Quel est votre Verdi préféré ?

Actualité, potins, débats.
Répondre
bajazet
Basse
Basse
Messages : 2413
Enregistré le : 12 juin 2004, 23:00
Contact :

Message par bajazet » 31 mars 2005, 22:22

aroldo a écrit :et pourquoi est-ce que Ricardo est tué par son meilleur ami ... par ce qu'il les a surpris en train de boire un (boston) tea (party) sous un gibet ! :D
Surtout quand on veut bien se rappeler ce qu'on trouve sous les pendus de frais ?

Avatar du membre
aroldo
Baryton
Baryton
Messages : 1706
Enregistré le : 29 nov. 2004, 00:00

Message par aroldo » 31 mars 2005, 22:23

Evidemment c'est une question que ne se posait jamais Gluck :D
Pour revenir à nos moutons la différence principale pour moi entre les deux couples c'est leur différence d'âge.
Riccardo est un homme responsable, Amelia une mère de famille (une des rares du théâtre lyrique).
Si Tristan et Isolde sont aussi égocentrés (comme le souligne Tuano) j'aurais tendance à l'attribuer à leur jeunesse
l'enlevement de Clarissa a été un des évènements de ma jeunesse.

Avatar du membre
Xavier
Rainbow Maker
Messages : 1062
Enregistré le : 03 mars 2003, 00:00
Localisation : Somewhere over the rainbow
Contact :

Message par Xavier » 31 mars 2005, 22:27

Vous ne m'otterez pas de l'idée qu'il y a dans Un bal masqué une légèreté au bord de l'abîme, une finesse spirituelle, une distanciation, en un mot un humour détaché que Verdi avait conçu lui même comme français qui est aux antipodes de la géniale prétention wagnérienne.

La personalité de Riccardo, ou plutôt Gustavo III, penche au moins autant du côté d'Oscar que d'Amelia. Jamais un héros wagnerien n'aurait cette ambiguïté. Ou alors qu'on me le montre et surtout qu'on me le fasse entendre !

Ceux qui ne voient dans un bal masqué que l'histoire d'amour impossible avec Amelia et leur Teco io sto passent à mon avis à côté de la plaque !

A relatif, relatif-et-demi et Un bal masqué porte bien son nom, plus subtile que bien des oeuvres univoques, il trompe aisément ceux qui l'écoutent avec une grille de lecture qui n'est pas celle de sa filiation franco-italienne (suivez mon regard outre-Rhin...)

X

bajazet
Basse
Basse
Messages : 2413
Enregistré le : 12 juin 2004, 23:00
Contact :

Message par bajazet » 31 mars 2005, 22:30

Mais je ne vois pas en quoi ce que tu dis va contre mes doutes : l'absolu est plus volontiers univoque ? Tout à fait d'accord avec ce que tu dis de Riccardo, et de l'?uvre en général.

Avatar du membre
aroldo
Baryton
Baryton
Messages : 1706
Enregistré le : 29 nov. 2004, 00:00

Message par aroldo » 31 mars 2005, 22:36

Xavier a écrit :Vous ne m'otterez pas de l'idée qu'il y a dans Un bal masqué une légèreté au bord de l'abîme, une finesse spirituelle, une distanciation, en un mot un humour détaché que Verdi avait conçu lui même comme français qui est aux antipodes de la géniale prétention wagnérienne.

La personalité de Riccardo, ou plutôt Gustavo III, penche au moins autant du côté d'Oscar que d'Amelia. Jamais un héros wagnerien n'aurait cette ambiguïté. Ou alors qu'on me le montre et surtout qu'on me le fasse entendre !

Ceux qui ne voient dans un bal masqué que l'histoire d'amour impossible avec Amelia et leur Teco io sto passent à mon avis à côté de la plaque !

A relatif, relatif-et-demi et Un bal masqué porte bien son nom, plus subtile que bien des oeuvres univoques, il trompe aisément ceux qui l'écoutent avec une grille de lecture qui n'est pas celle de sa filiation franco-italienne (suivez mon regard outre-Rhin...)

X
Pour l'instant on cherchait plutôt ce qui pouvait faire du Bal un Tristan et Isolde Latin ...
Evidemment là tu soulignes une différence cruciale (qui fait que parfois mal dirigé le final du I ressemble un peu à du Offenbach ... mal dirigé aussi d'ailleurs !)
Est-ce que pour autant Amelia et Riccardo, même si leur histoire n'est pas centrale dans l'oeuvre, ne sont pas dignes amants et représentants de la fin amor ? Et donc égaux en dignité à leurs possibles équivalents wagnériens ?
Je n'aime pas l'humour wagnérien : et j'avoue ma souffrance en écoutant les maitres ...
Francesco (qui écoute Von Stade dans Monteverdi et Cavalli ... que c'est bo :D )
l'enlevement de Clarissa a été un des évènements de ma jeunesse.

bajazet
Basse
Basse
Messages : 2413
Enregistré le : 12 juin 2004, 23:00
Contact :

Message par bajazet » 31 mars 2005, 22:40

Aroldo,
moi qui me demande si les Maîtres Chanteurs n'est pas mon Wagner préféré ? je vais être tout amour : puisque tu passes l'agreg, je te conseille de ne pas dire ni écrire : "le fin amor" mais "LA fin' amor". Les jurys regorgent de puristes ?

Avatar du membre
aroldo
Baryton
Baryton
Messages : 1706
Enregistré le : 29 nov. 2004, 00:00

Message par aroldo » 31 mars 2005, 22:48

bajazet a écrit :Aroldo,
moi qui me demande si les Maîtres Chanteurs n'est pas mon Wagner
Je suis en admiration. Parvenir à écouter l'intégralité de l'oeuvre me semble déjà incroyable .... mais y prendre du plaisir

Francesco, peu sensible à l'humour wagnérien !
PS : ceci dit sur le ton de l'humour justement. On ne peut pas tout aimer
PPS : Quelqu'un a déjà entendu des extraits de l'autre Bal, celui d'Aubert ?
Esprit français, au sens évoqué par Xavier plus haut, ou pas ?
l'enlevement de Clarissa a été un des évènements de ma jeunesse.

tuano
Basse
Basse
Messages : 9361
Enregistré le : 30 mars 2003, 23:00
Localisation : France
Contact :

A

Message par tuano » 31 mars 2005, 22:57

Xavier a écrit : La personalité de Riccardo, ou plutôt Gustavo III, penche au moins autant du côté d'Oscar que d'Amelia.
La personalité ou le coeur ?

J'ai souvent entendu parler de cela mais je n'ai jamais compris.

Avatar du membre
Xavier
Rainbow Maker
Messages : 1062
Enregistré le : 03 mars 2003, 00:00
Localisation : Somewhere over the rainbow
Contact :

Message par Xavier » 31 mars 2005, 22:58

aroldo a écrit :
Pour l'instant on cherchait plutôt ce qui pouvait faire du Bal un Tristan et Isolde Latin ...
Seulement l'à peu près culturels de wagneriens qui, plaçant Tristan au sommet de l'art lyrique, cherchent des comparaisons à l'aune de leur étalon. Sentant confusément qu'avec Teco io sto Verdi a composé un des meilleurs duos d'amour de l'opéra italien post-belcantiste (et donc écoutable), en avant Guingamp et les comparaisons à 3 sous et hop : Un bal masqué est un Tristan italien !

Emballé c'est pesé !

C'est de la même eaux que tous ces moutons qui vont répétant que les mélodies de Bellini sont belles comme des nocturnes de Chopin alors que, soit dit en passant, Bellini inspira Chopin et pas l'inverse, que je sache.

Pensée unique de tous ces symphonisto-wagnériens qui ont dominé la vie intellectuelle musicale depuis la fin du XIXième. Les même qui daubaient et daubent encore le Grand Opéra, la grande guitarre de Rossini, la musiquette des Donizetti, Auber et même de leurs épigones allemands (Lortzing, Flotow). La même pensée unique que véhicule encore les représentants de la génération de nos parents et grands-parents qui, les malheureux !, ont fait des études musicales et se sont fait bourrer le mou par cette même idéologie qui se déverse paradoxalement dans les interviews d'Elisabeth Schwarzkopf, d'Anne-Sofie Von Otter ou sur la scène de Garnier ces deux dernières années les jours de présentation de saison.

Vivement demain que toute cette vulgate s'éteigne avec ceux qui nous la rabache et qu'on puisse aimer la musique sans grilles de lecture aussi tordues que préfabriquées !

X, râleur

bajazet
Basse
Basse
Messages : 2413
Enregistré le : 12 juin 2004, 23:00
Contact :

Message par bajazet » 31 mars 2005, 23:06

"Calmatevi, ben mio ?"

Tu n'as pas songé que cette formule à la noix pouvait AUSSI émaner de verdiens qui trouvent beaucoup de défauts au Bal masqué (j'en connais au moins une douzaine, dont certains disent que c'est un Verdi raté ?) et qui tentent d'en faire briller les charmes tant bien que mal ?
Attention, cher Xavier, de ne pas tomber dans la parano primaire (et c'est un spécialiste qui te le dis !).

B., qui n'aime guère le Bal masqué, ni Falstaff d'ailleurs.

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 57 invités