Le Culte du ténor romantique, exemple d'Adolphe Nourrit

Actualité, potins, débats.
Répondre
romance
Ténor
Ténor
Messages : 689
Enregistré le : 25 mars 2010, 00:00
Contact :

Le Culte du ténor romantique, exemple d'Adolphe Nourrit

Message par romance » 21 nov. 2017, 16:23

Je me suis intéressée à ce ténor il y a peu.

http://www.ac-sciences-lettres-montpell ... Z-2014.pdf

Un voyage dans le temps qui pourrait nous donner quelques éclairages sur les formes passionnelles touchant alors à ce type de « héros », le ténor, célèbre, aimé, adulé, idolâtré ; celui qui fait que le public d’hier, le public et les habitués de forums d’aujourd’hui, parlent plus de l’interprète que de la musique. Ou pourquoi les « mordus » d’opéra (comme l’écrit fomalhaut sur un autre fil) parlent-ils plus des hommes qui interprètent les œuvres que des œuvres-mm ou de leur auteur ?
Et même si l’on n’a pas vraiment de réponse, ce qui paraît évident, c’est que les passions pour un interprète ne datent pas d'hier.
... et que l'anecdote suivante est, pour le moins, surprenante :
« En 1828, Nourrit chante à l’opéra dans Le Comte Ory de Rossini et dans La Muette de Portici, opéra d’Auber qui remporte un immense succès. Composée sur un livret de Scribe, cette œuvre est appelée à être donnée plus de cinq cent fois à Paris, et sera jouée en 1830 à Bruxelles où son grand air final :
“Amour sacré de la patrie, rends-nous l’audace et la fierté !
À mon pays je dois la vie, il me devra sa liberté !”
galvanisa l’assistance au point de la pousser à sortir exaltée du Théâtre de la monnaie pour se dresser contre l’occupant hollandais, déclenchant ainsi la révolution Belge. »

Avatar du membre
JdeB
Administrateur ODB
Administrateur ODB
Messages : 20761
Enregistré le : 02 mars 2003, 00:00
Contact :

Re: Le Culte du ténor romantique, exemple d'Adolphe Nourrit

Message par JdeB » 22 nov. 2017, 08:50

oui, enfin ce culte du ténor romantique (Duprez, Nourrit, Roger, Mario, etc) , c'était de la petite bière comparé à l’idolâtrie pour les castrats...

Et les critiques de l'époque de Nourrit consacraient beaucoup plus de place à l'ouvrage qu'à son interprétation réduite à quelques mots.

Quelques pages d’écrivains célèbres mélomanes ont beaucoup fait pour leur postérité. Mais les vraies super stars de l’époque c'était les Divas plus que les ténors

Ce n'était pas Nourrit qui chantait à Bruxelles dans la Muette de Portici qui déclencha la révolution belge le 25 août 1830

Sur le ténor romantique, il faut lire la thèse de Pierre Girod
http://chantfrancais.free.fr/THESEonline.pdf
"Si tu travailles avec un marteau-piqueur pendant un tremblement de terre, désynchronise-toi, sinon tu travailles pour rien." J-C Van Damme.
Odb-opéra

romance
Ténor
Ténor
Messages : 689
Enregistré le : 25 mars 2010, 00:00
Contact :

Re: Le Culte du ténor romantique, exemple d'Adolphe Nourrit

Message par romance » 22 nov. 2017, 09:51

Merci Jérôme. Pourquoi dans l'un comme dans l'autre cas ?

Avatar du membre
JdeB
Administrateur ODB
Administrateur ODB
Messages : 20761
Enregistré le : 02 mars 2003, 00:00
Contact :

Re: Le Culte du ténor romantique, exemple d'Adolphe Nourrit

Message par JdeB » 22 nov. 2017, 09:57

Pourrais-tu préciser ta question stp Mira ?
"Si tu travailles avec un marteau-piqueur pendant un tremblement de terre, désynchronise-toi, sinon tu travailles pour rien." J-C Van Damme.
Odb-opéra

romance
Ténor
Ténor
Messages : 689
Enregistré le : 25 mars 2010, 00:00
Contact :

Re: Le Culte du ténor romantique, exemple d'Adolphe Nourrit

Message par romance » 22 nov. 2017, 10:51

8O ? Je suppose que j'ai rapproché le culte aux castrats à celui voué aux ténors romantiques ?

(Je pars à la chasse de mes neurones actifs qui n'ont pas du entendre le réveil ce matin !)

Avatar du membre
JdeB
Administrateur ODB
Administrateur ODB
Messages : 20761
Enregistré le : 02 mars 2003, 00:00
Contact :

Re: Le Culte du ténor romantique, exemple d'Adolphe Nourrit

Message par JdeB » 22 nov. 2017, 10:54

Non, tu ne l'a pas fait.
C'est moi qui ai précisé que le culte des castrats était encore plus prodigieux que celui voué aux ténors romantiques
"Si tu travailles avec un marteau-piqueur pendant un tremblement de terre, désynchronise-toi, sinon tu travailles pour rien." J-C Van Damme.
Odb-opéra

romance
Ténor
Ténor
Messages : 689
Enregistré le : 25 mars 2010, 00:00
Contact :

Re: Le Culte du ténor romantique, exemple d'Adolphe Nourrit

Message par romance » 22 nov. 2017, 11:29

JdeB a écrit :
22 nov. 2017, 10:54
Non, tu ne l'a pas fait.
C'est moi qui ai précisé que le culte des castrats était encore plus prodigieux que celui voué aux ténors romantiques
Absolument, Capitaine. Mon "je" avait trait à la formulation de ma question mal posée qui reprenait ta précision : "oui, enfin ce culte du ténor romantique (Duprez, Nourrit, Roger, Mario, etc) , c'était de la petite bière comparé à l’idolâtrie pour les castrats...").
C'est bien ta phrase qui a fait naître ma question : "Pourquoi les castrats étaient-ils plus idolâtrés que les ténors ?
(Je vais me poser, tranquillement, là, et lire qqs pages d'un album de Gaston Lagaffe que mon fils m'a apporté il y a quelques jours).

Mais bon, Pourquoi ?

Avatar du membre
JdeB
Administrateur ODB
Administrateur ODB
Messages : 20761
Enregistré le : 02 mars 2003, 00:00
Contact :

Re: Le Culte du ténor romantique, exemple d'Adolphe Nourrit

Message par JdeB » 22 nov. 2017, 12:20

Car dans une esthétique anti-nature, la voix des castrats était plus capable pour le public de l'époque de traduire le merveilleux et l’héroïsme avec une longueur de souffle, une virtuosité, une étrangeté et un ambitus très supérieurs à celui des ténors.
Des princes ont arrêté (un moment) des guerres pour entendre des castrats !

Plus l'opéra s'est popularisé, moins le culte des chanteurs a été extravagant
"Si tu travailles avec un marteau-piqueur pendant un tremblement de terre, désynchronise-toi, sinon tu travailles pour rien." J-C Van Damme.
Odb-opéra

tuano
Administrateur ODB
Administrateur ODB
Messages : 10768
Enregistré le : 30 mars 2003, 23:00
Localisation : Paris
Contact :

Re: Le Culte du ténor romantique, exemple d'Adolphe Nourrit

Message par tuano » 22 nov. 2017, 13:06

romance a écrit :
21 nov. 2017, 16:23
« En 1828, Nourrit chante à l’opéra dans Le Comte Ory de Rossini et dans La Muette de Portici, opéra d’Auber qui remporte un immense succès. Composée sur un livret de Scribe, cette œuvre est appelée à être donnée plus de cinq cent fois à Paris, et sera jouée en 1830 à Bruxelles où son grand air final :
“Amour sacré de la patrie, rends-nous l’audace et la fierté !
À mon pays je dois la vie, il me devra sa liberté !”
galvanisa l’assistance au point de la pousser à sortir exaltée du Théâtre de la monnaie pour se dresser contre l’occupant hollandais, déclenchant ainsi la révolution Belge. »
Ce n'est pas du tout un air final, c'est un duo qui est donné assez tôt dans l'ouvrage et pas pour conclure un acte.

Adolphe Nourrit a bien créé le rôle de Masaniello à Paris mais c'est Lafeuillade qui chantait la partie de ténor au déclenchement de la révolution belge de 1830.

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 45 invités