Lancement de la saison de l'ONP 2018/19

Actualité, potins, débats.
Avatar du membre
maitreluther
Baryton
Baryton
Messages : 1606
Enregistré le : 22 janv. 2006, 00:00

Re: Lancement de la saison de l'ONP 2018/19

Message par maitreluther » 18 janv. 2018, 09:12

David-Opera a écrit :
17 janv. 2018, 20:57

L'opéra permet de cultiver l'oreille musicale et de se laisser prendre par la richesse musicale, mais ne prodigue pas une richesse littéraire comme le théâtre peut le dispenser.

Les textes à l'opéra, et je n'apprends rien à personne, sont très pauvres en contenu, mais compensés par le discours musical, et c'est d'ailleurs pour cela que les commentaires des représentations tournent autour des performances vocales, orchestrales et des jolis décors, plus que sur le texte dans sa signification profonde.
PlacidoCarrerotti a écrit :
17 janv. 2018, 20:38
C'est comme si tu voulais qu'on serve des steaks dans les restaurants végétariens histoire de renouveler les dîneurs.
Explique moi pourquoi on devrait se laisser faire ?
Tu peux ne pas accepter les propositions scéniques, du moment que tu ne casses la gueule à personne. :wink:
Il est vrai que le théâtre offre des perles rares.

"Percé jusques au fond du coeur d'une atteinte imprévue aussi bien que mortelle, misérable vengeur d'une juste querelle, et malheureux objet d'une injuste rigueur, je demeure immobile, et mon âme abattue cède au coup qui me tue."

Une petite licence poétique en n'écrivant pas "jusqu'au" pour avoir le nombre de pied.
Envie de dire à Corneille: va, je ne te hais point.
Mais envie te me taper le cul par terre à m'en chopper un durillon.
c'est pas parce qu'on a rien à dire qu'il faut fermer sa gueule
(audiard)

http://foudopera.musicblog.fr/

Avatar du membre
EdeB
Dossiers ODB
Messages : 3212
Enregistré le : 08 mars 2003, 00:00
Localisation : Ubi est JdeB ...

Re: Lancement de la saison de l'ONP 2018/19

Message par EdeB » 18 janv. 2018, 11:21

tuano a écrit :
17 janv. 2018, 19:33
Si le public du théâtre aimait et connaissait par cœur le texte des pièces qu'il allait voir, je pense qu'il serait beaucoup moins réceptif aux trahisons vis-à-vis du texte.
Depuis le disque, le public d'opéra est devenu très cultivé, à force d'écouter des dizaines (voire centaines) de fois une partition avant d'aller voir une représentation.
Le public si éclairé de théâtre n'avait pas été fichu de s'apercevoir que Chereau avait tripatouillé le texte de Racine ds Phèdre ... !!!!
Une monstrueuse aberration fait croire aux hommes que le langage est né pour faciliter leurs relations mutuelles. - M. Leiris
Mon blog, CMSDT-Spectacles Ch'io mi scordi di te : http://cmsdt-spectacles.blogspot.fr/
Mon blog consacré à Nancy Storace : http://annselinanancystorace.blogspot.fr/

Avatar du membre
EdeB
Dossiers ODB
Messages : 3212
Enregistré le : 08 mars 2003, 00:00
Localisation : Ubi est JdeB ...

Re: Lancement de la saison de l'ONP 2018/19

Message par EdeB » 18 janv. 2018, 11:28

PlacidoCarrerotti a écrit :
17 janv. 2018, 20:38
David-Opera a écrit :
17 janv. 2018, 19:36
PlacidoCarrerotti a écrit :
17 janv. 2018, 19:25
La composition du public du PSG, c'est aussi 30% de moins de 26 ans et des origines sociales plus diversifiées : et alors ?
Et bien il s'agit d'une répartition qui est représentative de l'ensemble de la population française, c'est à dire 30% de la population a, aujourd'hui, moins de 26 ans et a des origines diversifiées.

A l'opéra on sort de cette représentativité et cela joue naturellement sur la façon dont une partie de ce public se perçoit et s'approprie une certaine vision de l'art lyrique.
Certes, mais les répartitions sociologiques du public de l'Odéon et de celui du PSG ont beau être les mêmes, elles n'en cachent pas moins des populations extrêmement différentes.
Tu argues de cette similitude pour faire croire que le public de l'Odéon serait plus populaire alors qu'il s'agit d'une élite, juste différente de celle qui va à l'opéra (et peut-être moins populaire d'ailleurs, une élite plus intello).
David-Opera a écrit :
17 janv. 2018, 19:39
elisav a écrit :
17 janv. 2018, 19:28
Sans doute. Mais n’y a-t-il pas là un cercle vicieux ?
Peut-être que le non-renouvellement du public d’opéra est dû, en partie du moins, à cette occupation des lieux par un public conservateur, figé dans ses habitudes, avec lequel un nouveau public (plus jeune et/ou d’origines sociales plus diverses) n’a pas envie de se mélanger ?
Oui, et c'est pour cela qu'il y dans l'idée de la programmation de Lissner d'attirer des théâtreux en espérant peut-être aussi qu'ils se débarrasseront de certains préjugés et verront que tout le public de l'opéra n'est pas conservateur et figé dans sa mentalité.
Tu ne veux pas renouveler le public, tu veux juste remplacer une élite par une autre, celle des théâtreux (à laquelle tu t'identifies en t'en glorifiant) par celle du public lyrique.
C'est comme si tu voulais qu'on serve des steaks dans les restaurants végétariens histoire de renouveler les dîneurs.
La mauvaise monnaie chasse la bonne : Gelb a essayé au Met et il a obtenu l'effet inverse de celui qu'il imaginait. Les intellos ne sont pas venus et les connards conservateurs (et probablement fachos) sont partis.
Explique moi pourquoi on devrait se laisser faire ?
+1
Marre de se taper des daubes au nom d'une pseudo modernité à laquelle on fait tout endosser....
Il y a de grands metteurs en scène dans les deux écoles. C'est cette systematisation sectaire qui m'insupporte : l'opéra NATIONAL de Paris à le devoir de présenter de TOUT, en un panachage de programmation.
Une monstrueuse aberration fait croire aux hommes que le langage est né pour faciliter leurs relations mutuelles. - M. Leiris
Mon blog, CMSDT-Spectacles Ch'io mi scordi di te : http://cmsdt-spectacles.blogspot.fr/
Mon blog consacré à Nancy Storace : http://annselinanancystorace.blogspot.fr/

veniziano
Alto
Alto
Messages : 491
Enregistré le : 29 août 2007, 23:00

Re: Lancement de la saison de l'ONP 2018/19

Message par veniziano » 18 janv. 2018, 12:07

+1 , entièrement d'accord avec toi.

Avatar du membre
PlacidoCarrerotti
Hall of Fame
Hall of Fame
Messages : 13060
Enregistré le : 04 mars 2003, 00:00
Contact :

Re: Lancement de la saison de l'ONP 2018/19

Message par PlacidoCarrerotti » 18 janv. 2018, 13:49

maitreluther a écrit :
18 janv. 2018, 09:12

"Percé jusques au fond du coeur d'une atteinte imprévue aussi bien que mortelle, misérable vengeur d'une juste querelle, et malheureux objet d'une injuste rigueur, je demeure immobile, et mon âme abattue cède au coup qui me tue."

Une petite licence poétique en n'écrivant pas "jusqu'au" pour avoir le nombre de pied.
Licence ? C'est assez commun en poésie me semble-t-il. Un "paragoge" m'apprend Wikipedia...
"Quant à Madame Sonya Netrebkheros, je tiens à vous rassurer, chers mécènes : elle est à Paris et elle a commencé les répétitions !". Liz Nerves.

Avatar du membre
cosimus
Ténor
Ténor
Messages : 717
Enregistré le : 14 mai 2015, 13:39

Re: Lancement de la saison de l'ONP 2018/19

Message par cosimus » 18 janv. 2018, 14:19

PlacidoCarrerotti a écrit :
18 janv. 2018, 13:49
maitreluther a écrit :
18 janv. 2018, 09:12

"Percé jusques au fond du coeur d'une atteinte imprévue aussi bien que mortelle, misérable vengeur d'une juste querelle, et malheureux objet d'une injuste rigueur, je demeure immobile, et mon âme abattue cède au coup qui me tue."

Une petite licence poétique en n'écrivant pas "jusqu'au" pour avoir le nombre de pied.
Licence ? C'est assez commun en poésie me semble-t-il. Un "paragoge" m'apprend Wikipedia...
Tout à fait et c'est aussi et surtout une question d'euphonie. Cf. Wikipédia
La paragoge, du grec ancien παραγωγή, paragôgế (« altération »), est l'ajout d'un ou plusieurs phonèmes non étymologiques en fin de mot. Cet ajout peut être reflété dans l'orthographe.
Un exemple en français est l'ajout, en langue soutenue, d'un -s paragogique à jusque afin d'éviter une cacophonie (jusque + à quand > jusques à quand permet d'éviter la répétition /kakɑ̃/) ou de satisfaire aux règles de versification ("... aller jusques au bout...", Corneille, Cinna, 1643).

Je ne voudrais pas être pédant, mais si l'on attaque Corneille..., il me semble bon de rappeler que (Wikipédia encore)
L'unité de mesure du vers français est la syllabe. Parler de « pied », par analogie avec le latin ou le grec, est incorrect, comme le relève déjà Joachim du Bellay dans la Défense et illustration de la langue française, et comme l'écrit encore en 1974 Jean Mazaleyrat : « appliquer le terme pied à la syllabe, comme on l'a fait, comme on le fait souvent encore dans notre tradition pédagogique, lexicographique et critique, ce n'est pas seulement mêler les techniques et confondre les notions. C'est méconnaître le caractère accentuel et rythmique du vers français. C'est plus qu'une inadvertance terminologique, c'est une erreur de conception. C'est confondre la structure combinée des mesures rythmiques et la somme pure des syllabes, la fin et les moyens. »
"Est modus in rebus", Horace

"La vérité luit de sa propre lumière;& on n'éclaire pas les esprits avec la flamme des bûchers." Marmontel, Bélisaire,

Avatar du membre
Adalbéron
Basse
Basse
Messages : 2434
Enregistré le : 01 mars 2015, 20:51

Re: Lancement de la saison de l'ONP 2018/19

Message par Adalbéron » 18 janv. 2018, 14:31

PlacidoCarrerotti a écrit :
18 janv. 2018, 13:49
maitreluther a écrit :
18 janv. 2018, 09:12

"Percé jusques au fond du coeur d'une atteinte imprévue aussi bien que mortelle, misérable vengeur d'une juste querelle, et malheureux objet d'une injuste rigueur, je demeure immobile, et mon âme abattue cède au coup qui me tue."

Une petite licence poétique en n'écrivant pas "jusqu'au" pour avoir le nombre de pied.
Licence ? C'est assez commun en poésie me semble-t-il. Un "paragoge" m'apprend Wikipedia...
Oui c'est vraiment une des licences les plus communément utilisées (pour des raisons en effet métrique et euphonique). Il ne doit vraiment pas y avoir beaucoup de poètes français ayant écrit en vers qui ne l'ont pas utilisée.
« Life’s but a walking shadow, a poor player / That struts and frets his hour upon the stage / And then is heard no more. It is a tale / Told by an idiot, full of sound and fury, / Signifying nothing. »
— Shakespeare, Macbeth

Avatar du membre
Adalbéron
Basse
Basse
Messages : 2434
Enregistré le : 01 mars 2015, 20:51

Re: Lancement de la saison de l'ONP 2018/19

Message par Adalbéron » 18 janv. 2018, 15:04

tuano a écrit :
17 janv. 2018, 19:33
Si le public du théâtre aimait et connaissait par cœur le texte des pièces qu'il allait voir, je pense qu'il serait beaucoup moins réceptif aux trahisons vis-à-vis du texte.
Depuis le disque, le public d'opéra est devenu très cultivé, à force d'écouter des dizaines (voire centaines) de fois une partition avant d'aller voir une représentation.
Il me semble que l'invention de l'imprimerie est sensiblement antérieure à celle du disque... :wink:
Je ne vois pas ce qui permet d'affirmer que le public des théâtres aime moins les œuvres (et puis il y a des publics différents suivant les théâtre quoi qu'il en soit). Et je doute que tous ceux qui vont à l'opéra connaissent par cœur le texte des œuvres qu'ils vont voir (la fable et le déroulement du drame oui, peut-être). Et puis il me semble avoir remarqué que le répertoire des théâtres étaient beaucoup plus variés que celui des opéras (on ne joue pas autant Hamlet, Phèdre ou Cyrano que Traviata, Bohème ou Carmen). Il y a également plus de créations originales sans doute.
Enfin il faut rappeler qu'un des grands courants théâtraux de la seconde moitié du siècle dernier (ça commence un peu à dater) a cherché à ne plus mettre le texte au centre des enjeux scéniques, dans les œuvres existantes ou en en faisant de nouvelles (le post-dramatisme devant prendre sa source dans le "En finir avec les chef-d'œuvres" d'Artaud).
« Life’s but a walking shadow, a poor player / That struts and frets his hour upon the stage / And then is heard no more. It is a tale / Told by an idiot, full of sound and fury, / Signifying nothing. »
— Shakespeare, Macbeth

Avatar du membre
David-Opera
Basse
Basse
Messages : 4178
Enregistré le : 06 févr. 2004, 00:00
Localisation : Boulogne Billancourt
Contact :

Re: Lancement de la saison de l'ONP 2018/19

Message par David-Opera » 18 janv. 2018, 15:15

Adalbéron a écrit :
18 janv. 2018, 15:04
Et puis il me semble avoir remarqué que le répertoire des théâtres étaient beaucoup plus variés que celui des opéras (on ne joue pas autant Hamlet, Phèdre ou Cyrano que Traviata, Bohème ou Carmen). Il y a également plus de créations originales sans doute.
Oui, très juste, au théâtre on ne tourne pas autour d'une cinquantaine d’œuvres.

Avatar du membre
maitreluther
Baryton
Baryton
Messages : 1606
Enregistré le : 22 janv. 2006, 00:00

Re: Lancement de la saison de l'ONP 2018/19

Message par maitreluther » 18 janv. 2018, 16:02

"Les puristes répugnent à dire "pied" pour syllabe, le terme pied appartenant à la métrique latine ou grecque. On considérera que le mot pied, d'usage courant, est impropre."

Les profs de français des années 70 (20eme siècle) n'étaient pas des puristes. Il faut préciser qu'ils n'avaient pas Wikipédia à leur disposition.
Il parait que la culture est ce qui reste quand on a tout oublié. J'ai oublié de consulter le Grand Dieu Wiki.
c'est pas parce qu'on a rien à dire qu'il faut fermer sa gueule
(audiard)

http://foudopera.musicblog.fr/

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 34 invités