Retransmissions d'opéras à la radio et à la télévision

Actualité, potins, débats.
sopranolove
Alto
Alto
Messages : 449
Enregistré le : 16 avr. 2014, 14:17

Re: Retransmissions d'opéras à la radio et à la télévision

Message par sopranolove » 18 avr. 2017, 14:47

Mais tout n'est pas mauvais chez cette chanteuse, un timbre pas du tout désagréable, une belle ligne de chant... Quelques atouts. Mais... Mais c'est vrai que ses Mario, Mario de son entrée sont vraiment peu puissants, que son personnage est bien pâle, qu'elle est aussi impérieuse qu'une Sheila qui chanterait ce rôle dans sa douche (Lol !), qu'elle n'a aucune émotion. On parle d'elle comme d'une Butterfly bouleversante. Je demande à voir ! Tosca et Butterfly ne sont pas des midinettes montées en graine ! Je ne demande pas à une Tosca d'être hyperraffinée, précieuse, distinguée, car Tosca n'est pas la Maréchale, mais je veux une Tosca de chair et de sang. Et il y en a des chanteuses actuelles qui pourraient mieux être ce personnage ; je pense à Marie Adeline Henry dont j'ai vu des extraits d'un concert à Rennes sur le site Web de l'Université de Rennes et qui mériterait bien qu'on lui donne la chance de chanter ce rôle en intégralité et sur une scène. Une poignante soprano, aussi vivante et brûlante que dans son Armide de Nancy....
Ce qui est triste avec Opolais c'est qu'en s'attaquant à des rôles bien trop lourds pour elle, elle se trompe sur sa nature réelle, sur son véritable répertoire, qui est celui des opéras du XXe siècle comme les Britten, Prokofiev, et autres Janacek. Là elle serait très bien, comme elle l'a été il y a une dizaine d'années dans un Joueur de Prokofiev que j'ai vu un jour. Donnez lui Ellen Orford ou Katia Kabanova, ou la Magda Sorel de Menotti. Elle y serait très bien, étonnantes même. Je ne l'ai pas vu en Roussalka , mais là aussi, elle peut y être idéale.
Quand aux autres rôles, si Mario était toujours aussi bon, Scarpia m'a laissé assez perplexe. Une bonne voix, un look inquiétant (ce mélange de dictateur à la Pinochet avec ses lunettes et les cheveux longs en catogan qui évoquaient de loin un Scarpia de la fin du XVIIIe siècle), mais il ne m'a pas fait peur une seule fois ! Rien d'inquiétant, de sulfureux ou de révoltant ! Rien. Toutes proportions gardées, bien sûr, il m'a fait penser à José Van Dam dans ce rôle avec un chant plein de séduction et de noblesse, une belle allure mais dont le problème tenait en quelques mots : trop gentil pour le rôle ! pas effrayant du tout ! Et ça, c'est un problème quand on veut incarner un rôle pareil. Alors j'ai repensé au trio de Strasbourg, il y a quatre ans, emmené par Franck Ferrari et avec la superbe Amanda Echalaz. Un trio vivant, passionné, mais qui aurait mérité, lui d'être fixé dans un DVD...

Une des choses que j'ai trouvé réussi c'est le portrait de Tosca, loin de cette horrible Madone que peignait Mario à Bastille pendant de nombreuses années.

Avatar du membre
micaela
Basse
Basse
Messages : 2038
Enregistré le : 16 juil. 2015, 17:24
Localisation : paris

Re: Retransmissions d'opéras à la radio et à la télévision

Message par micaela » 18 avr. 2017, 15:19

Si tu as vu une évocation, même lointaine de Pinochet ou de la fin du XVIIIème dans le "look" de Scarpia, tu as de la chance. Ou c'est que tu avais envie de la trouver. Le catogan m'a plus fait penser à un "branché" très contemporain qu'au XVIIIème siècle (beaucoup d'hommes portant les cheveux longs s'attachent ainsi les cheveux sans vouloir le moins du monde se référer au XVIIIème). D'ailleurs j'ai surtout pensé à un pilier de boîte de nuit très "in" (la boïte) qui voudrait se la jouer méchant...
Quant au mode d'exécution (un pistolet à tuer le bétail) quelle idée idiote, vraiment. Une balle dans la nuque (comme pour les exécutions en Chine), ça aurait mieux convenu. Bon après , pour le suicide de Tosca, on peut toujours trouver une idée...Certaines mises en scène traditionnelles s'arrangent d'ailleurs pour que la chanteuse n'ait pas à simuler le saut dans le vide (par exemple baisser de rideau au moment où elle s'apprête à sauter...).
Pour ce qui est du personnage de Tosca, plusieurs interprétations sont possibles. Ce n'est pas la Maréchale, mais on n'est pas obligé d'en faire une femme manquant totalement de retenue. On peut avoir une Tosca raffinée, mais que sa passion et sa jalousie font sortir de ses limites.
Quant à Scarpia, moi je suis pour un Scarpia ayant de la classe (c'est tout de même le chef de la police, tortionnaire, mais laissant le "sale boulot" à d'autres, et fréquentant sans doute les salons et la haute société) . Ca le rendrait encore plus effrayant...Il en avait été question dans un fil sur la beauté (ou pas) des personnages d'opéra. On avait dit qu'un Scarpia distingué (et même pourquoi pas sexy) ça n'avait rien d'invraisemblable, les tortionnaires beaux gosses, ça existe ( chez les pervers ou obsédés sexuels aussi). Quelqu'un avait d'ailleurs cité Hampson, qui avait interprété (sais plus où, quand, ni avec qui) un Scarpia distingué, glacial et glaçant.
S'il n'y a pas de solutions, c'est qu'il n'y a pas de problème Proverbe shadok

Avatar du membre
Stefano P
Basse
Basse
Messages : 3468
Enregistré le : 08 déc. 2013, 09:31

Re: Retransmissions d'opéras à la radio et à la télévision

Message par Stefano P » 18 avr. 2017, 16:19

sopranolove a écrit :
18 avr. 2017, 14:47
Une des choses que j'ai trouvé réussi c'est le portrait de Tosca, loin de cette horrible Madone que peignait Mario à Bastille pendant de nombreuses années.
Mais ce n'est pas Tosca que Mario prend comme modèle pour la Madone, mais l'Attavanti, la soeur d'Angelotti ; c'est même cela qui provoque la jalousie de Tosca quand elle s'en aperçoit ("Mais fais lui les yeux noirs").
"Bald, bald, Jüngling, oder nie !"

Avatar du membre
micaela
Basse
Basse
Messages : 2038
Enregistré le : 16 juil. 2015, 17:24
Localisation : paris

Re: Retransmissions d'opéras à la radio et à la télévision

Message par micaela » 18 avr. 2017, 16:25

Tout à fait. Ceci dit, les portraits de l'Attavanti peuvent être le point faible du décor. Dans une mise en scène (je sais plus où), le portrait était une horrible esquisse qui semblait avoir été gribouillée vite fait mal fait sur un bout de papier.
S'il n'y a pas de solutions, c'est qu'il n'y a pas de problème Proverbe shadok

Avatar du membre
HELENE ADAM
Basse
Basse
Messages : 8370
Enregistré le : 26 sept. 2014, 18:27
Localisation : Paris

Re: Retransmissions d'opéras à la radio et à la télévision

Message par HELENE ADAM » 18 avr. 2017, 17:53

micaela a écrit :
18 avr. 2017, 15:19
Si tu as vu une évocation, même lointaine de Pinochet ou de la fin du XVIIIème dans le "look" de Scarpia, tu as de la chance. Ou c'est que tu avais envie de la trouver. Le catogan m'a plus fait penser à un "branché" très contemporain qu'au XVIIIème siècle (beaucoup d'hommes portant les cheveux longs s'attachent ainsi les cheveux sans vouloir le moins du monde se référer au XVIIIème). D'ailleurs j'ai surtout pensé à un pilier de boîte de nuit très "in" (la boïte) qui voudrait se la jouer méchant...
Quant au mode d'exécution (un pistolet à tuer le bétail) quelle idée idiote, vraiment. Une balle dans la nuque (comme pour les exécutions en Chine), ça aurait mieux convenu.
Franz le disait plus haut : c'est très difficile de transposer les opéras "marqués historiquement" au travers des échanges mêmes des personnages. Et c'est encore plus difficile de rendre crédible sa mise en scène quand on accumule les hypothèses contraires au livret : Tosca n'aime pas Cavaradossi, Cavaradossi a une attitude bien étrange quand le sacristain ne cesse de tripoter le petit garçon (qui sera le petit pâtre d'avant lucevan, encore surveillé de près par le sacristain de retour), il donne son panier à un Angelotti qui a les mains attachées dans le dos avec des menottes. Il lui recommande aussi de se cacher dans le puits (à mi hauteur il y a un passage etc). Commode avec les mains entravées. Il peint avec un pistolet à peinture (même aujourd'hui les peintres d'arts peignent avec des brosses et des pinceaux...). Scarpia veut d'abord le faire pendre puis décide de le faire fusiller pour permettre de faire croire à Tosca qu'il s'agira d'un simulacre. Commode avec un pistolet à bestiaux. etc etc. Le suicide de Tosca est un must puisqu'elle s'empare de ce pistolet pour se donner la mort...
Reste l'univers totalitaire de la police de Scarpia rendu par une sorte de "Big brother is watching you", pas très original....et assez bâclé.

Cette critique dit "Il parait qu'ils ont beaucoup répété pour cette Tosca, je me demande ce qu'ils faisaient pendant les répétitions" et je dois dire que le caractère approximatif et très peu fusionnel de la plupart des scènes, m'a plongé dans la même perplexité.;
(titre : une amère déception, la Tosca de Baden Baden)

https://www.ft.com/content/81595c2c-1dd ... 3f5a7f229c


micaela a écrit :
18 avr. 2017, 15:19
Quant à Scarpia, moi je suis pour un Scarpia ayant de la classe (c'est tout de même le chef de la police, tortionnaire, mais laissant le "sale boulot" à d'autres, et fréquentant sans doute les salons et la haute société) . Ca le rendrait encore plus effrayant...Il en avait été question dans un fil sur la beauté (ou pas) des personnages d'opéra. On avait dit qu'un Scarpia distingué (et même pourquoi pas sexy) ça n'avait rien d'invraisemblable, les tortionnaires beaux gosses, ça existe ( chez les pervers ou obsédés sexuels aussi). Quelqu'un avait d'ailleurs cité Hampson, qui avait interprété (sais plus où, quand, ni avec qui) un Scarpia distingué, glacial et glaçant.
2009, un Tosca monté à Zurich qui a donné un DVD (et mon avatar). Mise en scène superbe de Robert Carsen. Tout le monde était "classe", un vrai plaisir des yeux et des oreilles, le Scarpia de Hampson, la Tosca de Magee, le Cavaradossi de JK.
Le Scarpia de la mise en scène de Luc Bondy (MET, Munich) est par contre un personnage beaucoup plus sanguin et vulgaire (surtout quand il est incarné par Bryn Terfel qu'on a vu aussi récemment à Paris dans la mise en scène d'Audi).
Le problème de Marco Vratogna est que, quelle que soit la mise en scène, il incarne un personnage trop policé, trop lisse, pour être haïssable au point de susciter une envie irrépressible de meurtre chez une femme, certes jalouse, mais également pieuse.
Lors de la nième reprise de Tosca à Vienne en mai prochain (avec Angela Gheorghiu, mise en scène de Margarethe Wallmann) il succède à Terfel et nul doute qu'il n'en aura ni le charisme, ni la séduction scénique.
Regarde spectateur, remontée à bloc, de telle sorte que le ressort se déroule avec lenteur tout le long d’une vie humaine, une des plus parfaites machines construites par les dieux infernaux pour l’anéantissement mathématique d’un mortel.

Avatar du membre
micaela
Basse
Basse
Messages : 2038
Enregistré le : 16 juil. 2015, 17:24
Localisation : paris

Re: Retransmissions d'opéras à la radio et à la télévision

Message par micaela » 18 avr. 2017, 18:33

Merci pour les références. Je retiens.
Sinon, j'ai lu cette critique. Effectivement, elle frappe juste à propos du manque d'interaction entre les interprétes. Autant, alors, donner une version de concert où ils seront installés sagement derrière leurs pupitres (comme pour Simon Boccanegra au TCE).
Pour les incongruités, on ne peut pas toutes les mettre sur le compte de la transposition.
Au fait, je n'ai pas (pas encore ?) trouvé de critique en français . Il y a celle-là, mais c'est en allemand, je n'y comprends pas grand chose. Apparemment, ç'est du style "beaucoup de bruit pour rien" comme avis...
https://www.br-klassik.de/aktuell/new ... -100.html
S'il n'y a pas de solutions, c'est qu'il n'y a pas de problème Proverbe shadok

Avatar du membre
Michel
Alto
Alto
Messages : 331
Enregistré le : 03 mars 2003, 00:00
Localisation : Nancy (France)
Contact :

Re: Retransmissions d'opéras à la radio et à la télévision

Message par Michel » 18 avr. 2017, 18:45

micaela a écrit :
18 avr. 2017, 18:33
Au fait, je n'ai pas (pas encore ?) trouvé de critique en français . Il y a celle-là, mais c'est en allemand, je n'y comprends pas grand chose.
As-tu été voir par là ?
http://theoperacritic.com/company.php?company=bad

Avatar du membre
micaela
Basse
Basse
Messages : 2038
Enregistré le : 16 juil. 2015, 17:24
Localisation : paris

Re: Retransmissions d'opéras à la radio et à la télévision

Message par micaela » 18 avr. 2017, 19:06

Oui, mais j'ai abandonné. Il faut s'inscrire (essai de 7 jours gratuit, et après c'est payant). Et c'est en anglais : ça ne change rien à l'absence (pour l'instant) de critiques sur des sites français. Sinon, en anglais, il y a celle postée par Hélène .
S'il n'y a pas de solutions, c'est qu'il n'y a pas de problème Proverbe shadok

paul
Alto
Alto
Messages : 412
Enregistré le : 23 nov. 2004, 00:00
Localisation : Igny (91)
Contact :

Re: Retransmissions d'opéras à la radio et à la télévision

Message par paul » 18 avr. 2017, 19:36

HELENE ADAM a écrit :
18 avr. 2017, 17:53
Tosca n'aime pas Cavaradossi,
ça,c'est très défendable, et que Mario n'aime pas Tosca aussi, sauf que leur "amour" se développe jusqu'au sacrifice mutuel dès que la main de l'autorité s'abat sur eux
HELENE ADAM a écrit : le sacristain ne cesse de tripoter le petit garçon
ça, vraiment gênant :x
HELENE ADAM a écrit : il donne son panier à un Angelotti qui a les mains attachées dans le dos avec des menottes. Il lui recommande aussi de se cacher dans le puits (à mi hauteur il y a un passage etc). Commode avec les mains entravées.
vraiment le pompon, à hurler de rire...

vocalement, plutôt bien surpris par Alvarez par rapport à ses prestations récentes (mais il faut fermer les yeux...)
Opolais, bien chantante et voix plutôt agréable, interprétation insuffisante en effet
Scarpia à oublier (je me souviens déjà plus comment il s’appelle...)

Avatar du membre
micaela
Basse
Basse
Messages : 2038
Enregistré le : 16 juil. 2015, 17:24
Localisation : paris

Re: Retransmissions d'opéras à la radio et à la télévision

Message par micaela » 18 avr. 2017, 20:38

Détail : Mario délie bien les mains d'Angelotti , après le départ de Tosca. Donc pour aller se cacher dans le puits, ça fonctionne. Le ridicule, c'est qu'il l'envoie se cacher encore menotté (alors que, vu la facilité avec laquelle il le fera, il avait le temps). il lui confie le panier avec la nourriture et les boissons : Angelotti a déjà du mal à l'attraper, je me demande comment il a fait pour manger. Autre absurdité : une fois qu'il a reconnu Angelotti, sa première réaction aurait dû être de tenter de lui délier les mains. C'est tout de même heureux qu'il ait fini par y penser...
S'il n'y a pas de solutions, c'est qu'il n'y a pas de problème Proverbe shadok

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 25 invités