Un éclair - puis la nuit.

 

 

L’Aiglon, à Marseille (octobre 2004)
Photographie © C. Dresse

 

3 mars 2005. Un communiqué sur le site de son agent, puis un encart dans un programme du Théâtre des Champs-Élysées, quatre jours plus tard, annoncent la nouvelle aussi inhabituelle qu’inattendue : Alexia Cousin « a décidé de mettre fin à sa carrière » à l’aube de ses 26 ans.

Pourquoi parler d’Alexia Cousin, pourquoi revenir sur sa courte carrière, plus d’un an et demi après sa décision ? Nous ne disposons d’aucun nouvel élément (ni nous, ni les musiciens dont elle était proche) depuis mars 2005, permettant d’élucider les motivations de ce départ. Notre propos n’est donc pas de faire gonfler les spéculations mais d’essayer de rappeler ce qu’a été la météorite Alexia Cousin, de revenir sur son bref parcours.

Nous tenons toutefois à remarquer que personne ne peut encore dire pourquoi la soprano a arrêté sa carrière, ni affirmer catégoriquement que c’est pour des raisons de fatigue vocale.
La seule phrase d’explication qu’elle ait donné étant : « C’est la passion et l’intégrité profonde avec lesquelles j’ai toujours chanté qui orientent aujourd’hui ma vie vers d’autres activités», pourquoi ne pas croire qu’effectivement, d’autres centres d’intérêt ont changé la vie de cette jeune femme ?

 

 

Photographie © DR

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir