Répertoire comparé de grandes maisons d'opéra

Actualité, potins, débats.
Répondre
Avatar du membre
David-Opera
Basse
Basse
Messages : 4124
Enregistré le : 06 févr. 2004, 00:00
Localisation : Boulogne Billancourt
Contact :

Répertoire comparé de grandes maisons d'opéra

Message par David-Opera » 27 mai 2016, 11:41

Ci dessous, vous trouverez un comparatif du répertoire de La Monnaie, l'ONP, le Covent Garden, et le MET.
Le graphique classe les œuvres les plus jouées dans ces maisons depuis 1973 et qui occupent la moitié du répertoire sur cette période.

Voir en bas de page la mise à jour.

On peut ainsi constater l'écart de diversité des oeuvres, et donc d'ouverture d'esprit du public, selon ces institutions.
Bruxelles propose un répertoire le plus varié possible, place Mozart et Verdi bien avant tout autre compositeur (C'est la seule maison à ne pas jouer Tosca), où le répertoire du XXème siècle, hors Strauss, est très bien représenté (Berg, Britten, Janacek, Bartok, Stravinsky).

A l'opposé, le MET occupe la moitié du répertoire avec 20 titres, et consacre Puccini tout autant que le ROH.

Il faudrait rajouter l'Opéra de Munich, pour voir où cette maison se situe dans ce panorama.

Avatar du membre
MariaStuarda
Basse
Basse
Messages : 7051
Enregistré le : 13 févr. 2013, 14:33
Localisation : Paris
Contact :

Re: Répertoire comparé de grandes maisons d'opéra

Message par MariaStuarda » 27 mai 2016, 11:53

Merci David.
Très intéressante cette comparaison qui reflète probablement aussi le gout des publics nationaux (quoi que ... Qui de l’œuf ou de la poule ... ?)
Effectivement Munich serait à étudier, tout comme Berlin, et surtout Vienne, et une maison italienne comme la Scala.
Je suis prêt à parier que Vienne sort peu des sentiers battus notamment en raison de sa politique de stars et de répertoires et que la Scala est très autocentrée opéra italiens.

Stefano P

Re: Répertoire comparé de grandes maisons d'opéra

Message par Stefano P » 27 mai 2016, 12:21

MariaStuarda a écrit :et que la Scala est très autocentrée opéra italiens.
Certainement pas pendant la période Lissner...

Avatar du membre
MariaStuarda
Basse
Basse
Messages : 7051
Enregistré le : 13 févr. 2013, 14:33
Localisation : Paris
Contact :

Re: Répertoire comparé de grandes maisons d'opéra

Message par MariaStuarda » 27 mai 2016, 12:32

Stefano P a écrit :
MariaStuarda a écrit :et que la Scala est très autocentrée opéra italiens.
Certainement pas pendant la période Lissner...
C'est probablement moins vrai avec Lissner mais si je regarde par exemple la saison 2014-2015, sur 18 opéras il y en a tout de même 10 italiens (Puccini, Verdi, Donizetti, Mascagni, Leoncavallo,

Werther – by Jules Massenet – opera concert – 23 and 25 November 2014
Fidelio – by Ludwig van Beethoven – December 2014
Die Soldaten– by Alois Zimmermann – January and February 2015
L’incoronazione di Poppea – by Claudio Monteverdi – February 2015
Aida – by Giuseppe Verdi – February and March 2015
Lucio Silla – by W.A. Mozart -February and March 2015
Carmen– by Georges Bizet – March and June 2015
Turandot – by Giacomo Puccini – May 2015
Co2 – by Giorgio Battistelli – May 2015 – world premiere
Lucia di Lammermoor– by Gaetano Donizetti – May and June 2015
Cavalleria Rusticana by Mascagni and Pagliacci by Leoncavallo – June 2015
Tosca – by Giacomo Puccini – June and July 2015
Otello – by Gioachino Rossini – July 2015
Il Barbiere di Siviglia – by Gioachino Rossini – July and August 2015
La bohème – by Giacomo Puccini – August and September 2015
L’elisir d’amore – by Gaetano Donizetti – September and October 2015
Falstaff – by Giuseppe Verdi – October and November 2015
Fin de partie – by György Kurtág – October and November 2015

Ceci étant, oui Lissner (comme Mortier) sont des directeurs qui ont une programmation ouverte et variées.

Stefano P

Re: Répertoire comparé de grandes maisons d'opéra

Message par Stefano P » 27 mai 2016, 12:52

Tu cites la dernière saison, où il avait déjà mis beaucoup d'eau dans son vin ; je me souviens quand même que ça jasait beaucoup dans les salons milanais contre le francese qui avait tendance à relativiser l'importance de l'opéra italien dans le grand répertoire (cela dit, quand on voit la programmation de cette année, il y a quand même de quoi reconsidérer l'apport et le savoir-faire de Lissner...).

Avatar du membre
HELENE ADAM
Hall of Fame
Hall of Fame
Messages : 10503
Enregistré le : 26 sept. 2014, 18:27
Localisation : Paris
Contact :

Re: Répertoire comparé de grandes maisons d'opéra

Message par HELENE ADAM » 27 mai 2016, 13:05

MariaStuarda a écrit :
Stefano P a écrit :
MariaStuarda a écrit :et que la Scala est très autocentrée opéra italiens.
Certainement pas pendant la période Lissner...
C'est probablement moins vrai avec Lissner mais si je regarde par exemple la saison 2014-2015, sur 18 opéras il y en a tout de même 10 italiens (Puccini, Verdi, Donizetti, Mascagni, Leoncavallo,

Werther – by Jules Massenet – opera concert – 23 and 25 November 2014
Les deux performances ont été annulées, Georges Prêtre était souffrant.
Lui : Que sous mes pieds se déchire la terre ! que sur mon front éclate le tonnerre, je t'aime, Élisabeth ! Le monde est oublié !
Elle : Eh bien ! donc, frappez votre père ! venez, de son meurtre souillé, traîner à l'autel votre mère

Mon blog :
https://passionoperaheleneadam.blogspot.fr

Avatar du membre
MariaStuarda
Basse
Basse
Messages : 7051
Enregistré le : 13 févr. 2013, 14:33
Localisation : Paris
Contact :

Re: Répertoire comparé de grandes maisons d'opéra

Message par MariaStuarda » 27 mai 2016, 13:36

Stefano P a écrit :Tu cites la dernière saison, où il avait déjà mis beaucoup d'eau dans son vin ; je me souviens quand même que ça jasait beaucoup dans les salons milanais contre le francese qui avait tendance à relativiser l'importance de l'opéra italien dans le grand répertoire (cela dit, quand on voit la programmation de cette année, il y a quand même de quoi reconsidérer l'apport et le savoir-faire de Lissner...).
Oui oui je sais mais ce que tu dis démontre que la pression locale pesait quand même pour que le répertoire italien reste la norme.
Que Lissner ait essayé de peser pour faire découvrir d'autres compositeurs aux milanais est tout à son honneur.

Avatar du membre
David-Opera
Basse
Basse
Messages : 4124
Enregistré le : 06 févr. 2004, 00:00
Localisation : Boulogne Billancourt
Contact :

Re: Répertoire comparé de grandes maisons d'opéra

Message par David-Opera » 29 mai 2016, 09:08

MariaStuarda a écrit : Effectivement Munich serait à étudier, tout comme Berlin, et surtout Vienne, et une maison italienne comme la Scala.
Munich ne met à disposition ses archives que sur les 15 dernières années.
Apparemment, sur 2001/2017, les œuvres les plus jouées à Munich sont :

Die Zauberflöte (92)
La Traviata (88)
Die Entführung aus dem Serail (75)
Carmen (73)
Hansel und Gretel (73)
La Bohème (70)
Le Nozze di Figaro (70)

On remarque en particulier, Roberto Deveveux n°13, Norma n°26 Lucrezia Borgia n°44, qui ne doivent leur présence qu'à Edita Gruberova, sinon le bel canto serait absent.

Die Fledermaus n°11, Der Fliegender Holländer n°15, Fidelio n°16, Lohengrin n°19, Ariadne auf Naxos n°23, sans surprise, les œuvres en langues allemandes percent d'avantage que dans le reste du monde.

Pour les français, en revanche, après Carmen, Werther, inspiré de Goethe, n°35, et les autres, Contes d'Hoffmann, Dialogues des Carmélites, Faust, Roméo et Juliette, Pelléas et Mélisande, au delà des 50 premiers.

Avatar du membre
David-Opera
Basse
Basse
Messages : 4124
Enregistré le : 06 févr. 2004, 00:00
Localisation : Boulogne Billancourt
Contact :

Re: Répertoire comparé de grandes maisons d'opéra

Message par David-Opera » 29 mai 2016, 20:07

Avec Munich sur les 16 dernières années seulement, faute de base donnée disponible avant 2001.


Voir en bas de page la mise à jour.

Avatar du membre
David-Opera
Basse
Basse
Messages : 4124
Enregistré le : 06 févr. 2004, 00:00
Localisation : Boulogne Billancourt
Contact :

Re: Répertoire comparé de grandes maisons d'opéra

Message par David-Opera » 30 mai 2016, 09:02

Voici une mise à jour de ce comparatif avec les données de la Scala de Milan, ce qui permet d'avoir un éventail de la programmation de ces dernières années à New-York et en Europe. Et j'en resterais là pour ce travail de recensement passionnant mais fastidieux.

ImageImage

La Monnaie de Bruxelles
Petite salle de 1150 places proposant 90 représentations par an, La Monnaie se distingue par la diversité de sa programmation.
Mozart est son compositeur privilégié, et la Monnaie est le seul opéra au monde qui place Cosi fan tutte en tête des œuvres les plus jouées, juste devant Die Zauberflöte et Don Giovanni. 12 de ses compositions lyriques ont été données depuis 1973.

Verdi est l'autre compositeur phare, comme dans toutes les grandes maisons du monde entier, et Le Bal masqué et Falstaff se distinguent juste après La Traviata.

Le répertoire français est très bien mis en valeur avec Pelléas et Mélisande, Cendrillon et Werther de Massenet, juste après Carmen.

Est également régulièrement jouée une diversité d’œuvres du baroque, Monteverdi, Cavalli, Purcell, jusqu'au répertoire du XXème siècle, Berg, Britten, Stravinsky, Janacek, Bartok et bien sûr Strauss. Philippe Boesmans y voit aussi toutes ses créations représentées au moins une fois.

En revanche, le pur bel canto italien est ignoré, et La Monnaie représente Puccini deux fois moins que les autres scènes internationales.

La Monnaie a présenté 290 ouvrages différents en 44 ans, dont une quarantaine sur un ou deux soirs.

L'Opéra National de Paris
Avec ses deux salles et ses 180 spectacles lyriques par an, Bastille et Garnier, l'ONP propose une diversité d’œuvres qui, sans doute, pourrait être bien plus large.
Mozart, Puccini et Verdi se partagent à part égale 30% du répertoire, et Paris est l'établissement le mieux placé pour promouvoir le répertoire français, Carmen, bien sûr, mais aussi Les Contes d'Hoffmann, Faust, Pelléas et Mélisande, Platée, Manon et Werther.

Chez Verdi, c'est Rigoletto qui, historiquement, est son meilleur étendard, suivi de La Traviata et Don Carlo, alors qu’Aida est très étonnamment laissée à l'écart, comme l'est Turandot de Puccini.

Les Rossini, Il Barbiere et La Cenerentola concurrencent d'ailleurs très bien Verdi.

Mais seul Strauss porte durablement le répertoire du XXème siècle.

La Scala de Milan
Avec une seule salle de 1800 places proposant 110 spectacles lyriques par an, la Scala de Milan a proposé bien plus d’œuvres différentes que l'ONP sur ces 44 dernières années (240 contre 215).
Mais les deux tiers des ouvrages sont en langue italienne, et Puccini, Verdi, Donizetti, Giordano, Bellini et Rossini représentent à eux seuls 50% du répertoire.

Verdi et Rossini s'imposent donc à Mozart, et La Flûte Enchantée est tout juste le 20ème ouvrage joué à Milan. L'enlèvement au sérail, lui aussi en langue allemande, est déclassé.

Même Carmen est moins jouée qu'ailleurs, mais, étonnamment, Wozzeck et Fidelio s'imposent devant Strauss.

Le bel canto ne perce pas plus ici qu'ailleurs.

L'Opéra de Munich
Le Bayerische Staatsoper est une maison de répertoire connue pour la confiance qu'elle cède aux metteurs en scène de la nouvelle génération.
Naturellement, elle privilégie les ouvrages en langue allemande, et Mozart dépasse Puccini, L'enlèvement au sérail étant le troisième opéra le plus joué dans cette maison.

Aussi voit-on Hansel et Gretel (n°5!), Die Fledermaus, Fidelio et Ariane à Naxos et les Wagner plus joués qu'ailleurs, mais Verdi reste le compositeur le mieux représenté, car Munich se concentre sur les six opéras, seulement, les plus célèbres du compositeur autrichien.

Spécificité de Munich, la présence d'Edita Gruberova entraîne un turnover important des représentations de Roberto Devereux et Norma.

Enfin, cela ne se voit dans le haut du classement, mais Haendel, qui était joué régulièrement jusqu'en 2009, a disparu, depuis, de la programmation.

L'Opéra de Munich donne près de 190 représentations d'opéra par an, festival inclus.
A part Carmen, l'opéra français y est peu représenté.

Covent Garden
Le Royal Opera House est une maison de répertoire qui propose environ 95 représentations par an.

Verdi et Puccini y règnent bien devant Mozart.
Il est le contraire parfait de La Monnaie de Bruxelles, à laquelle il peut être comparé par le rythme de sa programmation, mais pas par sa diversité.

Il a au moins l'originalité de placer Les maîtres chanteurs de Nuremberg comme l'opéra de Wagner le plus joué, et de placer Turandot avant Madame Butterfly.

Le New York Metropolitan Opera
Avec un rythme de 240 représentations par an, le MET fait porter 50% de sa programmation par 20 œuvres seulement, et Verdi et Puccini écrasent encore plus Mozart qu'au Covent garden.

Son répertoire y est bien moins diversifié, environ 150 ouvrages programmés en 44 ans.

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 27 invités