Orpheus : un projet pour les musiciens réfugiés

Actualité, potins, débats.
Répondre
Avatar du membre
JdeB
Administrateur ODB
Administrateur ODB
Messages : 19293
Enregistré le : 02 mars 2003, 00:00
Contact :

Orpheus : un projet pour les musiciens réfugiés

Message par JdeB » 08 mars 2017, 09:23

Conférence de presse Orpheus XXI


Le mercredi 1er mars, Jordi Savall nous a donné rendez-vous au Ministère de la Culture, rue de Valois, afin de présenter à la presse et aux institutionnels, le projet Orpheus XXI – Musique pour la vie et la dignité.

Par ce projet, le maestro catalan souhaite permettre à des musiciens professionnels réfugiés en France et à leur famille non seulement de s’intégrer pleinement dans la vie sociale de leur pays d’accueil mais également, d’instaurer un dialogue pacifié et ouvert, grâce au langage universel qu’est la musique.


Plus que jamais Jordi Savall, « Artiste pour la paix », choisi par l’Unesco, ambassadeur de l’Union Européenne pour le dialogue interculturel, se met au service d’une cause humaniste, dont l’urgence est à l’image du profond désarroi des populations déracinées. En des temps aussi dramatiques ou par ailleurs une guerre économique terriblement inhumaine terrasse les populations les plus pauvres de par le monde, toute initiative qui redonne la parole à tous ceux que la violence a condamné à fuir et chercher un refuge, non seulement matériel mais plus encore humain, ne peut qu’être louée.

Le projet a été lancé en novembre dernier et se poursuivra jusqu’en octobre 2018. Cette opération a été rendue possible grâce à toutes les bonnes volontés que Jordi Savall a fédérées autour de lui. Parmi ses partenaires et mécènes, il faut bien évidemment citer la Saline d’Arc-et-Senans, qui l’accueille déjà en résidence et dont la direction n’a pas hésité un instant à élargir cette dernière à ce projet si généreux, le département du Doubs, la Région Bourgogne Franche-Comté, Coop’Agir (Pôle régional d’Animation et de Développement de l’Insertion par l’activité économique) dont la mission est de lutter contre toute forme d’exclusion par les pratiques culturelles, le Réseau ICORN qui est une organisation internationale qui prend en charge les résidences temporaires ou de longue durée pour des artistes menacés, la Commission Européenne dans le cadre du programme Europe créative ou la Fondation Orange, ainsi que la Fondation Cima. Cette dernière a été créée par Jordi Savall et Montserrat Figueras afin de défendre le patrimoine musical hispanique et méditerranéen.


Les musiciens retenus après audition et leurs professeurs sont donc actuellement reçus en résidence à la Saline d’Arc-et-Senans. Ils y structurent leur programme, en compagnie d’une équipe de musiciens participant aux productions du maestro catalan, autour d’un répertoire vocal et instrumental issus des musiques de traditions orales de leurs pays d’origine. A la fin des sessions de travail, les musiciens réfugiés enseigneront à leur tour à des jeunes et des enfants eux-mêmes de toute nationalité dans des conservatoires, des établissements scolaires et des structures sociales accueillant des réfugiés, ce répertoire véritable patrimoine de l’humanité. Ce dernier est d’autant plus précieux à préserver qu’il n’a donc jamais été noté et qu’il est l’âme de ces civilisations, qu’il en est l’origine et le verbe.


Les habitués des concerts de Jordi Savall connaissent bien les musiciens référents qui transmettront leur savoir à ces musiciens réfugiés et leurs instruments aux sonorités si oniriques dont ils sont tous des virtuoses. La diversité de leurs origines est à l’image de la somptuosité et de la pluralité des racines mêmes des réfugiés.


Waed Bouhassoun et Moslem Rahal sont tous deux syriens, Driss El Maloumi vient du Maroc, Yurdal Tokcan et Hakan Güngör viennent tous deux de Turquie, Daud Khan Sadozai d’Afghanistan, Ballak Sissoko du Mali et Dimitri Psonis de Grèce. Tous sont des maîtres, dont le talent n’a d’égal que leur générosité et leur humanisme. Ce 1er mars, 4 musiciens déjà sélectionnés pour participer au projet Orpheus XXI, étaient présents : deux chanteuses, une Biélorusse et une Bangladaise, deux musiciens l’un Kurde et l’autre Turc. Tous sont des professionnels déjà reconnus.


Leur quête du dialogue et du partage se traduira l’été prochain par des concerts, le premier sera donné le 14 juillet à Arles, aussitôt suivi par une série de concerts en après-midi lors du Festival de Fontfroide, dont l’intitulé est à lui seul le résumé de ce projet – Festival Musique et Histoire, pour un dialogue interculturel, suivi ensuite par une programmation aux festivals de Besançon et peut – être Pontoise.



Jordi Savall souhaiterait étendre ce projet à d’autres pays européens. Espérons que de nombreux festivals, mais aussi organisations et institutions, souhaiteront se joindre à ce songe d’une Europe retrouvant elle-même la source qui a conduit à sa création et qui perpétuera ainsi la mémoire de sa propre histoire, de tous ces réfugiés victimes des guerres et des dictatures qui ont ébranlé notre continent, condamnant nos ancêtres à fuir et à espérer des mains tendues et confiantes. Dans un monde qui se déchire autant, malgré toutes les leçons de l’histoire, Jordi Savall fait partie de tous ceux qui chaque jour œuvrent pour permettre à chacun de révéler ce qu’il a de meilleur en lui. Souhaitons la bienvenue à ces musiciens et à leur famille. Puissent -ils retrouver la paix et contribuer ici à instaurer un dialogue qui réduira les peurs au silence. Puissent leurs enfants retrouver le droit à l’innocence.


Monique Parmentier
"Si tu travailles avec un marteau-piqueur pendant un tremblement de terre, désynchronise-toi, sinon tu travailles pour rien." J-C Van Damme.
Odb-opéra

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 32 invités