Direction de l'ONP ...qui pour succeder à Joel ?

Actualité, potins, débats.
Répondre
faustin
Basse
Basse
Messages : 2886
Enregistré le : 21 déc. 2003, 00:00
Localisation : Paris

l'exercice de Stéphane Lissner

Message par faustin » 13 sept. 2012, 08:12

PlacidoCarrerotti a écrit :
Lissner, c'est quand même pas un perdreau de l'année, on sait ce qu'il sait faire
On sait plus ou moins bien... Je n'avais pas gardé de souvenir bien précis de l'exercice de Stéphane Lissner au Châtelet, voici ce que j'ai pu trouver sur wikipédia:

Stéphane Lissner, son directeur (du Châtelet) de 1988 à 1999, fait de nouveau améliorer l'acoustique et la visibilité. Il renoue avec la tradition de création et d'innovation du début du vingtième siècle. Il fidélise des artistes, Patrice Chéreau, Pierre Boulez, Daniel Barenboïm, William Forsythe, Robert Wilson et des orchestres en résidence l'orchestre de Paris et l'orchestre philharmonique de Radio France (les deux formations s'installeront en septembre 2006 à la salle Pleyel). Le Philharmonia Orchestra, de Londres, y prend résidence chaque année depuis 1992.

Quels spectacles phares? Infos à retrouver.

Faustin

paco
Basse
Basse
Messages : 8616
Enregistré le : 23 mars 2006, 00:00

Re: l'exercice de Stéphane Lissner

Message par paco » 13 sept. 2012, 08:23

faustin a écrit :Je n'avais pas gardé de souvenir bien précis de l'exercice de Stéphane Lissner au Châtelet, (...)

Quels spectacles phares? Infos à retrouver.

Faustin
- une intégrale Mozart inachevée avec Gardiner (n'ont pas été réalisées Zauberflöte et Don Giovanni)

- le Wozzeck de Barenboim-Chéreau

- un beau Fidelio Barenboim-Braunschweig

- un Moses une Aaron me semble-t-il, mais je ne me souviens plus qui dirigeait

- une très belle Lulu (Tate-Dresen)

- le Don Carlos quasi légendaire (version française en 5 actes) avec les débuts de Roberto Alagna dans le rôle titre, Mattila, Van Dam, Meier, Hampson...

- quelques ratages et médiocrités (des Contes d'Hoffmann ratés, une incoronazione di Poppea, qui a ouvert le mandat, dans la terrible orchestration de Leppard, des Meistersinger très chahutés à cause d'une mise en scène terriblement statique - Claude Régy -, mais avec un sublime José van Dam, un Ring que l'on a déjà oublié, etc.)

paco
Basse
Basse
Messages : 8616
Enregistré le : 23 mars 2006, 00:00

Re: l'exercice de Stéphane Lissner

Message par paco » 13 sept. 2012, 08:34

paco a écrit :
faustin a écrit :Je n'avais pas gardé de souvenir bien précis de l'exercice de Stéphane Lissner au Châtelet, (...)

Quels spectacles phares? Infos à retrouver.

Faustin
- une intégrale Mozart inachevée avec Gardiner (n'ont pas été réalisées Zauberflöte et Don Giovanni)

- le Wozzeck de Barenboim-Chéreau

- un beau Fidelio Barenboim-Braunschweig

- un Moses une Aaron me semble-t-il, mais je ne me souviens plus qui dirigeait

- une très belle Lulu (Tate-Dresen)

- le Don Carlos quasi légendaire (version française en 5 actes) avec les débuts de Roberto Alagna dans le rôle titre, Mattila, Van Dam, Meier, Hampson...

- quelques ratages et médiocrités (des Contes d'Hoffmann ratés, une incoronazione di Poppea, qui a ouvert le mandat, dans la terrible orchestration de Leppard, des Meistersinger très chahutés à cause d'une mise en scène terriblement statique - Claude Régy -, mais avec un sublime José van Dam, un Ring que l'on a déjà oublié, etc.)
j'oubliais une Frau ohne Schatten et une Jenufa de très haut niveau

Lissner a un univers assez proche de celui de Mortier, en ce sens qu'il réussit bien le répertoire du XXe siècle et ce qui relève de la culture germanique / Europe centrale. Le bel canto et l'opéra italien sont plus éloignés de son savoir-faire, ce dont on peut se rendre compte encore aujourd'hui à travers les distributions souvent moyennes qu'il réunit à la Scala pour les Verdi et Puccini. Ce qui ne lui empêche pas des coups d'éclat çà et là (par exemple le Don Carlos de 1996, ainsi qu'une version concert de Semiramide avec Dupuy et Blake dont je me souviens encore)

faustin
Basse
Basse
Messages : 2886
Enregistré le : 21 déc. 2003, 00:00
Localisation : Paris

Re: l'exercice de Stéphane Lissner

Message par faustin » 13 sept. 2012, 09:25

paco a écrit :
Lissner a un univers assez proche de celui de Mortier, en ce sens qu'il réussit bien le répertoire du XXe siècle et ce qui relève de la culture germanique / Europe centrale. Le bel canto et l'opéra italien sont plus éloignés de son savoir-faire, ce dont on peut se rendre compte encore aujourd'hui à travers les distributions souvent moyennes qu'il réunit à la Scala pour les Verdi et Puccini.
Si je comprends bien, il serait à contre-emploi à la Scala. (Mais ce n'est peut-être pas si simple).

Un directeur qui aurait les qualités de Mortier (la culture, le savoir faire, l'intérêt pour le répertoire du XXe siècle) et qui n'aurait pas ses défauts (l'idéologie, le goût de la provoc, la fixation sur des conceptions qui étaient modernes il y a plus de trente ans), ça serait hyper génial!

Faustin

Avatar du membre
Snobinart
Basse
Basse
Messages : 2057
Enregistré le : 29 août 2007, 23:00
Localisation : Paris 19
Contact :

Message par Snobinart » 13 sept. 2012, 09:43

Quand la décision doit-elle être prise ?

Avatar du membre
Ouf1er
Ténor
Ténor
Messages : 792
Enregistré le : 04 mars 2003, 00:00
Contact :

Re: l'exercice de Stéphane Lissner

Message par Ouf1er » 13 sept. 2012, 09:46

faustin a écrit :
paco a écrit :
Lissner a un univers assez proche de celui de Mortier, en ce sens qu'il réussit bien le répertoire du XXe siècle et ce qui relève de la culture germanique / Europe centrale. Le bel canto et l'opéra italien sont plus éloignés de son savoir-faire, ce dont on peut se rendre compte encore aujourd'hui à travers les distributions souvent moyennes qu'il réunit à la Scala pour les Verdi et Puccini.
Si je comprends bien, il serait à contre-emploi à la Scala. (Mais ce n'est peut-être pas si simple).

Un directeur qui aurait les qualités de Mortier (la culture, le savoir faire, l'intérêt pour le répertoire du XXe siècle) et qui n'aurait pas ses défauts (l'idéologie, le goût de la provoc, la fixation sur des conceptions qui étaient modernes il y a plus de trente ans), ça serait hyper génial!

Faustin
En même temps, les cahiers des charges respectifs du Chatelet, de la Scala et de l'Opéra de Paris doivent être trés différents, et il ne pourra pas appliquer à l'Opéra de Paris la même politique artistique qu'il a mené au Châtelet (ni à la Scala). Au Chatelet, c'était une série de "coups d'éclat", parfois réussis, parfois ratés. A Bastille, il faut une programmation sur du plus long terme, avec reflexions sur la copnstruction d'un "répertoire" et sur les modalités de sa gestion dans le temps (reprises, co(prods, etc....). Donc, je ne pense pas qu'il faille éxclusivement se baser sur ce qu'il a fait au Chatelet (ni à la Scala) pour présager de ce qu'il fera à l'Opéra de Paris (s'il est nommé...).

Avatar du membre
JdeB
Administrateur ODB
Administrateur ODB
Messages : 20941
Enregistré le : 02 mars 2003, 00:00
Contact :

Message par JdeB » 13 sept. 2012, 10:49

Snobinart a écrit :Quand la décision doit-elle être prise ?
avant la fin 2012.
"Si tu travailles avec un marteau-piqueur pendant un tremblement de terre, désynchronise-toi, sinon tu travailles pour rien." J-C Van Damme.
Odb-opéra

Avatar du membre
JdeB
Administrateur ODB
Administrateur ODB
Messages : 20941
Enregistré le : 02 mars 2003, 00:00
Contact :

Re: l'exercice de Stéphane Lissner

Message par JdeB » 13 sept. 2012, 10:55

Ouf1er a écrit :
faustin a écrit :
paco a écrit :
Lissner a un univers assez proche de celui de Mortier, en ce sens qu'il réussit bien le répertoire du XXe siècle et ce qui relève de la culture germanique / Europe centrale. Le bel canto et l'opéra italien sont plus éloignés de son savoir-faire, ce dont on peut se rendre compte encore aujourd'hui à travers les distributions souvent moyennes qu'il réunit à la Scala pour les Verdi et Puccini.
Si je comprends bien, il serait à contre-emploi à la Scala. (Mais ce n'est peut-être pas si simple).

Un directeur qui aurait les qualités de Mortier (la culture, le savoir faire, l'intérêt pour le répertoire du XXe siècle) et qui n'aurait pas ses défauts (l'idéologie, le goût de la provoc, la fixation sur des conceptions qui étaient modernes il y a plus de trente ans), ça serait hyper génial!

Faustin
En même temps, les cahiers des charges respectifs du Chatelet, de la Scala et de l'Opéra de Paris doivent être trés différents, et il ne pourra pas appliquer à l'Opéra de Paris la même politique artistique qu'il a mené au Châtelet (ni à la Scala). Au Chatelet, c'était une série de "coups d'éclat", parfois réussis, parfois ratés. A Bastille, il faut une programmation sur du plus long terme, avec reflexions sur la copnstruction d'un "répertoire" et sur les modalités de sa gestion dans le temps (reprises, co(prods, etc....). Donc, je ne pense pas qu'il faille éxclusivement se baser sur ce qu'il a fait au Chatelet (ni à la Scala) pour présager de ce qu'il fera à l'Opéra de Paris (s'il est nommé...).
En effet, je pense que Mortier et Lissner sont des hommes qui donnent leur meilleur à la tête de grands festivals (et le Châtelet à son époque se voulait et fut souvent un "festival permanent").

Et Lissner au Châtelet avait d'ailleurs hérité d'une partie de la programmation que Barenboïm avait élaborée pour Bastille...

Il faudra relire Métro Chapelle l'autobiographie de Lissner. Un passage, entre beaucoup d'autres, m'avait marqué: celui où il est ébahi de constater qu'un ténor comme Domingo à des groupies qui le suivent partout dans le monde.
"Si tu travailles avec un marteau-piqueur pendant un tremblement de terre, désynchronise-toi, sinon tu travailles pour rien." J-C Van Damme.
Odb-opéra

Avatar du membre
raph13
Basse
Basse
Messages : 2832
Enregistré le : 03 déc. 2005, 00:00
Localisation : Paris

Re: l'exercice de Stéphane Lissner

Message par raph13 » 13 sept. 2012, 11:00

paco a écrit :Le bel canto et l'opéra italien sont plus éloignés de son savoir-faire, ce dont on peut se rendre compte encore aujourd'hui à travers les distributions souvent moyennes qu'il réunit à la Scala pour les Verdi et Puccini.
Tu es dur tout de même, dans Verdi et Puccini sont quand même annoncés (ou ont été programmés): Nucci, Radvanovsky, Mosuc, Alvarez, Netrebko, Grigolo, Gheorghiu, Ciofi, Terfel, Frittoli, Ganassi, Pertusi, Pape, Barcellona, Cornetti, Beczala...
On aimerait en dire autant pour Paris!
« L’opéra est comme l’amour : on s’y ennuie mais on y retourne » (Flaubert)

Avatar du membre
jerome
Basse
Basse
Messages : 8971
Enregistré le : 03 mars 2003, 00:00
Localisation : NANCY

Re: l'exercice de Stéphane Lissner

Message par jerome » 13 sept. 2012, 11:10

raph13 a écrit :Tu es dur tout de même, dans Verdi et Puccini sont quand même annoncés (ou ont été programmés): Nucci, Radvanovsky, Mosuc, Alvarez, Netrebko, Grigolo, Gheorghiu, Ciofi, Terfel, Frittoli, Ganassi, Pertusi, Pape, Barcellona, Cornetti, Beczala...
On aimerait en dire autant pour Paris!
ah ben pour ça on peut "remercier" en grande partie Mortier qui a littéralement cramé les relations de l'Opéra de Paris avec bon nombre de stars de l'opéra italien, lesquelles stars ont pris leurs engagements sur plusieurs années sans Paris!

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 20 invités