dans une version par Reinhild Hoffmann, Boris Godounov de Moussorgski, mis en scène par Matthias Hartmann, et Un ballo in maschera de Verdi vu par Giancarlo del Monaco et Richard Peduzzi. En fosse, le partenaire artistique principal du Grand Théâtre de Genève, l’Orchestre de la Suisse Romande (OSR), accompagnera quatre productions, son agenda étant aussi sollicité par la célébration de son premier siècle. Viendront également L’Orchestre de Chambre de Genève (L’OCG), la Cappella Mediterranea et l’Ensemble MusicAeterna basé à Perm. À noter encore deux coproductions, Viva la Mamma! (avec l’Opéra national de Lyon et le Gran Teatre del Liceu) et Médée (avec l’English National Opera).



Un édifice magnifié

Dessiné par Jacques-Élisée Goss et ouvert en 1879, le Grand Théâtre de Genève a vécu d’importants travaux, financés par la Ville de Genève et une fondation genevoise durant trois années. Début 2019, le public pourra apprécier les foyers, fresques et teintes qui auront retrouvé leur lustre d’antan. Les espaces de restauration seront également repensés et les salles de répétition et bureaux rénovés. Rendez-vous début 2019 pour le premier lever de rideau dans le théâtre retrouvé !



Les opéras
La saison s’ouvre avec Carmen de Bizet, en nouvelle production par Reinhild Hoffmann, une référence du Tanztheater venue en octobre dernier avec Callas. Le rôle-titre sera chanté par Héloïse Mas et Ekaterina Sergeeva, sous la direction de John Fiore, du 10 au 27 septembre. Une référence de la musique baroque et un metteur en scène d’exception révèlent une rareté : The Beggar’s Opera de Johann Christoph Pepusch. William Christie et Robert Carsen ressortent cet « Opéra des gueux » en version originale, du 3 au 7 octobre, en coproduction avec le Théâtre des Bouffes du Nord. Suivra une autre nouvelle production, Boris Godounov, cette fois-ci mise en scène par Matthias Hartmann, dans la version d’origine de 1869, alors refusée par le théâtre impérial et longtemps oubliée (jusqu’en 1928). Du 28 octobre au 15 novembre, cette version rare sera dirigée par Paolo Arrivabeni, avec le célèbre Mikhail Petrenko dans le rôle-titre. Pour les fêtes de fin d’année, Viva la Mamma! de Donizetti sera mis en scène par Laurent Pelly, en co-production avec l’Opéra national de Lyon et le Gran Teatre del Liceu, du 21 décembre au 3 janvier. En fosse, L’Orchestre de Chambre de Genève sera dirigé par le jeune Gergely Madaras, venu en novembre dernier pour un Fantasio salué par la critique. Point d’orgue de cette saison, la Tétralogie de l’Anneau du Nibelung de Wagner mise en scène par Dieter Dorn (saison 12-13 et 13-14) viendra rouvrir la scène de Neuve, le 12 février 2019, avec L’Or du Rhin. Suivront La Walkyrie, Siegfried et le Crépuscule des Dieux, dans trois cycles complets jusqu’au 17 mars. Référence parmi les voix wagnériennes, souvent invitée à Bayreuth, Petra Lang fait l’amitié de revenir pour incarner Brünnhilde. Médée de Charpentier est présentée du 30 avril au 11 mai en coproduction avec l’English National Opera. La mise en scène est signée David McVicar, qui revient après avoir monté La Traviata et Wozzeck. Chef expert dans le répertoire baroque (à Genève, Alcina, Il Giasone, King Arthur), Leonardo García Alarcón jouera avec son ensemble Cappella Mediterranea. Le rôle-titre sera tenu par la célèbre Anna Caterina Antonacci. Enfin, Un ballo in maschera de Verdi viendra clore la saison lyrique avec une nouvelle production mise en scène par Giancarlo del Monaco, dans les décors de Richard Peduzzi (qui signa la scénographie du fameux Ring du centenaire en 1976). Pinchas Steinberg dirigera la version « Gustave III », du 4 au 22 juin, avec Ramón Vargas (Gustavo III) et Franco Vassallo (Anckarström) notamment. À de nombreuses reprises, le public pourra apprécier la contribution significative du Chœur du Grand Théâtre de Genève dirigé par Alan Woodbridge.



Les ballets

Dirigé par Philippe Cohen, le Ballet du Grand Théâtre de Genève prévoit de nombreux événements chorégraphiques. Les 22 danseuses et danseurs de la compagnie créée en 1962 se produiront à Genève dans Wahada (« La Promesse »), un ballet d’Abou Lagraa sur la Messe en Ut mineur de Mozart. Cette création mondiale prendra possession de l’Opéra des Nations, du 27 novembre au 2 décembre. Sensation mondiale de l’art chorégraphique, Jiří Kylián travaillera également avec notre corps de ballet pour présenter « Petite Mort » et « Bella Figura », du 27 au 31 mars. Avec « Glory » d’Andonis Foniadakis, ces dates seront placées Entre réel et illusion théâtrale. Du côté des ballets invités, après une forte rencontre avec le public romand autour de Voces, Saras Baras revient avec Sombras (« Ombres »), du 28 février au 3 mars.



Les récitals

De nombreuses voix –talents confirmés ou en devenir– accompagneront cette ultime saison. Le baryton-basse Luca Pisaroni viendra le 2 novembre, le ténor polonais Piotr Beczała le 16 novembre, la célèbre mezzo-soprano Dame Sarah Connolly le 7 mars et le fameux baryton allemand Christian Gerhaher le 20 mai, pour une soirée autour de Schumann. Ils seront respectivement accompagnés au piano par Malcolm Martineau, Helmut Deutsch, Julius Drake et Gerold Huber. Deux autres soirées invitent des ensembles autour de la voix, Liebeslieder Walzer, avec la soprano Marlis Petersen, le ténor Werner Güra, la mezzo-soprano Anke Vondung et le baryton Paul Armin Edelmann le 27 février et, pour terminer, la performance de la fidèle Patricia Petibon avec l’Ensemble Amarillis, le 21 juin.



Concerts et autres événements

Franco Vassallo, Michael Spyres, Marina Rebeka… trois voix célèbres pour une œuvre à découvrir, Il Pirata, qui marqua les débuts de la grande carrière de Vincenzo Bellini. Cette version de concert est à l’affiche les 22 et 24 février. Véritable sensation, Teodor Currentzis fait l’amitié de venir pour la troisième fois rendre visite au Grand Théâtre. Il livrera un monument puissant de Verdi, la Messa da Requiem. Avec son Orchestre et Chœur de l’ensemble MusicAeterna, il donne rendez-vous le 8 avril.



Faust - « Opéra de Pékin »

Avant de partir pour la Chine, l’Opéra des Nations rend un hommage à un genre artistique puissant dans l’Empire du Milieu : « L’Opéra de Pékin ». Hors de Chine, rares sont les occasions de pouvoir être initié aux raffinements de ce genre, entre chant, musique, danse, théâtre et arts martiaux. À Genève, c’est un Faust mis en scène par Anna Peschke qui prendra place les 12 et 13 janvier 2019. Après trois années d’émotion, près de 300 levers de rideau pour environ 300 000 spectateurs, ce théâtre de bois saura sûrement séduire son nouveau public comme il l’a fait à Genève.



Spectacle Jeune public
Qui ne connaît pas la célèbre romance « Una furtiva lagrima » ? Seul, ou en famille, il est proposé de redécouvrir L’elisir d’amore dans une version abrégée, grâce à l’intervention d’un narrateur. Du 18 au 20 janvier, il sera interprété par de futures étoiles de l’Académie de La Scala, qui présente ainsi son cinquième projet dans le cadre des « Grandi Opere per i bambini ». Une formule qui rappelle La Petite Flûte enchantée, ou Siegfried, ou qui deviendra le seigneur de l’anneau.



Billetterie
Grande nouveauté côté billetterie, le Grand Théâtre de Genève ouvre largement ses portes au jeune public, avec un rabais de 50% pour les moins de 26 ans. De même, les étudiants bénéficient d’un rabais de 25%. Ces réductions s’appliquent évidemment dans la limite des places disponibles, sur présentation d’un justificatif et à toutes les catégories (sauf Or).
"Si tu travailles avec un marteau-piqueur pendant un tremblement de terre, désynchronise-toi, sinon tu travailles pour rien." J-C Van Damme.
Odb-opéra

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 49 invités