Art lyrique et homosexualité : un microcosme ?

Actualité, potins, débats.
Avatar du membre
Bernard C
Basse
Basse
Messages : 8313
Enregistré le : 04 mai 2011, 23:00
Localisation : Grand-Ouest

Re: Art lyrique et homosexualité : un microcosme ?

Message par Bernard C » 26 sept. 2017, 19:28

jerome a écrit :
26 sept. 2017, 18:58
PlacidoCarrerotti a écrit :
26 sept. 2017, 08:48
En fait, on passe directement de la case ostracisme / discrimination négative à la case buzz /discrimination positive : dans un cas comme dans l'autre, l'homosexualité reste donc quelque chose d'anormal 8O C'est quand même le comble !
A vrai dire ce n'est pas l'homosexualité qui est anormale en soi! C'est le comportement des gays, particulièrement entre eux, qui est "spécial" et monumentalement détestable parce que les discriminations négatives comme positives, c'est des gays qu'elles viennent en premier lieu!
Tu es sûr que ton discours général n'est pas détestable ?
Les discriminations et leurs conséquences encore souvent criminelles dont des gays sont victimes dans le monde viennent d'eux ?!

B.

attention à la Loi du 30 décembre 2004
«Or les traits de ma peinture ne fourvoient point, quoi qu’ils se changent et diversifient. Le monde n’est qu’une branloire pérenne : toutes choses y branlent sans cesse (), et du branle public, et du leur. La constance même n’est autre chose qu’un branle plus languissant.»
Montaigne Essais III,2

Avatar du membre
jerome
Basse
Basse
Messages : 7980
Enregistré le : 03 mars 2003, 00:00
Localisation : NANCY

Re: Art lyrique et homosexualité : un microcosme ?

Message par jerome » 26 sept. 2017, 22:27

Mon discours ne porte que sur des pays "normaux" où l'homosexualité est reconnue et acceptée. Et il est certainement détestable pour qui ne voit pas ou ne veut pas voir la réalité de la communauté gay. Et j'ai d'autant moins de problèmes pour le dire que je suis gay moi-même et que je vois ce que je vois et que ce que je vois ne me plait en aucun cas...

Avatar du membre
Bernard C
Basse
Basse
Messages : 8313
Enregistré le : 04 mai 2011, 23:00
Localisation : Grand-Ouest

Re: Art lyrique et homosexualité : un microcosme ?

Message par Bernard C » 26 sept. 2017, 23:05

jerome a écrit :
26 sept. 2017, 22:27
Mon discours ne porte que sur des pays "normaux" où l'homosexualité est reconnue et acceptée. Et il est certainement détestable pour qui ne voit pas ou ne veut pas voir la réalité de la communauté gay. Et j'ai d'autant moins de problèmes pour le dire que je suis gay moi-même et que je vois ce que je vois et que ce que je vois ne me plait en aucun cas...
On peut avec ces précisions comprendre qu'il s'agit pour toi de ne pas se reconnaître dans les figures de la gay-attitude communautaire.
Ce que je comprends d'autant mieux qu'il y a bien longtemps que j'ai eu l'occasion de préciser que pour ce qui me concerne j'étais homosexuel mais que je n'étais pas gay.
Ceci dit ton propos général devait être recentré comme tu l'as fait.
Car "gay" pris dans une acception culturelle ou gays pris comme générique d'homosexuels, n'oublions pas que même dans les "pays normaux" tout ce monde là fait l'objet de façon extrêmement répandue et encore destructrice de discrimination persecutive.
(Dans les familles comme dans de nombreux champs de nos voisinages.)

Bon tout cela est loin du sujet.

C'est pourtant vrai et je trouve la remarque de Placido bien pertinente, que j'ai été agacé de voir apparaître l'orientation sexuelle (et le corps) de YNS dans un discours qui vantait son statut à la tête musicale du MET.
Et qu'un Chef hetero n'aurait pas vu ses préférences sexuelles, ni son tatouage apparaître comme "produit d'appel publicitaire".

Bernard
«Or les traits de ma peinture ne fourvoient point, quoi qu’ils se changent et diversifient. Le monde n’est qu’une branloire pérenne : toutes choses y branlent sans cesse (), et du branle public, et du leur. La constance même n’est autre chose qu’un branle plus languissant.»
Montaigne Essais III,2

Avatar du membre
jerome
Basse
Basse
Messages : 7980
Enregistré le : 03 mars 2003, 00:00
Localisation : NANCY

Re: Art lyrique et homosexualité : un microcosme ?

Message par jerome » 26 sept. 2017, 23:13

Un individu ne devrait pas avoir à se déterminer ou à être déterminé, ne serait ce que partiellement, en fonction de sa sexualité, qu'il soit hétéro ou homo. Il n'y a aucune fierté particulière à être l'un ou l'autre ou à ne pas l'être.

Avatar du membre
Bernard C
Basse
Basse
Messages : 8313
Enregistré le : 04 mai 2011, 23:00
Localisation : Grand-Ouest

[HS] Re: Art lyrique et homosexualité : un microcosme ?

Message par Bernard C » 26 sept. 2017, 23:26

jerome a écrit :
26 sept. 2017, 23:13
Un individu ne devrait pas avoir à se déterminer ou à être déterminé, ne serait ce que partiellement, en fonction de sa sexualité, qu'il soit hétéro ou homo. Il n'y a aucune fierté particulière à être l'un ou l'autre ou à ne pas l'être.
Oui.
Mais la question des Pride (des fiertés) est d'abord une problématique historico politique.
Ça s'est construit et exposé (et d'une façon "enfermé" aussi) dans une culture close sur elle-même.
Il y a un double mouvement (Là encore Placido le marque) : l'exhibition fait ex-ister ce qui n'avait pas droit de cité et enferme dans une identité.

Alors que l'idéal est l'indistinction.

Bon on pourrait n'en finir jamais de cette discussion intéressante mais pour moi trop lointaine du sujet.

Bonne nuit
«Or les traits de ma peinture ne fourvoient point, quoi qu’ils se changent et diversifient. Le monde n’est qu’une branloire pérenne : toutes choses y branlent sans cesse (), et du branle public, et du leur. La constance même n’est autre chose qu’un branle plus languissant.»
Montaigne Essais III,2

houppelande
Alto
Alto
Messages : 476
Enregistré le : 01 juil. 2011, 23:00

Re: Art lyrique et homosexualité : un microcosme ?

Message par houppelande » 27 sept. 2017, 08:15

Bernard C a écrit :
26 sept. 2017, 23:05
je trouve la remarque de Placido bien pertinente, que j'ai été agacé de voir apparaître l'orientation sexuelle (et le corps) de YNS dans un discours qui vantait son statut à la tête musicale du MET.
Et qu'un Chef hetero n'aurait pas vu ses préférences sexuelles, ni son tatouage apparaître comme "produit d'appel publicitaire".
Je crois qu'il faut prendre ces informations apparemment incongrues pour ce qu'elles sont, de petits éléments symboliques qui illustrent la personnalité moderne et décoincée de YNS. C'est du même acabit que les descriptions de Grigolo et ses T-shirts ; ça ne nous renseigne pas sur son chant mais (un peu) sur l'homme lui-même, présenté non pas comme un être immatériel intouchable mais comme quelqu'un de notre temps à qui certains pourront s'identifier.
Vittorio Grigolo ténor rock’n’roll
[...]Le jour de l’interview, nous nous attendions à rencontrer un chanteur d’opéra classique, un ténor conscient des passions qu’il déclenche sur les plus grandes scènes du monde. Vittorio ­Grigolo ­arrive en tee-shirt noir moulant, un torse bodybuildé, manches roulées jusqu’en haut des biceps, jean slim noir, blouson de cuir, boots et ­lunettes noires.[...]Vittorio Grigolo aime les voitures de sport, les vêtements couture et le ­karaté.

Avatar du membre
JdeB
Administrateur ODB
Administrateur ODB
Messages : 20374
Enregistré le : 02 mars 2003, 00:00
Contact :

Re: Art lyrique et homosexualité : un microcosme ?

Message par JdeB » 27 sept. 2017, 08:18

Tout à fait d'accord avec Houpp'

On pourrait faire la même description avec des ténors BG (bogosses) comme Guèze ou Fanale ou JK (arrivé en Top Gun à notre interview). Ils tranchent avec l'image d'Epinal du ténor, avec l'image iconique du Pavarotti
"Si tu travailles avec un marteau-piqueur pendant un tremblement de terre, désynchronise-toi, sinon tu travailles pour rien." J-C Van Damme.
Odb-opéra

paco
Basse
Basse
Messages : 7645
Enregistré le : 23 mars 2006, 00:00

Re: Art lyrique et homosexualité : un microcosme ?

Message par paco » 27 sept. 2017, 10:43

JdeB a écrit :
27 sept. 2017, 08:18
Tout à fait d'accord avec Houpp'

On pourrait faire la même description avec des ténors BG (bogosses) comme Guèze ou Fanale ou JK (arrivé en Top Gun à notre interview). Ils tranchent avec l'image d'Epinal du ténor, avec l'image iconique du Pavarotti
Je me demande quel est l'équivalent féminin ? Les très belles chanteuses ne manquent pas, mais qui parmi elles pourrait véhiculer ce côté "cool attitude", rompant avec l'image caricaturale de la "diva" inaccessible ou qui se la joue ? Je ne suis pas sûr, par exemple, que la jeune Netrebko (à ses débuts, avant qu'elle ne se laisse aller...) ait véhiculé cette image de "cool attitude"

Avatar du membre
MariaStuarda
Basse
Basse
Messages : 6462
Enregistré le : 13 févr. 2013, 14:33
Localisation : Paris
Contact :

Re: Art lyrique et homosexualité : un microcosme ?

Message par MariaStuarda » 27 sept. 2017, 10:58

Opolais me paraît y correspondre assez.
Hannighan egalement.

Avatar du membre
Bernard C
Basse
Basse
Messages : 8313
Enregistré le : 04 mai 2011, 23:00
Localisation : Grand-Ouest

Re: Art lyrique et homosexualité : un microcosme ?

Message par Bernard C » 27 sept. 2017, 11:14

Tu as raison cher Paco.
Par contre on a avec les femmes des "anti divas"

Je pense à Stemme qui très clairement fait des actions à visée politique, s'exprime sur un style de vie systématiquement hors people, musculation, famille, quartier, cause contre les discriminations.

Dans un autre genre on a Racette qui a affirmé très publiquement un style de vie très singulier entre SF, le Texas et le désert du nouveau Mexique.

Radva n'est jamais mieux que lorsqu'elle se montre et parle aux bords de ses lacs de l'ontario et chante dans son bled au nord de Toronto au milieu des paysans.

Etc
«Or les traits de ma peinture ne fourvoient point, quoi qu’ils se changent et diversifient. Le monde n’est qu’une branloire pérenne : toutes choses y branlent sans cesse (), et du branle public, et du leur. La constance même n’est autre chose qu’un branle plus languissant.»
Montaigne Essais III,2

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 29 invités