L'Auditorium de la Seine Musicale

Actualité, potins, débats.
Avatar du membre
raph13
Basse
Basse
Messages : 2839
Enregistré le : 03 déc. 2005, 00:00
Localisation : Paris

Re: L'Auditorium de la Seine Musicale

Message par raph13 » 23 avr. 2017, 18:05

RV a écrit :
23 avr. 2017, 16:52
@PC. Tu ne manques pas de toupet! La ville de Marseille attribue plus de 22 millions d'euros par an à son opéra. Par contre quand tu poses tes augustes fesses sur un des sièges de l'ONP tu ne coûtes pas un radis à la ville de Paris qui a laissé certains de ses théâtres, comme le Châtelet où le théâtre de la ville se délabrer.
Je croyais que le budget de Marseille était de 12,5 millions d'euros ?!
« L’opéra est comme l’amour : on s’y ennuie mais on y retourne » (Flaubert)

Avatar du membre
PlacidoCarrerotti
Hall of Fame
Hall of Fame
Messages : 13301
Enregistré le : 04 mars 2003, 00:00
Contact :

Re: L'Auditorium de la Seine Musicale

Message par PlacidoCarrerotti » 23 avr. 2017, 19:47

RV a écrit :
23 avr. 2017, 16:52
@PC. Tu ne manques pas de toupet! La ville de Marseille attribue plus de 22 millions d'euros par an à son opéra. Par contre quand tu poses tes augustes fesses sur un des sièges de l'ONP tu ne coûtes pas un radis à la ville de Paris qui a laissé certains de ses théâtres, comme le Châtelet où le théâtre de la ville se délabrer.
Lyon a refait son opéra. Montpellier en a deux, comme Nice. Lille a restauré le sien, Bordeaux également, il y a un peu plus longtemps. L'auditorium de Dijon est réputé pour son acoustique. Etc.
La dernière fois que je suis allé à Marseille (pour les Troyens), il y avait d'énormes tuyaux pour envoyer de l'air frais dans la salle car la clim était en panne. Les vieux abonnés étaient ravis : "Oh comme il est gentil nôtreu maireu".
Quand des morceaux de la façade ont commencé à choir, la Ville a entrepris quelques travaux.
Marseille est la troisième ville de France, capitale européenne de la culture en 2014. Je serais marseillais, je m'interrogerais.

En ce qui concerne Paris, tu es très au dessous de la réalité : la ville est devenue une poubelle à ciel ouvert infestés par les rats. Mais la mairie parle d'un plan propreté (99% de comm / 1% de sacs poubelle) : tout va bien.
"Sono vecchia, grassa, brutta…ma sono sempre Tetrazzini !"

dessoles
Mezzo Soprano
Mezzo Soprano
Messages : 220
Enregistré le : 07 nov. 2004, 00:00

Re: L'Auditorium de la Seine Musicale

Message par dessoles » 23 avr. 2017, 20:24

je vois que j'ai déclenché des discussions .......ce que je voulais dire : a Paris,l'etat finance de nombreuses salles a de beaux niveaux financiers (et aide majoritairement a en construire) tandis qu'en province (toulouse ,ma ville) si les différentes municipalités ne maintenaient pas un effort immense sur leurs fonds propres( nos impôts locaux) ...l'etat ne se manifeste qu'a la portion congrue! il y a réellement deux poids ,deux mesures! cela ne me gênerait pas que l'état engloutisse des sommes pharaoniques pour Paris s'il agissait de même pour les villes provinciales importantes! car quand votre interlocuteur a cité les belles réalisations de Dijon,bordeaux,montpellier,lyon etc.....ce n'est grâce et uniquement grâce aux efforts des finances locales!

Avatar du membre
Adalbéron
Basse
Basse
Messages : 2433
Enregistré le : 01 mars 2015, 20:51

Re: L'Auditorium de la Seine Musicale

Message par Adalbéron » 24 avr. 2017, 09:50

PlacidoCarrerotti a écrit :
23 avr. 2017, 19:47
En ce qui concerne Paris, tu es très au dessous de la réalité : la ville est devenue une poubelle à ciel ouvert infestés par les rats. Mais la mairie parle d'un plan propreté (99% de comm / 1% de sacs poubelle) : tout va bien.
Ah bon ?? J'ai dû me tromper de ville en rentrant de Caen, je n'ai pas vu ça...
Tu parles peut-être du gros tas de ferraille près du Champs-de-Mars ? :wink:

Il faut bien voir que le modèle allemand et italien de répartition des activités entre les villes n'est pas du tout le même qu'en France, pour de simples raisons historiques : ce sont des États-nations jeunes et la capitale ne catalyse pas tous les pouvoirs (politique, économique, culturel...) comme Paris en France. De nombreuses choses ont tout de même été faite pour décentraliser et modifier le modèle français, mais ce n'est pas gagné, en effet.

Il faut quand même dire qu'à Paris, malgré la multiplication des institutions, les salles ne désemplissent pas.
« Life’s but a walking shadow, a poor player / That struts and frets his hour upon the stage / And then is heard no more. It is a tale / Told by an idiot, full of sound and fury, / Signifying nothing. »
— Shakespeare, Macbeth

Avatar du membre
raph13
Basse
Basse
Messages : 2839
Enregistré le : 03 déc. 2005, 00:00
Localisation : Paris

Re: L'Auditorium de la Seine Musicale

Message par raph13 » 24 avr. 2017, 10:54

Pour revenir au sujet, j'ai assisté hier après-midi au 2ème concert inaugural, très réussi.

La salle est très belle, les abords également, et l'acoustique superbe.
Le programme contenait des extraits de Die Gärtnerin aus Liebe (transformation par Mozart de La Finta giardiniera en singspiel), Der Freischütz (extraits en allemand et en français - version Berlioz) et enfin la Fantaisie pour piano, chœurs et orchestre en do mineur de Beethoven.

Le concert était ingénieusement entrecoupé de scènes jouées par un acteur, faisant intervenir les chanteurs et la chef d'orchestre.
On notera une belle fluidité dans les enchaînements et les changements techniques qui sont très bien réglés.
La mise en espace et les animations visuelles et effets de lumières sont superbes.

La distribution est enthousiasmante : Sandrine Piau toujours aussi gracieuse et musicale, qui nous offre l'un des sommets du concert avec un "Und ob die Wolke" suspendu durant lequel le temps semble s'arrêter ; Stanislas de Barbeyrac offre cet alliage séduisant d'ardeur virile et de douceur dans le chant, avec un investissement sans faille ; Florian Sempey, s'il est parfois à la limite du "too much" dans la scène de la Gorge-aux-loups, force le respect par son engagement scénique et vocal, avec une projection percutante et un aigu flamboyant ; Anaïk Morel, moins mise en valeur par le programme, paraît un peu en retrait mais ne démérite pas, avec sa voix chaude et ambrée.
Bertrand Chamayou est un luxe pour la Fantaisie, dont il exploite avec talent la versatilité, passant avec brio de la cadence de type improvisé du premier mouvent, à la rêverie subtile de l'adagio, avant les éclats et traits virtuoses des derniers mouvements.

Laurence Equilbey dirige tout ce beau monde avec enthousiasme et rigueur, son Insula orchestra offrant une belle rondeur et une vivacité appréciable. On saluera également les interventions impeccables d'Accentus, en coulisses pour les extraits du Freischütz, puis disséminé dans le public pour le final triomphant de la Fantaisie, qui sera bissé devant les rappels du public.
« L’opéra est comme l’amour : on s’y ennuie mais on y retourne » (Flaubert)

Avatar du membre
PlacidoCarrerotti
Hall of Fame
Hall of Fame
Messages : 13301
Enregistré le : 04 mars 2003, 00:00
Contact :

Re: L'Auditorium de la Seine Musicale

Message par PlacidoCarrerotti » 24 avr. 2017, 11:04

Merci de ces impressions !
Où étais-tu placé (rapport aux voix dans une salle pas prévue pour ;-) ) ?
"Sono vecchia, grassa, brutta…ma sono sempre Tetrazzini !"

Avatar du membre
HELENE ADAM
Hall of Fame
Hall of Fame
Messages : 10455
Enregistré le : 26 sept. 2014, 18:27
Localisation : Paris
Contact :

Re: L'Auditorium de la Seine Musicale

Message par HELENE ADAM » 24 avr. 2017, 11:06

j'ai regardé quant à moi la retransmission de Culture Box (toujours disponible en ligne) de la soirée du 22 avril (la "Première"), je souscris entièrement au CR de Raph13 sur le plan musical.
J'ai apprécié que les interventions orales de l'acteur ne soient pas seulement dans le style Mr Loyal expliquant la musique classique aux nuls, mais aussi et surtout une habile et intelligente évocation de l'Histoire des lieux où se dresse désormais l'auditorium.
Des premiers temps des usines Renault aux grèves du Front Populaire et de Mai 68 en passant par la lecture d'un passage émouvant de la "condition ouvrière" de Simone Weil, c'était passionnant.
La mise en espace systématique des performances était du plus bel effet également en retransmission (avec vidéos impressionnantes projetées jusqu'au plafond durant le Freischütz, version française).
Lui : Que sous mes pieds se déchire la terre ! que sur mon front éclate le tonnerre, je t'aime, Élisabeth ! Le monde est oublié !
Elle : Eh bien ! donc, frappez votre père ! venez, de son meurtre souillé, traîner à l'autel votre mère

Mon blog :
https://passionoperaheleneadam.blogspot.fr

Avatar du membre
raph13
Basse
Basse
Messages : 2839
Enregistré le : 03 déc. 2005, 00:00
Localisation : Paris

Re: L'Auditorium de la Seine Musicale

Message par raph13 » 24 avr. 2017, 11:08

PlacidoCarrerotti a écrit :
24 avr. 2017, 11:04
Merci de ces impressions !
Où étais-tu placé (rapport aux voix dans une salle pas prévue pour ;-) ) ?
Au parterre rang I centré.
La salle n'est pas immense (1150 places), avec beaucoup de bois.
C'est très beau visuellement, confortable et acoustiquement ça m'a semblé très réussi.
Article du Figaro sur le concert de samedi soir : http://www.lefigaro.fr/musique/2017/04/ ... sicale.php
« L’opéra est comme l’amour : on s’y ennuie mais on y retourne » (Flaubert)

Efemere
Basse
Basse
Messages : 2080
Enregistré le : 11 mars 2014, 14:04
Localisation : Paris

Re: L'Auditorium de la Seine Musicale

Message par Efemere » 06 mai 2017, 16:36

Dans la saison 2017/2018 du Théâtre de la Ville, programmée hors les murs, figure un spectacle donné à l'Auditorium de la Seine Musicale :

Jeudi 21 septembre et vendredi 22 septembre à 20h30

EGMONT
Pièce de Johann Wolfgang Goethe / Musique de Ludwig van Beethoven

• Mise en scène et réalisation | Séverine Chavrier
• Dramaturgie | Beate Haeckl
• Insula orchestra (48 musiciens) / Laurence Equilbey (direction)
• Sheva Tehoval (soprano) et des comédiens

Tarifs hors abo. du Théâtre de la Ville : 40 € / 60 €.

Dans la brochure du Théâtre de la Ville :
Ouverture des réservations
21 jours avant la 1re représentation et pour toutes les représentations du spectacle concerné.
Pour les spectacles programmés « Hors les murs », les modalités de réservation sont les mêmes.
À la dernière minute, vous avez également la possibilité de réserver chez les théâtres partenaires avec lesquels nous partageons la billetterie.

Efemere
Basse
Basse
Messages : 2080
Enregistré le : 11 mars 2014, 14:04
Localisation : Paris

Re: L'Auditorium de la Seine Musicale

Message par Efemere » 19 juin 2017, 13:54

La saison 17/18 d'Insula Orchestra ayant été récemment annoncée, la page Billetterie de l'Auditorium s'est étoffée. On n'y trouve toutefois pas encore tous les spectacles à venir, alors que le Conseil départemental des Hauts-de-Seine avait publié il y a quelque temps l'essentiel de la programmation d'avril à décembre 2017 pour les deux salles principales de la Seine Musicale (► ici).

Concernant la Grande Seine, voir ce ► fil d'ODB.

Pour en revenir à l'AUDITORIUM, voici, ci-après, quelques spectacles parmi ceux nouvellement ajoutés sur le site Web :


EGMONT, GOETHE / BEETHOVEN
Jeudi 21 et vendredi 22 septembre 2017 à 20h30

Tarifs : de 10 € à 60 €
Durée : 1h30 sans entracte
Spectacle en allemand surtitré en français
En partenariat avec le Théâtre de la Ville

Programme
Ludwig van Beethoven / Johann Wolfgang von Goethe, Egmont
Création scénique

Beethoven et Goethe : deux génies réunis autour d’Egmont, le héros libérateur des provinces des Pays-Bas au XVIe siècle. Goethe en a tiré une pièce passionnante. Affranchissement des peuples, individu face à son destin, enjeux politique et religieux, ces thèmes ne pouvaient que séduire Beethoven qui s’en empare pour une de ses plus brillantes ouvertures et musiques de scène. La chef d’orchestre Laurence Equilbey et la metteuse en scène Séverine Chavrier rendent toute la richesse et l’actualité de l’œuvre en imaginant une version scénique mêlant musique, théâtre joué et filmé. Une première pour cette pièce.

Distribution
Sheva Tehoval, Klara
Comte Egmont, Guillaume d’Orange, Duc d’Albe, Ferdinand
: comédiens (distribution en cours)
Insula orchestra
Laurence Equilbey, direction
Séverine Chavrier, mise en scène
Beate Haeckl, dramaturgie
Benjamin Hautin, scénographie
Thomas Guiral, vidéaste
Patrick Riou, créateur lumière

•••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••

LE CONCERT D'ASTRÉE / EMMANUELLE HAÏM
Lundi 11 Décembre 2017 à 20h30

Tarifs : de 10 € à 45 €
Durée : 1h45 avec entracte

Programme
Johann-Sebastian Bach, Magnificat
Georg Friedrich Haendel, Dixit Dominus


« La valeur n’attend pas le nombre des années ! » telle pourrait être la devise de ce concert qui s’ouvre sur le célèbre Magnificat de Bach. Quelle musique éclatante, quels superbes chœurs pour cette première œuvre de la maturité qui célèbre la Visitation de la Vierge Marie. Portée par la fougue d’Emmanuelle Haïm à la tête du Concert d’Astrée, la pièce est accompagnée du Dixit Dominus de Haendel qui valut au jeune compositeur de 22 ans de faire une entrée fracassante dans le milieu musical de l’époque. Deux œuvres touchées par l’inspiration, deux chefs-d’œuvre de la musique religieuse baroque interprétés par des solistes d’exception.

Distribution
Emöke Baráth, soprano
Lea Desandre, mezzo-soprano
Damien Guillon, contre-ténor
Emiliano Gonzalez Toro, ténor
Victor Sicard, basse
Le Concert d’Astrée
Emmanuelle Haïm, direction

•••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••

VOYAGE EN ITALIE
Vendredi 12 Janvier 2018 à 20h30

Tarifs : de 10 € à 45 €
Durée : 2h10 avec entracte

Programme
Tarquinio Merula, Orazio Benevoli, Roberto Cavalli, Œuvres polychorales
Marc-Antoine Charpentier, Messe à quatre chœurs


Lorsque le jeune Marc-Antoine Charpentier entend des œuvres polychorales lors d’un séjour à Rome, c’est le choc. Ainsi naît la grandiose messe à quatre chœurs, utilisant toutes les combinaisons d’un effectif à 16 voix, expérience inédite pour la France du XVIIe siècle et encore aujourd’hui très peu jouée. Mais quelles villes Charpentier a-t-il traversées, quels musiciens a-t-il entendus ? Peut-être Cavalli à Venise, Merula à Crémone, Benevoli à Rome… C’est ce voyage initiatique qu’il nous est donné d’entreprendre sur ses traces.

Distribution
Ensemble Correspondances
Sébastien Daucé, direction

•••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••

LES ITALIENS A PARIS
Samedi 13 Janvier 2018 à 20h30

Tarifs : de 10 € à 45 €
Durée : 2 h avec entracte

Programme
Saverio Mercadante, Sinfonia su motivi dello Stabat Mater di Rossini
Gioacchino Rossini, Pianto di Armonia sulla morte di Orfeo
Luigi Cherubini, Requiem


C’est à Paris que beaucoup d’Italiens sont venus chercher au XIXe siècle la gloire et l’inspiration. Séjour réussi pour Rossini qui y invite son compatriote Mercadante. Celui-ci y compose sa Sinfonia su motivi dello Stabat Mater di Rossini. Quant à Cherubini, une grande partie de sa carrière se déroule dans la capitale française où il devient notamment surintendant de la chapelle de Louis XVIII en 1816, l’année même de la composition de son Requiem en ut mineur « à la mémoire de Louis XVI ». Le bouillonnant chef d’orchestre Leonardo García Alarcón et le ténor Maxim Mironov, tous deux fins connaisseurs de ce répertoire, célèbrent les liens entre la France et l’Italie.

Distribution
Maxim Mironov, ténor
accentus
Insula orchestra
Leonardo García Alarcón, direction

•••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••

ORFEO 55 / NATHALIE STUTZMANN
Vendredi 16 Février 2018 à 20h30

Tarifs : de 10 € à 45 €
Durée : 1h30 sans entracte

Programme
Antonio Vivaldi, Arie Antiche per le donne
Francesco Cavalli, Alessandro Scarlatti, Airs


Les fées semblent s’être penchées sur le berceau de Nathalie Stutzmann. Si c’est grâce à son magnifique timbre de contralto qu’elle a acquis une renommée internationale, sa carrière de chef a pris son envol à partir de 2009, année où elle fonde son orchestre de chambre Orfeo 55, devenu en quelques années l’une des meilleures phalanges baroques. C’est précisément avec cet ensemble qu’elle chante et dirige en même temps le Arie antiche per le donne de Vivaldi, une prouesse rare.

Distribution
Orfeo 55
Nathalie Stutzmann, direction et chant

[Autour de ce concert :
Nathalie Stutzmann, masterclasse (dédiée aux airs italiens) en collaboration avec l'Académie musicale Philippe Jarrousky
Samedi 17 février 2018, 14h30-18h30, Salle Tutti
Entrée libre

Informations : public@insulaorchestra.fr@]


•••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••

THAMOS, ROI D'EGYPTE
Lundi 25 juin et mardi 26 juin 2018 à 20h30

Tarifs : de 10 € à 45 €
Durée : 1h50 sans entracte

Programme
Wolfgang Amadeus Mozart, Litanies du vénérable Autel
Wolfgang Amadeus Mozart, Thamos, Roi d’Égypte


Mozart s’est illustré aussi bien dans la musique religieuse que profane. Il compose ses Litanies du vénérable Autel à seulement seize ans, pour l’élection du nouveau prince-électeur de Salzbourg : le fameux Colloredo. Un an plus tard, il signe avec Thamos, Roi d’Égypte une musique de scène qui préfigure La Flûte enchantée : même cadre égyptien, même symbole de la raison contre l’obscurantisme, mêmes influences maçonniques. À la tête d’Insula orchestra, Laurence Equilbey s’attache à faire découvrir ces deux œuvres de jeunesse qui révèlent déjà tout le génie de Mozart.

Distribution
Sandrine Piau, soprano
Aline Martin, alto
Reinoud van Mechelen, ténor
Andreas Wolf, baryton
accentus
Insula orchestra
Laurence Equilbey, direction

__________________________________________

D'après la programmation d'avril à décembre 2017 donnée par le Conseil départemental des Hauts-de-Seine, l'espace exposition de la Seine Musicale devrait accueillir, de septembre à décembre 2017, l'exposition-événement MARIA BY CALLAS.

2017_Seine Mus._Expo_Maria by Callas.jpg
2017_Seine Mus._Expo_Maria by Callas.jpg (93.92 Kio) Vu 1267 fois
[Source ► ici]

À l'occasion des 40 ans de la disparition de Maria Callas, le Conseil Départemental des Hauts de Seine présente une exposition événement autour de la cantatrice (...)
Composée d’archives inédites de la chanteuse cette exposition résolument moderne, populaire et innovante s’articule autour d’un ensemble de dispositifs numériques dédiés sur plus de 800m2, offrant ainsi au visiteur une expérience musicale unique.

Commissariat d’exposition : Tom Volf
Production & Conception : Agence Trafik
Scénographie : Philippine Ordinaire
Développement : Alexandre Prêtre

Tarif 15 €

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 49 invités